Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Guy Di Méo, Pascal Buléon : L’espace social. Lecture géographique des sociétés

Armand Colin, 2005, 304 pages
Jean-Pierre Bondue
p. 130-131
Référence(s) :

Guy Di Méo, Pascal Buléon : L’espace social. Lecture géographique des sociétés, Armand Colin, 2005, 304 pages

Texte intégral

1Caractériser l’espace social en tentant de décrypter ses modes de production, d’organisation et d’évolution, tel est l’objectif de cet ouvrage qui jette ainsi les bases d’une nouvelle géographie sociale. Le projet est ambitieux dans la mesure où les deux auteurs, géographes de formation, reconnaissent d’emblée que la notion d’espace social est complexe et qu’elle nécessite une approche globale incorporant les avancées des diverses sciences humaines et sociales. L’introduction balise la démarche théorique et méthodologique : il s’agit de se garder de deux dérives : celle de la naturalisation des faits géographiques et sociaux d’une part, celle de l’autonomisation des lois et des modèles quantitatifs de l’analyse spatiale d’autre part. Prolongeant une analyse systémique un peu mécaniste des interactions qui fondent les rapports sociaux et spatiaux, ces auteurs revendiquent une vision holiste de l’espace social qui incorpore à l’appréhension de la matérialité des phénomènes socio-spatiaux les valeurs, les pouvoirs et les représentations qui permettent de les comprendre. Le dessein est clair : il s’agit en quelque sorte non pas d’opposer mais de combiner et d’intégrer spatialement les grandes binômes qui sont au cœur de la recherche en sciences humaines et sociales : nature et culture, infrastructure et superstructure, matériel et idéel.

2Les propos sont d’autant plus convaincants qu’ils s’inscrivent dans une démarche méthodique et rigoureuse organisée en deux parties : une présentation théorique et méthodologique des concepts et des outils qui fondent cette nouvelle géographie sociale, suivie d’une application sur le terrain à une dizaine de situations variées afin de démontrer le caractère opératoire de ces notions et de ces modèles.

3L’ouvrage commence par une clarification sémantique de concepts pratiques comme ceux d’espace, de lieu, de territoire, de paysage mais aussi de temps, utilisés fréquemment en géographie sociale. L’accent est mis sur les acteurs et sur les systèmes d’action sans lesquels l’espace social ne saurait exister ni acquérir une certaine dynamique. L’objectif est d’interpréter ces logiques d’acteurs : leurs représentations du réel, leurs comportements singuliers, leurs temporalités différentielles, leurs appartenances sociales, leurs systèmes de valeurs ou bien encore leurs identités individuelles et collectives qui fondent ce que nos auteurs appellent des territorialités. Ces identités sont ainsi appréhendées comme des marqueurs sociaux qui qualifient les espaces de vie des individus ou des groupes.

4Le principe que les rapports des sociétés à leurs espaces comportent une forte composante identitaire conduit à la présentation de deux grands modèles théoriques d’analyse de l’espace social : la matrice historique et spatiale, vaste creuset où s’entremêlent temps et espaces pour donner naissance à des constructions sociales relativement homogènes ; les combinaisons et les formations socio-spatiales qui résultent d’équilibres ponctuels et fragiles entre différents individus et groupes sociaux co-présents sur des espaces particuliers. Le quartier est emblématique des processus permanents de décomposition/recomposition des formations socio-spatiales. Traditionnellement considéré comme un espace de socialisation des individus à fort contenu symbolique et idéologique (l’école communale, la paroisse, les cafés et petits commerces, l’usine...), il s’est progressivement dilué au gré d’une mobilité généralisée qui démultiplie les références spatiales des habitants et les amène à inscrire leur existence dans un réseau plus ou moins distendu de lieux et de territoires éclatés. Mais le mythe de l’Odyssée est opportunément invoqué pour rappeler qu’au temps des départs, marqué par des ruptures, des errances et une spatialité vécue en réseaux, succède celui des retours, générateur d’une territorialisation retrouvée, fondée sur la quête d’enracinements, de repères et un besoin de nouvelles proximités.

5Cette exigence d’une approche spatio-temporelle globale, amène les auteurs à appréhender l’espace social sous sa double réalité matérielle et idéelle, ces deux instances envisagées dans une relation fusionnelle. Cette approche vise à dépasser les contradictions entre matière et esprit inhérentes à la pensée rationaliste cartésienne pour proposer une relation dialectique entre nature et culture. Sur le plan géographique, et plus particulièrement de la géographie sociale, cela revient à appréhender conjointement les pratiques socio-spatiales des individus ou des groupes et les représentations, les images, les valeurs ainsi que les pouvoirs qui les sous-tendent. Ce faisant, les auteurs privilégient toutefois l’approche idéelle et phénoménologique de l’espace social en concentrant toute leur attention au sujet ou au groupe agissant, à ses comportements, ses valeurs et ses idéologies dans des contextes géographiques et à des échelles d’espaces et de temps toujours très différents.

6La seconde partie de l’ouvrage, intitulée "des concepts au terrain", s’attache avec bonheur à la mise en pratique de ces outils méthodologiques nourris par la dialectique permanente de l’idéel et du matériel appliquée à la compréhension des rapports sociaux et spatiaux. Deux études de cas, issues de thèses récentes, mettent d’abord l’accent sur la position essentielle du sujet et de l’acteur dans la compréhension des espaces de vie, représentés ou vécus par des populations évoluant dans des contextes très différents : la Palestine des Palestiniens ; les migrants wolof dans la forêt de Pata en Casamance (Sénégal). Un troisième exemple, celui des terroirs vitivinicoles des Graves (Bordelais), met en exergue le rôle des systèmes d’acteurs dans la production des territoires et des paysages.

7Une seconde série d’expériences s’attache à l’analyse d’espaces sociaux à l’aide des modèles théoriques et conceptuels proposés précédemment. La mise en perspective de la Slovaquie actuelle permet de dégager cinq matrices historiques et sociales constitutives de ce nouvel Etat; les migrations de retraite sur le littoral de la Manche donnent l’occasion de tester le rôle des combinaisons socio-spatiales dans la construction de nouveaux territoires; l’analyse des transformations de la mosaïque sociale à Philadelphie prend tout son sens à la lumière du renouvellement des formations socio-spatiales existantes ; un dernier exemple rend même compte de la fragilité voire de la labilité de ces dernières à travers les territorialités passagères et nomades construites par les Touaregs dans leurs déplacements entre le Niger et le golfe de Guinée.

8La lecture stimulante de ces sept études de cas, fruits d’une expérimentation de l’appareillage théorique et méthodologique élaboré en première partie, témoigne non seulement du caractère opératoire de celui-ci mais aussi de la validité et de la fécondité de la démarche dialectique et phénoménologique appliquée par les deux auteurs au décryptage de l’entrelacement de rapports sociaux et spatiaux forcément très complexes. En ce sens, l’ouvrage est en lui-même une véritable recherche scientifique aboutie, conduite selon des principes hypothético-déductifs nourris par les apports les plus récents des sciences humaines et sociales, et testée avec efficacité sur des terrains et dans des situations les plus variées. Son grand mérite reste toutefois d’avoir su formaliser de façon rigoureuse et convaincante les approches longtemps mal balisées voire empiriques de la géographie sociale, même si les auteurs reconnaissent in fine qu’en la matière le bricolage reste de rigueur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Bondue, « Guy Di Méo, Pascal Buléon : L’espace social. Lecture géographique des sociétés », Espace populations sociétés, 2007/1 | 2007, 130-131.

Référence électronique

Jean-Pierre Bondue, « Guy Di Méo, Pascal Buléon : L’espace social. Lecture géographique des sociétés », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/1 | 2007, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/2054

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Bondue

Université des Sciences et Technologies de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org