Navigation – Plan du site
Articles
Temporalités et mobilités

Les temporalités des touristes itinérants dans le Sud marocain ou la quête de liberté

Temporalities of the Roving Tourists in South Morocco, or the Quest of Liberty
Stéphanie Leroux
p. 273-284

Résumés

Cet article vise, en prenant l’exemple du Sud marocain, à comprendre les caractères propres aux touristes individuels pratiquant l’itinérance de manière autonome. En les comparant aux touristes voyageant en groupes organisés (qu’ils ne veulent pas être), il montre que tous effectuent des itinéraires et des escales similaires. Par contre, ils visitent moins de sites touristiques mais y restent plus longtemps. La distinction des pratiques touristiques se fait essentiellement par le mode d’hébergement utilisé, symbole de la volonté de ne pas passer par les réseaux « officiels » du tourisme international. Les hôtels non classés, de confort succinct et dont les services minimalistes se réduisent à l’hébergement uniquement, poussent ainsi les itinérants à passer davantage de temps à l’extérieur. Ils se retrouvent alors à flâner dans des lieux qui leur sont inconnus mais reconnus pour leur caractère exotique. Ils accordent en outre une importance au temps passé sur la route et à la traversée des grands espaces en cherchant, sans pour autant y parvenir, à fuir les masses urbaines et touristiques. De ce constat, l’article pose la question des motivations et des origines de ce mouvement touristique spécifique. Si le « tout » en est l’élément originel, mais qui est aussi celui des voyages organisés, l’article interroge aussi le mouvement beatnik qui a relancé l’errance initiatique, notamment en popularisant les « road movies ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Recherches effectuées dans le cadre de notre thèse de doctorat « Le rapport à l’autre à travers le (...)
  • 2 La majorité des itinérants viennent en avion et louent une voiture. Ceux qui utilisent les transpor (...)
  • 3 D’après les chiffres fournis par la Wilaya de Marrakech Al Tensift, la capitale marocaine du touris (...)

1L’itinérant se distingue des autres touristes par sa manière de pratiquer l’espace dans le cadre de ses vacances. Cela se caractérise par une mobilité quasi constante, une sorte de nomadisme où il va d’un lieu à un autre, dans un espace inhabituel et sur une période non quotidienne. Ce type de voyage touristique pose la question des temporalités qu’il contient. En effet, la vie des itinérants est ponctuée de périodes linéaires représentées spatialement par la route, entrecoupées d’escales marquant autant de ruptures temporelles et spatiales. L’itinérant se distingue aussi des touristes effectuant un circuit en groupe organisé commercialisé dans le cadre d’un forfait prépayé et pris en charge par une agence de voyage. Contrairement à ces derniers, les itinérants voyagent individuellement et organisent eux-mêmes leur périple touristique [Hillali, 2003, p. 195]. Vis-à-vis des tour-opérateurs, ils fonctionnent un peu comme des électrons libres qui échappent au contrôle de l’» industrie touristique » bien que les agences de voyages ne cessent d’inventer des formules destinées à les séduire. C’est l’une des raisons pour lesquelles il est impossible de les quantifier. Pourtant nos recherches effectuées au Maroc1 ont permis de mesurer l’ampleur du phénomène vu la prolifération des agences de location de voitures sans chauffeur2 et l’importance de leur parc automobile3. Malgré cette multiplication, on constate qu’en période de grande affluence la demande dépasse largement l’offre.

2L’importance de ce phénomène d’itinérance ne peut qu’interpeller les scientifiques sur des pratiques qui se trouvent être aux antipodes des comportements quotidiens qu’imposent les rythmes et les normes de notre société. Quels rôles jouent les temporalités dans ces parcours touristiques ? Dans un contexte où le tourisme se présente comme une « expérience non ordinaire (....) [devenant] rapidement une aventure extraordinaire, ce qui signifie que tout est possible,(...) [et où] le voyage s’avère propice à tous les débordements » [Michel, 2007, p. 1], nous nous attacherons à comprendre le rôle des dimensions spatiales et temporelles qui animent les pratiques et les représentations de ce type de tourisme. En effet, avant de présenter les résultats de nos enquêtes, il convient de situer l’itinérance dans son cadre touristique afin d’appréhender la construction et les valeurs symboliques de cette forme de mobilité.

1. Les éléments fondateurs de l’itinérance touristique

1.1. Les origines par le tour

  • 4 Thomas Cook (fondateur de l’agence de voyage du même nom) créa le premier voyage organisé en juille (...)

3Comme l’indique l’équipe MIT (2005, p. 20), l’itinérant est le descendant des jeunes aristocrates qui faisaient le tour, une sorte de parcours en forme de boucle. L’aristocratie anglaise puis la bourgeoisie et les classes moyennes de la société européenne expérimentent progressivement, à travers un grand tour devenant de plus en plus organisé4, l’art de voyager en appréciant l’esthétique des lieux traversés. Le phénomène des voyages organisés s’affirme et s’amplifie ensuite avec le développement du tourisme et son ouverture aux classes populaires. Cependant, ne voyant pas d’un très bon œil le partage avec celles-ci l’un de ses derniers privilèges, l’élite européenne veut alors se distinguer de la masse en inventant « l’art du voyage » comme pour marquer le caractère sacré de celui-ci. Cette idée est alors diffusée dans la société afin qu’une distinction soit faite entre voyage et tourisme, plus précisément entre le « noble » voyageur inspiré de la littérature romantique et des récits de voyages et le « vulgaire » touriste que l’on balade de site en site [MIT, 2005, p.20 ; Urbain, 2002].

4Cependant, si le tour est à l’origine de l’itinérance, il est aussi celui du voyage organisé en groupe tandis que l’origine sociale n’est pas suffisante pour différencier le « voyageur compréhensif » du « touriste idiot ». Mimoun Hillali (2003) distingue l’itinéraire comme « projection spatiale d’un déplacement à des fins touristiques » du circuit touristique comme « commercialisation des différentes composantes d’un itinéraire, sur la base d’un tour ou d’un voyage à forfait » (p. 195). Ce dernier va se massifier après la Seconde Guerre mondiale et surtout au cours des Trente glorieuses, servi entre autres par la montée des professionnels du tourisme qui vont offrir une prise en charge totale des voyageurs en diffusant l’image de pays du Sud décolonisés mais insécurisés et insalubres depuis le départ des colons [Deroo & Lemaire, 2005].

5Bien que ce tableau n’incitât pas les nouveaux touristes à découvrir l’itinérance, l’itinérant ne mourut pas pour autant et prit même une nouvelle forme à partir des années soixante en trouvant chez les beatniks une manne contre-culturelle qui le distinguait des touristes en circuits organisés. En effet, eux-mêmes influencés par la littérature romantique du 19ème siècle et les existentialistes de Saint-Germain-des-Prés de l’après-guerre, les beatniks donnèrent dès les années cinquante un nouveau souffle à la thématique de l’errance qu’ils ont popularisée à travers la littérature, la musique et le cinéma via le road-movie. Ces divers courants littéraires, philosophiques puis artistiques s’attachent à appliquer la forme étymologique du terme dont les origines viennent du latin « iter » (chemin qu’on fait mais aussi cours de notre affection) et « errer » (marcher à l’aventure) marquant l’action de s’égarer au sens propre comme au sens figuré de tomber dans l’erreur. Cette vision d’une errance de l’aliénation a régulièrement été entretenue par les pouvoirs territoriaux. Mais l’errance a néanmoins beaucoup perdu de sa charge symbolique à notre époque de mobilité généralisée. Elle procède en outre d’une démarche contestataire par rapport à un pouvoir estimé manipulateur. Quels sont donc les principes auxquels se réfèrent les itinérants et qui les identifient ?

1.2. La référence au road-movie comme expérience touristique "recréante"

« On y va – Mais où ? – Je sais pas, mais on y va ! » (Jack Kerouac, Sur la route)

6L’existentialisme est un courant philosophique et littéraire qui défend la liberté individuelle, la responsabilité et la subjectivité, considérant que chaque personne est un être unique, maître de ses actes et de son destin, irrémédiablement libre car disposant de la capacité de libre arbitre. La Beat generation, mouvement symbolique de l’Amérique des années cinquante et soixante, conteste le conformisme et le matérialisme de la société de consommation ainsi que le pouvoir des entreprises et des banques [Dister, 2005, p. 44]. Les hippies se distinguent des beatniks par leur mode de vie. Jean-Didier Urbain les qualifie de « néo-ruraux » : « Les premiers [hippies], cénobites, furent nettement tournés vers l’installation - retour à la nature « édens d’avant l’industrie -, tandis que les seconds [beat generation], sur la « route des zindes » ou d’ailleurs, furent des adeptes de la circulation, vagabonds, nomades ou pèlerins » [Urbain, 2002, p.155]. Outre cette distinction sédentaires / nomades, les premiers étaient aussi communautaires tandis que les seconds préféraient les expériences individuelles synonymes de liberté, quoique le sens de l’amitié et de la solidarité eût aussi de l’importance. Les hippies pouvaient effectuer un voyage qui avait davantage le sens d’un rite de passage tandis que la mobilité et le vagabondage des beatniks se rapprochaient d’une quête spirituelle de soi.

7Ce nomadisme a énormément inspiré les artistes : d’abord littéraires à travers les divers témoignages et romans autobiographiques des beat eux-mêmes, mais aussi la peinture, la photographie, la musique et le cinéma. Ces deux derniers domaines artistiques ont mythifié le mode de vie beat et hippy en popularisant et en diffusant la « beat attitude » dans le grand public. Le cinéma a exploité fortement la quête de soi à travers l’errance et la dérive transcontinentale. Avec le road-movie, il crée « un nouveau type de héros : le perdant magnifique, comme les deux motards fusillés au bout de la route dans Easy Rider de Dennis Hopper (en 1969) » [Dister, 2005, p. 57].

  • 5 De Canned Heat.

8Les roads-movies racontent rarement une histoire avec un début et une fin. Ils filment une parenthèse spatio-temporelle de la vie d’un personnage que l’épreuve du voyage rend hors du commun. Quand la route se termine, il est élevé au statut de héros, d’aventurier, de personnage mythique [Benaïm, 1995]. Le road-movie donne ainsi un rôle important à la route qui symbolise à la fois les vastes espaces et le temps long nécessaires pour permettre à l’individu de se transformer. Il se définit comme une rupture ou comme une vacance dans la vie des hommes mais constitue aussi une continuité pour mieux l’appréhender et la poursuivre. En effet, à la fin de la route, le héros retourne bien souvent à la vie ordinaire, fort de son expérience pour affronter la société et s’y intégrer... jusqu’à la prochaine parenthèse spatio-temporelle qu’il croisera sur son chemin (“On the road again !”5). Ce qui compte, c’est bel et bien l’errance et la vie qui la contient, le reste est sans importance et ne mérite pas d’être retenu.

9Dans cette vacance spatio-temporelle matérialisée par la route, la linéarité de celle-ci est ponctuée de ruptures que sont les escales. En même temps, le chemin à parcourir signifie l’inconnu, autant sur la longueur de la route que sur le temps que demandent des escales ponctuées d’aventures et de rencontres. Celles-ci sont de deux ordres : les rencontres malheureuses renvoient aux aspects de la société qu’ils fuient et qui les poussent à s’égarer, tandis que les rencontres heureuses et « authentiques » montrent le chemin à suivre. L’une et l’autre participent à la métamorphose du « loser » en héros mythique. La longueur du parcours, l’inconnu à venir et les paysages grandioses traversés constituent les symboles de l’initiation vécue par le personnage. Tantôt magnifiques, tantôt destructeurs, les paysages représentent la confrontation des héros avec eux-mêmes tandis que les jeux de lumière et les plans sur le soleil levant ou couchant symbolisent l’écoulement du temps. Ils incarnent en outre la liberté dans laquelle se trouvent les protagonistes, liberté énoncée par l’infini des espaces qui résistent à la civilisation, qui la dépassent et dans lesquels les héros se perdent pour mieux se retrouver. Les règles de la société se retrouvent ainsi bousculées. Tout devient extraordinaire : le temps, l’espace, le paysage et pour finir les personnages.

10Il importe à présent de voir, en prenant l’exemple du Sud marocain, comment les touristes itinérants appliquent les schémas développés par les road-movies. Comment effectuent-ils leur rupture spatio-temporelle avec la vie qu’ils mènent habituellement en France ? En cela, forment-ils un groupe de touristes à part qui se distingue vraiment des pratiques touristiques des circuits organisés ?

2. Pratiques spatio-temporelles des itinérants dans le Sud Marocain au départ de Marrakech

2.1. Qui sont les itinérants enquêtés ?

11L’exemple des itinérants français dans le Sud marocain permet d’illustrer notre réflexion. Nous avons concentré nos observations sur ceux effectuant les parcours en voiture de location au départ de Marrakech. En effet, ceux-ci constituent la part majoritaire de l’itinérance au Maroc, même si d’autres manières de pratiquer l’espace touristique (camping-car, trekking, randonnées équestres, etc.) sont apparues et tendent à croître. Les enquêtes de terrain ont fait l’objet d’un questionnaire (pouvant évoluer vers l’entretien compréhensif) effectué à Marrakech en 2003 et 2004 auprès de 422 touristes français parmi lesquels 12,5% ont déclaré pratiquer un tourisme individuel itinérant. Parmi eux, 83% effectuent un parcours en voiture, 13% utilisent les transports en commun (train et bus) et 4% sont venus effectuer un trek dans le Haut-Atlas. Cette dernière catégorie constitue un cas à part dans la mesure où la réglementation marocaine impose une prise en charge des touristes par des guides spécifiquement formés pour cette activité au vu des dangers que constituent la montagne et le désert. Le travail de terrain a par ailleurs fait l’objet d’une enquête ethnographique basée sur l’observation participante (accompagnement de touristes dans le Sud marocain et à Essaouira) et l’observation directe (observations sur des sites choisis pour être fréquentés par ces derniers).

12Une présentation de l’échantillon d’enquête permet de se faire une idée des touristes pratiquant l’itinérance en voiture individuelle au Maroc. Les enquêtés sont majoritairement (93%) des citadins. Parmi eux, près de la moitié (48%) sont originaires d’Île-de-France (dont 22% de Paris même), 18% vivent dans les grandes agglomérations françaises de plus de 500 000 habitants tandis que le tiers est issu de zones urbaines ou périurbaines secondaires. Ces enquêtés sont relativement jeunes par rapport à l’ensemble des touristes séjournant à Marrakech sachant qu’un quart de notre échantillon a au plus 27 ans, la moitié a moins de 33 ans et que les trois quart n’ont pas atteint l’âge de 47 ans, 4% seulement dépassant 65 ans. Près d’un tiers d’entre eux ont une profession intermédiaire, contre un quart de cadres et de professions intellectuelles supérieures et 12% d’employés. Les agriculteurs, artisans, commerçants, chefs d’entreprises et ouvriers sont totalement absents des personnes enquêtées. Ces itinérants voyagent majoritairement en couples ou en binômes à caractère familial (un père et son fils ou sa fille, deux sœurs, une femme et sa tante, ...) tandis que les familles avec parents et enfants sont plutôt rares sauf quand ces derniers sont des adolescents. Viennent ensuite les groupes d’amis (souvent composés de quatre individus plutôt jeunes) et les personnes voyageant seules (12% des enquêtés pour ces deux dernières catégories).

13La première motivation poussant les touristes enquêtés à venir pratiquer l’itinérance automobile au Maroc se rapporte à la recherche de dépaysement (65% des cas). Le terme est global et montre une certaine méconnaissance de la région (qui va de pair avec la volonté de se dépayser) tandis que les termes liés à la nature, au désert et à la recherche d’authenticité (« des relations vraies avec les gens ») reviennent souvent dans les témoignages pour se démarquer d’un tourisme de masse considéré comme « idiot » et irrespectueux des sociétés locales. Pour près de la moitié (40%), le climat participe au caractère dépaysant des lieux. Près d’un tiers (30%) ont choisi d’aller dans le sud du Maroc pour sa proximité avec la France (à trois heures d’avion de Paris), associée souvent (pour 15% des enquêtés) au coût peu onéreux par rapport à d’autres destinations plus lointaines. Une quatrième raison évoquée pour parcourir le Sud marocain est liée aux réseaux interpersonnels. En effet, 20% des enquêtés ont affirmé être venus pour avoir entendu parler (en bien!) du pays et de cette région (« on nous a conseillé de venir »).

14Comprendre les pratiques touristiques des itinérants français implique aussi d’observer la manière dont ils appréhendent le territoire touristique. Cela amène, entre autres, à analyser les valeurs spatio-temporelles attachées aux itinéraires, aux escales et à la route.

2.2. Des itinéraires similaires aux voyages organisés classiques

  • 6 La référence à Nouvelles Frontières tient au fait que cette agence de voyage s’est toujours affirmé (...)

15Les enquêtes montrent que la majorité des itinérants suivent des parcours préconçus qui leur ont été conseillés par les agences de location de voitures et/ou par les guides de voyages pratiques de type Le Routard, Le Petit Futé ou encore Lonely Planet. Ces différents circuits s’écartent peu de ceux proposés par des agences de voyage comme Nouvelles Frontières6 dans le cadre de ses circuits organisés ou de ses « autotours ». Ils montrent combien les itinéraires sont similaires dans leur programmation sauf bien sûr pour les pistes qui ne sont accessibles qu’en 4x4. Sans doute faut-il y voir pour partie un effet de la faible densité du réseau routier dans le sud du Maroc.

16Le suivi systématique de ces parcours est lié au fait que pour réussir leur périple dans le cadre d’un séjour court et dans un pays qui leur est inconnu, les itinérants individuels font confiance aux guides de voyages pratiques (dont le plus consulté et le plus symbolique est Le Routard) et aux professionnels du tourisme : hôteliers, restaurateurs, agents de location de voiture qu’ils rencontrent. Les itinérants et les touristes en groupe organisé effectuent ainsi des circuits similaires caractérisés par le même nombre d’escales et un kilométrage élevé impliquant de passer du temps sur la route. Par exemple, pour un séjour d’une semaine au Maroc, le nombre moyen d’escales est de 6 et le kilométrage varie entre 1000 et 1500 km. La route tient en ce sens une place majeure dans le temps passé à la parcourir. Elle constitue avec la voiture un acteur à part entière dans l’aventure vécue par les touristes.

17Un peu plus de la moitié (59%) des enquêtés visitent le Maroc en une semaine tandis que 31% passent de 10 à 15 jours sur place. Ces derniers partagent souvent leurs vacances entre une semaine dans un hôtel-club et une semaine à effectuer un parcours itinérant, ou alors ils combinent la visite du Nord (généralement les villes impériales) et celle du Sud marocain. 10% des enquêtés passent plus de deux semaines sur place. Les enquêtes ont révélé que le temps supplémentaire ne permet pas de ralentir la cadence sur un même parcours mais amène plutôt à découvrir d’autres circuits. Dans le cas où les touristes qui se rendent dans le Sud marocain sont présents sur place dix jours plutôt qu’une semaine, ils complètent leur circuit en se rendant à Essaouira et/ou à Taroudant. Il en est de même pour les touristes séjournant plus de deux semaines. En plus du Sud et du littoral, ceux-ci visitent généralement le moyen-Atlas, les villes impériales et le nord du Maroc.

18Les témoignages de ceux n’ayant pas encore commencé leur périple révèlent qu’ils ne savent pas ou qu’ils ne prévoient pas particulièrement à l’avance leur itinéraire : « dans le Sud, mais on verra sur place, sur le moment, en fonction de nos envies » ; « peut-être on fera pas tout le circuit qui nous a été proposé de faire, si un endroit nous plaît, on y restera. Si on n’aime pas, on tracera la route. On a une semaine pour découvrir le Sud et le désert, on verra ». Ces témoignages montrent la volonté des itinérants de disposer de leur temps libre. Même s’ils effectuent des itinéraires similaires aux circuits organisés et fréquentent les mêmes hauts lieux touristiques, ils le font par leur volonté propre au moment voulu. Ceci dit, ce manque d’organisation les pousse aussi sur place à suivre les flèches indiquées faute de temps suffisant pour dégoter le lieu et l’expérience singuliers.

19Cependant, les agences de voyage proposent de plus en plus d’escales diversifiées via la piste et le 4x4 qui introduisent les notions d’éloignement, de bout du monde, d’espaces vierges ... de touristes. Les circuits se transforment alors en « expéditions » en 4x4 permettant aux groupes en agence de quitter la route pour rejoindre la piste où ils croisent les itinérants individuels (photo1).

Photo 1 : Deux groupes de 4x4 touristiques admirant un point de vue dans le haut-Atlas

Photo 1 : Deux groupes de 4x4 touristiques admirant un point de vue dans le haut-Atlas

Tandis que les circuits et excursions en 4x4 attirent pour la notion de liberté et de bout du monde, les trains de Range Rover se croisent, se succèdent et s’arrêtent aux mêmes endroits. Sur les bas-côtés de la piste, des villageois marocains (adultes et enfants) vendent des bijoux, des boîtes décorées, des figurines en terre, etc. ; le tout provenant directement de Marrakech.

Source : cliché S.Leroux, 2004

20Si, à quelques variantes près, les itinéraires restent majoritairement les mêmes, qu’en est-il de la pratique des escales touristiques ?

2.3. Des escales pour prendre son temps et fuir les autres touristes

2.3.1. Prendre le temps de visiter

21Les escales sont définies par les attractions touristiques dont les guides de voyage font l’éloge. Mimoun Hillali (2003) distingue trois types d’étapes : les étapes principales sont celles qui hébergent les touristes la nuit et qui constituent bien souvent un attrait touristique important. Itinérants individuels et touristes en groupe y passent généralement un temps similaire. Les étapes secondaires disposent d’une attraction touristique et fournissent la possibilité de déjeuner. Lorsque le site est fortement fréquenté par les groupes, les itinérants tendent à le quitter rapidement. Enfin, les étapes techniques des groupes (de 15 à 20 minutes) ne sont pas suivies par les itinérants qui préfèrent s’arrêter pour observer un point de vue recommandé par un guide de voyage au prix d’un petit détour qui n’est pas forcément prévu dans les circuits organisés.

  • 7 Nous définissons les guides de touristes comme étant les hommes prenant en charge des touristes afi (...)
  • 8 Ce manque de confiance est de trois ordres : d’une part les touristes pensent que les guides de tou (...)
  • 9 La distinction entre guides pratiques et guides classiques est importante dans le sens où les premi (...)

22Au niveau des étapes principales, notre travail de terrain révèle que les touristes itinérants refusent bien souvent de faire appel à un guide de touristes7, préférant « se débrouiller » par eux-mêmes et avoir le choix d’organiser et de modifier leur programme de visite comme ils l’entendent. Quant aux explications permettant la compréhension des lieux (et que le guide de touristes pourrait apporter), les visiteurs expriment une sorte de méfiance vis-à-vis de ces professionnels8 puisqu’ils préfèrent rester autonomes et s’en remettre aux guides de voyage. Les trois quarts des itinérants enquêtés voyagent d’ailleurs avec un guide pratique9 et achètent parfois en plus un guide classique destiné à les informer davantage sur les aspects historiques, géographiques, culturels, socio-économiques et politiques du pays visité. Par ailleurs, plus les éditions des guides de voyage (notamment les versions spécialisées du type « Un grand week-end à... », « Autrement à ... », etc.) sont récentes, plus elles semblent s’appauvrir en informations culturelles tandis que se multiplient les mises en garde à l’» arnaque » et les incitations à la méfiance vis-à-vis des populations locales. Les itinérants effectuant leurs visites seuls disposent alors de moins d’outils pour comprendre les espaces qu’ils traversent. Paradoxalement, ceux que nous avons interrogés sont quasiment unanimes à proclamer pratiquer un tourisme écologique et à affirmer la dimension « intelligente » de leur démarche vis-à-vis d’une population locale qu’ils souhaitent rencontrer.

  • 10 Les sites fermés sont les attractions touristiques comme les monuments, musées, jardins, etc., élém (...)

23Au sein d’une escale présentant diverses attractions touristiques sur un même laps de temps, les visiteurs individuels n’ayant pas fait appel à une agence de voyage ni à un guide de touristes fréquentent moins de sites mais leurs visites sont plus longues. À Marrakech par exemple, sur une journée, les touristes individuels visitent un à deux sites fermés10 alors que les touristes en groupe ou accompagnés d’un guide tendent à en visiter trois ou quatre. Par contre, ces derniers ne restent dans ces attractions qu’une vingtaine de minutes en moyenne et au plus une demi-heure, tandis que le temps de visite moyen des autres se situe entre trois quarts d’heure et une heure et demie. Les itinérants, et plus globalement les touristes individuels, ont donc un programme moins cadencé et moins découpé que les autres touristes. Ils visitent moins de choses mais prennent davantage le temps. Pourtant, le manque d’information sur place à propos des musées, monuments et jardins de la ville pose la question de ce qu’ils y font. La réponse obtenue presque à chaque fois qu’on leur demande leurs appréciations sur les qualités esthétiques des sites est la suivante : "c’est beau!". Ce qui laisse supposer qu’ils s’imprègnent davantage de ces lieux et qu’ils se laissent bercer par l’imaginaire qu’ils inspirent. Ceux-ci se présentent alors comme autant d’étapes spirituelles dans le cadre d’un pèlerinage moderne qui les élève au statut de voyageur et peut-être même d’explorateur. En cela, ils se distinguent des touristes de masse qu’ils ne veulent surtout pas être.

24Mais cette distanciation se fait aussi par la manière de pratiquer les escales dans leur globalité. Les modes d’hébergement et de restauration établissent à nouveau une distinction entre ces deux formes de tourisme.

2.3.2. Dormir à la mode « beldi11 »

  • 11 Beldi vient de bled : le village. Référence sur place au local et à l’authentique pour les touriste (...)
  • 12 Encore récemment au Maroc, les hôtels non classés n’étaient pas comptabilisés dans les statistiques (...)
  • 13 Certains touristes pensent être hébergés dans un riad alors qu’ils logent dans un hôtel. Cela est l (...)
  • 14 La moitié des itinérants enquêtés ont spontanément insisté sur l’importance qu’ils attachaient à l’ (...)
  • 15 Dans les grandes escales touristiques comme Marrakech ou dans celles connaissant un succès touristi (...)

25Les itinérants choisissent majoritairement des hébergements différents de ceux utilisés par les villégiateurs et les touristes en voyage organisé ("autotours" compris). Ils sont près de la moitié (43%) à loger dans des hôtels non classés bien qu’un quart, généralement les personnes plus âgées, préfèrent loger dans des hôtels classés12 (en insistant souvent sur le fait que leur hôtel n’est pas un club ou alors qu’ils n’utilisent pas les offres de loisir qui y sont proposées). 15% affirment préférer être hébergés dans des appartements qu’ils louent tandis que 13% prétendent loger dans un riad13. Pour eux, l’hôtel se résume à sa fonction originelle : héberger. Les tarifs des hôtels non classés, largement moins onéreux que ceux des hôtels classés, ne sont pas systématiquement l’argument de leur choix. En effet, de nombreux enquêtés disent avoir les moyens de se loger dans les hôtels classés mais refusent d’y loger (sauf une fois de temps en temps quand le séjour est long, « pour souffler »). Ils affirment préférer des établissements de petite dimension, tenus par des autochtones et aux agencements considérés comme « plus authentiques ». Mais les propriétaires de ces petites structures manquent souvent de moyens pour entretenir correctement des établissements vieillots14 dont certains datent de la période coloniale15. Tous disposent d’un équipement sommaire avec peu de chambres équipées de sanitaires et de douches, et ils n’offrent pas la possibilité de se restaurer sauf éventuellement pour le petit-déjeuner. Ces hôtels de petite capacité, certes relativement nombreux à Marrakech en raison de sa grande notoriété touristique, sont nettement moins présents dans les autres escales du sud du pays. Pour pallier le manque de lits durant la haute saison touristique, nombre de ces hôtels louent des paillasses sur leur terrasse, proposant ainsi des nuits à la belle étoile, ou bien leurs propriétaires suggèrent de louer pour la nuit un appartement dont ils disposent.

2.3.3. Des hébergements qui incitent à passer du temps à l’extérieur

26L’organisation minimaliste de ces petites structures n’incite pas les clients à rester en leur sein durant la journée. De ce fait, les touristes hébergés tendent à passer un maximum de temps à l’extérieur. Ce temps libre, dans des lieux inconnus mais reconnus pour leur caractère pittoresque, est occupé à la flânerie. Les attractions touristiques et les promenades proposées par les guides de voyage deviennent ainsi autant de prétextes à visites. Toutes les personnes interrogées logeant dans des hôtels non classés ou de standing simple à Marrakech ont indiqué avoir passé des heures entières à circuler dans les souks, dans les quartiers touristiques de la médina (les plus téméraires allant jusqu’à s’aventurer dans les secteurs non ouverts au tourisme) et à fréquenter assidûment les terrasses des cafés qui leur servent d’observatoires sécurisés. Ces flâneries poussent ainsi les touristes à observer les territoires qu’ils traversent. La nonchalance de leur errance les situe en outre dans une temporalité proche de celle de nombreux autochtones : essentiellement les commerçants des souks et de multiples badauds à la recherche d’un travail et/ou d’une pièce potentiellement donnée par un touriste en signe de sympathie ou en échange d’un quelconque service (souvent lié à la perte de repères). Par ailleurs, ce temps devenu long est propice à la formulation de questions posées aux autochtones quand un lien de sympathie s’est instauré dans les rencontres. Ces expériences locales sont les plus marquantes et se racontent spontanément comme autant d’aventures vécues. En effet, à Marrakech, la plupart des touristes interrogés parlent très peu des sites fermés de manière spontanée. Seuls les jardins Majorelle bénéficient de remarques systématiquement teintées de louanges tandis que ce sont les souks, la place Jemaa el Fna, la médina et la vie ambiante qui touchent les visiteurs et qui retiennent leur attention, positivement ou négativement

27Les remarques faites par les enquêtés vis-à-vis de la ville rouge (Marrakech) montrent en outre leur attirance pour les campagnes et les grands espaces du Sud marocain.

2.3.4. Le rejet de la masse urbaine et touristique

  • 16 Une itinérante nous faisant part de ses mauvaises appréciations pour la ville de Marrakech, jugée t (...)

28Les itinérants parlent rarement avec passion de la ville et des lieux fortement fréquentés par les touristes. Quand un site conjugue ces deux critères, il est presque condamné d’avance. Les remarques faites sur Marrakech en sont un exemple typique : « Marrakech, c’est surfait ! On y est parce qu’on ne pouvait pas faire autrement ! » (enquêtes 2003-2004). Leurs témoignages révèlent qu’ils n’y sont pas aussi émerveillés que les autres touristes. Ils adoptent même une attitude blasée en parlant de leur expérience vécue sur place négativement puisqu’elle ne peut pas être de l’ordre de l’extraordinaire : « Ici, on est systématiquement emmerdé par la population » ; « On ne peut pas avoir de contact authentique avec les gens ici » ; « Non et puis le monde ici, ça grouille de partout et il faut faire attention à tout, se battre pour tout, franchement, moi je préfère partir dans le Sud, le désert, tout ça ! ». Il est important de signaler que ces critiques négatives sont souvent faites avant même que l’expérience de la ville n’ait eu lieu. En cela, les itinérants affichent la volonté de se distinguer des autres touristes en condamnant par avance une ville pour son succès touristique qui lui aurait fait perdre sa « pureté authentique ». En présentant Marrakech comme trop touristique, ils laissent entendre que cette activité lui aurait fait perdre toute son authenticité, aussi bien d’un point de vue paysager qu’en termes de rapports entretenus avec la population locale. Le tourisme de masse serait un facteur de corruption de cette population qu’il aurait même contaminée. Nous retrouvons là les critiques relatives à « l’abondance et la variété des idées reçues négatives sur le tourisme » que dénonce l’équipe MIT (2002, p.11). Ces stéréotypes condamnent autant les touristes abonnés à la formule des hôtels-clubs dans laquelle les itinérants ne se retrouvent pas, que la masse citadine autochtone à qui l’on reproche de ne pas « garder l’authenticité sauvage de leur condition initiale16 ». Par ce biais, on perçoit l’idéologie des guides pratiques comme Le Routard où l’habitant est présenté comme un être sans défense ni capacité réactive (un bon petit sauvage ?) face à la masse touristique qui imprimerait sur lui tous ses maux.

  • 17 Cité à propos de Mexico par Jean-François Fogel, À la rencontre de la plus grande ville du monde, G (...)

29En même temps, et les deux sont liés, le rejet des lieux urbains porte sur la concentration de la population présentée comme une foule « écrasante » voire une « masse polluante » dont la présence empêcherait d’apprécier à sa juste valeur le charme de l’architecture locale. Nous retrouvons là le stéréotype des villes du tiers-monde, grouillantes, misérables, polluées, crasseuses « dont la croissance frénétique et cancéreuse détruit son tracé et sa physionomie »17 et qui renvoient l’image effrayante des maux de la société actuelle [Raulin, 2002].

30À l’opposé, l’espace rural fait référence à un passé nostalgique, à un âge d’or où les concentrations de populations sont inconnues. La permanence de ces clichés semble être une des raisons qui pousse les itinérants à prendre la route et à préférer les espaces ruraux pour fuir le « tourisme de masse ». Et pourtant, paradoxalement, ils retrouveront dans le Sud les mêmes touristes qu’ils fuient à Marrakech (ceux en voyage organisé mais aussi les villégiateurs en excursion d’une journée ou en séjour dans les destinations du Sud : Ouarzazate, Taroudant, Agadir, ...), venus durant la même semaine et par les mêmes charters.

31À travers leurs critiques et leur rejet du tourisme de masse, les itinérants expriment une individualité que la montagne mais surtout le désert et la route qui les traverse vont permettre de développer.

2.4. La route et le désert : de l’individualité à l’initié

  • 18 Viator = voyageur.

« La recherche de la connaissance de soi (...) transforme l’homme en pèlerin (...). La condition itinérante fait de lui, selon l’expression employée par Gabriel Marcel, un homo viator18 » [M.-M.. Dary, 1971, La connaissance de soi, Paris, PUF).

32En contraste avec les escales marquées par la confrontation à l’autre (touriste et autochtone), la route devient l’espace où l’individualité va s’exprimer dans le cadre d’un entre soi (par la microsociété constituée à l’intérieur de la voiture), dans un espace-temps linéaire faisant s’éloigner les itinérants de l’escale précédente, mais aussi se rapprocher de la suivante.

33La route a deux échelles spatio-temporelles : celle, globale et encadrante, de l’itinéraire effectué durant la semaine, et celle, plus fine, des intervalles entre les escales. La temporalité de l’itinéraire peut s’identifier à une vie (celle du voyage dans le Sud marocain) avec une naissance (le départ) et une mort (l’arrivée et le retour en France) entrecoupée de différentes escales marquant des ruptures, des rencontres et des séparations. Cette métaphore de la vie donne une dimension symbolique à l’itinérance représentée comme une expérience initiatique enrichissante. L’itinérant ne reviendra pas de son voyage comme il était au début puisqu’il aura connu une renaissance à travers l’épreuve de « la traversée du désert ».

34La route se vit aussi entre les escales. Là encore, elle est marquée par un début et par une fin. Elle se compare alors à une échelle temporelle que l’on descend (éloignement de l’escale précédente), que l’on remonte (approche de l’escale suivante) mais aussi que l’on suspend en s’arrêtant par exemple pour admirer le paysage. Leur condition individuelle en voiture distingue les itinérants des touristes en voyage organisé puisqu’ils gèrent librement leur espace-temps, même si les contraintes de la nuit dans un hôtel (recherche de confort ou crainte de l’insécurité) et celles du retour de vacances restreignent fortement leurs choix. Malgré cela, la route représente symboliquement un espace de liberté.

35Cette liberté renforce le caractère « spirituel » de l’itinérance et prend toute sa dimension via les paysages traversés, grandioses, empreints d’une immensité qui fait prendre conscience aux itinérants de la relativité de leur condition humaine sur la planète (d’autant que les routes du Sud marocain sont loin d’être encombrées). Il n’est donc pas difficile, dans la voiture, de se sentir seul au monde. Entre l’Atlas et les grandes plaines plus ou moins vallonnées, le paysage est marqué par la désolation lunaire d’un désert de reg parfois ponctué d’une oasis de vie que l’itinérant traverse ou qui devient une escale. C’est aussi l’espoir de découvrir au fin fond du Sud caillouteux, au plus loin de la civilisation, la dune, « le désert des déserts (...) d’une indéniable beauté mais pour le moins peu engageant » [Roux, 1996, p. 9]. Les études menées par Michel Roux montrent les valeurs données au désert dans la société occidentale. Celles-ci se définissent par « les composantes fondamentales du schéma initiatique : souffrance, mort et résurrection. (...) Qu’il s’agisse du mystique, de l’officier du roman saharien, de l’explorateur, de l’aviateur tombé en panne, du montagnard, du voyageur, du compétiteur automobile, le héros saharien est un initié qui meurt à son monde d’origine et qui au travers des épreuves et de la souffrance que lui impose le désert, renaît, à ses propres yeux ou à ceux de son entourage, grandi d’une vérité nouvelle. » [Roux, 1996, p. 13].

36C’est ainsi que faire la route prend autant d’importance que les escales et les visites des sites touristiques. Ceux-ci servent même à renforcer l’aspect mythique du périple des itinérants en contrebalançant le monde « civilisé » à leurs escapades empreintes de liberté. Ces escales, fréquentées par les touristes en groupe organisé, sont indispensables aux itinérants pour leur permettre de se positionner comme des individualités libres, aventuriers et initiés faisant une pause avant de reprendre la route.

37Comme on l’a vu, les itinéraires apparaissent similaires pour les touristes individuels et ceux en voyage organisé, et les escales sont communes à tous les visiteurs du Sud marocain. Mais les itinérants se distinguent par leur manière de pratiquer les lieux en jouant sur la possibilité d’y rester plus longtemps ou d’écourter la visite. En cela, la maîtrise qu’ils ont de leur temps constitue un facteur de liberté comparé à la situation des touristes voyageant en circuit organisé.

Conclusion

38Ainsi, l’itinérance à travers le Sud marocain transpose toutes les caractéristiques du road-movie. Les itinérants se retrouvent effectivement dans une temporalité et un espace extraordinaires qui les amènent à faire voler en éclats toutes les valeurs et références de leur quotidien. Le temps d’un voyage touristique, ils vivent leur propre road-movie et défendent les idéaux de la beat generation et de leurs descendants hippies. Cette influence se ressent à travers le refus de passer par des professionnels du tourisme encadrés majoritairement par les tour-opérateurs internationaux (ou tout ce qui y ressemble), par la volonté d’effectuer leur voyage individuellement, de fréquenter des lieux perçus comme authentiques et de se distinguer des touristes de masse qu’ils ne veulent pas être. Ils rejettent ainsi à leur manière la société en refusant « d’être le citoyen [touriste] modèle (...) pétri de conformisme, menant une vie terne, balisée [comme le voyage organisé] jusqu’à la retraite [ou le retour en France] » [Dister, 2005, p.20]. Leur individualité leur permet d’être davantage mobiles, d’utiliser la voiture symbole de liberté et de disposer de leur temporalité touristique comme ils le désirent. Contrairement aux touristes adeptes des voyages organisés, les itinérants parlent de leur séjour comme d’une aventure, une épreuve dont ils sortent ressourcés. La clé en est la rencontre avec l’altérité : l’autre et surtout le territoire inconnu. Alors qu’ils effectuent les mêmes escales et visitent les mêmes sites que les touristes en groupes, ils s’en distinguent par des comportements fondés sur la possibilité de disposer librement de leur temps.

39Pourtant, leur soif de liberté est rattrapée par la société conformiste qu’ils fuient. Cela se manifeste par leur nombre croissant, par l’adaptation des agences de voyages qui créent des « autotours » et par les guides pratiques dont ils se servent. L’exemple du guide du Routard est typique. Son utilisation systématique contredit la notion de liberté. Suivre les indications qu’il donne, c’est se soumettre à ses recommandations. En ce sens, dans la volonté de se distinguer du « toutouriste » (Le Routard), l’itinérant - et plus globalement le touriste individuel - s’agglutine par exemple dans les bouibouis conseillés par le guide pour se restaurer, passant à côté d’adresses fortement appréciées par la population locale notamment en termes d’hygiène et de qualité des plats. Ces bouibouis « débordés » de touristes fidèles au Routard, imposent alors une cadence entretenue par le rythme de travail des serveurs, la pression inconsciente que donne la vue des touristes qui attendent leur tour pour s’asseoir à une table et par la promiscuité de ces lieux exigus. L’ambiance pousse ainsi les touristes à quitter les lieux dès qu’ils ont terminé leur repas. Seulement, la bible Le Routard a indiqué que c’était là qu’il fallait aller et pas ailleurs ! Car la confrontation à l’altérité et avec soi-même, « se retrouver au pied de son propre mur » (Jack Kerouac), bref pratiquer la liberté en prenant le temps de se tromper, de connaître, de comprendre et de choisir les lieux convenant le mieux à ses envies n’est pas une évidence dans un laps de temps aussi court. Les temporalités touristiques imposées par la société constituent donc une limite à cette liberté.

40Par ailleurs, en rejetant systématiquement le conformisme de la société et en s’indignant de la présence d’un McDonalds ou de l’autochtone vêtu à l’occidentale, ces itinérants immobilisent dans le temps révolu les sociétés qu’ils traversent car ils refusent leur évolution. Leur manque de temps, leur vision figée des sociétés et de ce mythe de la liberté, ainsi que la méconnaissance des lieux qu’ils n’ont pas le temps d’apprendre à connaître, ne leur donnent-ils pas ce regard passéiste qui ne voit pas les évolutions contemporaines inhérentes à la vie ? Et par là même, ne rejoignent-ils pas ces touristes de masse auxquels ils ne veulent surtout pas ressembler mais qui viennent simplement, comme eux, rêver et surtout se re-créer ?

41Cet exemple n’est sans doute pas généralisable. En effet, nous n’avons pas trouvé d’étude scientifique concrète analysant ce type de pratiques et interrogeant les touristes sur leurs propres comportements et sur les représentations qu’ils s’en font. Les synthèses des scientifiques sur le tourisme [Stock, 2003 ; Berriane, 1999] ont relevé les lacunes concernant les recherches dans ce domaine, notamment dans le cadre de la géographie du tourisme qui s’est jusqu’ici essentiellement cantonnée à étudier le tourisme sous ses aspects économiques et en termes d’aménagement. Il n’a donc pas été possible d’effectuer des comparaisons. Des recherches en cours et futures dans d’autres régions du monde permettront sans doute de conforter nos hypothèses et d’étayer nos analyses des temporalités liées aux pratiques touristiques.

Haut de page

Bibliographie

BENAÏM Stéphane (1995), De l’errance au road-movie dans l’œuvre de Jim Jarmusch, Mémoire de DEA du cinéma, Université de Saint-Denis, Université de Paris VIII, 18 p., http://.kino-road.com/articles.php.

BERRIANE Mohamed (1999), « La géographie du tourisme au Maroc : essai de synthèse sur l’état de la recherche », in Mohamed Berriane et Herbert Popp (éd.), Le tourisme au Maghreb : diversification du produit et développement local et régional, Actes du 5ème colloque maroco-allemand, Université Mohamed V, Agdal, Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences humaines, Rabat, Série Colloques et Séminaires n°79, 349 p.

DEROO Éric, LEMAIRE Sandrine (avec la collab. de) (2005), L’illusion coloniale, Tallandier, 221 p.

DISTER Alain (2005), La Beat Generation. La révolution hallucinée, Découverte Gallimard, n° 334, 112 p.

HILLALI Mimoun (2003), Le tourisme international vu du Sud. Essai sur la problématique du tourisme dans les pays en développement, Presses de l’Université du Québec, 228 p.

KEROUAC Jack (1960, 1957 aux États-Unis), Sur la Route, Gallimard, Folio n°766, 437 p.

MICHEL Franck (2007), L’autre sens du voyage. Manifeste pour un nouveau départ, Expression directe, Homnisphère, 118 p.

Équipe M.I.T. (Mobilités, Itinéraires, Territoires) (2002), Tourisme 1 : lieux communs, Mappemonde, Belin, 319 p.

Équipe M.I.T. (2005), Tourisme 2 : moments de lieux, Mappemonde, Belin, 350 p.

MORAND Paul (2001), Voyages, Édition établie et présentée par Bernard Raffalli, Robert Laffont, 910 p.

RAULIN Anne (2002), Anthropologie urbaine, A. Colin, Cursus, 188 p.

ROUX Michel (1996), Le désert de sable : le Sahara dans l’imaginaire des Français (1900-1994), Histoire et perspectives méditerranéennes, L’Harmattan, 204 p.

STOCK Mathis (coord.) (2003), Le tourisme : acteurs, lieux et enjeux, Belin Sup. Géographie, 299 p.

URBAIN Jean-Didier (2002), Secrets de voyage : menteurs, imposteurs et autres voyageurs impossibles, Petite Bibliothèque Payot, 445 p.

(Le) Guide du routard (2002), Maroc, Hachette, 640 p.

(Le) Guide du routard. Marrakech (2003), Hachette, 240 p.

Haut de page

Notes

1 Recherches effectuées dans le cadre de notre thèse de doctorat « Le rapport à l’autre à travers le rapport à l’espace ».

2 La majorité des itinérants viennent en avion et louent une voiture. Ceux qui utilisent les transports en commun locaux sont souvent jeunes (entre 18 et 25 ans) et ont un budget relativement réduit. D’autres viennent en camping-car depuis l’Europe. Ces derniers sont surtout des retraités et ils ne pratiquent pas tous l’itinérance.

3 D’après les chiffres fournis par la Wilaya de Marrakech Al Tensift, la capitale marocaine du tourisme comptait en 2003 158 agences de location de voitures exploitant un parc de 1522 véhicules destinés à la location sans chauffeur.

4 Thomas Cook (fondateur de l’agence de voyage du même nom) créa le premier voyage organisé en juillet 1841 en organisant un parcours allant de Leicester à Loughborough (Grande-Bretagne) pour 500 militants luttant contre la dépendance de l’alcool. Les premiers circuits organisés sont nés à l’époque où le tourisme était encore une activité élitiste.

5 De Canned Heat.

6 La référence à Nouvelles Frontières tient au fait que cette agence de voyage s’est toujours affirmée comme la spécialiste française des voyages organisés et du tourisme culturel.

7 Nous définissons les guides de touristes comme étant les hommes prenant en charge des touristes afin de leur faire découvrir la région et/ou le pays dont ils sont issus. Nous définissons par contre les guides de voyage comme étant les ouvrages écrits dans le but de donner les éléments nécessaires pour permettre aux touristes d’organiser seuls leurs vacances.

8 Ce manque de confiance est de trois ordres : d’une part les touristes pensent que les guides de touristes ne vont pas leur en dire plus que ce qu’ils lisent dans les guides de voyage. D’autre part, ils ont l’impression que leur présence les priverait d’une autonomie de mouvement. Enfin, chez certains touristes dont bon nombre d’itinérants, les guides de touristes ont mauvaise réputation car leur utilité didactique est censée être remplacée par un intérêt mercantile.

9 La distinction entre guides pratiques et guides classiques est importante dans le sens où les premiers concentrent leurs informations et leurs commentaires sur les lieux d’hébergement, de restauration, de loisirs et de visite. Leur succès repose en grande partie sur un discours marketing subtil fait de reconnaissance communautaire à l’égard du routard futé et de dénigrement des "toutouristes" (expression employée par Le Routard). On retrouve là l’opposition communément établie entre le voyageur, actif, faisant l’effort de connaître le pays et la société qu’il traverse, et le touriste, passif, se contentant d’admirer sans comprendre les éléments qui l’entourent.

10 Les sites fermés sont les attractions touristiques comme les monuments, musées, jardins, etc., éléments spatiaux clos dont l’entrée est souvent payante. N’entrent pas dans cette catégorie les espaces publics ouverts comme la médina et ses souks en ville ou les curiosités naturelles, chemins de randonnées, etc., en milieu rural.

11 Beldi vient de bled : le village. Référence sur place au local et à l’authentique pour les touristes.

12 Encore récemment au Maroc, les hôtels non classés n’étaient pas comptabilisés dans les statistiques officielles du tourisme car considérés comme de simples commerces. Avec l’ouverture du pays au tourisme de masse, le gouvernement marocain a entrepris de les recenser et de changer leur statut afin de profiter des recettes que ces hôtels procurent. Le recensement n’est pas encore terminé.

13 Certains touristes pensent être hébergés dans un riad alors qu’ils logent dans un hôtel. Cela est lié au fait que plusieurs structures sont agencées autour d’une cour dans laquelle fleurissent des plantes exotiques dans des pots de terre. Les Riad Maison d’Hôtes tels qu’ils sont présentés dans les émissions télévisées et dans la presse française fonctionnent davantage en réseau et le concept marketing que ces lieux de grand luxe développent ne correspond pas forcément à la démarche touristique des itinérants.

14 La moitié des itinérants enquêtés ont spontanément insisté sur l’importance qu’ils attachaient à l’hygiène et qu’ils ne trouvent pas à leur goût dans de nombreux établissements non classés.

15 Dans les grandes escales touristiques comme Marrakech ou dans celles connaissant un succès touristique récent, beaucoup d’hôtels non classés sont nés de l’augmentation récente de la fréquentation touristique. Ces établissements gardent cependant l’agencement et la décoration sommaire des petits hôtels apparus au cours de la période coloniale. Par contre, les établissements hôteliers précoloniaux de type fondouks ou caravansérails, organisés autour d’une vaste cour fermée et destinés à répondre aux besoins et à la sécurité de marchands arrivant par caravanes, ont quasiment disparu. Les derniers encore ouverts sont fortement délabrés, accueillent les autochtones les plus pauvres et sont inconnus des touristes.

16 Une itinérante nous faisant part de ses mauvaises appréciations pour la ville de Marrakech, jugée trop touristique, grouillante et bruyante, nous argumentait ses positions par le fait que « les jeunes femmes ici n’ont même pas le foulard sur leur tête et portent des tenues européennes, des pantalons moulants et le nombril à l’air ! ». Pour elle, le choix s’imposait donc d’aller voyager à travers les contrées rurales les plus reculées, loin de ce tohu-bohu, là où l’électricité n’existerait pas et où les femmes porteraient sans doute la bourca afghane tandis que leur statut rural renverrait à leur condition « authentiquement primitive » et pittoresque à souhait de « bon sauvage ».

17 Cité à propos de Mexico par Jean-François Fogel, À la rencontre de la plus grande ville du monde, Géo, n°156, février 1992, p.66.

18 Viator = voyageur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Deux groupes de 4x4 touristiques admirant un point de vue dans le haut-Atlas
Légende Tandis que les circuits et excursions en 4x4 attirent pour la notion de liberté et de bout du monde, les trains de Range Rover se croisent, se succèdent et s’arrêtent aux mêmes endroits. Sur les bas-côtés de la piste, des villageois marocains (adultes et enfants) vendent des bijoux, des boîtes décorées, des figurines en terre, etc. ; le tout provenant directement de Marrakech.
Crédits Source : cliché S.Leroux, 2004
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2164/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Leroux, « Les temporalités des touristes itinérants dans le Sud marocain ou la quête de liberté », Espace populations sociétés, 2007/2-3 | 2007, 273-284.

Référence électronique

Stéphanie Leroux, « Les temporalités des touristes itinérants dans le Sud marocain ou la quête de liberté », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/2-3 | 2007, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://eps.revues.org/2164 ; DOI : 10.4000/eps.2164

Haut de page

Auteur

Stéphanie Leroux

UFR de Géographie et Aménagement
Université des Sciences et Technologies de Lille
Avenue Paul Langevin
59655 Villeneuve-d’Ascq Cedex
UFR Patrimoines, imaginaires et espaces de tourisme
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
Université Cadi Ayyad
40000 Marrakech
Maroc
Lerouxstephe@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org