Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Bertrand Montulet, Michel Hubert, Christophe Jemelin, Serge Schmitz : Mobilités et temporalités

Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, 2005, 226 pages
Jean-Pierre Bondue
p. 133-135
Référence(s) :

Bertrand Montulet, Michel Hubert, Christophe Jemelin, Serge Schmitz : Mobilités et temporalités, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, 2005, 226 pages

Texte intégral

1L’ouvrage reprend une douzaine de contributions issues d’un colloque organisé en 2004 à Bruxelles dans le cadre des travaux de l’AISLF (Association internationale des sociologues de langue française). L’originalité du colloque qui a abouti à ce volume est d’avoir situé les mobilités spatiales dans le champ de plus en plus éclaté et complexe des temps sociaux vécus par les individus et les groupes.

2Fort logiquement, la première partie s’ouvre sur une présentation de cadrage de la transformation si ce n’est de la remise en cause du modèle de référence collective au temps en vigueur dans les sociétés industrielles. On est passé en effet d’une société « monochrone » dans laquelle le travail est l’activité pivot, prééminente et structurante, à une société « polychrone » où la flexibilité du travail, la diminution du temps ouvré et l’importance des loisirs contribuent à une individualisation des comportements. La crise de la régulation fordiste, la pression concurrentielle mondiale et la montée des incertitudes sont pour Olivier Klein les ferments de ce "taylorisme flexible" où les impératifs de l’urgence et du juste à temps provoquent le brouillage puis l’éclatement de temporalités autrefois concordantes. Pour sa part, la grande vitesse, qui conduit à un effacement du temps de trajet, facilite les mobilités et amplifie ce fractionnement des temps sociaux en développant des comportements quasi ubiquistes à l’origine d’une perte des repères spatio-temporels. Mais la vitesse n’est pas seule en cause comme le montre Emmanuel Faivre pour qui l’application des 35 heures (réduction du temps de travail) a changé les moments de mobilité, entraînant à la fois une multiplication des déplacements hors travail et une aggravation des disparités socio-spatiales. Un type particulier de déplacements liés au temps libre concerne la "descente" en centre-ville des adolescents. Joël Zaffran montre avec finesse comment cette temporalité spécifique s’inscrit dans une double expérience de subjectivation et de socialisation des comportements des collégiens bordelais auprès desquels il a enquêté.

3La deuxième partie, assez courte, replace les relations complexes entre mobilités et temporalités dans les structures géographiques et sociales sous-jacentes avec lesquelles elles interagissent. Si Frédéric Dobruszkes insiste sur le rôle structurant des clivages sociaux, linguistiques et culturels en Belgique, c’est pour déplorer que ces réalités ne soient pas intégrées à des modèles économétriques d’organisation des modes de transport et des déplacements qu’il estime beaucoup trop réducteurs. L’étude de l’impact de la grande vitesse sur la mobilité des ménages ne peut quant à elle faire l’impasse sur la variabilité des échelles spatiales et temporelles. S’attachant au rôle joué par la réalisation récente d’infrastructures autoroutières en Normandie, Laurent Levêque et Marie-Laure Chevalier montrent que les nouvelles logiques de recompositions territoriales basées sur les mobilités ne se sont pas totalement affranchies des inerties locales et régionales propres à l’armature urbaine normande.

4La partie suivante, un peu plus technique, aborde l’organisation des modes de transport dans sa dimension spatio-temporelle. L’historien Christophe Studeny nous rappelle que la vitesse est une notion très relative qui a varié sans cesse au cours des époques, de l’ère de la malle-poste par exemple à celle des transports supersoniques actuels. Une rupture fondamentale des temporalités s’est produite dans l’histoire de la vitesse avec l’avènement du train puis de l’automobile qui ont transformé, avec la ponctualité des horaires et la précision des compteurs, le temps imprévu du voyage en temps mesuré des distances. La banalisation de cette notion de distance-temps est à la base de la conjecture de Zahavi sur la stabilité des budgets temps de transport des individus en dépit de l’augmentation significative de la vitesse. Cette hypothèse de la constance des budgets temps fait aujourd’hui débat pour Irigaël Joly qui porte son analyse au niveau désagrégé des variables explicatives. Néanmoins, l’allocation des temps de transport des ménages est loin de se réduire aux seuls déplacements linéaires du type navettes domicile-travail. A l’échelle des agglomérations, Didier Josselin et Cyrille Genre-Grandpierre présentent quelques expérimentations d’offres de transports et de services modulaires répondant à l’ubiquité et à l’immédiateté de la demande.

5Le fait que les individus n’ont pas tous le même rapport au temps annonce la dernière partie consacrée aux attitudes temporelles et aux usages des modes de transport. Pour Bertrand Montulet, l’approche phénoménologique du sujet transporté est indispensable pour garantir l’adéquation du service aux attentes du déplacement. Sa recherche aboutit à une typologie des comportements temporels de mobilité à partir d’enquêtes sur les déplacements non professionnels d’un échantillon de population bruxelloise. Le vécu des temps de déplacement est approfondi par Michaël Flamm qui se demande ce qui fait qu’un moyen de transport est perçu de façon agréable ou désagréable par le sujet. Cette problématique nouvelle des "stimulations émotionnelles" liées aux transports individuels ou collectifs permet d’appréhender des logiques d’appropriation des temps de mobilité comme celles de productivité, de relâchement ou de sociabilité. Analysant avec la même veine les comportements des navetteurs-TGV, Xavière Lanéelle parvient à mettre en évidence trois échelles de temporalités selon les trajectoires de vie des voyageurs : le temps court du trajet, le temps intermédiaire du projet et le temps long de la lignée.

6Comme pour la plupart des publications d’actes de colloques, ce volume souffre de l’hétérogénéité des contributions et du cloisonnement disciplinaire d’auteurs issus ici de la sociologie, de l’économie, de la géographie et de l’histoire. Sa structuration est fragile et la progression des idées manque d’assurance jusqu’à la dernière partie où la convergence des approches phénoménologiques donne enfin corps au texte. Son principal mérite est de lancer à la recherche en sciences humaines et sociales un double défi : à la fois théorique (comment aborder la complexité des interactions entre une mobilité généralisée et des temporalités de plus en plus éclatées ?) et méthodologique (comment intégrer aux enquêtes sur les déplacements la prise en compte de la qualité du temps ?). Christophe Jemelin a beau jeu de conclure que mobilités et temporalités fondent une problématique vouée à un bel avenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Bondue, « Bertrand Montulet, Michel Hubert, Christophe Jemelin, Serge Schmitz : Mobilités et temporalités », Espace populations sociétés, 2007/1 | 2007, 133-135.

Référence électronique

Jean-Pierre Bondue, « Bertrand Montulet, Michel Hubert, Christophe Jemelin, Serge Schmitz : Mobilités et temporalités », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/1 | 2007, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/2058

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Bondue

Université des Sciences et Technologies de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org