Navigation – Plan du site

Éditorial

Jean-Pierre Bondue et Dominique Royoux
p. 159-164

Texte intégral

1Sous de nouvelles modalités, la géographie du temps est de retour. La géographie du temps et la géographie des temporalités. Ce numéro double, composé de vingt-deux articles, illustre par de multiples facettes l’enchevêtrement de ces deux dimensions des sciences humaines que sont l’espace et le temps lorsqu’elles s’appliquent à l’étude des populations.

2La géographie du temps tout d’abord, est celle qui s’intéresse aux impacts des structures qui prescrivent le temps collectif des individus et des populations, c’est-à-dire les prescripteurs du temps, les « maîtres des horloges », que sont les entreprises, les administrations, l’éducation nationale, la sphère du transport collectif. Mais elle s’intéresse aussi aux contextes économiques, organisationnels, territoriaux, au sein desquels émergent les nouvelles relations entre temps et activités et qui les contraignent à leur tour selon des modes qui superposent à leur tour séparations fonctionnelles et ségrégations socio-spatiales : l’aménagement et la réduction du temps de travail, l’essor des services qui tentent de répondre aux dérégulations individuelles et collectives des emplois du temps, la distance qui s’instaure entre les multiples lieux de vie des populations contemporaines.

  • 1 AUBERT N. (2003), Les temps des urgences, l’avènement de l’homme-instant, Cultures en mouvement(...)

3Le cadre spatio-temporel global des sociétés occidentales contemporaines est complexe, car il dévoile des rapports ambigus entre temps et développement. Ceux-ci sont empreints de recherche d’une maîtrise toujours plus forte des emplois du temps mais qui, prise dans l’urgence économique, saisie par la vitesse, par la nécessité de réduire le temps le plus possible, débouche sur le besoin de satisfaction immédiate, produisant un « homme-instant », qui, « dans un monde d’accélération toujours plus poussé (...), cherche dans l’intensité de lui-même une immédiate éternité »1. La géographie du temps des individus et des populations devient alors indissociable de la géographie des temporalités, celle de l’analyse des rythmes et des usages, de l’analyse du temps vécu différencié des personnes et des groupes sociaux.

4Encore peu abordées, les temporalités des populations sont aujourd’hui un marqueur puissant de l’organisation sociale. On mesuremieux les effets de l’accélération sélective de la vitesse et de la mobilité, du balancement des comportements entre individualisme et solidarité, de l’importance du temps libre et de l’affaiblissement du travail comme activité structurant les dynamiques sociales, impulsés ou amplifiés par la globalisation de l’économie et la révolution des technologies de l’information. Mais il faut progresser encore dans la connaissance plus fine des rythmes des populations et de leurs impacts spatio-temporels. Car on a connu deux mutations récentes importantes : la modification des rythmes de l’économie industrielle et l’entrée durable des femmes sur le marché du travail, même quand elles ont plusieurs enfants. À cela se sont ajoutés l’éclatement des formes d’emploi, la flexibilité des horaires, la réduction du temps de travail mais aussi sa densification, la volonté de profiter pleinement du temps libéré, de se former tout au long de sa vie, l’apparition plus fréquente des périodes de chômage, la retraite anticipée, etc. Le travail se transforme, l’espace privé change de sens avec l’introduction des technologies de communication à domicile; chacun des habitants et chacune des organisations vit à plusieurs échelles : celle de la sphère professionnelle, des proches, des loisirs, de la consommation. Les rythmes collectifs sont moins nombreux. L’individualisation des modes de vie progresse et du coup, ce que l’on appelle la désynchronisation des rythmes privés et publics également. Pour les personnes en activité, mieux concilier travail, formation, loisirs, familles, activités citoyennes, devient un souhait partagé par le plus grand nombre, quelle que soit sa condition sociale : salarié, chef d’entreprise, responsable de services publics ou privés, élus, jeunes ou moins jeunes, habitants des villes ou des espaces de faible densité. La question de la conciliation, c’est-à-dire de l’articulation de ses différents temps de vie mais aussi celle de l’accessibilité, sont au cœur des préoccupations de tous les jours et conditionne de plus en plus la qualité de vie au sein des territoires.

5Tout cela conduit à placer l’étude des temps et des temporalités des populations au centre de la question sociale. C’est l’ambition de ce numéro que de le souligner.

  • 2 LUSSAULT M. (2003), « Temps (Espace et) », in J. Lévy, M. Lussault (dir), Dictionnaire de la géogra (...)
  • 3 LUSSAULT M., Temps (Espace et), op. cit.

6À travers trois entrées privilégiées -temporalités et mobilités, temporalités et coprésences, réguler les temporalités urbaines (par les politiques publiques notamment)- l’ensemble des articles s’attache à montrer quatre facettes des échelles temporelles : celles qui se réfèrent au temps comme « opérateur séquentiel »2, celles qui nourrissent les différents pas du temps, celles qui font valoir une dynamique propre, celles qui coexistent difficilement entre elles. Parmi ces quatre facettes, la première fait référence aux temps longs, donc à la force des ancrages territoriaux, aux poids des mentalités, à la transmission entre générations, aux héritages, aux transformations des morphologies urbaines, à la transcendance du patrimoine. Les temps moyens privilégient, eux, l’horizon de la planification, des stratégies territoriales, des projets urbains, auxquels on peut assimiler le temps des mandats électifs. Les temps courts s’intéressent à l’action quotidienne, aux opportunités, à la fête également, mais aussi aux micro-temps de l’urgence, de la vitesse, du zapping, de l’éphémère, du juste-à-temps, de la flexibilité. La seconde facette renvoie au temps cyclique des calendriers, des saisons mais aussi des routines, des navettes, des migrations quotidiennes. La troisième explore le temps virtuel, le « jeu de l’instantanéité », « l’emprise du synchronique »3. La quatrième tente d’articuler les temps des décisions (politiques), avec ceux du fonctionnement matériel des sociétés, du développement économique, de la protection de l’environnement.

7L’approche des comportements spatio-temporels des individus, des groupes sociaux et des populations, amène la plupart des auteurs à privilégier les enquêtes qualitatives, révélant des résultats qui méritent encore d’être confortés. Un premier ensemble de neuf articles porte sur les relations entre temporalités et mobilités.

8Thomas Thévenin, Sonia Chardonnel et Élodie Cochey proposent, sur l’agglomé-ration de Dijon, de mettre en rapport les activités des individus, leurs profils socio-démographiques et leurs capacités d’accès aux lieux, à travers l’analyse détaillée de l’Enquête-Ménage-Déplacement inspirée des enquêtes « Emploi du temps » de l’Insee. L’identification de six catégories de population présente à elle seule un intérêt certain: des jeunes retraités aux familles actives multimotorisées, en passant par les adolescents scolarisés, on peut évaluer la « charge temporelle » de leurs trajectoires de mobilité à travers la réalisation d’histogrammes d’activités. Cette analyse prolonge (et renouvelle?) celle de la géographie des temps inspirée par les travaux pionniers d’Hägerstrand et de l’école suédoise de Lund, plaçant au centre de la méthode l’individu et non les populations. Sa reproductibilité devra être discutée et étayée mais l’essai méthodologique est prometteur.

  • 4 MÉDA D. (2001), Le temps des femmes, Flammarion.

9Dans la tradition largement initiée par Dominique Méda4, Olivier David s’intéresse à l’articulation des temps sociaux de la vie quotidienne, ceux de la vie familiale et professionnelle, démontrant une fois de plus à travers des enquêtes en Gironde et en Ille-et-Vilaine, le rôle régulateur des femmes dans ce domaine. L’originalité de son analyse porte sur l’intégration, dans les réponses à apporter, d’un temps spécifique, celui de la fonction parentale d’éducation et que les familles souhaitent exercer pleinement, comme recours de cohésion sociale aux déséquilibres vécus par les familles. Il souligne déjà l’intérêt de concevoir de nouveaux services d’appui aux recherches d’articulation, mais surtout la nécessaire modification des relations entre les femmes et les hommes pour prendre en charge les tâches quotidiennes.

10Emmanuel Faivre établit un bilan des « gagnants » et des « perdants » de la Réduction du Temps de Travail en Franche-Comté, en reprenant les grandes tendances observées par ailleurs et qui lui sont liées : étalement résidentiel, sélectivité de la mobilité et de l’accès aux loisirs. L’auteur aborde aussi les liens entre les rythmes de l’entreprise et son impact sur le territoire à travers l’apport des plans de déplacement des salariés qui sont de nature à améliorer leur maîtrise du temps.

11Ces trois contributions consolident donc nos connaissances globales sur les relations espace/temps. Les six suivantes portent leurs regards vers des publics « sous tension » temporelle et peu étudiés jusqu’ici.

12Les emplois du temps des enseignants mobiles de remplacement de l’ouest de la France sont décortiqués par Xavière Lanéelle. Elle met en évidence leurs temporalités plurielles et discontinues, « zigzagantes » comme les qualifieraient les chercheurs italiens du Polytechnico de Milan. Mais elle met surtout en relief la question de l’égalité de traitement, mal ressentie par les enseignants non mobiles qui accusent les enseignants mobiles de moins s’investir dans la vie scolaire, alors que dans le temps long les promotions de carrière leur sont bien plus favorables. « Le temps long ne finit-il pas par rattraper le présent ? » conclut-elle, soulignant par là un aspect méconnu des inégalités temporelles.

13Marie-Hélène Massot et Joël Zaffran veulent saisir les critères favorables à l’aptitude des adolescents franciliens à pratiquer « l’auto-mobilité », c’est-à-dire la mobilité indépendante de l’intervention des parents. Le temps est analysé en termes d’entrave ou de ressource selon qu’il contribue à développer ou non cette capacité d’autonomie des adolescents, leur statut d’acteurs, notamment le samedi, entraînant de leur part une « interaction sociale plus ou moins variée » selon la distance établie avec le domicile parental.

14On retrouve, avec l’analyse des pratiques d’achats abordée par Arnaud Gasnier, le rôle des nouvelles centralités, la place grandissante des flux sur les pôles, le rôle des « lieux intermodaux d’attente » (gares, stations de métro), et plus innovant, la recherche de l’instrumentalisation des « temps morts » en faveur de la chalandise par les opérateurs de la distribution. Et l’auteur de conclure sur cette question pessimiste : « l’oisiveté a-t-elle encore sa place dans la société urbaine d’aujourd’hui ? ».

15Lionel Guillemot et Jean Soumagne procèdent à une analyse minutieuse de l’accès aux services dans l’agglomération d’Angers. Ils mettent en évidence des « spatio-types », fondés sur la distance au centre-ville, et des « chrono-types », calés sur les horaires de travail et les plages d’ouverture des établissements. Ils remettent en cause les critères traditionnels d’accès aux commerces et aux services en distance-temps, du fait d’un « vagabondage ludo-commercial » que l’on peut très bien reproduire dans le schéma de fonctionnement spatio-temporel d’autres agglomérations moyennes françaises.

16C’est une autre population à la temporalité particulière qui est abordée par Stéphanie Leroux : celle des itinérants-nomades touristiques du Sud marocain, en rupture avec les références temporelles et les valeurs dominantes promues par les tour-opérateurs. Mais ils se glissent à leur tour dans un nouveau cadre prescriptif, peu approprié par les autochtones, « immobilisant dans le passé, les sociétés qu’ils traversent ».

17Sur le même thème, la mobilité touristique, mais en adoptant une autre grille de lecture, Patricia Lejoux en mesure l’impact en établissant une différence entre consommation brute d’un côté et nette de l’autre qui prend en compte le solde entre les consommations perdues par les habitants qui partent en vacances hors de leur région de résidence et celles gagnées par les touristes qui la visitent. L’avantage est réel pour les espaces dotés de « fortes aménités résidentielles » qui pourront y développer une attractivité temporelle en toutes saisons.

18Le thème de la coprésence est au centre du deuxième ensemble d’articles de ce numéro.

19Jean-Marie Allain l’aborde en remettant en cause le thème de la mixité socio-spatiale dans les politiques publiques. Il la confronte à la « fracture temporelle » mise en œuvre par les catégories socio-professionnelles les plus aisées qui peuvent se mettre à distance des espaces du brassage social. Mais c’est sur le poids des héritages et des aménagements des villes qu’il apporte une note nouvelle, en souhaitant qu’ils se mettent au diapason des nouveaux rythmes urbains. Ceux-ci restent trop souvent liés au poids du passé concernant par exemple la conception d’une place en fonction d’une fête foraine annuelle, ou l’heure de programmation des marchés le matin excluant de fait les actifs.

20L’analyse des rythmes spatio-temporels en périphérie urbaine est renouvelée par Rodolphe Dodier. Les modalités de mobilité quotidienne y sont un marqueur de la diversification sociale en leur sein. Il distingue par exemple les temporalités des actifs et adolescents d’un côté, et des retraités de l’autre (et leurs conflits à propos des bruits), mais surtout les populations vivant plus en symbiose avec la ville-centre et celles qui s’en détachent, celles qui s’appuient sur leurs ressources de temps disponible autant que sur leurs capacités financières. Il souligne enfin les efforts de médiation qu’entreprennent parfois les autorités locales afin de favoriser l’entente entre populations qui ne sont plus temporellement homogènes.

21Anne Ouallet montre bien les contours d’un conflit temporel inédit, celui à l’œuvre dans les cités du patrimoine mondial de l’humanité, au Mali et en Éthiopie, entre les logiques économiques de la fréquentation touristique en continu d’un côté, et « le temps rond des saisons » rythmant le calendrier et les jours des autochtones de l’autre. L’importance de la mise en tourisme aboutit à un embellissement permanent de leurs villes par les populations locales. L’auteur montre comment cet opportunisme qui multiplie les temps courts de l’action est nuisible à la cohérence globale du développement urbain.

22L’apport d’Isabelle Dumont est également original. L’investissement massif d’Alpins au sein de plusieurs villes d’Italie, de manière très ponctuelle pour fêter un rassemblement annuel, est un laps de temps « hors du temps urbain » mais surtout « hors du temps social », provoquant une appropriation inédite de la part même des habitants qui découvrent leur ville sous un jour radicalement différent de la routine.

23Christina Gicquel passe au crible les enjeux de la free party : au-delà de la recherche d’une communauté émotionnelle qui cherche à transgresser ensemble l’espace et les temps habituellement normés de la fête, elle met en lumière la revendication des participants en faveur d’un « espace ouvert à tous, un espace démocratique où tous sont égaux au-delà des différences ».

24C’est la transgression spatio-temporelle qui fait le lien avec le texte de Laurent Gaissad et Catherine Deschamps dans lequel les catégories de populations analysées sont les dragueurs, les prostituées et leurs clients. Les espaces et les calendriers de ces sexualités publiques perturbent les rythmes routiniers de la vie urbaine qui eux-mêmes contraignent ces pratiques. Mais le « territoire sexuel », en mouvement continu, n’est pas marginal et organise tout un réseau de lieux dans la ville.

25Le thème des espaces séparés est également abordé avec la condition carcérale par Fatima Outaghzafte-El Magrouti. Détenus et surveillants sont deux groupes d’acteurs qui partagent un même espace-temps selon des modalités bien différentes : au temps prescrit par une gestion carcérale administrée s’oppose le temps subi par la détention et la privation de liberté. L’hétérogénéité des reclus selon l’âge et la longévité carcérale fait coexister des populations qui construisent chacune leur propre temporalité, en tentant d’apprivoiser un temps qui s’est arrêté. Mais il est générateur de stratégies croisées entre les surveillants qui structurent le temps des détenus et ces derniers qui cherchent à « maîtriser leur temps » par la recherche de privilèges.

26Enfin, Hasnia-Sonia Missaoui, par l’intérêt qu’elle porte aux temporalités scolaires intermittentes des enfants de Gitans et de Maghrébins nouveaux arrivants en France, a l’occasion d’aborder la notion de « territoires circulatoires », dans lequel le temps vécu par ces populations est celui du présent, de l’opportunité, de la négociation, porteur d’apprentissage de l’autonomisation et incontrôlable par les institutions.

27Le troisième groupe d’articles aborde pour la première fois de manière aussi complète la question de la régulation des politiques spatio-temporelles par les pouvoirs publics locaux.

28Luc Gwiazdzinski nous propose, au sein de la ville « malléable », conçue comme un système d’horaires à synchroniser, de nouvelles règles de vivre ensemble déterminant de nouveaux usages : le partage de l’espace public entre les différents usagers de la ville, un usage alterné de cet espace aux limites spatiales et temporelles discutées et appropriées collectivement, la définition de chartes et de codes de bonne conduite, une information dynamique et adaptée aux différents usages. Et de conclure, pour en montrer l’incapacité collective à y répondre, sur la gouvernance de l’aménagement spatio-temporel de la ville.

29La place plus autonome des femmes dans la ville et leur refus de sacrifier leur investissement professionnel sont soulignés par Michelle Kergoat et Danièle Touchard. Cette autonomie a entraîné un autre rapport des hommes -jeunes surtout pour l’instant- au travail. Elle a placé le thème de l’articulation des temps sociaux comme une question publique vis-à-vis de laquelle la ville-collectivité territoriale a un rôle central à jouer. L’exemple de l’action du Bureau des temps de la ville de Rennes est détaillé tant dans la remise en cause des rôles sexués que dans la facilitation d’accès aux services, grâce à la modulation des horaires. L’offre de services publics et privés n’a pas toujours su accompagner les évolutions spatio-temporelles et l’individualisation des rythmes de vie.

30À partir d’enquêtes menées dans l’agglomération d’Avignon, Cyrille Genre-Grandpierre tente de trouver des alternatives à une accessibilité aux commerces jugée beaucoup trop dépendante de l’usage de la voiture. La solution passe pour l’auteur par la multiplication de magasins à petits formats et à larges plages d’ouverture, tablant sur une clientèle de proximité pressée et aux rythmes variés.

31L’analyse du transport à la demande (TAD), par Élodie Castex et Didier Josselin, est particulièrement bienvenue car elle peut offrir une alternative sérieuse à l’usage de l’automobile au sein d’espaces de faible densité dépourvus d’offre collective de déplacements. Les auteurs montrent que pour être performant, le transport à la demande doit s’appuyer sur les concepts d’ubiquité (atteindre tout point de l’espace), d’immédiateté (délai rapide d’accès à un mode de déplacement), d’instantanéité (rapidité d’un déplacement) déjà explorés, auxquels ils rajoutent l’informativité (niveau d’information des usagers) et la continuité (capacité à utiliser les interconnexions entre réseaux et véhicules). Leurs analyses menées à Besançon et dans la région de Dole montrent que l’informativité constitue le point faible du système qui a pourtant montré sa pertinence.

32Enfin le dernier article dû à Dominique Royoux présente un premier panorama européen des efforts en faveur de la synchronisation des activités, de l’harmonisation des horaires, de la conciliation entre les temps sociaux (par l’essor des services) et de l’aménagement temporel des espaces publics, conduits par les collectivités territoriales et les États, dans le cadre des politiques publiques temporelles, depuis le début des années 2000. On y trouve une typologie des actions co-construites avec les populations et les usagers les plus contraints dans leur maîtrise du temps, ainsi que le projet d’une aire piétonne circulée, au centre de l’agglomération de Poitiers, qui a permis de s’interroger sur les conditions à remplir pour partager des usages au sein d’un grand espace public. L’examen de l’essence des politiques temporelles conduites en France, mais aussi en Italie, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Espagne, en Finlande, permet de juger de la diversité des approches choisies en fonction des priorités culturelles nationales, mais permet aussi de réfléchir sur leur convergence pour refonder ultérieurement les assises des États-providence européens.

33Le nombre important de contributions à ce numéro n’épuise évidemment pas un thème libéré par la labilité des temporalités, le flou des espaces concernés et l’extrême diversité des groupes sociaux approchés. Géographes, sociologues et aménageurs, plus enclins au travail de terrain que les démographes, ont été les premiers à saisir un sujet qui, il est vrai, privilégie l’analyse qualitative de petits échantillons d’individus. Cela n’a pas empêché, notamment en ce qui concerne les temporalités liées aux déplacements, l’exploitation prometteuse d’enquêtes statistiques lourdes. Mais quand on invite le temps à l’étude des populations, bien des pistes de recherche interdisciplinaire restent encore à explorer au-delà de l’examen des classiques pyramides des âges ou de la comparaison des espérances de vie. Ce thème du temps et des temporalités des populations est donc aussi une incitation à mieux articuler le phénomène démographique de l’âge sur ses manifestations spatio-temporelles dans une démarche tour à tour séquentielle et transversale.

Haut de page

Notes

1 AUBERT N. (2003), Les temps des urgences, l’avènement de l’homme-instant, Cultures en mouvement n° 59, pp. 14-18. Voir également : AUBERT N. (2003), Le culte de l’urgence. La société malade du temps, Flammarion.

2 LUSSAULT M. (2003), « Temps (Espace et) », in J. Lévy, M. Lussault (dir), Dictionnaire de la géographieet de l’espace des sociétés, Belin, pp. 900-904.

3 LUSSAULT M., Temps (Espace et), op. cit.

4 MÉDA D. (2001), Le temps des femmes, Flammarion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Bondue et Dominique Royoux, « Éditorial », Espace populations sociétés, 2007/2-3 | 2007, 159-164.

Référence électronique

Jean-Pierre Bondue et Dominique Royoux, « Éditorial », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/2-3 | 2007, mis en ligne le 03 août 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://eps.revues.org/2066

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Bondue

UFR de Géographie et Aménagement
Université des Sciences et Technologies de Lille
Avenue Paul Langevin
59655 Villeneuve-d’Ascq Cedex
jpbondue@orange.fr

Articles du même auteur

Dominique Royoux

Université de Poitiers
Laboratoire ICOTEM
Service Recherche et Développement et Agence des Temps
Communauté d’Agglomération de Poitiers
49, avenue du 8 mai 1945
86000 Poitiers
Dominique.Royoux@agglo-poitiers.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org