Navigation – Plan du site
Articles
Temporalités et coprésences

La mixité sociale à l’épreuve des nouvelles temporalités

Putting Social Mix to the Test of Temporalities
Jean-Marie Allain
p. 299-304

Résumés

La politique publique du temps s’est longtemps limitée à l’aménagement du temps de travail. Elle s’est aujourd’hui déplacée pour prendre en compte la demande d’une amélioration du confort, le souci du développement durable et l’arrivée massive d’une catégorie d’inactifs.
La ville doit donc s’adapter aux nouvelles temporalités. Cette adaptation ne va pas de soi étant donné les attentes divergentes des différents groupes sociaux et risque de générer de nouvelles inégalités.
La question résidentielle n’échappe pas à ce risque et la mixité sociale tant recherchée peut se heurter aux temporalités sociales contrastées. La fracture temporelle peut ainsi se rajouter à la fracture sociale.

Haut de page

Texte intégral

1Quel contraste sur cette question des temporalités entre l’inflation éditoriale des années 90 et le silence qui s’est installé depuis ! Les critiques dont a fait l’objet la politique de réduction du temps de travail y seraient-elle pour quelque chose ? Le travail a souvent été, il est vrai, considéré comme étant au cœur de l’organisation temporelle collective, justifiant l’approche des temporalités sociales par la plus ou moins grande synchronisation des rythmes de vie par le travail.

2Nous souhaitons, au travers cet article, contribuer à relativiser cette approche et montrer en quoi les nouvelles temporalités sociales, de par leur disparité, rendent beaucoup plus aléatoire l’objectif de mixité sociale affiché dans les politiques publiques.

3L’irruption massive des inactifs, conjuguée avec les changements intervenus dans l’organisation du temps social des actifs, a progressivement fait glisser la problématique de la temporalité, longtemps appréhendée sous l’angle du seul temps de travail, vers la question plus large du temps social, imposant, avec plus ou moins de facilités, toute une série d’adaptations dans le fonctionnement et l’aménagement des villes. Mais sans pour autant parvenir à contenir l’émergence de nouvelles formes d’exclusion, ce qui ne manque pas d’interpeller du même coup sur les méthodes d’observation et d’enquête relatives à cette question des temporalités.

De la question du temps de travail à la question du temps social

4Durant deux siècles en effet, les rythmes de vie ont été synchronisés par une organisation du temps social fortement marquée par le compromis entre la production économique, facteur dominant, et les occupations hors travail, certaines antérieures à la révolution industrielle, comme les pratiques religieuses ou les évènements festifs, liés à la religion ou hérités de la société rurale. Le cadre temporel de l’organisation sociale était donc bien un cadre pluridimensionnel, même si la dimension travail y occupait la place essentielle.

5Et, pendant plusieurs décennies, sur la base du compromis décrit ci-dessus, la politique publique du temps s’est faite exclusivement à partir de la réduction ou de l’aménagement du temps de travail. La loi sur les congés payés en 1936 va marquer l’organisation des temps sociaux dans le sens d’une plus grande autonomie des salariés. En 1958, le ministre des Transports crée le Comité National pour l’Aménagement des horaires de Travail (CNAT), à qui l’on doit la journée continue et les premiers décalages horaires visant, sur le modèle allemand, à diminuer les encombrements sur les voies urbaines et à l’animation dans la ville.

6D’autres initiatives suivront jusqu’à la fin des années soixante-dix, avec notamment la mise en place dans les grandes villes de province des Comités Locaux pour l’Aménagement du Temps (CLAT). Mais l’individualisation des horaires sans adaptation de l’offre des transports collectifs (le cadencement par exemple) ne fera finalement, avec la banalisation de l’automobile, qu’augmenter le recours au transport individuel.

7Au même titre que l’explosion des hypermarchés ne suffit pas à expliquer la disparition du petit commerce traditionnel, les aménagements du temps de travail ne peuvent suffire à expliquer l’évolution des rythmes urbains si l’on n’intègre pas d’une part l’évolution des moyens de transport, en particulier de l’automobile qui participe à la désensibilisation à la distance et finalement contribue de façon déterminante à la péri-urbanisation, et d’autre part les nouveaux modèles culturels dont ils sont porteurs comme le culte de la vitesse, voire de l’instantanéité. La question de l’aménagement du temps de travail a donc progressivement intégré la question des transports.

8Le contexte économique, culturel et environnemental né avec la montée du libéralisme et du consumérisme a profondément changé les choses. Certes, le façonnage du temps social reste largement influencé par le travail.

9Si l’organisation du temps social s’organisait selon le rythme imposé aux travailleurs par les paramètres synchronisateurs traditionnels de la vie sociale (temps scolaire, temps productif, temps de la prière, temps des loisirs), elle subit aujourd’hui une profonde modification, d’une part due à l’irruption massive des inactifs (scolarité prolongée, allongement de l’espérance de vie, importance d’une population exclue durablement du travail) et d’autre part à la nouvelle hiérarchie combinatoire du temps social des actifs (diminution de la part travail au profit du temps de loisirs et affaiblissement corrélé de la pratique religieuse dominicale), contribuant à faire des temps sociaux autrefois relativement monochrones des temps différenciés (polychrones) et imposant le passage d’une approche longitudinale et uniforme des temps sociaux à une approche plus transversale et multiforme.

10Mais, sous la pression des modèles socio-culturels et des préoccupations environnementales, cette problématique d’aménagement du temps, né du besoin pour les entreprises et les pouvoirs publics de faire circuler plus rapidement les personnes et les machines (travail posté), doit désormais répondre à une demande sociale beaucoup plus large et s’est déplacée pour englober la volonté d’améliorer le confort de la vie de chacun et le souci d’assurer le développement durable de nos villes. Finalement, l’émergence de la problématique de la temporalité illustre un nouveau type de paradigme.

11La ville doit donc répondre à des demandes sociales qui peuvent remettre en cause son mode d’organisation ou exiger d’elle davantage de souplesse. Il en est ainsi d’un certain nombre de services, marchands ou non marchands, envers lesquels la demande sociale se montre de plus en plus exigeante, notamment en termes d’élargissement ou de modification des temps d’ouverture de ces services pendant que, concomitamment, le cadre législatif tend, sous la pression de la demande du monde salarial, à instaurer plus de rigidité.

12L’organisation des pratiques cérémoniales (obsèques, mariages...) dans un espace urbain converti au fétichisme de la vitesse, n’échappe pas à cette contradiction. Le temps des rites se heurte de plus en plus au temps des villes et à son exigence de fluidité du trafic.

13Plus curieusement, il arrive même que dans le cas où l’ensemble des acteurs (élus, parents, professionnels) trouvent un consensus pour adapter les plages d’ouverture des services (comme la semaine scolaire de quatre jours) la rigidité administrative, pour des raisons obscures, s’y oppose.

14La ville doit également s’adapter aux nouvelles temporalités jusque dans la conception et le fonctionnement de ses espaces publics mais aussi de ses services publics et même privés. Les marchés, imaginés pour permettre à l’épouse d’aller faire ses courses pendant que le conjoint était au travail, seraient-ils condamnés à n’exister que le matin, au risque d’en exclure les actifs ? La sacralisation des places communales dont toute velléité d’aménagement se heurte à l’organisation, une fois l’an, d’une fête foraine, est un autre exemple du poids de l’héritage d’un temps social daté au détriment des évolutions récentes.

La proximité spatiale rattrapée par les temporalités sociales

15Les incidences ne se limitent cependant pas à la discordance entre l’offre en services de la ville et les demandes issues des nouvelles temporalités.

16Elles se ressentent également dans la différence qui existe au sein de ces nouvelles temporalités et qui laissent transparaître de nouvelles inégalités, voire parfois de nouvelles formes d’exclusions.

17Au-delà de l’hétérogénéité foisonnante des rythmes quotidiens et de la fragmentation des temps sociaux, c’est en effet la désynchronisation sociale des rythmes urbains qui prédomine.

  • 1 Décret du 19 mars 1986.

18La fragmentation des temps sociaux affecte, on s’en doute, les rapports à l’espace et paraît finalement conforme au référentiel de l’action publique, celui de « la nécessaire diversité de la composition sociale de chaque quartier »1. Ce référentiel puise ses sources dans la culture aristotélicienne. Le grand philosophe pensait que la ville devait être composée de différentes espèces de gens, différents par le sexe, le métier, la condition sociale, l’origine ethnique... une vision que l’on retrouve en ...1946, dans une circulaire du ministère de l’Équipement qui affirme que « c’est dans la fusion des classes que se scellera entre les habitants de la ville une nouvelle fraternité ».

  • 2 Loi d’Orientation pour la Ville du 13 juillet 1991.
  • 3 DESCHAMPS E, La notion de mixité sociale dans le champ normatif , Faculté de Droit de Besançon.

19D’où cet impératif de la « coexistence des diverses catégories sociales »2, que l’on appelle mixité sociale par commodité de langage3 et qui renvoie plus largement à un imaginaire de la communauté perdue , synonyme de cohabitation harmonieuse et de brassage des fonctions, des cultures, des catégories sociales mais aussi des temps sociaux : ceux qui ont trop de temps peuvent en donner ou en vendre à ceux qui n’en ont pas.

20Cette désynchronisation sociale interroge néanmoins sur ses incidences possibles tant en matière d’attentes divergentes à l’égard des services et des espaces publics que sur le plan des interactions entre des groupes sociaux aux temporalités disparates. Plus précisément, cela signifie que l’organisation des temps sociaux ne s’opère plus seulement en fonction des éléments synchronisateurs de la vie sociale mais du statut socio-économique des personnes concernées et dont la lecture comparée des temps sociaux permet d’entrevoir le potentiel mais aussi les limites.

21On sait par exemple que le temps libéré n’améliore pas de façon uniforme l’accessibilité aux équipements et aux services dans la mesure où l’enclavement territorial, conjugué avec la pauvreté des moyens financiers et culturels, produit une distorsion dans les probabilités et les modalités de déplacements.

22Dans le même sens, la désynchronisation des rythmes de travail, conjuguée avec la flexibilité grandissante de celui-ci, crée un nouveau type de mobilité marqué par l’individualisation des modes de déplacements, préjudiciable aux transports collectifs si ceux-ci ne sont pas cadencés et entraînant ainsi une perte de mixité dans les transports.

23La révolution du temps a ainsi modifié la culture de la mobilité et changé notre rapport au territoire en instaurant de nouvelles inégalités. Est-ce un hasard si les horloges changent d’aspect ? Aux aiguilles qui avançaient pas à pas sur le cadran du clocher, marquant le passé, le présent et le futur, se substituent désormais des panneaux électroniques sur lesquels l’instant s’affiche à la seconde près.

24Il est vrai que l’élite se fait un devoir d’être pressée. La distinction sociale chère à Bourdieu passe aussi par le rapport au temps et les règles d’hygiène temporelle. Gérer son temps, ne pas rater son rendez-vous ou son TGV, arriver avec un peu de retard deviennent des signes de reconnaissance et de distinction par rapport à celles et ceux qui peuvent se réveiller ou manger à n’importe quelle heure, être à l’heure aux rendez-vous qu’on leur fixe parce qu’ils n’ont rien d’autre à faire. L’exclusion socio-économique est aussi une exclusion du temps.

25La sphère résidentielle n’échappe pas à cette exclusion par le temps. Les pouvoirs publics ont développé ces dernières années des formes d’habitat spécifiques pour les plus démunis dont la caractéristique est d’être un habitat de transition, c’est-à-dire imposant un statut d’occupation précaire dans le temps au point que certains chercheurs n’hésitent plus aujourd’hui à parler de déconstruction du rapport locatif sur le modèle de la déconstruction du rapport salarial.

26Lorsque les politiques publiques visent par le jeu des démolitions-reconstructions, à réintroduire des couches moyennes dans les quartiers excentrés qui s’en étaient vidés, elles oublient que la distance au centre, et donc le rapport au temps, n’est pas le même selon que l’on dispose d’une totale autonomie de déplacement ou que l’on demeure tributaire d’une offre de transport public.

27Les catégories les plus aisées, qui sont aussi les plus mobiles, mettent à profit le temps disponible pour s’éloigner de leur espace résidentiel et des populations les plus captives (carte scolaire, séjour durant les vacances scolaires...), contournant en quelque sorte les attendus de la mixité planifiée, c’est-à-dire le brassage social.

28La RTT a donné à ceux qui avaient déjà des revenus suffisants les moyens de consommer sur leur temps libre des services privés marchands (restaurants, etc.) et publics à caractère culturel, accentuant les inégalités visibles dans l’espace urbain (départ en vacances) et aggravant, via le voyagisme, les incidences environnementales (pression résidentielle sur le littoral, voyages en avion, aménagement des infrastructures...) pendant que les plus modestes occupent ce temps libéré (et souvent aux mêmes moments) à des pratiques d’achat ou de loisirs qui, loin de les rapprocher des autres, confortent la ségrégation socio-spatiale.

  • 4 OBERTI Marc, L’école dans la ville, Presses de Sciences Po (à paraître).

29Les analyses de réseau montrent que les liens sociaux se nouent par-delà l’échelle spatiale et d’abord selon des affinités sociales, formant souvent des « communautés sans proximité », totalement émancipées du cadre spatial. La carte scolaire en donne un autre exemple. C’est parce que certaines familles disposent d’une plus grande autonomie temporelle et financière qu’elles peuvent contourner la carte scolaire et scolariser leurs enfants dans des établissements plus éloignés de leur domicile mais proposant des filières d’excellence4. Sans même avoir besoin de s’éloigner physiquement, ces catégories peuvent, grâce aux réseaux câblés, mettre en place un espace de communication réticulaire qui rend l’espace géographique complètement secondaire.

30Ainsi, l’accès à certains services par Internet, lui aussi nettement marqué socialement, soustrait encore davantage toute une catégorie de la population aux possibilités de rencontre dans certains lieux publics. Une mixité statistique de l’espace peut donc n’être qu’une apparence trompeuse en termes de vie sociale. Assimiler l’hétérogénéité sociale d’un quartier à un cadre suffisant pour y inscrire du lien social, c’est croire que la diversité sociale d’un espace résidentiel suffit à y contenir et à y développer des pratiques d’interaction sociale, et finalement postuler une nouvelle forme de déterminisme spatial. C’est oublier que les groupes concernés vivent des temporalités différentes et, qu’avant même d’adopter des stratégies d’évitement, n’ont qu’une faible probabilité, si pas de s’y croiser, en tout cas de s’y rencontrer.

Temporalités désynchronisées et conflictualités spatiales

31Au-delà de cette disjonction dans les temporalités et des exclusions qu’elles inscrivent sur le territoire, nombreux sont les exemples d’une cohabitation frictionnelle dans l’espace urbain entre les différentes temporalités sociales.

32À l’échelle locale, la question des nuisances sonores est probablement le point de fixation de cette confrontation des temporalités. L’intensité sonore pourra être la même entre le son du piano du fils de l’instituteur qui répète le soir, le moteur du Cessna du cadre friand de tourisme aérien le dimanche matin, le bruit de la mobylette de l’éducateur du centre social qui part à une heure matinale ou la résonance nocturne du tam-tam du jeune voisin qui fête son anniversaire dans le square du bas... elle ne sera pas vécue de la même façon d’abord parce qu’on supporte d’autant moins le bruit lorsqu’il renvoie à une pratique d’un groupe social dans lequel on ne se reconnaît pas, ensuite parce que la discordance des rythmes sociaux hypothèque la concordance pacifique des lieux et menace par conséquent la qualité du lien social.

33On se demande d’ailleurs dans quelle mesure cette discordance des rythmes sociaux, en remettant en cause la dualité ancestrale entre le temps de repos et le temps de la vie sociale, entre le temps du silence et le temps du bruit, ne touche pas à l’antagonisme durkheimien du sacré et du profane, point d’appui de la notion sociale du temps.

34Le sacré, ce que le profane ne peut impunément toucher, ne s’arrête pas au cercle des lieux et des objets. Il englobe également les formes élémentaires de la temporalité.

35La proximité sociale peut alors, au vu de ces temporalités contrastées, perdre tout son crédit et alimenter une mise à distance spatiale, d’autant plus aisée que la réduction du temps de travail conjuguée avec l’autonomie de déplacement de ces groupes sociaux atténue fortement la dépendance à la distance.

36Cette désynchronisation des temporalités urbaines prend, pour les espaces collectifs, des formes tout aussi conflictuelles. En rompant l’amarrage d’une partie de la jeunesse au système scolaire, professionnel et familial, la crise sociétale a suscité l’émergence, au sein de cette jeunesse, de groupes en déshérence.

37À l’inverse des jeunes issus de classes socialement plus mobiles, ces jeunes adoptent des modes de regroupement fortement territorialisés sur certains espaces publics, de ce fait désertés ou évités par les autres acteurs sociaux qui peuvent percevoir cette occupation comme ostentatoire ou intempestive.

38On savait, depuis le célèbre article de Chamboredon et Lemaire (1970), que la proximité spatiale ne résorbait en rien la distance sociale. Notre propos a tenté d’éclairer cette affirmation à l’aune de cette dimension qu’est la temporalité sociale suite à l’irruption d’une forte catégorie d’inactifs.

39L’usage contrasté du temps libéré n’a pas rapproché les groupes sociaux mais l’inverse. Soit l’usage de ces temps sociaux se traduit par l’éloignement et la mise à distance, empêchant ainsi tout lien social ; soit il se traduit par la coprésence conflictuelle entre les actifs et les inactifs.

40Le mythe de l’alchimie sociale ne résiste pas à l’usage social des temporalités. Malgré les injonctions politiques, les efforts de mixité se trouvent ainsi contrariés, si pas annulés, par la distorsion des temporalités, le spatial étant en quelque sorte rattrapé par le temporel, les deux formant finalement un couple dont l’insécabilité (pour reprendre l’image de P. Buléon) n’est pas encore totalement intégrée dans l’appareil statistique officiel.

41On doit d’abord constater la rareté des enquêtes sur la question de l’usage social des temporalités urbaines. Et s’il est juste à ce propos de relire Maurice Halbwachs comme le suggèrent Lepetit et Pomain (1993) « pour y trouver, à l’enseigne de la mémoire, les indications pour une analyse sociale des modalités de mise au présent des espaces urbains », il convient aussi de s’interroger, à la lumière de ces nouvelles temporalités, sur le rôle que pourraient jouer les enquêtes sur les budgets-temps de l’INSEE, conçues sur le modèle des méthodes budgétaires héritées justement de Maurice Halwachs mais aussi des enquêtes emploi du temps (Time Use Surveys) mises au point en URSS dans les années 20 et utilisant les techniques de collecte par carnets d’activités.

42Outre que ces enquêtes se déroulent à des intervalles espacés (67, 75, 86, 99), elles n’accordent pas suffisamment d’attention à un type particulier du temps social qu’est le temps libre, l’une des quatre rubriques à côté du temps professionnel, du temps de travail domestique et du temps physiologique, et uniquement abordé sous l’angle du temps sans référence à l’espace.

43Ainsi, lorsque la personne interrogée note sur son carnet qu’elle se trouve à l’extérieur de son domicile, elle coche la case « extérieur », sans plus de précision. Lorsqu’elle inscrit qu’elle adopte un mode de garde pour ses enfants (crèche, nourrice ou centre de loisirs par exemple), on ne sait rien de la localisation de ses activités.

44De même, le questionnaire demande le temps estimé pour se rendre à une liste d’équipements, de services et de lieux publics proches du domicile mais ne demande pas à la personne de préciser si elle utilise ces lieux, ni le cas échéant, avec quelle fréquence.

45La question mérite donc d’être posée pour savoir si de telles enquêtes ne pourraient pas intégrer la préoccupation de l’usage social et localisé du temps libre (une socio-géographie du temps libre en quelque sorte) ou si ce type d’appproche doit rester cantonné à des recherches plus qualitatives, dans la tradition des monographies de Frédéric Le Play sur la méthode budgétaire des familles ouvrières. De telles enquêtes pourraient être à même de quantifier et de localiser les diverses confrontations et de mieux révéler comment la fracture temporelle peut se rajouter à la fracture sociale.

46Elles pourraient d’autre part aider à mieux cerner la question des conditions qui permettent, au-delà de la seule mixité, d’entretenir des sentiments de solidarité et en particulier la question des espaces publics et de la nécessaire intégration, dès leur conception, de ces nouveaux usages sans perdre l’idée d’y susciter ou d’y permettre « des occasions intermittentes de coprésence sociale » (Daniel Béhar), en d’autres termes le brassage et l’échange entre les diverses populations qui ont longtemps fait la richesse et l’attractivité des villes.

47Enfin, elles appelleraient peut-être à repenser l’idéal de la mixité sociale en acceptant qu’il puisse exister, au sein de villes socialement hétérogènes, des quartiers sociologiquement homogènes, propices au fonctionnement des réseaux de solidarité. Pour peu que ces regroupements ne soient pas imposés par des politiques de peuplement autoritairement planifiées.

Haut de page

Bibliographie

BÉHAR D. (1991), Les moyens de partir, l’envie de rester, Revue Projet, n° 227.

BÉHAR D. (2001), Plaidoyer pour une mixité revisitée, Fondations, n° 13.

BULÉON P. (2002), Spatialités, temporalités, pensée complexe et logique dialectique moderne, EspacesTemps.net.

CHAMBOREDON J.-C. et LEMAIRE M. (1970), Proximité spatiale, distance sociale, Revue Française de Sociologie, n° 1.

CHESNEAUX J. (1998), Habiter le temps, Bayard Éditions.

DESCHAMPS Emmanuelle, La notion de mixité sociale dans le champ normatif, Rapport introductif du Séminaire du GRIDAUH sur le principe de mixité sociale, Paris I, 25 avril 2003.

HUBERT M., JEMELIN C., MONTULET B., SCHMITZ S. (2005), Mobilités et temporalités, Facultés Universitaires Saint-Louis, Bruxelles.

LEIGTHON B. et WELLMAN B. (1981), Réseau, quartier et communauté, Espaces et Sociétés, (juillet-décembre), n° 38-39.

LEPETIT B. et PUMAIN D. (1993), Temporalités urbaines, Paris.

PROVONOST G. (1996), Sociologie du temps, Éditions De Boeck / Université de Bruxelles.

Le Temps des Villes : pour une concordance des temps dans la cité Rapport du Conseil Économique et Social– projet d’avis de la section du cadre de vie, 13 mars 2002.

VIARD Jean (2006), Éloge de la mobilité, Éditions de l’Aube.

Haut de page

Notes

1 Décret du 19 mars 1986.

2 Loi d’Orientation pour la Ville du 13 juillet 1991.

3 DESCHAMPS E, La notion de mixité sociale dans le champ normatif , Faculté de Droit de Besançon.

4 OBERTI Marc, L’école dans la ville, Presses de Sciences Po (à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Allain, « La mixité sociale à l’épreuve des nouvelles temporalités », Espace populations sociétés, 2007/2-3 | 2007, 299-304.

Référence électronique

Jean-Marie Allain, « La mixité sociale à l’épreuve des nouvelles temporalités », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/2-3 | 2007, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/2189 ; DOI : 10.4000/eps.2189

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Allain

Laboratoire TVES
Université des Sciences et Technologies de Lille
UFR de Géographie et Aménagement
Avenue Paul Langevin
59655 Villeneuve-d’Ascq Cedex
jm.allain.adus@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org