Navigation – Plan du site
Articles

Les Polonais du Kazakhstan entre l’intégration et la Patrie rêvée

Poles in Kazakhstan between Integration and the Imagined Motherland
Catherine Poujol
p. 91-100

Résumés

Parmi les 128 nationalités recensées en 1999 au Kazakhstan pour 15,6 millions d’habitants, outre les 53% de Kazakhs et les 30% de Russes, figurent des communautés de plus ou moins grande ampleur dont certaines sont bien connues, telles les Allemands de la Volga, les Ouïgours, les Coréens. Les Polonais du Kazakhstan constituent un cas particulier de diaspora de l’exil forcé dont la formation en tant que groupe coïncide avec l’histoire douloureuse des relations entre l’Empire russe et la Pologne, puis de l’URSS dans son règlement de la « question polonaise » pendant la Seconde Guerre mondiale. Leurs tentatives de préserver leur identité en s’organisant activement depuis la fin de la période soviétique pour ceux qui préfèrent rester au Kazakhstan, ou en choisissant le retour vers la « mythique Patrie », sont d’autant plus intéressantes à mettre en évidence. Le but de cet article est de faire le point sur cette population peu connue de la mosaïque ethnique kazakhstanaise dont 20 000 sur les 61 000 recensés en 1989 sont partis en Russie, en Pologne et dans d’autres pays d’Europe depuis quinze ans. Faible numériquement, et subissant un nouveau processus d’intégration à la souche dominante du pays, les Kazakhs, après avoir été « ukrainisée » puis russifiée, elle peut toutefois conserver une certaine influence à travers la stratégie de concorde religieuse développée par le pouvoir kazakh pour renforcer la stabilité de sa politique intérieure et faire reconnaître sa spécificité interconfessionnelle dans l’arène internationale.

Haut de page

Texte intégral

1Par son potentiel énergétique et sa croissance économique notoire, le Kazakhstan est devenu, depuis son indépendance en décembre 1991, un acteur reconnu de la communauté internationale. On connaît moins ses spécificités ethniques qui constituent pourtant un exemple frappant du poids des contraintes spatiales, géographiques, démographiques et climatiques sur l’histoire des hommes. Avec 2,7 millions de kilomètres carrés pour 15,5 millions d’habitants environ, une amplitude thermique maximale qui va de plus 50° en été à moins 50° en hiver dans de nombreuses régions, il abrite aujourd’hui, outre 53% de Kazakhs et 30% de Russes, plus d’une centaine de peuples différents. Certains d’entre eux se sont retrouvés malgré eux en ces lieux, par un enchaînement de circonstances dont certaines sont issues de la vision pragmatique que s’est forgé le pouvoir russe du « vide eurasiatique », alliée à une pratique politique violente : le déplacement massif de populations.

2Ainsi, à partir du 19ème siècle, l’espace des steppes voué au pastoralisme transhumant sous l’égide des grandes confédérations tribales kazakhes, est passé progressivement sous l’autorité d’un pouvoir sédentaire, centralisé : l’Empire russe. Celui-ci n’a considéré cette immense zone intermédiaire entre la Russie et les déserts d’Asie centrale sur la route des Indes, qu’à travers une double approche : celle qui consistait à fixer les autochtones nomades afin de les contrôler durablement, celle qui visait à utiliser les vastes territoires vides ou perçus comme tels, pour y installer les masses paysannes russes libérées du servage (au Nord) et les éléments indésirables de la société russe.

3Cette perception russe du « vide kazakh », sorte de « non-lieu » où dominent l’invisible et l’immatériel s’est prolongée durant toute la période soviétique. Il n’est donc pas surprenant que cette zone ait constitué un lieu d’exil pour les populations stigmatisées ou réprimées au cours de la Révolution russe, puis de la Seconde Guerre mondiale. Ce fut également un lieu de repli pour les populations soustraites à l’invasion nazie (dont les juifs d’Ukraine et de Biélorussie), un lieu de protection pour les communautés religieuses clandestines sous couvert de groupes de pionniers des Terres Vierges durant la campagne lancée par Khrouchtchev (Baptistes, Témoins de Jéhovah, Adventistes du 7ème Jour), sans oublier un laboratoire souterrain et à ciel ouvert pour pratiquer les essais nucléaires et autres innovations d’ordre stratégique.

4Parmi les 128 nationalités recensées en 1999, figurent des communautés de plus ou moins grande ampleur dont certaines sont bien connues, telles les Allemands de la Volga (qui sont passés de 1 million en 1989 à 370 000 en 1996), les Tatares (328 000 en 1989), les Ouïgours (185 300), les Coréens (103 000).

5Les Polonais du Kazakhstan constituent un cas particulier de diaspora de l’exil forcé dont la formation par strates hétérogènes en tant que groupe social, coïncide avec l’histoire douloureuse des relations entre l’Empire russe et la Pologne, puis de l’URSS dans sa participation à la Seconde Guerre mondiale.

  • 1 Nekritch A. (1982), Les peuples punis, la déportation et le sort des minorités soviétiques à la fin (...)
  • 2 Ils étaient alors 350 000 en Biélorusse, 250 000 environ en Lituanie et 200 000 en Ukraine en 1989.

6Comme ils le font remarquer lorsque l’occasion leur en est donnée, ils ont plus d’antériorité dans l’espace kazakh que les Allemands, les Tatares, les peuples du Caucase, déportés collectivement entre 1938 et 19481. Les processus d’assimilation et d’intégration qui les touchent ne sont guère originaux à l’instar des autres souches européennes, généralement de confession chrétienne (Russes, Ukrainiens, Biélorusses, Grecs...). Ils y sont pourtant plus marqués. Sur les 40 000 Polonais encore présents dans le pays actuellement2, 18 700 habitent la région de Karaganda, 2500 vivent à Astana, tandis que l’ex-capitale, Almaty, en compte 1200. Le reste est essentiellement réparti dans les zones rurales.

  • 3 Comme pour les Allemands de la Volga, la plupart des membres de cette communauté sont nés au Kazakh (...)

7Leurs tentatives de préserver leur identité, en s’organisant activement depuis la fin de la période soviétique pour ceux qui préfèrent rester au Kazakhstan, ou, en choisissant le retour vers la « mythique Patrie »3, sont d’autant plus intéressantes à mettre en évidence. Le but de cet article est de faire le point sur cette population peu connue de la mosaïque ethnique kazakhstanaise dont 20 000 sur les 61 000 recensés en 1989 sont partis en Russie, en Pologne et dans d’autres pays d’Europe depuis quinze ans. Faible numériquement, elle n’est pas sans avoir une certaine influence sur la stratégie de concorde religieuse développée par le pouvoir kazakh pour faire entendre sa voix dans l’arène internationale.

  • 4 Ibid, pp. 96-97.

Carte 1 : Implantation des Polonais au Kazakhstan selon les régions en 19934

Carte 1 : Implantation des Polonais au Kazakhstan selon les régions en 19934

Trajectoire historique d’une communauté spécifique

  • 5 Uryn, B.A., Benedikt-Polak, odkrywca Mongolii (Benedict le Polonais, découvreur de la Mongolie), ww (...)
  • 6 Vieux Croyants : dissidence de l’Église orthodoxe russe apparue au 17ème siècle, née du refus des i (...)
  • 7 Insurgés polonais luttant contre le pouvoir russe, pour préserver leur indépendance.
  • 8 W stepie dalekim, op. cit., p. 119.
  • 9 On ne sait pas s’il s’agissait d’une initiative personnelle ou plutôt d’une mission secrète du Géné (...)
  • 10 Son récit fut compilé par Vladimir Dal’, alors jeune secrétaire particulier de Perovskii, qui entre (...)
  • 11 Sapargaliev, G.S., V.A. Djakov, Obscestvenno-politiceskaja dejatel’nost’ ssul’nyx Poljakov v dorevo (...)

8Le premier Polonais à avoir traversé les steppes kazakhes serait un moine de Wrocław, appelé Bénédict le Polonais (Benedykt zwany Polakiem)5, envoyé par le Pape Innocent IV à la cour du Grand Khan mongol, Guyuk, en 1245, pour accompagner le célèbre Fransiscain Jean du Plan Carpin. Bien plus tard, en 1763, par un oukaz de Catherine II, le colonel Maslov traverse la frontière polonaise avec 20 000 vieux croyants6 qui seront installés dans les montagnes de l’Altaï. En 1789, est publié le journal de K.L. Khoeckii, confédéré7 recruté par l’Armée russe qui fut le premier auteur polonais à écrire sur les Kazakhs.8 Le 9 novembre 1835, un ancien insurgé polonais, envoyé en relégation à Orenbourg en 1824, Jan Viktorovitch Vitkevitch fut mandaté par le gouverneur d’Orenbourg Perovskii, officiellement pour rétablir l’ordre entre les différentes tribus kazakhes déjà soumises à la Russie et obtenir la libération d’un cosaque et de sa femme. Mais devant la rigueur de l’hiver, il dut poursuivre sa route jusqu’à Boukhara où il arriva le 2 janvier 18369. Il laissa un témoignage passionnant sur les nombreuses rencontres qu’il fit sur place dont celle de l’émir en personne qui lui demanda comment il trouvait sa ville et s’il savait tirer au canon10. De nombreux autres Polonais au service du tsar dans les régiments des villes-frontières avec la steppe sont impliqués dans la découverte, puis la colonisation de l’Asie centrale11. Par la suite, les relations polono-kazakhes seront plutôt liées à des drames humains affectant directement la société polonaise dans ses relations historiques avec l’Empire russe, puis l’URSS.

L’exil tsariste : une palette de destinations pour une cause unique

  • 12 Voir article dans Encyclopaedia Britannica, 11ème édition.
  • 13 En 1796, une amnistie du pouvoir russe permet aux confédérés de revenir dans leur patrie.

9Parmi les conséquences de la politique tsariste à l’égard de la Pologne, on voit se dessiner un premier courant d’exil en direction des steppes kazakhes qui touchera quelques milliers de personnes. Ainsi y sont envoyés les prisonniers de la Confédération de Bar (Konfederacja Barska), 1764-1772, qui se termina par le premier partage de la Pologne12, soit 10 000 insurgés dont la moitié seront exilés en Sibérie et ceux de l’insurrection anti-russe de Kosciuszko en 1794 qui donna le coup de grâce à l’indépendance de la Pologne13. Mais le contingent le plus important provient des insurgés des soulèvements nationaux du 19ème siècle réprimés par l’armée russe : l’insurrection de novembre 1830-1831 qui provoqua l’intégration de 1500 Polonais dans les rangs du régiment de la Ligne d’Orenbourg, celle de 1848 et celle de janvier 1863 qui s’achèvera par l’exil de 10 000 insurgés en Sibérie occidentale.

  • 14 Twarogowski, J., Poczet Wielkich geologow, (À la découverte des célèbres géologues), Varsovie, 1973 (...)

10Ainsi, des scientifiques, ingénieurs, instituteurs, médecins, artisans, commerçants, ouvriers se sont retrouvés dans les grandes villes des steppes (à Orenbourg, Petropavlovsk, Oust-Kamenogorsk, Semipalatinsk, Omsk), mais également des agriculteurs dans des villages où ils cherchaient à se regrouper, comme plus tard l’ont fait les Allemands de la Volga. Ils ont laissé derrière eux de nombreux travaux scientifiques dans les domaines de l’ethnographie, de la poésie, de la musique, de la géographie, de la géologie et des sciences naturelles14. Leur contribution concerne également la construction des chemins de fer, du réseau routier et des ponts. Ils ont développé l’artisanat, le commerce et l’éducation et ont participé à de nombreuses fondations de musées et de bibliothèques. La première église catholique est édifiée à Orenbourg en 1844, à l’instigation de M. Zelenki, puis une autre est ouverte à Omsk en 1862 pour les exilés polonais, grâce au mécène A. Kozell-Poklovskii (1839-1890).

  • 15 Les Russes appelaient les Kazakhs « kirghizes » ou « kirghiz-kaisak » au 19ème siècle, d’où la conf (...)
  • 16 Wolkow, A., « Polacy Kazachstanu » (Les Polonais du Kazakhstan), Swiat Polonii, www. wspolnota-pols (...)

11Parmi les personnalités polonaises les plus connues qui ont vécu dans les steppes avant la révolution de 1917, nombreux ont été les exilés qui se sont passionnés pour l’ethnographie kazakhe, tels Adolf Januszkiewicz (1803-1857, général insurgé exilé en Sibérie qui publia à Paris en 1861 en polonais sa compilation de chants et légendes kazakhes récoltés pendant dix-huit ans), Bronislaw Zalesski, (1819-1880, écrivain exilé à Orenbourg, explorateur du Turkestan qui fit paraître à Paris en 1861 « La vie des steppes kirghizes15 »), Jan Vitort, révolutionnaire exilé à Semipalatinsk et Oust-Kamenogorsk qui étudia le droit familial et les traditions juridiques des Kazakhs entre 1882 et 188716.

  • 17 Polyan, P. He пo cBoeй Boлe... (Contre leur volonté) Histoire et géographie des migrations forcées (...)

12Ainsi, à la veille de la révolution de 1917, on constate dans la région la présence d’une minorité catholique conséquente. La congrégation de la ville de Petropavlovsk compte 3000 fidèles dont de nombreux Polonais. Dès lors, une autre période s’ouvre qui poursuivra la constitution d’une diaspora polonaise de l’exil.17

La déportation soviétique : des situations contrastées selon les cas

  • 18 Fondé par le Polonais Felix Dzjerzinskii.

13La deuxième vague d’exil forcé des Polonais au Kazakhstan, débute dans les années trente du 20ème siècle. Suite à la délimitation de la frontière orientale de la IIème République de Pologne (Rzeczpospolita), plus de 600 000 Polonais ou citoyens de Pologne se sont retrouvés dans les frontières de la République Soviétique d’Ukraine. En 1926, les autorités soviétiques y avaient créé un district polonais autonome (ainsi qu’en Biélorussie), avec pour centre administratif Marchlevsk (Dołbysz). Ce district a été maintenu jusqu’en 1934-1935, date où débute la collectivisation à laquelle s’opposent les paysans polonais, ce qui les désigne comme « ennemis du peuple » selon la nomenclature du NKVD18, et plus tard, « opposants catholiques ».

  • 19 Voir l’article de Iwanov, Pierwszy naród ukarany. Stalinizm wobec polskiej ludności kresowej 1921-1 (...)
  • 20 Iwanov, Pierwszy naród ukarany. Stalinizm wobec polskiej ludności kresowej 1921-1938 (Le premier pe (...)
  • 21 Dès 1944-45, plusieurs milliers d’entre eux repartent d’Ouzbékistan. Au recensement de 1989, il ne (...)
  • 22 Kias, A., « Nakazannyj narod » (un peuple puni), in W stepie dalekim, op. cit., pp. 53-71.

14En 1936, Staline prend la décision politique de déporter les Polonais « anti-révolutionnaires » en Asie centrale, répression qui les touche19 très fortement en 1937-1938, en marge de la stratégie préventive face à l’attaque nazie appliquée aux Allemands de la Volga, aux Tatares, aux Coréens et aux peuples du Caucase pour prévenir toute collusion avec l’ennemi20. Elle a englobé en tout quelque 70 000 personnes pour la seule république d’Ukraine dont 36 000 furent envoyés au Kazakhstan. Les 35 000 Polonais qui furent exilés en Ouzbékistan venaient, quant à eux essentiellement de la région de Perm et de la République Autonome des Maris21. Au bout de plusieurs semaines de voyage effectué en train, ils ont été déposés dans une steppe inhabitée et déserte où rien n’avait été prévu pour leur accueil, Le degré de la mortalité parmi les déportés, étant donné les conditions géographiques et sanitaires très difficiles a donc été particulièrement élevé. Si beaucoup de Polonais ont pu survivre, ce n’est que grâce à l’aide des populations kazakhes autochtones, d’après les témoignages des survivants22.

  • 23 Plus de 90% des Polonais du Kazakhstan sont catholiques, les autres étant membres de divers mouveme (...)
  • 24 Au moment de la Perestroïka, des intellectuels kazakhs ont émis l’idée que le peuple kazakh, victim (...)

15Ces déportés politiques sont soumis désormais à une surveillance et à un contrôle permanents de la part du NKVD, contraints de se présenter régulièrement à la milice, limités dans leurs déplacements. Avec pour seul statut celui de specposelenia, (peuplement spécial), ou bien politemigranty (émigrés politiques), leurs droits fondamentaux ne sont pas reconnus et ils sont sous le coup de diverses interdictions comme celles de contacter leurs familles en Pologne, de communiquer en polonais ou bien de pratiquer la religion catholique23, passible d’une peine d’internement en camp, dont certains seront situés au Kazakhstan (à Karaganda, par exemple), placés directement sous la surveillance de la police politique24.

  • 25 En 1939, 240 000 soldats polonais avaient été également arrêtés, rapidement remis aux autorités all (...)
  • 26 En 1993, l’Association russe Memorial a participé avec l’association polonaise Karta de Varsovie à (...)
  • 27 Goussef, C., « Kto nash, kto ne nash, » théorie et pratiques de la citoyenneté à l’égard des popula (...)

16Une troisième vague de déplacements de Polonais a lieu suite à l’investissement des confins de l’Est polonais par l’armée soviétique, le 17 septembre 1939 et au pacte germano-soviétique. Les autorités soviétiques lancent alors une série d’arrestations très rapides et bien organisées. Cette fois-ci, outre l’opération spécifique menée contre les soldats polonais25, la cible est plus particulièrement constituée par les membres de l’intelligentsia polonaise, les propriétaires fonciers, les représentants de l’Église, les officiers de l’armée polonaise, soit les couches les plus aisées, mais aussi les plus influentes de la société polonaise de l’époque. Cette vague de répression durera jusqu’en janvier 1941. Selon O.A Gorjanova de l’Association russe Memorial, 108 000 personnes seront arrêtées en Ukraine orientale et en Biélorussie, au titre de « contre-révolutionnaires ». Les transferts de population ont lieu au mois de février, au mois d’avril et au mois de juin 1940, le dernier transport datant du mois de juin 194126. Selon une autre étude, entre 1940 et 1941, en tout, 260 000 citoyens polonais auraient été déportés à l’Est, où ils auraient bénéficié du statut spécial « d’évacués », ce qui les distinguait des autres populations collectivement stigmatisées par Staline27.

17Les conclusions de l’enquête menées par Memorial en 1993-1994 divergent sur les chiffres. Ainsi, 180 000 Polonais ou ressortissants de Pologne auraient été concernés par les répressions avant le 17 septembre 1939 et entre 510 000 et 540 000 après cette date. Parmi eux, environ 190 000 Polonais des régions orientales de Pologne et d’Ukraine auraient été envoyés en Asie centrale avec pour certains d’entre eux un statut plus enviable que celui réservé aux « contre-révolutionnaires » ou aux « traîtres à la patrie ».

Les premiers retours vers la Pologne : les années d’après-guerre

  • 28 Une Union des patriotes polonais était autorisée en Ouzbékistan, ibid, p. 535. Voir aussi Article d (...)

18Le 23 janvier 1942, la signature du traité entre l’URSS et le gouvernement polonais en exil, appelé le traité Sikorski allait faire changer le sort de milliers de Polonais au Kazakhstan. Ce traité bilatéral allait régler en partie la question du retour des « évacués » de la troisième vague. Une part de la population civile polonaise du Kazakhstan put repartir vers l’Europe, essentiellement en Angleterre, via le « Corridor persan », épaulée par l’armée du général Władysław Anders qui forma le Second Corps Polonais basé à Yangiyul en Ouzbékistan et œuvra pour le retour de évacués polonais vers leur Patrie28. D’autres groupes sont rentrés après la signature de l’accord polono-soviétique du 6 juillet 1945 et puis conformément à la déclaration commune du 18 novembre 1956.

  • 29 Ciesielski, L., Polacy w Kazachstanie 1940-1946. Zesłańcy lat wojny / Les Polonais au Kazakhstan en (...)
  • 30 Près de 100 000 demandes de dépasseportisation pour être évacué en Pologne sont transmises aux auto (...)

19Cependant, sont restés au Kazakhstan tous les citoyens polonais qui avaient été internés dans les années 1930 et qui, se réclamant de la citoyenneté soviétique, n’étaient pas couverts par la force des conventions bilatérales sus-mentionnées29. Dans l’hiver 1943, les Polonais ex-déportés ou évacués, dont certains même s’étaient regroupés librement au Kazakhstan, purent y trouver un emploi, notamment dans les kolkhozes, car ils étaient détenteurs d’un passeport soviétique, contrairement à de nombreux citoyens soviétiques, parmi lesquels les kolkhoziens30.

  • 31 Goussef, C., ibid.

20Cependant, la situation des Polonais restant au Kazakhstan n’a réellement pu évoluer qu’à partir de 1956, après la mort de Staline et surtout l’abolition du statut de specposelinia lors du 20ème Congrès du PCUS. Les autorités soviétiques suppriment alors le contrôle extraordinaire et permettent la distribution des cartes d’identité, ce qui n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes de reconnaissance identitaire31. Quoi qu’il en soit, dès 1955, les prêtres polonais libérés des camps s’installent au Kazakhstan et officient clandestinement à la place des femmes qui les avaient remplacés en leur absence. En 1959, leurs droits civiques sont rétablis, certains d’entre eux décident de rentrer en Ukraine, les autres restent au Kazakhstan où ils se concentrent dans des villes comme Kokchetav, Tselinograd (future Astana) et Karaganda où la langue polonaise acquiert le statut de langue d’enseignement à l’université locale.

Les polonais au kazakhstan entre 1991 et nos jours

  • 32 Peyrouse, S.. op.cit, p. 68.

21Depuis la période du dégel khrouchtchevien jusqu’à la Perestroïka incluse, la position minoritaire des Polonais, au sein de la minorité chrétienne en Asie centrale a rendu leur situation moins difficile que celle des autres catholiques d’URSS, d’Ukraine de l’Ouest notamment32. Dès 1967, les autorités du Kazakhstan ont permis l’ouverture de deux petites églises à Almaty et Koustanaï. Les premières associations culturelles vont apparaître à la fin de la Perestroïka. L’organisation « Severnaja Polonija » est créée à Kokchetav en 1990. L’heure de la « repolonisation » a sonné.

  • 33 Ils ne constituent cependant qu’une minorité des 300 000 catholiques vivant au Kazakhstan, d’après (...)
  • 34 Le 17 octobre 1992, un accord est signé entre le Vatican et le Kazakhstan établissant des relations (...)

22À partir de la fin des années 1990, il semble qu’ils aient bénéficié d’une grande liberté religieuse. Dès 1989, le pape Jean Paul II reçoit en audience le père Albinas Dumblyauskas de l’église Saint-Joseph de Karaganda et en 1989, c’est dans cette même ville où vit une importante communauté polonaise que le Vatican établit l’Administration Apostolique du Kazakhstan et du reste de l’Asie centrale. Le fait que le pape soit un Polonais n’est pas sans avoir un certain effet positif pour les Polonais du Kazakhstan, effet qui trouvera son aboutissement avec la visite de Jean Paul II en septembre 200133. Mais avant de parvenir à cet événement marquant pour l’audience internationale du pays, dix années de relations suivies avec le Vatican auront été nécessaires34, dix années au cours desquelles, plusieurs milliers de Polonais vont, pour toutes sortes de raisons, quitter leur terre d’exil.

Repolonisation contre kazakhisation ?

  • 35 Deportirovannye v Kazakhstan, narody (Les déportés au Kazakhstan peuples … ), Almaty, Arys, 1998, p (...)

23En décembre 1991, le Kazakhstan obtient son indépendance. Même si la politique des autorités kazakhes laisse un espace de liberté aux minorités, notamment dans la sphère religieuse, dès le début des années 1990, on constate une émigration importante des populations russe, allemande, polonaise et juive. Les Kazakhs sont préoccupés par la construction de leur identité nationale et ethnique, même si celle-ci passe par la prise en compte d’une société kazakhe fortement pluriethnique. Ainsi, la kazakhisation de la société se fait sentir partout, le kazakh, langue officielle devient obligatoire à l’école et dans l’administration du pays. Conformément à la constitution de 1995, il prend la place du russe qui devient langue de communication interculturelle. Dès lors, l’accent est mis sur le développement d’une culture dite eurasiatique, l’eurasisme répondant largement aux attentes des autorités kazakhes quant à la création de l’image du pays sur la scène internationale, un pays - pont entre l’Europe et l’Asie renouant avec l’héritage de la multi-ethnicité soviétique qu’il cherche à valoriser par les slogans de concorde religieuse et confessionnelle. C’est dans cette perspective qu’est créée, en 1995, l’Assemblée des peuples du Kazakhstan qui compte 324 représentants, dont 84 Kazakhs, 49 Russes, 21 Coréens, 20 Allemands, 20 Tatares, 17 Juifs, 16 Ukrainiens...et 6 Polonais (soit, 1,9% du total35. Les changements se font sentir également sur le plan de la « religion majoritaire », la religion musulmane retrouvant sa prépondérance dans cette société amenée à la laïcisation durant la période communiste. Ce regain d’intérêt pour l’islam se traduit également par certains changements dans la politique extérieure du pays qui devient en 1995 le 52ème membre de l’Organisation de la conférence islamique.

24Dans ces conditions nouvelles qui leur paraissent défavorables, les minorités exogènes se considèrent écartées des retombées positives produites par le décollage économique du pays. Parmi les 47 000 Polonais restant encore au Kazakhstan (selon le recensement de 1999, 70 000 selon d’autres estimations), nombreux sont ceux qui aspirent à une vie meilleure, pour certains, dans le pays où ils puisent leur identité et leur origine.

« Sont-ils ou non des compatriotes ? » 36

  • 36 Iglicka, K., Are They Fellow Countrymen or Not? The Migration of Ethnic Poles from Kazakhstan to Po (...)
  • 37 Seuls 10% des Polonais parlent le polonais, d’après des enquêtes menées sur place.

25Depuis le début des années 1990, les Polonais du Kazakhstan ont entamé un processus de retour vers la Pologne, suscitant bien des interrogations au sein de la société polonaise, à l’instar du sort des Allemands du Kazakhstan installés en Allemagne. Une spécialiste polonaise en poste à l’Université de Londres, considérant leur degré d’assimilation à la souche ukrainienne ou russe au Kazakhstan et leur grande ignorance de la langue polonaise37 se demande s’ils sont ou non « des compatriotes », et s’inquiète de l’éventualité d’un retour massif par des formes plus ou moins légales de ces Polonais de la diaspora soviétique si russifiés ou ukrainisés.

  • 38 Ils sont actuellement environ 70.

26Cette question restée longtemps taboue en Pologne a fini par surgir dans les médias, relayée par diverses ONG et actions de prêtres catholiques envoyés sur place38. L’opinion publique polonaise a peu à peu pris conscience de l’existence de cette diaspora particulière qui, par son « altérité historico-culturelle » soulève bien des questions en Pologne même.

  • 39 Brocinskaja I., « Wspolnota i drugie », in W stepie dalekim, pp. 97-109.
  • 40 Depuis 1992, quelque 700 boursiers venus de Kazakhstan, ont étudié dans les universités polonaises. (...)
  • 41 W stepie dalekim, pp. 107-111.

27Ainsi, de nombreuses organisations ont été créées en Pologne dans le but de soutenir l’identité culturelle des « Polonais de l’Orient », notamment du Kazakhstan ou de les aider au retour. La société « Wspolnota Polska » a été la première, fondée à Varsovie en 1990. Elle a développé de nombreuses initiatives culturelles et des programmes d’aide au rapatriement de plusieurs familles du Kazakhstan. L’institut d’ethnologie et d’anthropologie culturelle de l’Université de Poznan a mis en place entre 1990 et 1993 un programme de recherche sur les Polonais du Kazakhstan sous la direction de Marc Gavenckii (qui fut ambassadeur de Pologne au Kazakhstan)39. En 1990, le Centre de Formation des maîtres à Varsovie a envoyé les dix premiers professeurs de polonais au Kazakhstan, suite à un accord entre ministères de l’Éducation polonais40 et kazakh. Ils étaient 40 en 1997, essentiellement dans le Nord du pays41. D’autres associations se sont manifestées depuis pour l’aide aux rapatriés d’ex-URSS. Elles constituent les principaux vecteurs d’un soutien identitaire et social qui démontre une préoccupation réelle de certains Polonais depuis plus d’une décennie à l’égard de leur diaspora historique. Il faut toutefois noter que ces associations se préoccupent essentiellement de renforcer les liens culturels, linguistiques et religieux. On ne trouve pas parmi elles, à l’instar de ce qui est pratiqué par les entrepreneurs turcs en direction des pays d’Asie centrale, d’associations économico-religieuses. Toutefois, on estime que durant les dernières années, 3000 Polonais du Kazakhstan se sont installés en Pologne.

La carte polonaise dans le jeu kazakh ?

28De leur côté, les autorités kazakhes cherchent à développer des liens privilégiés avec la Pologne afin de maintenir sur place la souche polonaise et renforcer les relations économiques entre les deux pays. Outre le voyage de Jean-Paul II en 2001 qui a eu de fortes retombées médiatiques sur le pouvoir kazakh et les Polonais du Kazakhstan, il semble évident que ces derniers cherchent à servir de lien naturel avec la Pologne. Toutefois, leur présence massive en milieu rural (80%), ne rend pas aisée leur participation au boom économique que connaît le pays grâce à l’exploitation des hydrocarbures. Seuls quelques urbains résidant à Almaty et Astana sont engagés dans des réseaux professionnels ou des entreprises mixtes qui soutiennent les échanges économiques kazakho-polonais. Ils sont néanmoins largement soutenus par l’orientation politique d’un jeune État en construction, qui ne souhaite pas encourager la fuite des cerveaux, de solides agriculteurs et de spécialistes formés par le régime précédent.

29Ainsi, afin d’augmenter leur importance dans l’édifice politico-social du Kazakhstan, le président du centre culturel Polonais du Kazakhstan, Jan Zienkiewicz, a pour mission de plaider pour l’intégration des Polonais ethniques au sein de la nation kazakhstanaise, tout en préservant leur identité ethnique. Cette association, créée en 1994 étant aujourd’hui la plus importante parmi les structures de « polonité kazakhe », est une fédération de onze organisations régionales dont le but n’est pas seulement de maintenir une souche polonaise au Kazakhstan tout en défendant ses intérêts, mais aussi d’encadrer les actions de rapatriement, qui sont, à présent, modestes. En 2003-2004, 256 personnes sont revenues en Pologne, en application de la loi sur le rapatriement du 1er janvier 2001.

30Il est à noter qu’il n’existe aucun traité bilatéral qui régulerait spécifiquement la question de la minorité polonaise au Kazakhstan, le Kazakhstan s’appuyant dans sa politique intérieure, sur la multi-ethnicité et la concorde sociale de toutes les minorités représentées sur son territoire.

Conclusion

31Ainsi, le problème du retour en Pologne, n’est pas seulement d’ordre sentimental. Il est d’ordre économique et identitaire. Le degré de la dénationalisation (dépolonisation) dans le groupe ethnique polonais est le plus élevé parmi toutes les minorités kazakhstanaises. Ce pourcentage faible, reflète la répartition urbaine des Polonais dont 80% vivent à la campagne, dans les ex-sovkhozes et dans les ex-kolkhozes et sont touchés par la crise économique qui frappe ce secteur de plein fouet.

32Le président de l’Association des Polonais du Kazakhstan Jan Zienkiewicz se fait volontiers le porte-parole de leur condition lorsqu’il est en visite à l’étranger. Il déplore le dilemme qui leur est posé : changer une fois de plus leur appartenance culturelle ou bien quitter le pays ? Après avoir connu l’» ukrainisation forcée », suite à la déportation, puis la russification, les nouvelles perspectives d’intégration sociale favorable seraient, selon lui, à la kazakhization. Dans ces conditions, leur rôle dans les échanges entre la Pologne et le Kazakhstan serait nécessairement résiduel. Par contre, leur utilisation comme modèle dans la stratégie de concorde religieuse développée par le pouvoir kazakh pour faire entendre sa voix dans l’arène internationale, resterait parfaitement à l’ordre du jour. Elle leur permettrait, par- delà les processus d’assimilation en marche, de préserver une certaine part d’influence et de reconnaissance au nom de la mémoire historique et culturelle.

  • 42 Kozlowski B.,Demographic, social and cultural situation of Polish diaspora in Kazakhstan, Przeglad (...)

33Une étude récente établit ce constat d’assimilation inéluctable ressenti par la majorité de la diaspora polonaise du Kazakhstan42.

34Il semblerait que cette communauté se sente à la croisée des chemins : soit l’intégration avec quelques aménagements dans le discours officiel, soit le départ vers la Patrie rêvée ou tout autre lieu susceptible d’éviter sa « dissolution » selon ses propres termes, dans l’espace-temps kazakh, désormais maître de sa destinée.

Haut de page

Notes

1 Nekritch A. (1982), Les peuples punis, la déportation et le sort des minorités soviétiques à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Maspéro.

2 Ils étaient alors 350 000 en Biélorusse, 250 000 environ en Lituanie et 200 000 en Ukraine en 1989.

3 Comme pour les Allemands de la Volga, la plupart des membres de cette communauté sont nés au Kazakhstan et y sont installés depuis de nombreuses générations. Les principales monographies sur ce sujet sont les suivantes : Sedledckii, I., Poljaki v SSSR, v 1939-1986 gody, Varsovie, 1988 ; Kazakhstanskie Poljaki, Varsovie, 1996 ; Gawecki, M, J. Jaskulski, red., W stepie dalekim, polacy w Kazakchstanie, V stepi dalekoj, Poljaki v Kazakhstane, (Dans les steppes lointaines : les Polonais du Kazakhstan), Almaty-Poznan, 1997.

4 Ibid, pp. 96-97.

5 Uryn, B.A., Benedikt-Polak, odkrywca Mongolii (Benedict le Polonais, découvreur de la Mongolie), www.uryn.cso.pl/artykul2.htm

6 Vieux Croyants : dissidence de l’Église orthodoxe russe apparue au 17ème siècle, née du refus des innovations introduites par le patriarche Nikon en 1653, contrainte à l’exil ou la clandestinité.

7 Insurgés polonais luttant contre le pouvoir russe, pour préserver leur indépendance.

8 W stepie dalekim, op. cit., p. 119.

9 On ne sait pas s’il s’agissait d’une initiative personnelle ou plutôt d’une mission secrète du Général Perovskii qui préparait son expédition contre Khiva prévue en 1839-1840 et cherchait des informations sur les voies d’accès à travers le désert du Kara-Kum.

10 Son récit fut compilé par Vladimir Dal’, alors jeune secrétaire particulier de Perovskii, qui entrera dans la postérité comme lexicographe, Poujol, C. La Russie et l’Asie centrale, voyages et expéditions de 1714 à 1840, Thèse de IIIème cycle, Paris, Sorbonne, juin 1985, pp. 282-284.

11 Sapargaliev, G.S., V.A. Djakov, Obscestvenno-politiceskaja dejatel’nost’ ssul’nyx Poljakov v dorevoljucionnom Kazakhstane, (L’activité politico-sociale des exilés polonais dans le Kazakhstan pré-révolutionnaire), Alma-Ata, 1971 et Polacy w Kazachstanie w XIX w, (Les Polonais au Kazakhstan au XIXème siècle), Warszawa, 1982.

12 Voir article dans Encyclopaedia Britannica, 11ème édition.

13 En 1796, une amnistie du pouvoir russe permet aux confédérés de revenir dans leur patrie.

14 Twarogowski, J., Poczet Wielkich geologow, (À la découverte des célèbres géologues), Varsovie, 1973.

15 Les Russes appelaient les Kazakhs « kirghizes » ou « kirghiz-kaisak » au 19ème siècle, d’où la confusion que l’on retrouve dans les travaux des orientalistes ou ethnographes.

16 Wolkow, A., « Polacy Kazachstanu » (Les Polonais du Kazakhstan), Swiat Polonii, www. wspolnota-polska.org.pl

17 Polyan, P. He пo cBoeй Boлe... (Contre leur volonté) Histoire et géographie des migrations forcées en URSS, Moscou, 2001.

18 Fondé par le Polonais Felix Dzjerzinskii.

19 Voir l’article de Iwanov, Pierwszy naród ukarany. Stalinizm wobec polskiej ludności kresowej 1921-1938 (Le premier peuple puni, le stalinisme et la population polonaise des confins 1921-1938, 1991, Agencja Omnipress, Warszawa ), et V.N., Khaustov, « L’Opération polonaise du NKVD, 1937-1938 » in N.F. Bugaj, L. Beria-I. Stalinu : Soglasno vashemu ukazaniju (L. Beria à Staline : « conformément à votre décision... »), Moscou, AIRO, XX, 1995.

20 Iwanov, Pierwszy naród ukarany. Stalinizm wobec polskiej ludności kresowej 1921-1938 (Le premier peuple puni...) 1991, Agencja Omnipress, Warszawa, Ciesielski, L., Polacy w Kazachstanie 1940-1946. Zesłańcy lat wojny/ Les Polonais au Kazakhstan entre 1940 et 1946. (Les internés des années de guerre ), 2003, Kolory Tęczy

21 Dès 1944-45, plusieurs milliers d’entre eux repartent d’Ouzbékistan. Au recensement de 1989, il ne reste que 3000 Polonais en Ouzbékistan, Gentchke, V.L., « Poljaki », in Etniceskii Atlas Uzbekistana, Tachkent, 2002, Institut Otkrytoe Obscestvo, pp. 178-181.

22 Kias, A., « Nakazannyj narod » (un peuple puni), in W stepie dalekim, op. cit., pp. 53-71.

23 Plus de 90% des Polonais du Kazakhstan sont catholiques, les autres étant membres de divers mouvements protestants, Peyrouse, S., Des chrétiens entre athéisme et islam, Maisonneuve & Larose, /IFEAC, 2003, p. 168.

24 Au moment de la Perestroïka, des intellectuels kazakhs ont émis l’idée que le peuple kazakh, victime de la politique soviétique, avait été « enfermé à l’intérieur d’un immense camp de détenus politiques ».

25 En 1939, 240 000 soldats polonais avaient été également arrêtés, rapidement remis aux autorités allemandes, à l’exception de 39 000 qui seront internés dans des camps soviétiques, Entre 7000 et 11000 d’entre eux seront fusillés à Katyn, voir l’ouvrage de N.S. Lebedeva, Katyn’ : prestuplenie protiv celovescestva (Katiyn : un crime contre l’humanité), Moscou, Progress-Kultura, et le Recueil « Katyn’ : prisonniers d’une guerre non déclarée », en russe, sous la direction de NS. Lebedeva, Moscou, Fond Demokratija, 1997.

26 En 1993, l’Association russe Memorial a participé avec l’association polonaise Karta de Varsovie à un vaste programme de collecte de témoignages et d’archives concernant le sort des Polonais en URSS entre 1934 et 1945, à l’issue duquel de nombreux articles ont été réunis dans plusieurs ouvrages parus en Pologne : Kriwienko S., Dokumenty z «Teczki specjalnej» Stalina dotyczace dzialalnosci organow NKWD w Polsce w latach 1944-1946 // NKWD o Polsce i Polakach: Rekonesans archiwalny / Pod red. W.Materskiego i A.Paczkowskiego. Warszawa: Instytut Studiow Politycznych Polskiej Akademii Nauk, 1996, pp. 9–42; Jelisiejewa N. Polskie podziemie w latach 1944-1947 w oczach oficerow NKWD: Przeglad dokumentow z Rosyjskiego Panstwowego Archiwum Wojskowego) // Ibid. pp. 43–52; Aptekar P. Walka wojsk wewnetrznych NKWD z polskim podziemiem zbrojnym i deportowanie jego czlonkow do ZSRR przez wojska konwojowe: Na podstawie dokumentow z Rosyjskiego PaHstwowego Archiwum Wojskowego // Ibid. pp. 53–62; Zajcewa O.A. Przeglad dokumentow dotyczacych Polakow internowanych w ZSRR w latach 1944–1949 : Z zasobu Ocrodka Przechowywania Zbiorow Historyczno-Dokumentalnych // Ibid. pp. 63-81; Kriwienko S. Raporty z Polski // KARTA: Niezalezne pismo historyczne (Warszawa), 1995. n° 15. pp. 28-51.

27 Goussef, C., « Kto nash, kto ne nash, » théorie et pratiques de la citoyenneté à l’égard des populations conquises, Le cas des Polonais en URSS, 1939-1946, Cahiers du Monde russe, vol. 44, n° 2-3 - Les pratiques administratives en Union soviétique, 1920-1960, 2003, pp. 520, 528. Ils ont obtenu un passeport, dans un premier temps, puis ont été « dépasseportisés » ce qui leur a permis, pour un grand nombre, d’être évacués vers la Pologne.

28 Une Union des patriotes polonais était autorisée en Ouzbékistan, ibid, p. 535. Voir aussi Article de l’encyclopédie Wikipedia, http://en.wikipedia.org/

29 Ciesielski, L., Polacy w Kazachstanie 1940-1946. Zesłańcy lat wojny / Les Polonais au Kazakhstan entre 1940 et 1946. (Les internés des années de guerre), 2003, Kolory Tęczy

30 Près de 100 000 demandes de dépasseportisation pour être évacué en Pologne sont transmises aux autorités soviétiques le 31 décembre 1945, Goussev, C. , ibid.

31 Goussef, C., ibid.

32 Peyrouse, S.. op.cit, p. 68.

33 Ils ne constituent cependant qu’une minorité des 300 000 catholiques vivant au Kazakhstan, d’après les dernières estimations.

34 Le 17 octobre 1992, un accord est signé entre le Vatican et le Kazakhstan établissant des relations diplomatiques. Le 9 octobre 1994, l’archevêque Marian Oles est nommé Nonce apostolique du Kazakhstan. Un accord de coopération mutuelle entre le Kazakhstan et le Saint-Siège est signé le 24 septembre 1998, ratifié le 30 juillet 1999 par un accord historique entre le Vatican et un des pays de l’ex-URSS, le Kazakhstan reconnu comme lieu d’une des plus vieilles confessions chrétiennes de la région. 66 congrégations catholiques romaines sont actuellement enregistrées dans le pays.

35 Deportirovannye v Kazakhstan, narody (Les déportés au Kazakhstan peuples … ), Almaty, Arys, 1998, p. 380.

36 Iglicka, K., Are They Fellow Countrymen or Not? The Migration of Ethnic Poles from Kazakhstan to Poland, International Migration Review, vol. 32, n° 4 (Winter, 1998), pp. 995-1014. Le terme utilisé en Pologne pour désigner la diaspora polonaise à l’étranger est « polonia ». comprenant dix à douze millions de personnes, essentiellement aux États-Unis, au Canada et au Brésil.

37 Seuls 10% des Polonais parlent le polonais, d’après des enquêtes menées sur place.

38 Ils sont actuellement environ 70.

39 Brocinskaja I., « Wspolnota i drugie », in W stepie dalekim, pp. 97-109.

40 Depuis 1992, quelque 700 boursiers venus de Kazakhstan, ont étudié dans les universités polonaises. Le but de cette action - la recréation de l’intelligentsia polonaise au Kazakhstan - n’étant atteint que partiellement à la suite de nombreuses déclarations de ces étudiants affirmant leur volonté de rester en Pologne.

41 W stepie dalekim, pp. 107-111.

42 Kozlowski B.,Demographic, social and cultural situation of Polish diaspora in Kazakhstan, Przeglad Polonijny (Review of Polish Diaspora), year: 2005, vol. 31, n°  2, pp. 31-71.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Implantation des Polonais au Kazakhstan selon les régions en 19934
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2004/img-1.png
Fichier image/png, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Poujol, « Les Polonais du Kazakhstan entre l’intégration et la Patrie rêvée », Espace populations sociétés, 2007/1 | 2007, 91-100.

Référence électronique

Catherine Poujol, « Les Polonais du Kazakhstan entre l’intégration et la Patrie rêvée », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/1 | 2007, mis en ligne le 01 août 2009, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/2004 ; DOI : 10.4000/eps.2004

Haut de page

Auteur

Catherine Poujol

INALCO
2, rue de Lille
75243 Paris Cedex 07
cpoujol34@numericable.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org