Navigation – Plan du site
Articles
Temporalités et coprésences

Patrimoine et temporalités dans les villes africaines du patrimoine mondial

Exemples maliens et éthiopiens
Heritage and Time Scales in the World’s Heritage African Cities: Case Studies in Mali and Ethiopia
Anne Ouallet
p. 317-331

Résumés

La question des temporalités est ici interrogée dans des espaces urbains africains sollicités par des mises en patrimoine. Des exemples localisés, pris au Mali et en Ethiopie, permettent de croiser les différentes dimensions des expressions patrimoniales avec celles du temps, temps long de l’histoire, celui plus court de la gestion urbaine ou encore celui des actions quotidiennes. L’articulation des échelles géographiques et les potentialités économiques font également émerger des temporalités propres qui se rencontrent dans le local. La globalisation du monde, souvent accompagnée d’une accélération, vient rencontrer et parfois heurter les pas de temps locaux. Nous observons d’abord les temporalités des constructions urbaines, puis la délicate articulation entre temporalités sacrées, temporalités économiques et temporalités sociales. Enfin nous confrontons les temps courts de l’action et les temps longs utilisés pour la valorisation d’un patrimoine désormais rentré dans une logique marchande.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Éthiopie, Mali, patrimoine

Keywords :

city, heritage, Mali
Haut de page

Texte intégral

1La question des temporalités est particulièrement intéressante à explorer dans des espaces urbains africains concernés par des mises en patrimoine. En effet, la référence au patrimoine renvoie, en elle-même, à la question du Temps. Interrogée dans le cadre de la construction urbaine et de sa gestion, la mise en valeur patrimoniale oblige à solliciter différentes catégories de temporalités et à les confronter aux modes de fonctionnement sociaux et économiques. Dans des villes africaines promues au patrimoine mondial de l’humanité, la notoriété mondiale repose sur une nécessaire valorisation du passé pour la construction du futur et suscite, à ce titre, une réflexion plus approfondie sur le déroulement du temps et le concept de la transmission. Elle amène à interroger la manière de conserver les vestiges des temps anciens et la façon de profiter des opportunités nouvelles fournies par l’appartenance au monde actuel. Il apparaît indispensable de savoir comment articuler innovation et conservation pour permettre aux sociétés d’être dans l’air du temps tout en se construisant sur un patrimoine dont elles sont censées préserver des éléments pour l’humanité entière. Dans ces villes patrimonialisées s’entrecroisent, peut-être de manière plus sensible qu’ailleurs, les différentes échelles géographiques et temporelles. Mondial et local se conjuguent avec le passé, le présent et le futur. Le passé fonde la richesse de leur renommée, elles qui vivent au présent dans un contexte de pauvreté tel qu’il fait souvent ombrage à leur aura ancienne et semble parfois même hypothéquer leur avenir. Leur développement futur dépend du savoir combiner richesses passées et sollicitations actuelles. La question du Temps, de sa conception, de son utilisation apparaît alors centrale et s’avère bien plus compliquée qu’un seul fil linéaire. Elle intègre de nombreuses temporalités qui résultent de la complexité des constructions socio-spatiales locales et d’interactions extérieures.

2À travers quelques exemples sélectionnés en Éthiopie (Lalibäla, Aksum, Harär : carte 1) et au Mali (Djenné, Tombouctou : carte 2), nous essaierons de décomposer et d’analyser quelques-unes de ces temporalités. Comme bien d’autres fondations urbaines, ces villes puisent leur source dans des constructions mythiques et sont même, pour certaines d’entre elles, considérées comme des villes saintes. Tombouctou et Harär sont auréolées de l’appellation de villes saintes de l’Islam. Lalibäla entretient la renommée de deuxième Jérusalem. La dimension sacrée y apparaît souvent incontournable et vient croiser les autres temporalités, telles que celles de l’histoire qui privilégie souvent un temps long, celles de la gestion urbaine ou encore les temporalités urbaines quotidiennes. L’articulation des échelles géographiques fait également émerger des temporalités propres qui se rencontrent dans le local. Ainsi, la globalisation du monde, souvent accompagnée d’une accélération du temps, vient rencontrer des pas de temps locaux qui peuvent être différents.

Carte 1 : Les villes du patrimoine mondial en Éthiopie

Carte 1 : Les villes du patrimoine mondial en Éthiopie

Sources : World Food Program - Géoatlas

Carte 2 : Les villes du patrimoine mondial au Mali

Carte 2 : Les villes du patrimoine mondial au Mali

Sources : World Food Program - Géoatlas

3Nous aimerions commencer par sonder le temps de la mémoire confronté au temps de l’Histoire. Il nous faudra à cette occasion explorer aussi les temps imaginaires et vécus par les individus et les groupes sociaux, acteurs de la société urbaine locale.

4Nous nous attacherons ensuite à mettre en valeur l’articulation des temporalités sacrées avec celles issues d’autres fonctionnements sociaux, mais aussi de logiques économiques. Nous nous appuierons alors sur les fêtes et les cérémonies qui nous semblent des instants privilégiés de leur expression.

5Dans des villes qui ont le label UNESCO du patrimoine de l’humanité, le patrimoine est considéré comme un des piliers du développement local et les espaces et les sociétés sont confrontés à la mise en tourisme. Nous verrons donc enfin comment l’intégration de la dimension patrimoniale au cœur du projet de développement local demande l’ajustement de temporalités multiples et ne se fait pas sans contradictions.

1. Temporalités des constructions urbaines

6Les villes maliennes et éthiopiennes qui ont fait l’objet d’un classement au patrimoine mondial de l’humanité ont cela en commun qu’elles sont porteuses à la fois de mythes et d’une histoire prestigieuse. Ce sont actuellement des villes secondaires confrontées à des situations préoccupantes de pauvreté et cherchant à utiliser le patrimoine comme un des éléments du développement local. La gestion urbaine y est souvent difficile et, selon les villes, les priorités affichées varient : désenclavement pour Tombouctou, assainissement pour Djenné, infrastructures (eau, transport) pour Harär, promotion des activités artisanales pour Aksum et Lalibäla.

1.1. Temps de la fondation urbaine

7Dans les cas de Djenné, Tombouctou, Aksum et Harär, la renommée et l’ancienneté sont des éléments constitutifs de la citadinité présente. Ces centres urbains ont été façonnés par le temps long de l’histoire qui plonge dans les mythes. Aksum et Djenné ont une expérience de plus de deux millénaires. Aksum était déjà dynamique au 2ème siècle après J.-C. comme le fait pressentir à travers ses écrits le géographe alexandrin Claude Ptolémée, et les nouvelles recherches archéologiques mettent en évidence des vestiges remontant au-delà du 3ème siècle avant notre ère. Au Mali, les récentes fouilles de Djenné-Djéno font remonter la fondation de l’établissement humain vers 250 avant J.C. et son développement comme centre urbain vers 250 après J.C. [McIntosh, 2002, p. 14], ce qui en fait la plus ancienne ville d’Afrique subsaharienne. Harär et Tombouctou sont plus récentes (respectivement vers le 9ème et le 11ème siècles de notre ère) et sont confirmées comme villes avec l’installation de l’Islam. Quant à Lalibäla, elle est créée à la fin du 12ème siècle en tant que capitale Zagwé et pour reprendre le flambeau d’Aksum comme capitale chrétienne. Cette remontée à travers les siècles, voire les millénaires, pose nos villes dans une assise historique remarquable. Les références puisent leur source jusque dans l’Antiquité pour Djenné dont les bases sont clairement ante-islamiques. À Djenné, les mythes s’appuient sur ces profondeurs historiques et recherchent des attaches jusque chez les descendants proches d’Abraham. Le lettré djennenké et marabout Ibrahim Traoré, dit Bia-Bia, affirme ainsi que « le fondateur de Djenné actuelle et de Djenné-Djéno est Mafir, fils de Dâhi, fils de Issou, fils de Issaga, fils de Ibrahim » (Abraham) [Traoré, 1984, p. 48]. La tradition, rapportée par les marabouts de Djenné et reprise par d’autres, s’appuie donc sur la lignée d’Abraham. Mafir aurait ainsi fondé Djenné bien avant l’époque de Tapama, second mythe qu’entretient Djenné à travers la référence à une vierge bozo emmurée, également considérée comme fondatrice de la ville. Mafir et Tapama sont actuellement deux noms repris comme flambeau de l’identité djennenké. La corporation actuelle des maçons, « ciment » de l’organisation urbaine djennenké, s’y réfère aussi fortement, comme nous l’expliquerons ci-après.

  • 1  Cham, fils de Noé aurait engendré Kush qui lui-même aurait engendré Ethiopos, qui à sa mort aurait (...)
  • 2 Cette Arche d’Alliance contenant les tables de la Loi reçues par Moïse sur le mont Sinaï serait con (...)
  • 3 Une pierre qui marque le « nombril » de Harär, gay humberti, rappellerait ainsi l’intervention du P (...)

8La mémoire est celle des constructions sociales qui, souvent, s’appuient sur des mythes et elle fait appel en des lieux géographiques différents à des patriarches de l’humanité. Aksum se réfère, elle, à la lignée de Noé avec Aksumawi1 qui serait le fondateur d’Aksum et à la lignée de Salomon et de la reine de Saba, dont le fils Ménélik I aurait rapporté l’Arche d’Alliance à Aksum2. Aksum se trouve donc aussi aux sources de la légitimation sociale d’une noblesse éthiopienne se proclamant descendante de Salomon grâce à ce récit fondateur. Harär et Lalibäla se repèrent également par rapport à des mythes qui valorisent les signes du religieux et du sacré : à sa naissance, le futur roi Lalibäla aurait été entouré par des abeilles annonçant ainsi sa mission de construire une nouvelle Jérusalem ; Harär se prévaut d’être la quatrième ville sainte de l’Islam et plusieurs légendes de la ville réfèrent à l’intervention du Prophète en des moments difficiles3. Ces éléments donnent prétexte à l’organisation des démonstrations mémorielles qui entretiennent le caractère sacré. Ces origines sont devenues un repère temporel essentiel.

1.2. Temps de l’édification urbaine

9Aux temps de la fondation urbaine ont succédé les temps de la construction urbaine. Les développements urbains suivent le rythme linéaire de l’histoire qui donne, à tour de rôle, la priorité à certains groupes sociaux aux dépens d’autres. Chacun laisse ses marques dans l’espace urbain.

  • 4 La légende veut que ces églises aient été construites en vingt ans comme le temple de Salomon. Les (...)

10Le roi Lalibäla (1190-1225), Gabra Masqal, « Serviteur de la Croix » de son nom royal, grand bâtisseur, donne à la ville qu’il construit le nom de Roha (nom syriaque d’Edesse, ville chrétienne de Syrie tombée aux mains des armées de Saladin en 1144). L’appellation de Lalibäla n’est donnée que plus tard par la tradition populaire [Berhanou, 1998, p. 34] au souverain canonisé et à la ville où il est vénéré en tant que saint. Le roi Lalibäla conforte le pouvoir Zagwé et le christianisme. La douzaine d’églises hypogées, dont certaines sont reliées par des tunnels, est alors construite4 de part et d’autre d’une entaille artificielle creusée lors de la fondation et représentant le Jourdain. Au sud de ce Jourdain, une croix monolithique marque le départ du circuit effectué par les pèlerins. Le site, classé au patrimoine mondial, forme aujourd’hui un compound entouré d’une enceinte « protectrice ». C’est un site très fréquenté par les pèlerins, notamment au moment de Noël (Ganna), de l’Épiphanie (Timket) et de Pâques (Fasika). Aux dates de pèlerinages, il rassemble de grosses foules.

  • 5 Différentes pistes sur la fondation urbaine sont suggérées par le recoupement des sources orales et (...)
  • 6 Nom du torchis en Afrique de l’Ouest. En Éthiopie, c’est le terme de tcheqa qui est employé.
  • 7 L’alhor est un calcaire blanc local.

11À Tombouctou, capitale religieuse de l’islam, les empreintes de l’histoire se lisent en de nombreux points de la médina. L’évolution urbaine a accompagné la succession des différents royaumes et empires qui ont historiquement dominé la ville et a été fortement marquée par l’installation d’une forte colonie djennenké. Aux fondateurs Touareg et/ou Soninké5 ont succédé des élites mandingues, touarègues, songhaï, puis arma, ces derniers étant les descendants des Marocains. Tous ont recherché une légitimité religieuse, parfois à travers l’édification de lieux de prières. Les mosquées sont, à Tombouctou, actuellement repérées comme des joyaux architecturaux uniques. Le savoir des maçons, importé de Djenné, et les apports arabo-andalous donnent l’originalité d’une architecture tombouctienne où se mêlent banco6 et alhor7. Djingareyber, littéralement du songhay « la grande mosquée », a été construite vers 1325 et est la plus ancienne des trois mosquées classées au patrimoine mondial. Les mosquées de Sidi Yahia et de Sankoré, construites un peu plus tard, vers le milieu du 15ème siècle, correspondent à un moment de grande prospérité pour Tombouctou. L’essor commercial et intellectuel qui fait la renommée de la ville culmine pendant les Askia sous l’Empire songhoï. C’est aussi une époque de grand commerce transsaharien auquel participent activement les Maures. La mosquée de Sankoré aurait alors accueilli 25 000 étudiants devenant à ce moment une université prisée dans le monde musulman. Ces trois mosquées de Tombouctou sont classées par l’UNESCO ainsi que les cimetières et les tombeaux des saints. Les populations, elles, se retrouvent lors des temps forts des célébrations religieuses, mais aussi dans l’espace du quotidien à travers des pratiques plus ciblées.

12Les marques dans l’édification urbaine de Harär réfèrent surtout aux périodes de la domination musulmane, puis du pouvoir chrétien depuis Ménélik II. La ville garde l’aspect morphologique traditionnel d’une ville de l’Islam avec sa bipolarité marché/mosquée. Ses remparts construits au 16ème siècle sont maintenant le symbole de l’urbanité haräri [Bosredon, 2005, p. 89].

  • 8 La Dina correspond à l’Empire théocratique de Cheikou Ahmadou.

13À Djenné, les différentes phases de la construction se lisent dans le paysage urbain. Divers observateurs [Devisse, 1983 ; Maas, 1992] notent une partition urbanistique entre un espace occidental plus ancien qui se rapprocherait davantage du modèle d’Afrique noire et une partie orientale qui répondrait mieux au modèle de Médine. Au-delà de cette lecture morphologique, les Djennenké distinguent dans leur ville différents espaces, renvoyant aux relations des différents groupes sociaux avec leur territoire, mais aussi éclairant les relations complexes au pouvoir. On peut ainsi y lire les marques des différentes époques de domination : Peuls de la Dina8, Toucouleurs, puis jeu politique de la période coloniale qui écarte finalement les Peuls au pouvoir et replace la chefferie songhaï (Maïga) aux commandes tout au long du 20ème siècle jusqu’à l’heure actuelle. Chaque époque a laissé ses empreintes. La forte hiérarchisation de la société se lit aussi dans l’espace urbain avec, par exemple, la séparation des esclaves et des hommes libres. Du marché de Seymani où se vendaient les esclaves ne restent que le nom et la mémoire de ce commerce. Par contre, l’architecture traditionnelle des maisons dites « toucouleur », conserve jusqu’à présent deux cours internes dont une était réservée aux esclaves. Qu’il y ait traces physiques ou non, la mémoire demeure.

14Les temps de la construction urbaine, marqués par les différentes dominations, ont donc inscrit, dans l’espace urbain et surtout dans les relations sociales un certain nombre d’empreintes auxquelles viennent se mêler d’autres touches liées à des configurations socio-environnementales spécifiques.

1.3. Interactions du temps rond des saisons dans la construction urbaine

15Parfois, les temps de l’édification urbaine sont également reliés au « temps rond des saisons » [Gallais, 1984] qui vient introduire des subtilités dans les organisations sociales et architecturales ainsi que dans la vie urbaine. C’est en partie ce temps rond des saisons, décrit par Jean Gallais pour le delta intérieur du Niger, qui règle un certain nombre de pratiques jusque dans la ville. Une mise en phase des rythmes naturels et sociaux se lit à travers la correspondance entre certains groupes sociaux et certaines activités, mais aussi à travers différentes manifestations. À Djenné, cultivateurs, éleveurs et pêcheurs ont leur corporation et participent aux démonstrations festives. Les cérémonies sont souvent plus importantes après les récoltes : c’est la saison des mariages en Éthiopie comme au Mali à cette période de relative abondance. Mais, les liens avec le temps rond des saisons sont encore plus évidents dans les centres urbains où l’architecture de terre est présente, car l’entretien du patrimoine donne lieu à des rituels. Le cas de Djenné, où la totalité du patrimoine urbain est en banco, apparaît particulièrement éclairant. C’est d’ailleurs la grande originalité et le caractère remarquable d’un espace urbain en architecture de banco qui a valu à Djenné le classement de l’ensemble de la vieille ville au patrimoine mondial de l’humanité.

  • 9 Soit 500 à 2000 FF (75 à 300 €).

16L’influence des ressources rurales reste primordiale pour une telle ville, toute entière façonnée de terre. Chaque année, avant la saison des pluies, il convient de recrépir l’ensemble des bâtiments. Chacun doit penser au crépissage de sa maison et la communauté veille à l’entretien des édifices publics. Le crépissage des mosquées donne lieu à un épisode festif renouvelé annuellement. Un bon crépissage nécessite d’intégrer au banco, outre la boue qui est la base du mélange, un certain nombre d’adjuvants, tels que la poudre de pain de singe (fruit du baobab) et du son de riz. Ceux qui ont les moyens peuvent ajouter du beurre de karité et de la poudre de néré. Mais, la plupart de ces produits sont chers et font de plus en plus défaut. Par exemple, on a besoin d’environ dix sacs de son de riz pour le crépissage d’une maison. La dégradation des conditions climatiques qui a amené une baisse sensible des récoltes ne permet plus d’en incorporer les quantités nécessaires. Certains maçons expliquent aussi que la qualité du son de riz s’est dégradée depuis qu’il existe les décortiqueuses automatiques et les moulins. Plusieurs phénomènes se conjuguent donc pour arriver au fait que beaucoup de bâtiments sont actuellement mal protégés et tombent en ruine. Une des premières causes du mauvais entretien et de la multiplication des ruines est certainement la baisse du niveau de vie des habitants et la grande pauvreté qui empêchent les gens de rassembler les sommes nécessaires au crépissage (environ 50 000 à 200 000 F CFA9 selon la taille de la maison). Les problèmes d’héritage favorisent aussi l’abandon des maisons. La moindre qualité du banco et donc sa moindre résistance au temps sont une autre raison des difficultés de conservation.

17Le crépissage est le moyen essentiel d’entretien du patrimoine bâti, mais il se trouve qu’il est aussi au centre de certaines relations sociales. Construire n’est pas un acte banal. Il fait appel à des savoirs particuliers et permet de poser les jalons de relations tissées sur le temps long entre maître d’œuvre et maître d’ouvrage. La valeur symbolique portée par les bénédictions et incantations formulées au moment de la fondation est aussi importante que l’édification elle-même. Le maçon qui entonne ses incantations aux départs de la construction crée une sorte de pacte qui le lie avec la famille pour laquelle il construit. C’est ainsi que chaque famille garde des liens étroits et spécifiques avec une famille de maçon. Les maçons se recrutent essentiellement chez les Bozos qui sont parmi les premiers occupants de Djenné. On comprend alors mieux le sens de ce mythe fondateur de Djenné qui fait allusion au sacrifice d’une jeune fille bozo (Tapama), morte emmurée. Les autres ethnies prêtent aux Bozos de nombreux pouvoirs magiques. Ils ont notamment les pouvoirs de protection de la maison et sont indispensables à la durabilité des constructions par leur connaissance de secrets importants. Les maçons dans leurs incantations font référence à Abraham (constructeur de la Kaaba). Ils utilisent le temps mythique et sacré pour asseoir dans le présent leur place incontournable. Chaque année, ils sont appelés pour les crépissages avant la saison des pluies et participent ainsi à l’entretien de la maison. Le temps rond des saisons rappelle à l’ensemble de la communauté leur rôle dans la pérennisation de la maison, symbole de la continuité et de la réussite familiale. Le retour des pluies permet finalement d’entretenir les liens sociaux entre familles selon une périodicité remarquable.

  • 10 Le margouillat est une espèce de gros lézard coloré.

18Le maçon exécute le crépissage à la main et est en contact direct avec les matériaux utilisés et le mur de la maison qu’il édifie. Il est comme dans une sorte de corps à corps avec son œuvre. La qualité du travail est un enjeu important pour sa notoriété. A contrario, un mauvais maçon, celui dont un mur s’effondre, est suspecté de malheur et on affirme qu’il risque de se changer en margouillat10. Peut-être vient de là le fait que le margouillat est sacré à Djenné : les enfants ne le mangent pas. Le maçon est donc tout à la fois très respecté et très redouté. La place particulière qu’il occupe dans la société djennenké (comme dans la société tombouctienne) est essentielle à la préservation de l’équilibre urbain, tant sur le plan architectural et des savoir-faire, que sur le plan social.

19La dégradation de l’environnement et la détérioration du niveau de vie remettent en question ces solidarités et ébranlent une partie du système de relations sociales. L’absence de moyens des habitants rend beaucoup plus problématique les crépissages. Les maçons eux-mêmes sont parfois trop démunis pour mener à bien le crépissage de leur propre habitation.

20Le seul classement au patrimoine mondial ne peut résoudre ce problème d’entretien s’il n’est pas pensé dans le cadre d’une réflexion globale sur le développement urbain qui intègre les préoccupations et aspirations des populations. Les seules aides ponctuelles sont insuffisantes.

21Ce classement a cependant eu le mérite de reconnaître la spécificité des maçons, tant à Tombouctou qu’à Djenné. Ces derniers qui apparaissent comme des acteurs de premier plan dans les politiques de restauration sont même parfois jalousés, non pas par leur pouvoir magique, mais par le fait qu’ils gagnent un peu trop de place dans une société très codifiée.

22Par ailleurs, la mise en patrimoine a elle-même amené à bousculer certaines temporalités puisqu’elle a comme objectif non seulement la sauvegarde, mais aussi la promotion touristique. Des logiques économiques viennent donc se superposer aux logiques du fonctionnement traditionnel.

2. La délicate articulation entre temporalités sacrées, temporalités économiques et temporalités sociales

23Les temporalités vécues par les individus et les groupes sociaux, acteurs de la société urbaine locale, et les nouvelles activités importées par la mise en spectacle de villes (lieux ou ensembles urbains) sélectionnées pour être préservées et exhibées aux touristes ont parfois du mal à s’accorder. Au-delà des représentations divergentes du temps qui s’affrontent, notamment à travers des ressentis différents du passé et de la façon dont se constitue l’héritage, surgit l’expression d’autres conceptions liées à des manières propres d’utiliser les espaces et de fréquenter certains lieux.

2.1. L’héritage et son ancrage dans le présent

24Les villes du Mali et d’Éthiopie, qui ont obtenu un classement au patrimoine de l’humanité, sont restées traditionnelles, non seulement dans leur paysage urbain, mais encore dans leurs structurations sociales et économiques. Cependant, leurs habitants aspirent très généralement à accéder à une vie meilleure qui comprend nécessairement l’accès à un confort lié à des équipements de base (accès à l’eau courante, à l’assainissement, à l’électricité, à Internet) et à la modernisation de certains de leurs biens (mobilier par exemple). Ils sont aussi à la recherche de nouvelles opportunités économiques et comprennent que le tourisme peut être un moyen de revenus supplémentaires. Ils refusent par contre de payer les frais de cette patrimonialisation et craignent, par exemple dans le cas de Djenné, de se faire déposséder de leur maison ou de ne plus pouvoir aussi facilement accéder à leurs lieux de culte ou de pèlerinage (Lalibäla, Tombouctou), ou encore de ne plus pouvoir disposer de leur ville comme ils l’entendent. Il est vrai que l’idée de sauvegarde a trop souvent véhiculé en même temps celle de pétrification urbaine contre laquelle s’élèvent bien sûr des habitants qui n’ont ni envie d’être muséifiés, ni le désir d’être chassés de chez eux.

  • 11 La Charte de Venise, signée en 1964, dégage les principes de la conservation et de la restauration (...)
  • 12 Le document de Nara, écrit à la suite de la conférence de Nara organisée par l’UNESCO en 1995, reme (...)

25La difficulté d’accorder le respect de l’authenticité et de la qualité paysagère et architecturale avec l’évolution des techniques et des habitudes de vie aboutit fréquemment à des conflits [Ouallet, 2000]. La question de l’authenticité amène souvent certains tenants de la Charte de Venise11 à minimiser les observations du document de Nara12 qui valorise une conception dynamique de l’évolution de la restauration s’appuyant sur la prise en compte des capacités existantes.

  • 13 Françoise Choay [1992] montre aussi que, dans certaines sociétés, le monument est vivant et réguliè (...)

26Le classement Unesco impose des conditions de restauration très strictes (mêmes matériaux utilisés qu’auparavant, mêmes techniques) qui sont souvent dénoncées par nombre d’agents de la préservation du patrimoine, présents sur le terrain et conscients des réticences des populations. Ces derniers considèrent que des évolutions doivent être autorisées de façon à rester en prise avec certaines mutations modernes et à rendre possible une préservation du patrimoine en phase avec les avancées contemporaines. Pour eux, le patrimoine est vivant13 et il n’est pas choquant d’apporter quelques retouches continuant en cela à faire évoluer le bâtiment, voire le cadre dans lequel il se situe. Ils arguent du fait que l’authenticité est un faux problème dans la mesure où la plupart des éléments considérés comme patrimoine « authentique » sont en général le résultat de nombreuses transformations. Ainsi, au Mali par exemple, il est dans les habitudes d’apporter des « améliorations » lors des entretiens annuels. Les monuments et bâtiments font constamment l’objet de modifications. Si le patrimoine réfère à une époque précise, il s’inscrit aussi dans un processus de changement continuel et il apparaît illusoire de pouvoir tout bloquer, surtout dans des pays où les moyens financiers sont très rares et où l’innovation est un moteur pour la survie des populations.

27Le patrimoine pour mieux témoigner du passé doit-il faire un arrêt sur image et rester bloqué à une date (une période historique) ou peut-il suivre le mouvement de l’avancée du temps, de l’histoire, participer au présent ? Accepter l’anachronisme en enjambant le temps, en ce qui concerne les matériaux utilisés ou les techniques sollicitées, signe-t-il définitivement le glas du « vrai » patrimoine ? Le patrimoine peut-il s’accorder des avancées technologiques et des nouvelles possibilités de restituer du « faux vrai » ? C’est un débat qui existe dans toutes les villes qui nous intéressent ici, mais qui a pris une ampleur particulière à Djenné certainement du fait que l’ensemble de la vieille ville y est classé et que les conditions posées par l’UNESCO ont énormément de mal à y être appliquées. Certains demandent le déclassement de la vieille ville de Djenné pour des raisons parfois opposées. Les uns argumentent en disant qu’on ne peut continuer à considérer comme classés des espaces où les restaurations sont réalisées n’importe comment (par ajout de briques cuites sur du banco par exemple). Les autres souhaitent sortir du classement qu’ils considèrent ne leur apporter que des inconvénients et voudraient être libérés de ce carcan pour réaliser leurs aménagements en toute liberté.

28Une autre question essentielle qui surgit rapidement lors des mises en patrimoine est le devenir des populations et des activités traditionnelles. Les options actuelles sont d’éviter la « ville monument », totalement pétrifiée, et d’essayer de concilier la patrimonialisation tout en préservant populations et activités pour garder la ville vivante. Là encore, la conception du patrimoine interpelle celle du temps. Il semble qu’une conception du patrimoine soucieuse des temporalités actuelles et intégrant les activités du présent soit en train de s’imposer. C’est le pari lancé pour Harär dont le dossier de sélection au patrimoine mondial, qui intègre une dimension immatérielle, vient d’être accepté par l’UNESCO. Pauline Bosredon souligne que « le dossier de candidature a ceci de particulier qu’il fait entrer dans la description du bien des éléments d’architecture très classiques, [...] mais aussi des éléments moins physiques relevant davantage des pratiques sociales. Ainsi les modes d’habiter de la maison, la destination de chaque pièce, l’usage de chaque élément de décor est-il décodé comme partie intégrante de la culture urbaine harari qu’il s’agit de protéger. De même les activités commerciales et artisanales, marchés organisés ou installations temporaires de rue, entrent dans l’ensemble du bien » [Bosredon, 2005].

2.2. Une concertation nécessaire entre les temporalités vécues

29Quelle que soit la démarche adoptée, la reconnaissance patrimoniale introduit des changements dans les modes de gestion et d’usage des espaces concernés. En effet, de nouveaux acteurs interviennent, que ce soient les politiques, les ONG financées par des bailleurs de fonds qui s’engagent dans des volets de mise en valeur des espaces (ou lieux) patrimonialisés ou bien encore les touristes. De nouveaux enjeux surgissent, notamment à travers la possibilité de développement de secteurs d’activités liés à la restauration architecturale et à la mise en tourisme. Des besoins nouveaux, des types d’usage et de fréquentation inédits apparaissent et sont accompagnés de nouvelles logiques économiques. Des temporalités adaptées à ces comportements émergents se surimposent aux anciennes ou parfois les remplacent. L’ajustement n’est pas forcément facile, surtout quand il vient contrarier des habitudes jugées ancestrales et quand il vient perturber des rythmes de vie ou de célébrations symboliques de la cohésion sociale. C’est typiquement le cas dans les villes maliennes et éthiopiennes où le patrimoine sélectionné est aussi un patrimoine religieux. Les églises hypogées de Lalibäla comme les mosquées de Tombouctou ou de Djenné, ou encore les tombeaux des saints sont fortement sollicités par les touristes. Parfois, les temporalités se rejoignent pour le meilleur profit des uns et des autres. Certains prêtres de Lalibäla se prêtent de bonne grâce au jeu de la photo et exhibent un livre des miracles en échange d’une petite contrepartie financière. La gardienne du tombeau de la sainte Tapama Djenepo à Djenné profite du passage des touristes pour récolter quelques oboles contre une photo. Des lieux sacrés ou saints sont ouverts aux touristes moyennant un ticket d’entrée (puits sacré Nana Wangara à Djenné, églises hypogées de Lalibäla). Les gardiens, guides, hôteliers et restaurateurs, teneurs de buvette, artisans et boutiquiers se tiennent prêts et sont en général disposés à adapter leur calendrier et leurs horaires aux visiteurs. La saison touristique amène une activité spécifique pour les villes classées et des retombées économiques non négligeables. Peu s’en plaignent. Dans ce cas, les intérêts des touristes et de ceux qui sont engagés dans l’activité touristique se rejoignent.

2.2.1. Quand temporalités sacrées et économiques se heurtent

30Par contre, l’ajustement est plus délicat sur certains points qui restent sensibles. Certaines accommodations de calendrier pour faire correspondre des événements festifs, religieux ou non, avec la pleine saison touristique peuvent ainsi porter à contestation. C’est le cas des fêtes de crépissage des mosquées qui ont traditionnellement lieu au Mali vers le mois de mai, en pleine saison chaude avant l’arrivée des pluies. Or, c’est une saison morte pour le tourisme, tant le climat est difficile à supporter. Ces démonstrations festives étant un événement fort de la mise en valeur du patrimoine, elles sont très recherchées par les touristes, mais nécessitent d’être avancées dans le calendrier pour correspondre avec leur passage. À Djenné, le crépissage de la mosquée a été avancé au mois de février et il a permis d’organiser toute une semaine de festivités avec la création d’un festival dont le « clou » a été le fameux crépissage. Ce type de modifications du calendrier apparaît pour certains comme une atteinte à la tradition et au sacré. Cette touristification d’un événement traditionnel a été critiquée, certes parce qu’elle perturbait le calendrier habituel, mais aussi parce que chacun n’y a pas retrouvé son intérêt. Certains ont préféré bouder la manifestation plutôt que de se compromettre... De même, les visites des touristes dans les mosquées classées au patrimoine de l’humanité sont parfois critiquées sur le registre que les touristes, qui sont des gens pressés par leur seul programme de visite, ne respectent pas forcément les temps de prières. À Aksum, la visite de Sainte-Marie de Sion est très délicate, voire impossible pendant les longues prières du carême. De façon générale, la mise en tourisme crée quelques tensions dont certaines concernent ce genre de décalages.

31Les nouvelles opportunités créées par le tourisme doivent se conjuguer aux autres activités traditionnelles, qu’elles soient agricoles, artisanales ou autres encore. La pensée d’une gestion touristique équilibrée commence seulement à émerger et des questions classiques comme l’étalement de la saison touristique ou encore l’allongement de la visite touristique type (à plus d’une nuitée) apparaissent. Un des handicaps majeurs pour ces villes du patrimoine est qu’elles demeurent des lieux de passage relativement rapides et non des lieux de séjour. Le temps du séjour doit pouvoir être allongé pour de meilleures retombées économiques. Plusieurs pistes sont prospectées pour essayer de remédier à ce problème : amélioration de l’image de la ville, meilleur accueil des visiteurs (infrastructures d’hébergement, meilleure formation des guides, élargissement de l’offre touristique). Ainsi, la multiplication des hôtels a été spectaculaire à Lalibäla depuis le plan d’aménagement de 1996. Toutes ces villes du patrimoine ont pensé favoriser l’ouverture de leur espace rural environnant à la découverte touristique. Cette idée est une incitation à un allongement du temps sur place et surtout oblige à la nuitée. À Lalibäla est proposée la visite des églises troglodytes environnantes et la durée moyenne de séjour y serait de deux jours [Boukhari, 1998]. À Djenné, outre la visite du site archéologique de Djenné-Djéno, sont prévus des circuits dans les villages de la plaine du Pondo qui entoure la ville. Les temporalités des uns et des autres sont donc souvent adaptables, mais demandent réflexion et concertation.

32Les fêtes, en tant que moments de démonstration de la cohésion sociale et instants privilégiés de la mise en scène de la tradition, intéressent touristes et populations locales. Elles risquent d’évoluer vers une certaine folklorisation pour les besoins du tourisme, mais cela ne les empêche pas pour l’instant de demeurer avant tout des moments forts d’expression des liens sociaux. Elles ont d’ailleurs elles-mêmes donné lieu à des appropriations singulières permettant d’articuler les temporalités sacrées avec les temporalités des relations sociales qui se tissent dans le quotidien, mais ont souvent besoin de rappels temporels symboliques.

2.2.2 Du sacré au social

33La réappropriation des temporalités sacrées au profit des temporalités du social se lit de façon très nette à Djenné lors de la fête musulmane d’Ashura qui est célébrée comme « journée du cousinage ». Cette fête musulmane d’Ashura qui renvoie au rappel de l’Hégire, donc à la mémoire de la sortie du Prophète de La Mecque vers Médine, est célébrée pendant le mois de Muharram (appelé en Peul, le mois de Haaram), premier mois de l’année lunaire, plus exactement le dixième jour de ce mois. Jour de jeûne surérogatoire dans l’Islam, elle est davantage célébrée au Mali, et particulièrement à Djenné, comme journée des cousinages. Le cousinage est un élément essentiel de fonctionnement de relations sociales basées sur la solidarité. C’est une relation à plaisanteries qui permet d’entretenir, de relancer ou de créer des échanges cordiaux (mais sur le ton de la plaisanterie) entre des individus (ou groupe d’individus) selon leur appartenance ethnique, patronymique, selon leur place dans les relations matrimoniales ou encore selon les classes d’âge. Le fonctionnement des solidarités s’exprime par des échanges économiques et des échanges de service dans la vie quotidienne, mais ils prennent une importance particulière lors des cérémonies, mariages et fêtes. La solidarité exprimée à l’occasion d’Ashura conforte la solidité des liens sociaux, qu’ils soient liens familiaux, relations de solidarité entre groupes sociaux ou liens de proximité spatiale (voisinage). À la génération suivante, les enfants poursuivent ces liens.

  • 14 Même si on remarque à l’heure actuelle une perte de solidarité des groupes d’âge.

34Les fêtes sont, de manière générale, des instants de démonstrations des solidarités. Au Mali, les crépissages des mosquées en sont aussi un bel exemple. Pendant le crépissage, chaque génération s’occupe de son groupe d’âge14 et chacun se doit d’apporter quelque chose : les jeunes transportent de la boue, les jeunes filles de l’eau. Les mosquées, telles que celle de Djenné ou encore la mosquée de Sankoré à Tombouctou, sont restaurées par toute la population. Ce jour donne aussi lieu à des plaisanteries et ceux qui essaieraient d’échapper vont être attrapés et abondamment aspergés de boue. Ces jours symboliques sont le rappel de la vivacité des relations sociales et de leur mode de fonctionnement.

35Les mises officielles en patrimoine ont tendance à brider ces spontanéités de l’expression sociale et créent un certain nombre de perturbations au prétexte de mieux rationaliser, de mieux contrôler les restaurations architecturales et de mieux organiser le spectacle, particulièrement pour les édifices les plus importants. Le souhait de mieux accommoder la venue et le séjour des touristes incite à faire prévaloir les temporalités économiques.

3. Rentabiliser le temps : principes et incohérences

36L’attrait des potentialités liées au patrimoine et l’urgence des interventions liées à la dégradation rapide de ce patrimoine ont parallèlement attiré de nombreux intervenants extérieurs (bailleurs de fonds internationaux, ONG diverses). Ces derniers proposent la plupart du temps des interventions segmentées et de courte durée. On retrouve bien là une fragmentation des actions et des temporalités, qui pourtant apparaissent contradictoires avec les objectifs énoncés de développement durable. Les villes du patrimoine mondial sont, elles aussi, mises au double rythme de la décentralisation et de la globalisation. La confrontation et l’articulation de toutes ces séquences et échelles sont essentielles à tout programme de développement urbain. Les temps courts des interventions de sauvegarde et d’opérations ponctuelles liées au développement urbain contrastent avec les discours dominant sur le développement durable et la nécessité de transmettre et de prendre en compte le temps long.

3.1. Multiplication des temps courts de l’action

37Le principe de la décentralisation est désormais privilégié comme mode d’administration et de gestion des territoires. Le Mali s’y est lancé depuis une bonne dizaine d’années, l’Éthiopie en est à ses tout débuts. Dans ce nouveau cadre, les compétences doivent être transférées aux collectivités locales. La mobilisation des ressources locales dont fait partie la valorisation du patrimoine apparaît comme un enjeu de taille pour mener à bien les projets de développement locaux.

38Au Mali, la décentralisation accompagne la démocratisation et l’organisation d’élections au niveau local. Les troisièmes élections communales maliennes se tiendront prochainement. Une logique électorale s’est donc installée avec ses réformes poussant à adapter les promesses et les projets à des temporalités de mandats. Avant la décentralisation, le chef traditionnel était choisi par la population et investi comme administrateur. Il nommait les conseillers de quartier. Les échéances électorales régulières ont imposé une nouvelle cadence politique. Au Mali, un certain nombre de malentendus ou de dysfonctionnements sont directement liés à ces nouvelles échéances. Certaines divergences politiques entre ancienne et nouvelle équipe municipale (mais aussi entre pouvoir moderne et pouvoir traditionnel) ont pu amener des rivalités et nuire à la continuité de certains programmes de développement (cas de l’assainissement à Djenné). En Éthiopie, le processus est trop récent pour pouvoir faire l’objet d’une analyse sur le plan des temporalités, mais des tensions apparaissent déjà entre les différents niveaux de compétences : la conservation du patrimoine dépend de l’autorité fédérale, mais la réalisation des projets est du ressort de la région avec laquelle interfèrent les nouvelles municipalités.

  • 15 Ce directeur dépend de la Direction Nationale du Patrimoine et représente aussi l’UNESCO.

39Cette toute jeune décentralisation nécessite un travail gigantesque d’explicitation et de formation des populations, des élus, de tous ceux qui sont amenés à participer au développement local. Cela ne peut s’accomplir que sur un temps long, or le processus ne fait que commencer. Sur la question patrimoniale par exemple, un projet de formation des collectivités territoriales à l’importance du patrimoine vient d’être monté en 2006 par le Directeur de la Mission culturelle de Djenné15 dans le cadre du plan de gestion urbaine. Certaines décisions du conseil municipal peuvent être actuellement prises sans aucune attention portée au classement (couverture du marché par des briques cuites par exemple). Le travail de formation doit bien sûr être réalisé en concertation étroite avec les différents représentants et partenaires locaux : préfet, maire, représentant de la coordination des maçons, chef traditionnel et délégués de quartier, imam, services techniques, Groupements d’Intérêts Économiques (GIE), représentants du monde associatif, des ONG et des bailleurs de fonds... Avec la multiplication des acteurs, la nouvelle politique de décentralisation se doit d’être fortement attentive à la concertation.

  • 16 Plus de 200 maisons recensées.
  • 17 Enquêtes personnelles réalisées en février 2006.

40La production et la gestion du patrimoine font appel à des montages croisés associant public et privé dans le cadre de partenariats. À cette occasion sont mobilisées les compétences de professionnels et de passionnés du patrimoine et de l’urbanisme (scientifiques, architectes, urbanistes, muséologues, artistes, fonctionnaires divers de la protection) et de financeurs. Le monde associatif y a une place importante. Dans les faits, on remarque une multiplication du nombre des intervenants potentiels et une accélération de la compétition entre ceux-ci sur des temps d’intervention toujours limités de quelques mois à quelques années. Chaque intervenant est dépendant de ses propres programmes. Temporalités des politiques et des gestionnaires, celles des ONG, celles des bailleurs de fonds sont différentes. Les uns et les autres se retrouvent le plus souvent en situation de concurrence, ce qui fait que ces intervenants oeuvrent rarement dans le cadre d’une coopération désintéressée et des tensions sont palpables. Un des problèmes essentiels est celui de la durée limitée des interventions. C’est ce qui arrive à Djenné où le programme de restauration du patrimoine16 dans lequel était engagée la coopération néerlandaise arrive à terme. Le réseau Aga Khan a déclaré, lui, son intérêt pour la mosquée de Djenné, sans engagement pour l’instant. L’Union européenne investit dans la construction du nouveau musée à travers le PSIC (Programme de Soutien aux Initiatives Culturelles) qui a sélectionné le projet présenté par la Mission culturelle. L’ancien musée avait été inauguré grâce à un financement de l’American Express pour le World Monument Fund. Le Getty Conservation Institute s’est engagé dans le cadre du troisième PUM (Programme Urbain du Mali) sur le volet assainissement qui demeure le plus gros problème de Djenné. C’est un domaine qui est ressenti comme prioritaire par les habitants17 et par les touristes qui émettent de nombreuses plaintes à ce sujet. Le tronçonnement des aides, leur non continuité, la faiblesse budgétaire des collectivités locales et la mauvaise gestion expliquent en grande partie le non investissement des populations locales dans ce domaine malgré leur très grande gêne. À plusieurs reprises, des femmes s’étaient mobilisées pour balayer, mais lasses de travailler bénévolement, elles ont abandonné. Cette expérience très banale montre que l’engagement sur le temps long est indispensable.

  • 18 Déclaration de F. Anfray [Boukhari, 1998].

41Cette question se pose aussi à Lalibäla, mais sous une autre configuration. Là aussi, les intervenants n’ont pas forcément les mêmes intérêts et certains observateurs pourront se plaindre d’une pléthore d’acteurs : « les diverses autorités éthiopiennes, l’Église, l’Union européenne, l’UNESCO, cela fait beaucoup de monde autour de Lalibäla »18. La Commission européenne a préféré financer des abris pour les églises alors que l’UNESCO et la Direction éthiopienne du patrimoine auraient voulu voir directement entamer la restauration. Ces abris ont l’avantage d’offrir une protection à court terme aux églises, mais non de les protéger sur le long terme.

42De manière générale, il est possible de souligner les problèmes de la fragmentation des programmes, de la difficile coordination des actions, de l’opportunisme des interventions et de la prise de décisions au cas par cas. Le champ patrimonial apparaît de plus en plus comme un domaine d’intervention possible étant devenu porteur d’opportunités économiques. C’est peut-être aussi cette entrée du patrimoine dans la logique marchande qui rend plus délicate son articulation avec le temps long.

3.1.1. Logique marchande et « pas » de temps

43L’introduction d’une logique marchande dans des pays où elle est encore très peu présente dans certains domaines, tels que la terre, l’eau, pensés comme des biens collectifs non toujours directement monnayables, est peut-être encore plus sensible qu’ailleurs. Les éléments du patrimoine, même s’ils n’étaient pas définis en tant que tels par une labellisation, faisaient partie d’éléments dont les usages et les utilisations étaient et restent codifiés par les sociétés locales et leurs systèmes d’organisation traditionnelle. Ce patrimoine est d’ailleurs la plupart du temps en activité. Il faut entendre par là le fait qu’il est investi et utilisé par les populations.

44Le classement au patrimoine mondial de l’humanité est un procédé qui permet de repérer, de signaler et, on l’espère, à terme de sauvegarder un certain nombre de lieux, espaces, biens matériels ou immatériels remarquables. Il est aussi une manière de répondre à une certaine logique internationale libérale qui pousse à faire rentrer dans la sphère économique marchande un maximum d’éléments. Sous couvert de développement durable, c’est toute une machine économique qui se fortifie, souvent en renforçant les inégalités économiques présentes sur la planète. L’industrie culturelle dont le patrimoine fait partie y participe. Certains tenants de l’altermondialisme l’ont dénoncé. Ainsi Aminata Dramane Traoré, ancienne Ministre de la culture du Mali, avait-elle retardé la mise en œuvre du programme de valorisation du patrimoine pour la ville de Tombouctou, jugeant que les modes de financement n’étaient pas adéquats. La volonté d’intégration d’un volet économico-culturel dans les programmes de développement local s’est accélérée au Mali comme en Éthiopie depuis les années 2000 et le développement du programme Africa 2009. L’idée de base est que « les problèmes que l’Afrique doit affronter en matière de conservation ne doivent pas être considérés uniquement d’un point de vue technique, mais aussi en prenant en compte la relation qui existe entre le patrimoine immobilier et son contexte social, économique et environnemental » [ICCROM, 2005, p. 3].

  • 19 Restauration déjà entreprise dans un programme antérieur.
  • 20 L’AGETIPE (Agence d’exécution de travaux d’intérêt public pour l’emploi) a pour but de faire exécut (...)

45À Tombouctou, cela s’est concrétisé dans le Programme de Développement Urbain et de Décentralisation (PDUD) par des décisions telles que la restauration des mosquées19, la clôture des cimetières et l’organisation d’un tronçon touristique. Ce programme, dans lequel l’État malien est impliqué, a pour financeur principal la Banque mondiale. Suite à un appel d’offre au niveau national lancé par l’AGETIPE20, une entreprise chinoise et une entreprise européenne ont été retenues. Début 2004, les travaux ont commencé avec la clôture des cimetières et ils se poursuivent par la phase d’assainissement et de pavage des rues correspondant au tronçon touristique (un milliard de FCFA). À Aksum, un programme de la même Banque mondiale est en cours et cible plutôt le développement des activités artisanales de façon à dynamiser l’économie locale.

46La restauration des trois mosquées classées de Tombouctou date de 1999 et elle est poursuivie par une restauration des façades de leur environnement immédiat. Certains dénoncent ici une politique peu ambitieuse du Centre du Patrimoine Mondial qui se contente de donner dans le façadisme à un moment où les opérations de restauration patrimoniale devraient être appuyées par des réflexions intégrant l’ensemble des contextes social, économique et environnemental. De même, certains critiquent une confiscation d’éléments du patrimoine au profit d’une logique de vitrine financièrement rentable pour de nouveaux venus. Le renforcement de la mise en spectacle du crépissage amène certainement à repenser le scénario actuel favorisant la participation de l’ensemble de la population. Une bonne partie du festival, voire du crépissage de la mosquée de Djenné a ainsi été financée par des opérateurs étrangers réalisant un film. Au Mali, la systématisation des festivals depuis deux, trois ans amène à s’interroger sur ce délicat passage qu’est la mise en spectacle de la tradition, du patrimoine immatériel et sur la course qui s’installe entre les concurrents pour capter les financements. Le patrimoine est maintenant devenu un créneau économique surfant sur le partenariat public-privé et s’inscrit au rythme des affaires internationales et des appétits sollicités par cette manne relativement nouvelle. Être relié au reste du monde dans la logique d’une connexion à petite échelle est certainement de plus en plus important. Un véritable aéroport existe à Lalibäla depuis une dizaine d’années. Une ville aussi enclavée à l’intérieur du Mali que Tombouctou dispose aussi d’un aéroport. L’accessibilité est fonction de la richesse des visiteurs. Le jeu du temps et de l’argent s’exprime ici pleinement. La rapidité d’accès se mesure aux moyens financiers disponibles. Le touriste aisé est le seul à pouvoir espérer contrôler le temps. L’accès par avion à ces territoires isolés lui est rapide et, localement, il peut souhaiter profiter d’un « arrêt sur image » : avoir l’illusion d’avoir été transporté dans une époque passée qu’il peut éventuellement juger « authentique ». Le marketing du patrimoine se construit beaucoup sur la transmission « intacte » du passé. L’image de vente est aussi celle du temps arrêté et de la possibilité d’en profiter. C’est tout un art que de faire consommer le temps arrêté mais aussi de faire prendre leur temps aux visiteurs.

Conclusion

47Le patrimoine acquiert une valeur économique avec l’augmentation du tourisme et il est de plus en plus considéré comme un outil de développement. Sa qualité même est à connecter avec le respect d’un environnement intégrant les dimensions du social et de l’économique, et bien sûr avec la possibilité d’une transmission intergénérationnelle respectueuse de la mémoire et de la diversité des sociétés. Pour ce faire, des temporalités spécifiques sont mobilisées. Les temps de la mémoire et de l’histoire doivent pouvoir se rencontrer avec les temps de la vie politique, des activités économiques mais aussi des pratiques et expressions sociales. Or l’articulation des différentes temporalités s’avère délicate. Le long terme sur lequel devrait s’appuyer un développement soutenable et qui est aussi celui de la transmission intergénérationnelle se heurte souvent à des actions beaucoup plus ponctuelles, qui sont de l’ordre du mandat. Le court terme d’actions sur contrat permet certes de résoudre certaines situations d’urgence, mais manque souvent de repères stratégiques nécessaires à la continuité d’un développement équilibré et respectueux du bien-être et des attentes des sociétés locales. Ces différences d’échelles temporelles aboutissent souvent à une confusion des finalités et à la difficile intégration d’un patrimoine, qui se veut partagé, au projet local. Ce qui est considéré comme patrimoine commun appartenant à la communauté est introduit dans une nouvelle logique, celle du rapport marchand et de la rentabilisation qui amène alors le patrimoine à passer de bien commun à bien marchand. Les orientations à long terme semblent se détacher du court terme à qui il reviendrait la gestion quotidienne de territoires mis en concurrence. La planification et la gestion dans la durée sont alors difficilement assurées. La nécessité de la mise en cohérence entre les courtes temporalités des pratiques, de la gestion, des actions d’aménagement, des décisions et les prospectives et orientations données sur le temps long est plus que jamais nécessaire. « Faire du patrimoine un levier du développement urbain » [Greffe, 2000] place la réflexion au cœur d’une démarche élargie, celle de la planification urbaine et dépasse bien sûr la seule question de la conservation. L’absence de continuité et la segmentation des interventions sont dommageables à la cohérence globale du développement.

Haut de page

Bibliographie

BERHANOU Abebe (1998), Histoire de l’Éthiopie, d’Axoum à la révolution, Paris, Maisonneuve et Larose, 238 p.

BOSREDON Pauline (2005), Alep, Harar, Zanzibar, Une étude comparative des processus de construction patrimoniale et de classement au patrimoine mondial des centres historiques de trois villes du sud, Master2, Université Rennes2, 187 p.

BOUKHARI Sophie (1998), Lalibela : les églises sont fatiguées, Courrier de l’UNESCO, 6 p.

CHOAY Françoise (1992), L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 132 p.

DEVISSE Jean (1983), “Urban History and tradition in the Sahel”, in Reading the Contemporary African City, pro- ceedings of Seminar Seven in the Series Architectural Transformations in the Islamic World, held in Dakar, Senegal November 2-5, 1982, Singapore, Concept Media Pte Ltd, 164 p.

GALLAIS Jean (1984), Hommes du Sahel, Paris, Flammarion, 289 p.

GREFFE Xavier (2000), Le patrimoine comme ressource pour la ville, Les Annales de la recherche urbaine, n° 86, pp. 29-38.

ICCROM, Centre du Patrimoine Mondial de l’UNESCO, Craterre-Ensag (2005), Africa 2009, chronique n° 5, 19 p.

MAAS P., MOMMERSTEEG G. (1992), Djenné, chef-d’œuvre architectural, Institut des Sciences humaines, Bamako, U. de technologie, Eindhoven, KIT, Paris, Karthala, 224 p.

Mc INTOSH R. (2002), « L’origine de Djenné d’après les sources archéologiques », in J. Brunet-Jailly (dir.), Djenné, d’hier à demain, Bamako, Donniya, 2, pp. 13-26.

OUALLET Anne (2000), Émergence patrimoniale et conflits en Afrique subsaharienne : l’exemple du Mali, Norois (Patrimoine et environnement : les territoires du conflit), n° 185, pp. 23-40.

TRAORE Ibrahim (1984), Actes du premier séminaire culturel de Djenné, 17-20 décembre 1980, Division du patrimoine culturel, Ministère de la Culture du Mali, 78 p.

Haut de page

Notes

1  Cham, fils de Noé aurait engendré Kush qui lui-même aurait engendré Ethiopos, qui à sa mort aurait été enterré à Aksum donnant son nom aux habitants de ce pays. Aksumawi, fondateur d’Aksum, serait le fils d’Ethiopos.

2 Cette Arche d’Alliance contenant les tables de la Loi reçues par Moïse sur le mont Sinaï serait conservée dans une chapelle de la cathédrale d’Aksum, mais ne peut être vue car elle deviendrait alors invisible...

3 Une pierre qui marque le « nombril » de Harär, gay humberti, rappellerait ainsi l’intervention du Prophète et l’envoi de deux maçons mecquois pour restaurer la ville et construire les remparts à la suite d’un saccage des chrétiens (1550) et à la demande de l’émir Nur, considéré comme le saint patron de la ville. L’anachronisme évident de ce mythe valorise les relations avec les sources de l’Islam.

4 La légende veut que ces églises aient été construites en vingt ans comme le temple de Salomon. Les historiens penchent pour un siècle.

5 Différentes pistes sur la fondation urbaine sont suggérées par le recoupement des sources orales et écrites (notamment Es-Saadi, Tarikh as-Sudan).

6 Nom du torchis en Afrique de l’Ouest. En Éthiopie, c’est le terme de tcheqa qui est employé.

7 L’alhor est un calcaire blanc local.

8 La Dina correspond à l’Empire théocratique de Cheikou Ahmadou.

9 Soit 500 à 2000 FF (75 à 300 €).

10 Le margouillat est une espèce de gros lézard coloré.

11 La Charte de Venise, signée en 1964, dégage les principes de la conservation et de la restauration des monuments en insistant notamment sur le fait que l’humanité est responsable d’un patrimoine commun qu’elle doit transmettre dans « toute la richesse de son authenticité » [Charte de Venise, 1964, préambule].

12 Le document de Nara, écrit à la suite de la conférence de Nara organisée par l’UNESCO en 1995, remet en cause l’usage du critère d’authenticité appliqué au patrimoine bâti.

13 Françoise Choay [1992] montre aussi que, dans certaines sociétés, le monument est vivant et régulièrement reconstruit rituellement.

14 Même si on remarque à l’heure actuelle une perte de solidarité des groupes d’âge.

15 Ce directeur dépend de la Direction Nationale du Patrimoine et représente aussi l’UNESCO.

16 Plus de 200 maisons recensées.

17 Enquêtes personnelles réalisées en février 2006.

18 Déclaration de F. Anfray [Boukhari, 1998].

19 Restauration déjà entreprise dans un programme antérieur.

20 L’AGETIPE (Agence d’exécution de travaux d’intérêt public pour l’emploi) a pour but de faire exécuter et de gérer des projets d’utilité publique. Cette agence a été créée en 1992 sur l’initiative du gouvernement du Mali et avec le soutien financier de la Banque mondiale et de la KFW.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Les villes du patrimoine mondial en Éthiopie
Crédits Sources : World Food Program - Géoatlas
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Carte 2 : Les villes du patrimoine mondial au Mali
Crédits Sources : World Food Program - Géoatlas
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2208/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Ouallet, « Patrimoine et temporalités dans les villes africaines du patrimoine mondial », Espace populations sociétés, 2007/2-3 | 2007, 317-331.

Référence électronique

Anne Ouallet, « Patrimoine et temporalités dans les villes africaines du patrimoine mondial », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/2-3 | 2007, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 27 mai 2017. URL : http://eps.revues.org/2208 ; DOI : 10.4000/eps.2208

Haut de page

Auteur

Anne Ouallet

Université Rennes 2, UMR 6590, RESO
en détachement à l’IRD, UR 029, Environnement urbain
34, rue Henri Varagnat
93 143 Bondy cedex
anne.ouallet@uhb.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org