Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Grands ensembles et banlieues – Témoignages d’histoire urbaine, Villes en parallèles

décembre 2004, n° 38-39
Sylvie Roussel
p. 132-133
Référence(s) :

Grands ensembles et banlieues – Témoignages d’histoire urbaine, Villes en parallèles, décembre 2004, n° 38-39

Texte intégral

1Ce numéro de Villes en parallèle nous offre un regard rétrospectif sur un sujet d’actualité, les grands ensembles et les banlieues. Que retirer des trente glorieuses en termes de production urbanistique, d’interactions homme/environnement urbain ?

2Il aborde le sujet sous un angle original : celui du retour sur expérience, de deux acteurs de terrain impliqués dans l’action urbanistique des années 60 à la fin des années 90. Deux vécus, deux personnalités différentes aboutissant à une lecture complémentaire de cette période de l’histoire urbaine française et de l’inscription des grands ensembles dans le paysage de la ville.

3Cette pluralité enrichissante des points de vue entre le praticien et le théoricien, s’explique par le parcours des auteurs. Jean Auger, juriste de formation, chargé de portefeuilles fonciers met l’accent sur ces questions dans le développement des grands ensembles. Jacques Jullien, animateur de sociétés d’économie mixte et élu de terrain nous fait entrer dans le quotidien des communes de banlieues et leur difficulté à gérer ce patrimoine immobilier.

4Cette plongée au cœur des grands ensembles s’articule autour de trois grandes parties reprenant les temporalités de la constitution et du vécu de cet urbanisme spécifique. Dans un premier corpus de textes, les auteurs reviennent sur la genèse des grands ensembles, n’occultant ni la nécessité et l’urgence de la question du logement au lendemain du second conflit mondial ni la qualité de réponse qu’avaient pu en leur temps fournir ces nouvelles formes de logement pensées et conçues sur des théories urbanistiques revisitant les structures et les fonctionnalités classiques de la ville. Ces nouvelles créations urbanistiques individualisées par leur architecture, leur place nouvelle aux portes des villes, leur organisation et leur mode de gestion collectif ont profondément bouleversé l’unité paysagère de la banlieue passant du pavillon à la barre, introduisant la verticalité dans les périphéries urbaines. La question foncière est passée au crible soulignant l’équilibre délicat entre valeur foncière, action sociale et spéculation, tentant d’expliquer le difficile cheminement entre le terrain constructible et le terrain urbanisé. A partir de cette réflexion sur le foncier, Jean Auger remet en partie en cause l’explication actuelle du mal des banlieues dont l’origine se trouverait dans le sous-équipement des grands ensembles. À relativiser selon lui, car malgré la faiblesse des budgets accordés, les missions d’équipement ont bien été remplies. L’auteur souligne que c’est justement au moment ou les retards d’équipements ont été rattrapés que les dégradations des conditions de vie se sont accentuées. Les modifications de la donne sociale et les délais dans la structuration des grands ensembles doivent aussi être pris en compte.

5Jacques Jullien clôt ce chapitre en revenant sur la fin des années 70 et les difficultés concomitantes des SEM (Sociétés d’Économie Mixte) et les premières remises en cause des grands ensembles, puis illustre son propos de deux exemples : la ZUP du Val d’Argent à Argenteuil et la ZAC du Plateau à Sartrouville.

6Dans la seconde partie, Jean Auger nous fait entrer dans la gestion interne des grands ensembles. Il aborde notamment deux points très intéressants, leur très grande variabilité de statut juridique et les retards pris par les régularisations foncières. Ces dernières laissent alors à l’aménageur une place prépondérante dans leur gestion quotidienne, dépassant là leur rôle de pourvoyeur foncier et de bâtisseur. Cette gestion s’avère de plus en plus difficile compte tenu de l’obsolescence de certains équipements en fin de vie (chauffage, réseaux...) ou de leurs inadaptations actuelles à l’évolution des modes de vie (sous- estimation de la place de la voiture, gestion des espaces verts...). Les grands ensembles ont été conçus et pensés comme un modèle laissant une place prépondérante à l’espace public. Aujourd’hui ils sont essentiellement reconnus et identifiés comme les lieux de l’individualisation urbaine, de l’enclosure, du repli communautaire. Aux principes urbanistiques initiaux avant-gardistes en matière de gouvernance s’est par endroit surimposée la gouvernance de la rue, du clan.

7Ce constat nous amène fort logiquement à la troisième section de ce volume, traitant de l’actuelle crise urbaine des banlieues et des leçons à tirer des actions passés pour tenter de la résoudre.

8Que peut nous apprendre l’urbanisme opérationnel des trente glorieuses ? Quelles nouvelles mesures mettre en place ?

9Pour les auteurs, l’éradication des grands ensembles n’est pas en soi, une solution satisfaisante. Si destruction il y a, elle doit s’accompagner de plans de reconstruction intégrant une nouvelle gestion foncière qui s’inspire de la notion classique de l’îlot urbain.

10Ce regard rétrospectif sur la genèse et la vie des grands ensembles, leurs difficultés passées et actuelles nous fait réfléchir sur les évolutions architecturales, sociales et sémantiques de la banlieue. Le bilan offert par ce numéro semble nécessaire en cette période où bien souvent le terme « banlieue » est détourné de son sens premier pour uniquement illustrer les difficultés sociales de populations de plus en plus isolées par rapport au fonctionnement résolument recentré des villes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Roussel, « Grands ensembles et banlieues – Témoignages d’histoire urbaine, Villes en parallèles  », Espace populations sociétés, 2007/1 | 2007, 132-133.

Référence électronique

Sylvie Roussel, « Grands ensembles et banlieues – Témoignages d’histoire urbaine, Villes en parallèles  », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/1 | 2007, mis en ligne le 18 novembre 2016, consulté le 24 mai 2017. URL : http://eps.revues.org/2057

Haut de page

Auteur

Sylvie Roussel

Université d’Artois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org