Navigation – Plan du site
Articles

Ouzbékistan, le paradoxe de l’enracinement rural

Uzbekistan: Rural Population Growth Paradox
Alain Cariou
p. 101-112

Résumés

L’Ouzbékistan contemporain se présente comme un monde où les campagnes structurent encore l’espace et la société. Non seulement la population du pays est rurale à plus de 60 % mais cette ruralité n’a cessé de se renforcer depuis deux décennies. Le paradoxe de cette évolution à contresens de la tendance mondiale s’explique par plusieurs facteurs. En raison du statut de périphérie agricole cotonnière que lui avait conféré la planification soviétique, la population a été fixée de manière coercitive à la terre. Or cette politique n’a pas été remise en cause par l’Ouzbékistan indépendant qui exerce un contrôle strict sur sa population. L’exode rural reste donc aujourd’hui pratiquement inexistant car le régime ouzbek entend préserver son indispensable manne cotonnière et redoute la déferlante de millions de paysans sans terre vers les villes. Mais cette inertie du mode de peuplement rural s’explique aussi par les valeurs identitaires que les populations accordent au village. Cette situation ne fait qu’aggraver la surcharge des espaces ruraux où les tensions pour l’eau et la terre s’exacerbent. La multiplication des émeutes ainsi que l’esquisse de nouveaux flux migratoires clandestins en direction de la Russie sont les signes d’un monde trop plein.

Haut de page

Texte intégral

1Aux premiers temps de l’indépendance de l’Ouzbékistan, bien des publications géo-stratégiques avaient prédit l’avènement d’une période de turbulences sans précédent pour les populations centrasiatiques. À l’instar de l’évolution générale observée dans les pays en situation post-coloniale, l’Ouzbékistan devait suivre une inéluctable phase de « transition » caractérisée par d’importants bouleversements humains : exode rural massif et brutal, croissance urbaine accélérée et difficile à maîtriser, explosion des dynamiques migratoires... Or, cette prophétie fondée sur une méconnaissance des réalités centrasiatiques s’est avérée erronée. À observer la distribution du peuplement et l’évolution démographique, force est de constater l’inertie des structures et des comportements légués par la période soviétique. L’implosion de l’URSS en 1991 constituerait-elle alors un non événement pour les populations d’Ouzbékistan ? Certes, des changements existent mais ils restent toutefois « conformes » et « attendus » dans le sens où ils ne font que confirmer et prolonger des tendances structurelles déjà bien établies du temps de l’Union soviétique. Ainsi en va-t-il de l’évolution du mode de peuplement de l’Ouzbékistan qui cultive l’étrange paradoxe d’une trajectoire à contresens de la tendance mondiale. Non seulement la population du pays est restée majoritairement rurale mais cette ruralité ne cesse de se renforcer depuis la dernière décennie de l’Union soviétique. Tel est bien le problème fondamental : comment expliquer cette singulière évolution où l’espace rural absorbe l’essentiel de la croissance démographique en l’absence d’explosion urbaine ? Pourquoi les campagnes constituent-elles toujours le fondement de la structuration de l’espace ? Interpréter les formes et les modalités d’un tel peuplement suppose de remonter aux racines des processus géoéconomiques mis en place sous l’URSS. Mais tout ne relève pas de l’héritage soviétique et il faut se pencher sur le rôle identitaire très fort que joue le monde rural pour les populations centrasiatiques. Quoi qu’il en soit, cette inertie dans la distribution du peuplement ne va pas sans poser de problèmes. Alors que la faiblesse de l’urbanisation traduit une certaine crise de la ville, le gonflement des campagnes fait planer le spectre du surpeuplement. La multiplication d’émeutes paysannes ainsi que l’esquisse d’une nouvelle dynamique migratoire orientée vers l’ex-puissance coloniale constituent les signes avant-coureurs d’un seuil de rupture. Ainsi, la question démographique est plus que jamais au cœur du débat, constituant un enjeu de taille pour l’avenir du pays.

Carte de présentation de l’Ouzbékistan

Carte de présentation de l’Ouzbékistan

Réalisation cartographique, V. Lahaye, Paris-Sorbonne, 2006

1. La campagne avant tout

1.1. Une réalité profondément rurale et agricole

2Alors qu’aujourd’hui la croissance urbaine est devenue un phénomène général avec près de la moitié de la population mondiale vivant en ville, l’Ouzbékistan contemporain se présente à bien des égards comme un État profondément rural car plus de six habitants sur dix vivent aujourd’hui dans les campagnes. Ce profil rural affirmé s’inscrit dans un cadre géohistorique propre au continent asiatique. Tout comme les vallées du sous-continent indien et les grandes plaines d’Extrême-Orient, les oasis d’Asie centrale comptent parmi les principaux foyers mondiaux de domestication des plantes cultivées [Vavilov, 1951]. Berceaux précoces de brillantes civilisations hydrauliques, ces campagnes asiatiques ont donc bénéficié jusqu’à ce jour de fortes densités humaines [Andrianov, 1969]. Toutefois, malgré leur faible taux d’urbanisation, l’Inde et la Chine comptent cependant plusieurs cités multimillionnaires liées principalement à la spectaculaire croissance de l’exode rural. Or cela n’est pas le cas de l’Ouzbékistan où le modeste fait urbain repose sur un maillage lâche de petites villes. Le pays échappe même à la règle du déséquilibre du système urbain qui affecte généralement les petits États en voie de développement de sa catégorie. Loin de toute macrocéphalie, Tachkent, la première ville d’Ouzbékistan ne regroupe que 11% de la population totale. Pourtant, en Asie centrale, le fait urbain n’est pas nouveau. Dès le 2ème millénaire avant notre ère apparaissent déjà des petites cités liées à l’essor précoce des oasis. Les villes illustres de Samarcande, Boukhara et Kokand témoignent du haut degré de développement urbain atteint de l’Antiquité au Moyen Âge par ces citées fondées sur la maîtrise de l’espace oasien et du commerce caravanier eurasiatique sur la très célèbre Route de la soie. Mais ce remarquable passé urbain est entré en décadence avec la déliquescence du système circulatoire terrestre de la dorsale eurasiatique. À partir du 16ème siècle, les troubles politiques incessants et la généralisation du transport maritime auront porté un coup fatal à l’Âge d’or des cités centrasiatiques. Il faudra attendre l’intervention soviétique pour que réapparaisse un certain renouveau urbain, mais sans que celui-ci ne vienne pour autant bouleverser l’équilibre d’une distribution de la population toujours caractérisée par sa forte ruralité. Mais plus que la faiblesse du fait urbain, c’est la singulière évolution du nombre des ruraux qui interpelle ici.

Figure1 : Évolution et composition de la croissance démographique en Ouzbékistan

Figure1 : Évolution et composition de la croissance démographique en Ouzbékistan
  • 1 De toutes les régions de l’Union soviétique, l’Asie centrale était la moins urbanisée.

3Tandis que dans le monde en développement, les migrations des campagnards constituent le premier facteur de l’accroissement de la population urbaine, force est de constater que rien de tel ne s’est produit en Ouzbékistan si bien que le pays compte aujourd’hui parmi les États les moins urbanisés du monde. Ainsi, si la population du pays a été multipliée par 2,67 en l’espace de 40 ans, les populations urbaine et rurale ont crû de concert dans des proportions singulièrement similaires : de 1963 à 2003, la population urbaine a été multipliée par 2,8 (de 3,35 à 9,4 millions) et la population rurale par 2,6 (de 6,25 à 16,2 millions). En dépit d’une vigoureuse croissance démographique, l’Ouzbékistan a donc jusqu’à présent échappé au processus de l’explosion urbaine si caractéristique des pays en voie de développement. Il en résulte une remarquable stabilité dans la distribution de la population. Tout le paradoxe de cette évolution s’explique par la quasi inexistence d’exode rural. Non seulement la ruralité est un fait largement majoritaire mais la tendance actuelle est à son renforcement. En effet, depuis la dernière décennie de l’ère soviétique, la ruralisation de la population s’est encore accentuée selon un mouvement lent mais continu, passant par un minimum de 59,3% au début des années 1980 pour atteindre près de 64% aujourd’hui (fig. 1). Corrélativement et malgré une légère progression durant la période soviétique, le taux d’urbanisation est resté structurellement bas1. Or depuis deux décennies, le poids des urbains ne cesse de reculer en chiffres relatifs : après un maximum de 40,77% en 1980, celui-ci est désormais retombé à 36%. En l’absence de migrations internes, cette singulière évolution traduit en premier lieu le différentiel de dynamisme démographique entre ville et campagne : au cours des quinze dernières années, entre 1988 et 2003, l’accroissement naturel des ruraux a été largement supérieur à celui des citadins, la population rurale ayant augmenté à un rythme presque deux fois plus rapide que celui des villes (38,8% de croissance contre 19,1%). Cette évolution est de surcroît accentuée par un phénomène original de « désurbanisation ethnique». Le dynamisme urbain de l’Ouzbékistan contemporain était largement fondé sur un peuplement slave, principalement russe, or depuis l’indépendance, le reflux des « Pieds rouges » vers leur patrie d’origine aurait généré un solde migratoire négatif des villes du pays estimé entre 400 000 et 537 000 personnes pour la période 1989-1999 [Rowland, 2001]. Et le phénomène ne semble pas se tarir car le départ des populations de souche européenne aurait concerné 500 000 personnes de plus entre 1999 et 2003. Bien que mettant en jeu des effectifs plus réduits, la disparition en quelques années seulement de la communauté juive d’Ouzbékistan témoigne également d’un certain malaise urbain. Installés depuis des siècles dans les grandes cités du pays, les Juifs ont quasiment tous émigrés désormais dispersés entre Israël et les États-Unis. À ces migrations ethniques sont venus s’ajouter les effets de la crise économique. Sans qu’il soit possible d’en déterminer l’ampleur exacte, les villes ont connu au lendemain de l’indépendance un solde migratoire négatif en raison de la difficulté croissante à vivre en milieu urbain. En ces temps de crise post-soviétique, le village fait figure de refuge et sert de rempart à la paupérisation grâce à une meilleure redistribution du travail et des ressources. C’est que la structure sociale centrasiatique fondée sur la solidarité familiale permet d’envisager l’idée d’un retour temporaire ou définitif au village où le lopin assure une sécurité alimentaire parfois difficile en ville. Cette « rétromigration de crise » a en outre été amplifiée par les toutes premières mesures gouvernementales concernant la distribution de terres destinée à agrandir les lopins familiaux. Ainsi certains citadins ont fait un retour remarqué au village afin de profiter de ces exceptionnelles allocations foncières.

4En conséquence, l’armature urbaine reste très médiocre à l’exception du bassin du Ferghana structuré par un réseau de villes moyennes comptant entre 150 000 et 400 000 habitants comme Namangan, Andijan, Ferghana Kokand, Marguilan. Tachkent, la capitale qui se veut la vitrine et la métropole de l’Asie centrale est la seule cité millionnaire du pays avec seulement 2,3 millions d’habitants. Samarcande, illustre capitale historique et seconde ville du pays ne compte que 600 000 habitants. Ainsi, en 2003, la part de la population totale résidant dans des agglomérations de plus de 100 000 habitants n’est que de 24%. De la sorte, la structuration de l’espace repose principalement sur un réseau de gros bourgs ruraux pouvant compter plusieurs dizaines de milliers d’habitants. La réalité du pays est donc celle d’un monde profondément villageois et campagnard où les fortes densités rurales s’expliquent le plus souvent par la seule force de l’agriculture, car aujourd’hui encore, en Ouzbékistan, espace rural rime avec agriculture. En 2001, la population active rurale est engagée à 89% dans l’agriculture contre 9,5% dans les services et seulement 1,5% dans l’industrie. C’est dire l’impact économique et social considérable que joue l’agriculture dans ce pays. En 2003, le secteur agricole occupe 35% des actifs et réalise 35% du PIB du pays, encore que ces chiffres soient largement sous-estimés étant donné l’importance du caractère informel que recouvre l’activité agricole. Dans les villages, la population se résume généralement à l’unique groupe social des agriculteurs car tout le monde est paysan par conviction mais aussi par nécessité. Les rares fonctionnaires vivant dans les campagnes, employés administratifs des coopératives agricoles, miliciens, médecins de dispensaire doivent impérativement mener une pluriactivité en raison de leur très faible niveau de rémunération. Dispersée dans les campagnes, l’industrie cotonnière d’égrainage n’est guère pourvoyeuse de richesse pour ses ouvriers car l’activité est saisonnière et ne dégage qu’une faible valeur ajoutée, la fibre de coton n’étant généralement pas travaillée sur place mais exportée. On le voit, l’agriculture à caractère vivrier constitue une économie domestique incontournable pour tous les ruraux quelle que soit leur catégorie socioprofessionnelle. Comme du temps de l’URSS, le recours au travail sur le lopin est aujourd’hui encore nécessaire pour maintenir l’autosubsistance et le niveau de vie des familles.

5En définitive, avec la permanence d’un enracinement tout à la fois rural et agricole, c’est bien une évolution démographique assez atypique qui caractérise l’Ouzbékistan contemporain. Ici réside tout le paradoxe de ce pays qui, comme à rebours de l’évolution générale observée dans le monde, voit s’accroître sa population rurale et agricole tandis que la dynamique urbaine semble bridée. Comment expliquer une telle tendance structurelle ? Plus surprenant encore, pourquoi les hommes continuent-ils à s’accumuler dans les campagnes alors que le spectre de la surpopulation plane sur des espaces ruraux qui ont atteint les limites de l’expansion du territoire cultivable et de l’exploitation des ressources en eau ?

1.2. Le maintien à la terre

6Si aujourd’hui les campagnes du pays constituent un monde plein, elles le doivent en grande partie à l’héritage de la politique soviétique de planification économique et de contrôle des populations. On aurait pu croire que la mise en place d’une agriculture soviétique fondée sur des unités collectives modernes de plusieurs milliers d’hectares aurait délesté les campagnes d’une partie de leur charge. Or, c’est l’effet inverse qui s’est produit avec la création d’un des plus vastes bassins cotonniers du monde. De fait, le paysan a été l’acteur incontournable du développement national car la stratégie cotonnière de l’URSS a reposé non pas tant sur la mécanisation que sur le recours à une main-d’œuvre rurale pléthorique et bon marché. En dépit d’une fixation massive de bras à la terre, la folie cotonnière entraîne cependant à la fin de chaque été une paralysie du pays en raison de la réquisition d’écoliers, d’étudiants et de militaires pour la récolte de « l’or blanc ». Ainsi, contrairement à bien des États de l’URSS et de son glacis où le divorce avec le monde rural a été consommé par l’application du projet socialiste visant à instaurer une société urbaine et industrielle, l’Ouzbékistan n’a pas connu pareille rupture. Cette orientation agricole et cotonnière décidée par les Russes à la fin du 19ème siècle s’est pérennisée jusqu’à nous, ce que confirment les chiffres : le pays est aujourd’hui le 2ème exportateur mondial de coton derrière les États-Unis et le 5ème producteur mondial. Bien qu’en recul, cette culture constitue toujours le premier poste de rentrée de devises avec 20% de la valeur des exportations. L’industrie se trouve le plus souvent elle-même subordonnée à la filière cotonnière : construction mécanique de matériels agricoles, usine chimique productrice d’engrais, industrie légère de traitement du coton répartie à travers tout le pays. Pour autant, la région ne manque pas d’être sous-industrialisée. Cela tient au legs de la structure économique coloniale soviétique qui a conféré à l’Asie centrale un statut de périphérie productrice de matière première. Ainsi dans les années 1980, alors que la région produisait 95% du coton soviétique, elle ne traitait sur place que 8% des fibres de coton, la transformation textile étant essentiellement dévolue à la partie européenne de l’Union soviétique [Vichnevski, 1995]. En dépit d’efforts récents menés par l’État ouzbek pour attirer des investisseurs étrangers dans le secteur du textile, l’économie cotonnière reste largement dominée par les industries de première transformation qui exportent le coton-fibre vers la Russie et le reste du monde (essentiellement l’Union Européenne).

  • 2 Toutefois, du fait de la corruption, il est possible d’« acheter » la propiska. Pour la ville de Ta (...)

7Afin de concentrer les « forces productives » au service de l’or blanc, le régime soviétique a donc exercé un contrôle très strict des flux de population, notamment pour limiter, voire empêcher l’exode rural. L’instrument de la planification des migrations internes a reposé sur la propiska, système coercitif de contrôle de l’origine des résidents. Ce dispositif qui impose l’obligation d’enregistrement périodique du lieu de résidence sur le passport (l’équivalent de notre carte d’identité) rend impossible toute installation nouvelle en dehors de la localité légale d’assignation, sauf autorisation expresse des autorités compétentes. En règle générale, dans les campagnes, la propiska fait coïncider lieu de naissance et lieu de résidence ce qui revient à interdire toute migration hors de la localité d’origine. Encore faut-il signaler que jusqu’en 1975, les passports de la plupart des paysans étaient conservés au siège du collectif par le Président qui était ainsi le garant du maintien des ruraux à la terre. Cependant, l’interdiction de migrer a parfois été levée afin de procéder à une redistribution planifiée de la population. Pour des raisons économique et stratégique, la mise en valeur des déserts de la dépression aralocaspienne a entraîné le déplacement de villages entiers. Ainsi, dans les années 1960, la migration des communautés paysannes des oasis de piémont et de montagne vers les fronts pionniers cotonniers de plaine a été encouragée et organisée, voire imposée par la force [Cariou, 2003]. Loin d’avoir disparu, cette pratique soviétique de contrôle des populations est toujours d’actualité puisque l’Ouzbékistan indépendant a pérennisé la propiska. Il ne faudrait pas croire pour autant à l’infaillibilité du système. Provoquées par la spirale économique dépressionnaire post-soviétique, les migrations de ruraux vers les villes se développent. Cela concerne surtout des jeunes venus des régions agricoles surpeuplées du pays qui débarquent clandestinement dans les grandes cités en quête d’emploi. Pour ces « hommes flottants » qui échappent à toutes statistiques, les séjours en ville sont plus ou moins temporaires, entrecoupés par de fréquents allers et retours vers les villages d’origine2. Il n’est pas rare de voir sur les bazars de la périphérie des grosses villes de grands attroupements où les hommes louent leur bras pour quelques heures ou quelques jours. Cependant, ces migrations internes, bien qu’impossibles à évaluer, restent néanmoins contenues par un système policier très coercitif qui expulse périodiquement des villes les immigrés ruraux.

8Au total, afin d’assurer l’essor et le bon fonctionnement d’un des plus grands bassins cotonniers du monde, le régime soviétique a procédé au blocage de l’exode rural contribuant ainsi au gonflement démographique des campagnes tout en limitant la croissance des villes. En conséquence, les efforts de développement se sont donc concentrés sur le secteur agricole, et ce, au détriment des activités industrielles et urbaines qui du fait de leur indigence ne permettent pas le délestage du trop-plein de population rurale. Ainsi la jeune République indépendante d’Ouzbékistan hérite d’un lourd passif légué par la politique soviétique de contrôle des populations. Toutefois dans un souci de préserver l’indispensable rente cotonnière, le nouveau pouvoir ne s’est guère aventuré sur la voie des réformes. En outre, la peur de l’instabilité sociale provoquée par l’afflux soudain et massif de campagnards dans les villes mais aussi la hantise de la contamination islamiste incitent le régime à l’immobilisme. De fait, avec le maintien des vieilles mesures entravant la libre circulation des personnes, les campagnes continuent à supporter seules l’essentiel de la croissance démographique. Il en résulte un dangereux surpeuplement rural, facteur d’instabilité sociale car porteur de sous-emploi massif et chronique, de tensions pour l’eau et la terre et de paupérisation. C’est pourquoi, on assiste à la reconquête de terroirs marginaux abandonnés du temps de l’Union soviétique. Sur les pentes rudes des vallées reculées de montagnes, les hommes aidés de leurs ânes reconstruisent les vieux canaux d’irrigation, remontent les pierres des murettes, ensemencent les étroites terrasses de jadis, reconstituent les vergers sur les versants les mieux exposés. Encore un paradoxe que cette singulière renaissance rurale, malgré la peine et le peu de profit que procure ce retour à une vie agricole traditionnelle, archaïque, rude et difficile.

9Toutefois, expliquer cette forte ruralité à l’aune des seuls facteurs politico-économiques serait réducteur car le monde plein des campagnes relève également d’une dimension culturelle propre au monde oasien. Des liens intenses lient les populations centrasiatiques à leur horizon villageois.

2. L’intemporalité du fonds villageois et de la maison rurale

2.1. L’habitat rural, un haut lieu de référence identitaire

10Aujourd’hui, le quotidien de près des deux tiers des habitants du pays se déroule au village (kichlak) ce qui en fait le mode de peuplement dominant. Mais plus que son importance dans le paysage humain, c’est son particularisme culturel qui en fait un des éléments les plus emblématiques du pays. Si la ville a été l’objet de profonds remaniements sous l’effet de la soviétisation, en revanche, le village et la maison rurale sont restés relativement à l’abri des influences culturelles allochtones. Ainsi, l’espace villageois révèle en filigrane bien des valeurs de la société centrasiatique. Pénétrer dans ce monde de villages et dans l’intimité de la maison c’est comprendre le profond enracinement de toute une société.

11Le village constitue l’espace de référence car il incarne au mieux la solidarité de groupe qui s’exprime souvent par la dimension clanique (awlad) à base locale ou familiale, l’endogamie géographique restant très prégnante. Ainsi, le cadre spatial du village trouve sa cohésion dans la communauté d’irriguants ou l’unité économique collective, autrefois le kolkhoze ou le sovkhoze, aujourd’hui le sirkat. Mais la dimension familiale du clan joue aussi fortement. Dans les oasis, les familles forment souvent au sein d’un même village, un voire plusieurs ensembles apparentés selon la filiation patrilinéaire. Ainsi, une étude démographique basée sur le recensement de 1989 a montré qu’en Ouzbékistan plus de 20% des femmes mariées ont épousé un cousin ou un proche parent. Du plus humble paysan au Président de la République, chacun sait aujourd’hui à quel point la réussite passe inévitablement par l’appui que confère le groupe de solidarité. De fait, à l’exception des villages de colonisation des fronts pionniers où la politique soviétique de peuplement a autoritairement imposé un brassage des populations, la communauté villageoise traditionnelle possède un caractère exclusivement mono-ethnique. Dans les nombreuses régions de mixité ethnique que compte le pays, la règle est à la juxtaposition des villages ethniquement homogènes. Ainsi, les campagnes de l’arrière-pays de Samarcande se présentent comme une mosaïque complexe où alternent villages tadjiks et villages ouzbeks. Les contacts entre communautés villageoises sont quotidiens mais restent très superficiels comme en témoigne le caractère exceptionnel des mariages mixtes. En 1989, seulement 6,5% des Ouzbeks ont dérogé à la règle de l’endogamie ethnique en ayant contracté des unions mixtes avec une autre ethnie présente dans le pays : tadjike, kazakhe, tatare, kirghize [Vichnevski, 1995].

  • 3 La maison est habitée par les familles des descendants paternels.
  • 4 Les époux doivent être assortis, c’est-à-dire de même rang et de même niveau social.

12Au sein du village, la maison joue également un rôle identitaire fort car elle incarne les valeurs qui fondent la culture centrasiatique. En dépit de quelques nuances régionales, l’habitat rural offre une remarquable unité, espace clos de forme quadrangulaire de quelques dizaines d’ares qui associe étroitement la maison, sa cour et le jardin ; le tout le plus généralement abrité de l’extérieur par de hauts murs de pisé parfois doublés de haies de peupliers. Sous le même toit cohabitent le plus souvent les trois générations que compte la famille élargie. Selon la tradition de la virilocalité3, c’est le garçon le plus jeune de la famille qui doit résider avec sa femme auprès de ses parents dans la demeure familiale avec la charge de pourvoir à leurs vieux jours. La soumission au groupe se traduit aussi dans le mariage qui n’est pas encore aujourd’hui une question de sentiment personnel mais une affaire familiale répondant aux règles de l’isogamie4 et de l’endogamie géographique. Mais la maison est aussi un fait de civilisation en réunissant dans un même lieu tous les éléments fondamentaux de la société oasienne centrasiatique : les hommes réunis au sein de la famille élargie, la terre incarnée par le jardin et l’eau présente grâce à une fontaine, un petit canal d’irrigation ou un bassin. Imprégné des valeurs de la culture centrasiatique, l’habitat rural a su résister aux agressions extérieures, notamment celles engendrées par la soviétisation des campagnes. Dans le contexte d’une appropriation socialiste des moyens de production et un contrôle social étatique étroit des populations, l’habitat rural a été le seul lieu à constituer un ancrage spatial ancien et généralement inchangé, assurant la permanence des mentalités et du cadre de vie traditionnel, dernier rempart contre l’acculturation de l’ère soviétique. Échappant en partie aux regards de l’État et aux oreilles de la milice, la maison et le jardin, cachés derrière l’enceinte de pisé et les rideaux de peupliers, ont servi de conservatoire à la culture centrasiatique. Langue maternelle, religion et traditions ancestrales, refoulées du domaine public ont ainsi pu y trouver refuge. La vitalité des cultures locales qui ont resurgi au grand jour immédiatement après l’éclatement de l’URSS ne peut s’expliquer autrement que par la stabilité de l’habitat et de la structure familiale.

13En définitive, le village et la maison rurale constituent un haut lieu de la culture centrasiatique ce qui explique le profond attachement des populations à ce mode de peuplement. À l’inverse, la ville fait plutôt figure de repoussoir.

2.2. Réticences urbaines

14L’oasien est un rural dans l’âme d’où sa grande réticence à quitter sa campagne. Cet enracinement notoire a longtemps été la bête noire des autorités soviétiques qui ont cherché à aménager l’espace selon une logique bureaucratique de redistribution des populations ignorante des réalités culturelles régionales. En Ouzbékistan, le développement des fronts pionniers cotonniers prévoyait la diffusion d’un modèle standard de villes modernes à la soviétique destiné à regrouper les villageois déracinés de leurs vieilles oasis. On touche là le concept d’agroville dont la logique utopiste visait la transformation du paysan centrasiatique en citadin. C’est pourquoi certains bourgs-centres de sovkhozes ont été dotés dans les années 1960 d’un paysage résolument urbain où la voirie rectiligne équipée de l’éclairage public dessert des quartiers d’immeubles collectifs. Le style architectural est des plus sommaires, simples barres de béton à deux ou trois étages pouvant comporter jusqu’à 32 appartements, vite sorties de terre et posées dans une maille très vaste. Cependant, ce projet urbain imposé par les théoriciens de la planification a dans la plupart des cas tourné court. Les « collectifs » ont vite été désertés de leurs habitants pour qui la coupure avec la vie rurale traditionnelle était insupportable, voire traumatisante. Avec un petit appartement individuel, plus moyen de faire cohabiter sous le même toit les trois générations de la lignée paternelle ce qui condamne ainsi l’ordre familial traditionnel. Plus de possibilité non plus de cuire et de consommer le pain familial qu’il faut désormais acheter et qui ne correspond pas au goût habituel. La nouvelle vie « citadine » crée également une rupture avec l’économie domestique traditionnelle : le lopin désormais plus petit et éloigné du lieu de résidence n’autorise plus l’intimité avec la terre et l’entretien du petit bétail vital pour l’économie familiale. En somme une rupture totale avec le cadre social et territorial traditionnel. Face à ces freins culturels, les autorités locales ont souvent fait preuve de souplesse. Les dirigeants ouzbeks ont vite compris la nécessité d’autoriser la construction de maisons individuelles s’ils voulaient conserver leur rang et leur main-d’œuvre afin de répondre aux exigences de production du plan cotonnier. Les agriculteurs se sont alors empressés d’élever au sein de leur lopin une habitation à leur image, simple maison basse entourée par la verdure et les murs de pisé.

15Au regard de tels comportements, on comprend mieux pourquoi la ville ne constitue généralement pas un milieu attractif. En dépit d’une tradition urbaine millénaire incarnée par les illustres cités-oasis, l’actuelle urbanisation de l’Ouzbékistan relève en grande partie du processus exogène lié à l’histoire coloniale, et principalement à la période soviétique de l’après-guerre. Profondément remaniées et largement dominées par un peuplement européen slave, les villes du pays sont bien souvent identifiées par les ruraux à un corps étranger. Car la ville n’est pas un espace facile où il suffirait d’entrer pour devenir un citadin, mais constitue un autre monde parsemé d’obstacles tant culturels que matériels. En Ouzbékistan comme dans le reste de l’ex-URSS, le recours systématique au modèle urbain « moderne » fondé sur l’alignement monotone de quartiers de barres d’immeubles collectifs interdit non seulement la reproduction des pratiques sociales traditionnelles, mais entraîne aussi souvent une diminution du niveau de vie pour le nouveau citadin. Cela s’explique par les bas salaires généralement pratiqués dans la fonction publique et les industries, ainsi que par la perte de revenu que pouvaient constituer les produits du lopin. Pour pouvoir vivre en ville, il faut avoir recours à de trop rares expédients afin de compléter le revenu procuré par le travail officiel ; et cela d’autant plus que la crise économique post-soviétique sévit. Par ailleurs, la ville, en tant que sécrétion du système soviétique, constitue un milieu sociologiquement différent du substrat autochtone. Vivre la ville signifie donc un dépouillement culturel, fait hautement symbolisé par l’abandon des langues vernaculaires au profit du russe souvent mal maîtrisé. C’est pourquoi tout départ vers la ville est souvent vécu comme une difficulté, voire comme un exil, même si cela devient de moins en moins vrai avec la mise en œuvre récente d’une politique nationale « d’ouzbékisation » par le régime fort d’Islam Karimov. Dans un État pluri-ethnique, l’imposition de la langue ouzbèke ainsi que le développement d’une politique discriminatoire à l’embauche constituent cependant un obstacle de plus pour les minorités nationales comme les Tadjiks, les Turkmènes, les Kirghiz mais surtout les Russes. Il n’est donc pas surprenant de constater que dès que l’occasion se présente, les paysans déracinés regagnent leur village natal où ils ont le plus souvent conservé une maison en vue d’un éventuel retour. Pour ceux qui veulent rester en ville, notamment les jeunes ruraux parmi les plus diplômés, des liens indéfectibles les unissent néanmoins avec leur communauté d’origine. Les néo-citadins reviennent y prendre femme perpétuant l’existence de réseaux de parenté tout en les ouvrant au monde urbain. Les incessantes navettes entre villes et campagnes nourrissent également un jeu d’échanges informels de biens et de services mettant le plus souvent en jeu des denrées alimentaires et des flux financiers. De la sorte, la chaîne de solidarité autrefois cantonnée au village se prolonge désormais de façon diffuse jusqu’au cœur des villes.

16Qu’il soit imposé par une politique coercitive ou délibérément choisi en raison des contraintes sociales et culturelles qui pèsent sur la ville, l’ancrage paysan n’est pas sans incidence sur les grands équilibres géographiques de l’Ouzbékistan contemporain.

3. Les nouveaux enjeux et les défis du peuplement

3.1 Le spectre d’un monde trop plein

  • 5 Avec un peu plus de 4 millions d’hectares irrigués, l’Ouzbékistan compte parmi les plus grandes zon (...)

17Avec une densité moyenne de 57 habitants par km2, l’Ouzbékistan apparaît comme un pays faiblement peuplé et éloigné de tout risque de surpeuplement. Toutefois cette donnée moyenne a en réalité peu de sens et cache une situation beaucoup plus préoccupante du fait de l’énorme disparité dans la distribution du peuplement. En effet, le pays vit à l’étroit puisque « l’Ouzbékistan utile » se résume à seulement 12% de la superficie du territoire. Aux quasi-déserts humains que constituent les étendues arides de la vaste dépression aralo-caspienne et des montagnes périphériques s’opposent les fortes densités des vallées et des piémonts vivifiés par l’irrigation. Aussi, le pays présente-t-il un peuplement en archipel, chapelets d’oasis linéaires ou punctiformes qui reflètent la capacité des sociétés rurales à mobiliser les eaux des fleuves. Dès la plus haute antiquité, les rivières descendues des chaînes du Pamir et des Tian Chan ont permis une valorisation et une utilisation intense de l’espace agricole conférant ainsi au peuplement son caractère oasien dense, ancien et solidement enraciné. Comme par le passé, les campagnes irriguées accumulent aujourd’hui les fortes concentrations humaines pour atteindre la densité rurale moyenne de 360 hab./km2. Cette moyenne peut sembler modeste au regard des densités rurales du Sud-Est asiatique qui dépassent souvent les 1000 hab./km2, mais elle prend toute sa valeur lorsque l’on sait qu’elle ne repose que sur une seule récolte annuelle. En effet, l’intensification agricole fondée sur la succession continue des cultures est ici fortement limitée par l’incontournable morte saison hivernale qui frappe durement et longuement les étendues continentales centrasiatiques. C’est pourquoi le régime soviétique s’est lancé dans un vaste programme de bonification des immensités désertiques. En dépit des travaux prométhéens entrepris par l’URSS afin de créer de vastes périmètres irrigués, les surfaces cultivées n’ont guère dépassé les 10% de la superficie totale du pays5. Or depuis les années 1980, alors que la colonisation de nouvelles terres a pratiquement cessé, les densités des campagnes, elles, n’ont fait que croître. Aussi, le rapport entre espace cultivé et population se dégrade régulièrement (voir fig. 2). Et les superficies mises en valeur reculent même face aux empiètements villageois et urbains qui privilégient les riches terres cultivées des oasis aux mornes espaces désertiques. La ville, en tant que monde fermé et bloqué, ne peut donc pas jouer le rôle d’exutoire du trop plein de la population rurale. Il en résulte une situation figée où l’immobilisme appelle inéluctablement toute une série de réformes qui tardent cependant à se manifester.

18Afin de faire face aux premiers signes de tension concernant l’approvisionnement alimentaire du pays, l’État a consenti à partir de 1994 à réduire quelque peu sa manne cotonnière, libérant ainsi des terres pour la culture du blé. Aujourd’hui, l’autosuffisance céréalière est à peu près atteinte, mais pour combien de temps encore ? Dans un contexte où la charge démographique inexorablement croissante et la faim de terre toujours inassouvie n’autorisent guère de répit, l’État ne pourra sans cesse repousser les limites d’un monde rural saturé. D’ailleurs, les signes de ruptures se multiplient à travers tout le pays comme le prouve le caractère répété des révoltes populaires spontanées que tente vainement d’étouffer le pouvoir. En 2005, après le Ferghana surpeuplé, c’est au tour de la région de Djizak, pourtant considérée comme sûre et très calme, d’être l’objet de manifestations violentes de paysans à l’encontre des autorités locales [Roubleva et Moukhamediarova, 2005]. Alors que les tensions pour l’eau et la terre s’exacerbent, l’État reste crispé sur sa politique coercitive de contrôle des populations ce qui ouvre la voie à une nouvelle forme de mobilité géographique.

Figure 2 : Croissance démographique et pression foncière en Ouzbékistan

Figure 2 : Croissance démographique et pression foncière en Ouzbékistan

3.2. La nouvelle logique migratoire

  • 6 En 2006, le déficit démographique naturel de la Russie devrait être de un million de personnes.

19Si la mobilité spatiale intérieure au pays est encore quasi impossible, en revanche, les départs en direction de l’étranger et notamment en direction de l’ancienne puissance coloniale se multiplient. Certes, les traditions migratoires vers la Russie ne sont pas nouvelles, mais elles prennent désormais une nouvelle ampleur. Du temps de l’URSS, les autorités avaient encouragé et organisé les migrations temporaires dans le cadre des « programmes de mobilité géographique des peuples ». À la belle saison, les terroirs étriqués des oasis de piémont et des montagnes se vidaient de la population masculine qui gagnait les grands chantiers urbains de l’Union et notamment sibériens. Les hommes revenaient ensuite passer l’hiver dans leur village, nantis d’un pécule durement acquis et souvent indispensable à la vie familiale. Mais aujourd’hui, les nouveaux courants migratoires offrent un tout autre visage : ils répondent à des stratégies individuelles ou familiales et prennent un caractère clandestin. La misère rurale pousse désormais une partie des ruraux sur le chemin de l’exil. Fort logiquement, les jeunes adultes sont les plus réceptifs aux appels du vaste monde en raison de leur bon niveau de scolarisation. Frappés par une oisiveté imposée et sans perspective d’avenir, ils constituent les premiers candidats au départ. Mais des familles entières n’hésitent également pas à tenter l’aventure en quête d’une vie meilleure mais incertaine. Dans les grandes villes de Russie, il n’est par rare de trouver ces Ouzbeks au côté de Kazakhs ou de Moldaves sur les chantiers du bâtiment. Mais on les rencontre surtout sur les marchés où ils constituent la foule de ces petits commerçants qui vendent sur de menus étals des fruits et légumes, spécialités des Centrasiatiques et des Caucasiens. Du fait de son caractère illégal, le séjour en Russie est généralement temporaire, de quelques mois à quelques années, et sa durée dépend souvent de la capacité de chacun à éviter l’expulsion ou à supporter les discriminations et l’ambiance délétère que fait peser le nationalisme russe sur les étrangers. Toutefois, les autorités russes sont assez tolérantes à l’égard de ces travailleurs sans propiska qui constituent une main-d’œuvre docile et peu exigeante car prête à occuper des emplois peu qualifiés, durs, précaires et dévalorisés. Les pouvoirs publics ferment donc les yeux sur cette immigration clandestine qui vient à point pour suppléer une démographie en crise6. Ainsi depuis le démantèlement de l’URSS, l’Ouzbékistan et ses voisins centrasiatiques apparaissent désormais sur la carte du système migratoire mondial comme une région émettrice de flux tandis que la Russie est devenue un pays d’immigration nette, espace particulièrement attractif pour les populations des ex-Républiques soviétiques beaucoup moins développées [Salt, 2001]. En 2006, le taux net de migration est estimé entre - 3 et - 1,01‰ pour l’Ouzbékistan alors que l’ancienne puissance tutélaire abriterait entre 3,5 et 4 millions de clandestins originaires des différents pays de la CEI. Cette nouvelle dynamique migratoire témoigne de façon claire de l’ampleur des déséquilibres et des dysfonctionnements qui affectent profondément les campagnes d’Ouzbékistan.

Conclusion

20Il faut bien le reconnaître, la nouvelle ère d’indépendance s’analyse bien plus en terme de continuité que de rupture car le pays est loin de s’être débarrassé de ses vieilles pratiques soviétiques. Comme du temps de l’URSS, l’agriculture constitue encore aujourd’hui le fondement de l’organisation de l’espace et de l’ordre social. Dans ses grandes lignes, la distribution de la population n’a ainsi guère été modifiée en raison de l’impossible exode rural mais aussi des valeurs tout à la fois identitaire et mythique que recouvre le monde des campagnes. La mobilité intérieure reste bridée, mais pour combien de temps encore ? Quelle que soit la nature du régime politique à venir, il ne fait guère de doute que le statu quo imposé aux populations ne pourra éternellement être repoussé au lendemain. L’esquisse de courants migratoires en direction de l’étranger proche et la multiplication des émeutes à travers tout le pays traduisent l’exacerbation des déséquilibres géographiques et sociaux. À l’instar de ce qui se passe dans le reste du monde, le retournement ne pourra venir que de l’essor d’une économie et d’un mode de peuplement urbain. L’actuelle déconstruction de la ville coloniale soviétique et son réaménagement sur la base de nouvelles valeurs « nationales » risquent de changer le regard que portent les ruraux sur la ville. En effet, les réticences urbaines s’estompent à mesure que progresse la réappropriation culturelle de la ville sous l’impulsion d’une politique officielle « d’ouzbékisation » du pays. Nul doute que cette recomposition urbaine constituera alors un puissant facteur attractif pour les millions de ruraux en quête d’une vie meilleure.

Haut de page

Bibliographie

ANDRIANOV Boris Vassilievitch (1969), Drevnie orositel’nye sistemy priaral’ja, Akademii Nauk, Moscou.

CARIOU Alain (2003), Montagnes et économie agropastorale d’Ouzbékistan : entre marginalisation et recomposition, Cahiers d’Asie centrale, n°11-12, pp. 179-202.

CARIOU Alain (2004), Le jardin saccagé. Anciennes oasis et nouvelles campagnes d’Ouzbékistan, Annales de Géographie, n°635, pp. 51-73.

HOHMANN Sophie (2004), Santé publique en Ouzbékistan contemporain : continuités soviétiques et limites des processus engagés, Cahiers d’Asie centrale, n° 13-14, pp. 121-178.

Ministerstvo Macroekonomiki i Statistiki Respubliki Uzbekistan, Gosudarstvennyy Departament Statistiki (2000), Yestestvennoye dvizheniye naseleniya Uzbekistan za 1999 god : statisticheskiy sbornik, Tashkent

PNUD (2005), Rapport mondial sur le développement humain 2005, Economica, Paris.

ROUBLEVA Tatiana et MOUKHAMEDIAROVA Lilia (2005), Atmosphère de siège à Tachkent, Nezavissimaïa Gazeta, Courrier International, n° 754, p. 26.

ROWLAND Richard (2001), Urban Growth in Uzbekistan During the 1990s, Post-Soviet Geography and Economics, vol. 42, n° 4, pp. 266-304.

ROY Olivier (1997), La nouvelle Asie centrale ou la fabrication des nations, Éditions du Seuil, Paris.

SALT J. (2001), Migrations internationales européennes : évaluation de la situation actuelle, European Population Papers n° 5, Conseil de l’Europe.

United Nations High Commissioner for Refugees (1997), Population Migration in Uzbekistan, Tachkent.

VAVILOV Nicolaï Ivanovich (1951), Chronica Botanica, vol. 13, 1949/50, pp. 1-366.

VICHNEVSKI Anatoli (1995), L’Asie centrale post-soviétique : entre le colonialisme et la modernité, Revue d’Études comparatives Est-Ouest, vol. 26, n° 4, pp. 101-123.

Haut de page

Notes

1 De toutes les régions de l’Union soviétique, l’Asie centrale était la moins urbanisée.

2 Toutefois, du fait de la corruption, il est possible d’« acheter » la propiska. Pour la ville de Tachkent, il en coûterait environ 2000 dollars ce qui est bien sûr hors de portée de l’écrasante majorité de la population du pays.

3 La maison est habitée par les familles des descendants paternels.

4 Les époux doivent être assortis, c’est-à-dire de même rang et de même niveau social.

5 Avec un peu plus de 4 millions d’hectares irrigués, l’Ouzbékistan compte parmi les plus grandes zones irriguées du monde. À titre de comparaison, l’Égypte, autre pays de tradition millénaire de l’usage de l’eau agricole, ne compte que 3,3 millions d’hectares irrigués.

6 En 2006, le déficit démographique naturel de la Russie devrait être de un million de personnes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte de présentation de l’Ouzbékistan
Légende Réalisation cartographique, V. Lahaye, Paris-Sorbonne, 2006
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2018/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure1 : Évolution et composition de la croissance démographique en Ouzbékistan
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2018/img-2.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 2 : Croissance démographique et pression foncière en Ouzbékistan
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2018/img-3.png
Fichier image/png, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Cariou, « Ouzbékistan, le paradoxe de l’enracinement rural », Espace populations sociétés, 2007/1 | 2007, 101-112.

Référence électronique

Alain Cariou, « Ouzbékistan, le paradoxe de l’enracinement rural », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/1 | 2007, mis en ligne le 01 août 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/2018 ; DOI : 10.4000/eps.2018

Haut de page

Auteur

Alain Cariou

Université de Paris IV
UMR Prodig
2, rue Valette
75005 Paris
Alain.Cariou@paris4.sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org