Navigation – Plan du site
Articles

Itinéraires du déracinement

L’essor des migrations de travail entre l’Asie centrale et la Russie
Roads of the Uprooting. The Growth of the Work’s Migrations between Central Asia and Russia
Julien Thorez
p. 59-71

Résumés

Suite à la disparition de l’URSS, la détérioration des conditions socio-économiques a incité les populations autochtones d’Asie centrale à modifier leurs pratiques territoriales. Enracinées pendant la période soviétique, ces populations majoritairement rurales élaborent des stratégies de développement fondées sur la circulation internationale des hommes. Les migrations, qui sont polarisées par la Russie, mobilisent plusieurs centaines de milliers de travailleurs qui organisent des transferts de fonds essentiels dans l’économie domestique des villages et villes du Kirghizstan, d’Ouzbékistan et du Tadjikistan. Elles résultent de la mobilisation d’institutions sociales traditionnelles mais bouleversent les pratiques familiales et locales. À l’échelle internationale, la structuration du champ migratoire produit de nouvelles relations entre la Russie et les républiques centre-asiatiques, entre souveraineté politique officielle et dépendance économique et sociale.

Haut de page

Texte intégral

1Devant la crise des indépendances, les populations d’Asie centrale modifient leurs pratiques territoriales. La région devient une terre d’émigration, en raison du tarissement des flux d’immigration et de la généralisation des migrations définitives, chez les populations allochtones (Russes, Allemands, Juifs, etc.), et des migrations temporaires, chez les populations nationales (Ouzbeks, Kirghizes, Tadjiks, etc.). Encouragées par une certaine libéralisation de la mobilité internationale, ces migrations traduisent l’ampleur des difficultés traversées par les différentes composantes de la société centre-asiatique. Une mobilité de crise s’est en effet développée, commune à toutes les populations malgré des modalités distinctes. Elle forge de nouvelles territorialités et fait de l’Asie centrale post-soviétique un pôle d’émigration.

  • 1 L’Asie moyenne regroupe le Kirghizstan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Turkménistan. Cet ensem (...)

2Alors que l’émigration contemporaine des populations « impériales », qui a concerné plus de 4 millions de personnes, est souvent considérée comme un processus prolongeant une dynamique entamée dans les années 1970 (bien que cette analyse soit discutable), la période post-soviétique correspond à une rupture dans l’histoire migratoire des populations autochtones d’Asie moyenne1. En dépit du contexte général de réduction de la mobilité, ces populations longtemps enracinées s’engagent depuis le milieu des années 1990 sur les routes de l’émigration. Depuis les campagnes et les villes du Kirghizstan, de l’Ouzbékistan et du Tadjikistan, des contingents de travailleurs partent s’embaucher à l’étranger. Cet article se propose d’étudier l’essor des migrations de travail entre l’Asie centrale et la Russie, séquence inaugurale de la formation du système migratoire qui caractérise désormais la réalité sociale centre-asiatique.

1. Des populations soviétiques enracinées

1.1. Une activité migratoire réduite

  • 2 Frémont A. et al. (1984), Géographie sociale, Paris, Masson, pp. 252-253.

3Au sein de l’URSS, les populations d’Asie centrale détenaient les taux de mobilité résidentielle les plus faibles, en particulier chez les populations autochtones d’Asie moyenne [Tarasova, 1985]. Et dans les républiques méridionales, les habitants des campagnes, plus encore que les urbains, privilégiaient un ancrage local et limitaient les migrations. Malgré la croissance démographique rapide des populations rurales, l’intensité de l’exode rural demeurait donc moindre que celle enregistrée dans les autres républiques soviétiques. De surcroît, les migrations entre les campagnes et les villes se sont même proportionnellement réduites au cours des années 1960-1970, notamment en Ouzbékistan, pour ne s’élever qu’à 2,5 / 3 % selon les républiques au début des années 1980 (contre 45 % en Russie) [Saliev, 1986]. Ces comportements expliquaient, à l’échelle soviétique, la concentration des populations nationales en Asie centrale ainsi que la dimension majoritairement rurale de la population du Kirghizstan, de l’Ouzbékistan, du Tadjikistan et du Turkménistan. À l’échelle régionale, cet enracinement2produisait une ligne de fracture entre les populations autochtones et les populations allochtones, plus mobiles.

4L’ancrage régional et rural des populations locales résultait d’une combinaison de causes défavorables à la mobilité résidentielle. Quitter son espace de vie pour un autre ou le conserver sont des actions qui constituent une régulation de l’attraction et de la répulsion exercées par plusieurs lieux de vie potentiels, lesquelles dépendent largement de l’environnement social et économique. Dans cette perspective, l’Asie moyenne au sein de l’URSS et les campagnes au sein des républiques moyenne-asiatiques étaient pour les populations autochtones des espaces attractifs.

1.2. Des populations relativement aisées

  • 3 Dans les régions pastorales anciennement nomades (Kazakhstan, Kirghizstan, Turkménistan), la posses (...)

5Les habitants d’Asie moyenne bénéficiaient d’un niveau de vie considéré comme supérieur à celui des habitants de la plupart des républiques soviétiques y compris de Russie, le coût de la vie étant inférieur en Asie moyenne [Zûzin, 1983]. Cette situation privilégiée limitait la mobilité inter-républicaine et se traduisait notamment par un faible engagement des ressortissants de l’Asie moyenne dans les grands chantiers soviétiques pourtant demandeurs de main-d’œuvre, alors que le marché du travail se détériorait dans la région. Par exemple, la proportion d’ouvriers moyen-asiatiques sur le chantier ferroviaire du BAM, en Sibérie, était douze fois inférieure à la proportion des populations « nationales » d’Asie moyenne dans la population soviétique [Tarasova, op. cit.]. Une forte différenciation socio-économique structurait également l’espace centre-asiatique puisque les campagnes connaissaient, à la fin de la période soviétique, un niveau de vie comparativement plus élevé que celui de nombreuses villes centre-asiatiques et régions soviétiques. L’exploitation d’un lopin privé bien que leur superficie soit limitée à 0,2 ha au Tadjikistan, 0,3 ha en Ouzbékistan et 0,5 ha au Kirghizstan et au Turkménistan –, de même que la possession d’un cheptel3, permettait aux familles rurales d’enregistrer des revenus importants, une partie de la production étant par ailleurs autoconsommée.

6Les revenus de l’agriculture privée, quoique dépendants de l’orientation productive ou de la taille des familles, représentaient davantage que la rétribution officielle d’un kolkhozien ou d’un sovkhozien, les lopins fournissant plus du quart de la production agricole (mais plus pour les produits vivriers) [Tasbaeva, Savurov, 1989, pp. 85-87]. D. I. Zûzin rapporte le cas d’un agronome travaillant dans un kolkhoze d’élevage du Tadjikistan [Zûzin, op. cit.]. Au début des années 1980, ce technicien possédait un lopin d’une superficie de 20 ares où poussaient 50 pommiers, ainsi que deux vaches et quelques moutons. Grâce à son cheptel, il assurait la demande familiale de lait et de laine, ainsi qu’une partie de la consommation de viande. Grâce aux 5 à 15 tonnes de pommes récoltées suivant les années et qu’il vendait en moyenne 1 rouble le kg sur le marché libre, il dégageait de son lopin entre 5000 et 15 000 roubles, alors que son traitement annuel de kolkhozien s’élevait à 2280 roubles. Encouragée par les autorités, l’agriculture privée augmentait nettement les ressources des familles rurales.

7Phénomène commun à l’ensemble des midis soviétiques, les revenus tirés de l’exploitation auxiliaire domestique faisaient des campagnes d’Asie moyenne des régions riches, en particulier dans les oasis de piémont. Cette richesse incitait les ruraux à privilégier l’exploitation des lopins au détriment de leur investissement dans les exploitations collectives. Mais elle encourageait également les ruraux à demeurer dans les villages, d’autant plus que les conditions de vie dans les villes centre-asiatiques souffraient notamment des insuffisances des infrastructures de logement. Dans les villes, en dehors des quartiers traditionnels d’habitat individuel, l’espace domestique de même que l’habitat collectif ne correspondaient pas à la taille ni aux pratiques des familles rurales – au recensement de 1989, les foyers ruraux comprenaient en moyenne 7 personnes au Tadjikistan. Même si les foyers urbains comptaient moins de membres – au Tadjikistan, 4,7 personnes en moyenne en 1989 –, les urbains ne disposaient que de 9,6 m2 à 11,7 m2 par habitant dans les années 1980, situation qui décourageait les ruraux de migrer en ville [Tarasova, op. cit.]. En outre, les activités urbaines offraient souvent des revenus inférieurs aux revenus des kolkhoziens et des sovkhoziens du fait de l’agriculture privée. La prise en compte de l’avantage comparatif favorable aux campagnes motivait la faible mobilité résidentielle des ruraux : en Asie moyenne, l’exode rural n’équivalait qu’à 10 % environ du croît démographique enregistré dans les milieux ruraux.

1.3. Des sociétés rurales autocentrées

  • 4 Ghasarian C. (1996), Introduction à l’étude de la parenté, Paris, Seuil, p. 176.

8Dans les campagnes, la structure des familles et l’organisation de la société rurale turkestanaise apparaissaient également comme des éléments incitant les ruraux à vivre dans leur village ou dans leur district d’origine. La taille des familles ne renvoyait pas seulement à une contrainte « spatiale » en ville : elle provoquait un effet positif sur les conditions matérielles dans les campagnes et négatif en ville. Une famille voyait son niveau de vie augmenter avec le nombre de ses membres en milieu rural tandis qu’il diminuait en milieu urbain, la mobilisation des enfants facilitant l’exploitation du lopin [Zûzin, op. cit.]. Cette situation consolidait le modèle familial moyen-asiatique, dans la mesure où l’efficacité économique de l’organisation soviétique de l’agriculture collective et de l’agriculture privée encourageait les formes de reproduction sociale « traditionnelles ». Fondée sur une résidence patrilocale – l’épouse rejoint le groupe de parenté de son conjoint et le couple s’établit sur ou à proximité des terres du groupe du mari4 –, la famille moyenne-asiatique élargie exerce une attraction centripète sur l’ensemble de ses membres. En Ouzbékistan et au Turkménistan, 75 % et 79 % des fils aînés résidaient dans le village de leurs parents, selon les résultats des enquêtes dirigées par N. V. Tarasova (op. cit.). Ce mode d’organisation sociale et spatiale de la famille turkestanaise implique une solidarité inter-générationnelle qui bénéficie par exemple à l’éducation des enfants et à l’accompagnement des personnes âgées. Il repose notamment sur un engagement quotidien des femmes, en particulier des belles-filles, dans l’accomplissement des tâches ménagères et domestiques. La faible mobilité résidentielle renvoie aussi à l’importance de l’inscription des individus dans des groupes de sociabilité structurés par la filiation et l’alliance et par des liens construits en fonction d’une proximité spatiale ou générationnelle (gap), lesquels sont charpentés par les dons et les contre-dons qui accompagnent les rites de passages (circoncision, mariage, etc.). Chez les populations des oasis turkestanaises, la mahalla, territoire de base des espaces urbains et ruraux, en particulier en Ouzbékistan et au Tadjikistan, est un référentiel spatial qui restreint la mobilité résidentielle. Conjuguant liens familiaux et liens de voisinage, cette communauté exerce en effet un fort contrôle social qui incite à l’ « endogamie géographique » [Cariou, 2002].

  • 5 Craumer P. (1995), Rural and agricultural development in Uzbekistan, Londres, The Royal Institute o (...)

9Migrer vers une ville ou vers une autre république soviétique signifiait associer à la mobilité territoriale une mobilité professionnelle, qui impliquait pour le migrant de posséder une qualification particulière. Mais la population rurale manquait de compétences pour abandonner l’agriculture au profit d’une autre activité. L’ancrage villageois correspondait à un ancrage agricole que justifiait la rareté des emplois industriels et tertiaires dans les campagnes centre-asiatiques. Par ailleurs, la médiocrité de la formation prodiguée dans les écoles rurales empêchait la plupart des jeunes de poursuivre leurs études, en raison du fort absentéisme constaté dans les classes et de la brièveté relative de l’année scolaire. D’une part, les familles mobilisaient les enfants et les jeunes à la mise en valeur du lopin ou à la garde du troupeau privé. D’autre part, les exploitations collectives réquisitionnaient les écoliers des oasis pour assurer la cueillette du coton en Ouzbékistan, en 1987, 700 000 écoliers participèrent à la récolte, ainsi que 140 000 étudiants5. À partir d’enquêtes menées en Ouzbékistan et au Turkménistan de 1978 à 1980, respectivement auprès de 8184 et de 3961 personnes, D. I. Zûzin a ainsi estimé que, dans les villages, 92 % des enfants travaillaient dans l’agriculture, dont 8 % durant une période supérieure à six mois [Zûzin, op. cit.]. Le changement socio-professionnel imposé par l’exode rural se heurtait donc au manque de qualification des habitants autochtones, en particulier au Tadjikistan et au Turkménistan, et à la mono-activité agricole dans les campagnes moyenne-asiatiques. Dans ces conditions, une barrière professionnelle réduisait l’attractivité des villes et des autres républiques auprès des populations rurales enracinées dans un environnement socio-économique familier et apprécié.

  • 6 Moscaritolo, A. (2004), L’Occident multiple ou les représentations de l’autre dans le regard d’étud (...)

10Enfin, la faible mobilité résidentielle relevait de la confrontation des populations autochtones avec un milieu multinational où le russe était la langue dominante. La connaissance imparfaite du russe – seulement un quart des Kirghizes, des Tadjiks et des Turkmènes déclaraient parfaitement maîtriser la langue au recensement de 1979 [Tarasova, op. cit.] – incitait les nationaux à ne pas quitter les campagnes ni l’Asie moyenne pour les grandes villes centre-asiatiques qui pouvaient déjà apparaître comme un « occident endogène »6, ou pour les républiques européennes qui formaient, dans une certaine mesure, un « occident proche ». Les contours des itinéraires de vie des habitants autochtones coïncidaient donc souvent avec les frontières culturelles et sociales qui séparaient les villes des campagnes et l’Asie centrale du reste de l’URSS. Inversement, les éléments étrangers et inaccessibles des modes de vie urbain et « européen » concouraient à la valorisation du mode de vie rural, perçu comme correspondant aux traditions nationales et religieuses et répondant aux aspirations des Ouzbeks ou des Tadjiks, notamment dans leur relation au territoire. À côté de sa valeur économique, le lopin détenait une valeur symbolique, comme lieu de perpétuation de la culture et de la société oasiennes. Toutefois, l’organisation des vieux quartiers urbains se fonde et véhicule tout autant la culture et les « valeurs » turkestanaises que les kišlak, en raison de leur morphologie et de leur structuration sociale.

  • 7 Bater J. H. (1989), The Soviet Scene. A Geographical Perspective, Londres, Edward Arnold, pp. 90-91

11Cet enracinement des populations autochtones d’Asie centrale a sérieusement préoccupé les autorités à la fin de la période soviétique [Tarasova, op. cit.]. Comme la région fournissait les deux tiers du croît démographique de l’URSS dans les années 1980, le pouvoir a souhaité, sans succès, développer l’émigration pour réduire les déséquilibres territoriaux du marché du travail mais également pour répondre aux tensions sociales nées des lacunes de la politique soviétique de développement en Asie moyenne. Pourtant, le système du permis de résidence [propiska] de même que le passeport intérieur, réintroduit en 1932 pour maîtriser les migrations, ont durablement limité la mobilité7. De surcroît, les kolkhoziens n’ont obtenu le droit de posséder un passeport intérieur qu’au milieu des années 1970, ce qui signifie que ces derniers furent longtemps contraints à la stabilité résidentielle par le pouvoir.

2. Déstabilisation et déracinement post-soviétiques

2.1. Des flux migratoires inédits et massifs

12L’effondrement du système soviétique remet radicalement en cause la territorialité des populations autochtones d’Asie moyenne puisque, depuis 1993-1994, des formes de mobilité saisonnière et temporaire se développent depuis le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et le Kirghizstan [Olimova, Bosc, 2003, p. 8 ; Èlebaeva, 2001, p. 119]. Les déplacements s’opèrent au sein de l’ancien territoire soviétique et concernent plusieurs centaines de milliers de citoyens des républiques d’Asie moyenne, lesquels migrent désormais en Russie et secondairement au Kazakhstan pour y travailler.

13Si l’appréhension de ce phénomène nouveau se heurte à l’absence de recensement précis, il apparaît que les migrations présentent un caractère massif dans toutes les républiques d’Asie moyenne, sauf au Turkménistan où le pouvoir contrôle et entrave la mobilité. D’après l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 300 000 Kirghizstanais travailleraient en Russie. Depuis l’Ouzbékistan, le flux de main-d’œuvre draine au moins 600 000 à 700 000 travailleurs [Olimova, Sadovskaâ, 2005, p. 77]. Au Tadjikistan, les travaux réalisés par l’Institut de recherche tadjikistanais Sharq pour l’OIM en 2003 ont permis d’estimer le nombre de personnes ayant émigré entre 2000 et 2002 à 632 000 [Olimova, Bosc, op. cit.]. Mais dès 2001, l’organisme d’État chargé du contrôle des frontières considérait que plus d’un million de Tadjikistanais travaillaient à l’étranger. En confrontant les résultats du recensement de 2000 et les données par sexe et par classe d’âge sur les migrants, il apparaît que les migrations de travail ont concerné, entre 2000 et 2002, 37 % des hommes âgés de 18 à 49 ans. Cette proportion place le Tadjikistan parmi les pays « pôles d’expulsion et d’externalisation de la main-d’œuvre », catégorie vers laquelle tendent également l’Ouzbékistan et le Kirghizstan. Enracinées pendant l’époque soviétique, les sociétés d’Asie moyenne ont adopté un modèle migratoire inverse dans le contexte post-soviétique, malgré la complexité accrue des déplacements dans l’espace post-soviétique du fait de la fonctionnalisation des frontières, de l’élévation des coûts de transport et de la contraction des réseaux ferroviaire et aérien. Mais si pour les populations sédentaires des plaines et les nomades des montagnes, ce mode de fonctionnement relève exclusivement de pratiques post-soviétiques, les Tadjiks des montagnes reproduisent une organisation socio-spatiale à l’œuvre avant la période soviétique, même si l’espace migratoire qu’ils investissent s’est considérablement étendu, passant des oasis turkestanaises à l’ancien territoire de l’URSS.

2.2. Migrer, une réponse à la crise économique et sociale

  • 8 Iwasaki I.(2002), Observations on economic reform in Tajikistan: legislative and institutionnal fra (...)
  • 9 Zajonèovskaâ Ž. A. (1996), « Istorièeskie korni migracionnoj situacii v Srednej Azii » [Les racines (...)

14Si la mobilité des populations allochtones a été affectée par la fragmentation de l’URSS, la perte de la continuité territoriale avec la « patrie historique » - la Russie - et le climat politique nationaliste, l’émergence des migrations de travail chez les populations autochtones résulte de la dégradation des conditions socio-économiques, accentuée au Tadjikistan par la guerre civile. La désorganisation de la sphère productive a renforcé les tensions qui existaient sur le marché du travail depuis les années 1970. La crise économique a occasionné une réduction du nombre de postes de travail dans les entreprises et dans l’administration, alors même que la population active a continué de croître. Au Tadjikistan, le nombre d’emplois a décliné de 40 % dans l’industrie et 75 % dans la construction entre 1993 – moment où le secteur productif ressentait déjà les effets de la désintégration de l’URSS et de la guerre civile – et 20008. Par contre, entre les recensements de 1989 et de 2000, la population active s’est élevée de 2,519 millions de personnes à 3,127 millions. À l’échelle de l’Asie moyenne, le Comité des statistiques de l’URSS avait prévu en 1990 une croissance de la population active de 12 millions de travailleurs supplémentaires entre 1990-20109.

  • 10 United Nations Development Programm, Tadžikistan – otžet po èeloveèeskomu razvitiû 1999 [Tadjikista (...)

15Même si le ralentissement de la croissance démographique provoqué par l’émigration et la diminution du mouvement naturel conduit à une augmentation moindre de la population active, le décalage grandit entre la croissance démographique et la croissance de l’emploi. De ce fait, le chômage affecte une partie croissante de la population dans toutes les républiques d’Asie moyenne, quoique partout les chiffres officiels sous-estiment l’importance du phénomène, notamment parce que l’inscription au chômage donne rarement le droit à des aides sociales économiques conséquentes. Au Tadjikistan, en 2000, environ 30 % de la population active était ainsi confrontée à une situation de chômage10. Le Kirghizstan et l’Ouzbékistan rencontrent des difficultés semblables. Et dans les campagnes, les anciennes exploitations auxiliaires domestiques ne compensent pas la dégradation des conditions de travail. Nombre des anciens lopins et des nouvelles petites exploitations individuelles fonctionnent en autoconsommation et la commercialisation des productions sur les marchés urbains n’assure pas de revenus suffisants pour la plupart des familles [Thorez, 2006]. De plus, les oasis d’Asie moyenne supportent une pression foncière accrue qui interdit une extension des surfaces cultivées.

16Dans les campagnes comme dans les villes, une diminution des revenus a donc accompagné la détérioration du marché du travail au cours des années 1990. En 2000, d’après le Comité des statistiques de la CEI, le salaire moyen mensuel s’élevait à 25 dollars au Kirghizstan et à 8,7 dollars au Tadjikistan. En Ouzbékistan, où le revenu annuel par habitant est tombé de 550 à 305 dollars entre 1997 et 2003, 60 % de la population rurale vit avec moins d’un dollar par jour et par habitant. Les sociétés d’Asie moyenne subissent une rapide paupérisation qui fragilise les équilibres sociaux.

17Face à cette situation nouvelle, les populations d’Asie moyenne ont élaboré des stratégies de reproduction sociale fondées sur une extraversion de l’accumulation du capital plutôt que sur une intensification de l’exploitation de l’appareil productif local et une modification des mises en valeur agricoles. Migrer constitue une réponse individuelle adoptée collectivement par les sociétés d’Asie moyenne pour compenser la crise post-soviétique. Cette pratique de crise, qui tend à se structurer durablement, établit un rapprochement entre les populations d’Asie moyenne et les populations des pays en voie de développement.

3. Entre Asie moyenne et Russie, la structuration d’un champ migratoire international

  • 11 Trejviš A. I. (2000), Èkonomièeskie sdvigi i svâzi v post-sovetskom prostranstve : problemy dezinte (...)

18De même que dans la configuration spatiale post-coloniale ouest-européenne, le pays faisant office d’ancienne métropole – la Russie – polarise les flux migratoires. La grande majorité des migrants – par exemple 95 % des Tadjikistanais [Olimova, Bosc, op. cit.] – se dirigent vers la Russie, pays avec lequel ils partagent un passé, des pratiques, une culture et une identité hérités de la période soviétique qui fondent les particularités de la situation post-soviétique, par rapport au modèle post-colonial occidental. Mais surtout, les discontinuités socio-économiques de l’espace post-soviétique stimulent la mobilité. La période contemporaine correspond, en effet, à un moment de forte croissance des inégalités territoriales qui, sans radicalement remettre en cause les gradients socio-économiques soviétiques ouest-est et nord-sud11, détermine l’orientation des migrations des populations d’Asie moyenne. En 1996, quand les migrations de travail se sont généralisées, le revenu moyen mensuel en Russie excédait de 30 fois le revenu moyen mensuel au Tadjikistan. Le phénomène migratoire repose donc sur une réalité socio-spatiale post-soviétique tandis que l’espace migratoire émergent s’inscrit davantage dans l’héritage soviétique, lequel agit dans le choix de la Russie comme pays d’emploi et, plus ponctuellement, dans le choix de telle ou telle région comme lieu de vie en Russie. Toutefois, la distribution régionale des migrants en Russie dépend également des spécialisations professionnelles et de la structure productive de chacune des régions, de même que de la distance, quoique la nouvelle croissance du réseau aérien atténue cette contrainte. Moscou et sa région, le bassin de la Volga, l’Oural et la Sibérie constituent donc les destinations de plus de 80 % des migrants d’Asie moyenne.

3.1. Des hommes et des lignes : les réseaux

19L’espace migratoire post-soviétique construit entre l’Asie moyenne et la Russie est structuré par des réseaux de transport et les réseaux des migrants. Sous l’effet de la demande de transport des travailleurs centre-asiatiques, les réseaux ferroviaire et surtout aérien enregistrent depuis la fin des années 1990, une extension et une densification qui contrastent avec la contraction qui a succédé à la disparition de l’URSS [Thorez, 2005, chapitre 5]. Entre 1996 et 2003, le nombre de lignes aériennes opérées entre les deux ensembles géographiques a ainsi presque doublé. Par ailleurs, la fréquence des vols s’est élevée. Si la liaison Douchanbe-Moscou était assurée par des vols charters irréguliers en 1996, quatre vols quotidiens reliaient les deux villes pendant l’automne 2004.

  • 12 Enquêtes personnelles, septembre 2003.

20Les réseaux des migrants présentent des aspects officiels et informels. Des agences de recrutement encadrent une petite partie des migrations de travail – quelques milliers de travailleurs se rendent en Russie par leur intermédiaire – et proposent des contrats de travail de quatre à huit mois [Olimova, Bosc, op. cit.]. Mais la majorité des migrants mobilise des réseaux de solidarité informels. Migrer pour travailler nécessite d’investir environ 300 dollars pour payer le transport et pour subvenir aux premiers besoins en Russie12. Pour recueillir cette somme importante quoique inférieure à l’investissement nécessaire pour partir travailler dans un pays de l’étranger lointain, les futurs migrants activent leurs réseaux de solidarité. Toutefois le rôle de ces institutions ne se limite pas au financement du voyage, puisque la migration relève souvent d’une prise de décision collective, ce qui souligne à quel point l’essor des migrations de travail constitue une réponse sociétale à la crise post-soviétique. Au Tadjikistan, les toyfa (avlod), les groupes de solidarité fondés sur la filiation, encadrent la migration, peuvent faciliter l’obtention d’un travail et assurent la protection des familles demeurées au pays [Olimova, Bosc, op. cit.]. Des formes d’entraide se tissent également entre les personnes originaires d’une même région et plus encore entre les travailleurs issus d’un même kišlak, de sorte que, classiquement, des regroupements de migrants s’effectuent en Russie en fonction des appartenances lignagères et géographiques. Soutenus et orientés par l’ensemble de la société, les flux des travailleurs d’Asie moyenne établissent les contours du champ migratoire qui a émergé depuis la dispa-rition de l’URSS entre l’Asie moyenne et la Russie.

21Ce processus participe de la construction d’un espace post-soviétique solidaire, à travers l’essor des flux entre les deux ensembles géographiques. Mais bien que déterminés par l’héritage soviétique, ces flux relèvent de dynamiques sociales et économiques post-soviétiques radicalement différentes de la nature des relations qui unissaient la Russie et les républiques d’Asie moyenne pendant la période soviétique. Les fondements économiques et sociaux de la mobilité diffèrent, de même que les acteurs.

3.2. De la dépendance républicaine socialisée à la dépendance familiale atomisée

  • 13 Enquêtes personnelles, septembre 2003.

22Comme au sein de tout champ migratoire international, la circulation des capitaux accompagne la circulation des hommes, sans que les flux ne coïncident nécessairement. Objet de la stratégie migratoire, l’accumulation de capital par les migrants d’Asie moyenne nourrit les échanges depuis la Russie vers le pays d’origine. L’estimation de la valeur des flux de capitaux présente de nombreuses difficultés liées à la nature souvent clandestine de cette circulation. Cependant, des enquêtes réalisées auprès des migrants et des familles de migrants dans les villages de la région autonome du Haut-Badakhchan, au Tadjikistan, et à Samarkand, en Ouzbékistan, permettent d’évaluer l’apport financier d’un travailleur émigré à environ 100 dollars par mois, celui-ci dépendant de la branche d’activité et du statut (clandestin ou légal) du migrant13. Les estimations globales confirment le volume du flux. En 2005, les migrants kirghizstanais ont officiellement transféré plus de 250 millions de dollars, les Ouzbékistanais plus de 500 millions de dollars cependant que les travailleurs tadjikistanais auraient dégagé de leur activité en Russie près d’un milliard de dollars, ce qui représente environ la moitié du PIB officiel. L’importance des sommes transférées par les migrants explique pourquoi les autorités centre-asiatiques ont désormais une appréhension favorable du phénomène migratoire.

  • 14 Enquêtes personnelles, septembre 2003.

23Ces flux de capitaux soutiennent les budgets familiaux, l’argent de l’émigration occupant désormais une place déterminante. Dans les familles dont un membre travaille à l’étranger, les revenus de l’émigré constituent fréquemment une source d’argent principale voire, dans certains cas, exclusive14. De nombreuses familles ne dégagent pas de surplus financier autre que par l’émigration, notamment dans les régions de montagnes peu accessibles (Haut-Badakhchan) ou dans les campagnes d’Ouzbékistan où souvent le travail est rétribué en nature. Cette situation place ces familles en situation de dépendance vis-à-vis du travail à l’étranger, c’est-à-dire vis-à-vis du travail en Russie. Loin d’être un phénomène marginal, cette forme de dépendance concerne au Kirghizstan, d’après les estimations de l’OIM, 1,2 à 1, 4 million de personnes, puisque les 350 000 travailleurs font chacun vivre 4 à 5 personnes, soit plus du quart de la population kirghizstanaise. Au Tadjikistan, parmi les 1,050 million de foyers recensés en 2000, une majorité bénéficie directement ou indirectement des revenus de l’émigration, lesquels permettent une amélioration de la situation matérielle des familles des migrants et peuvent, le cas échéant, favoriser l’ascension sociale du migrant par l’investissement ou par la redistribution d’argent laquelle produit du capital social. Au Haut-Badakhchan, la proportion est même supérieure puisque 75 à 90 % des foyers comprend un travailleur en Russie [Kreutzmann, 2003 ; Enquêtes personnelles 2003]. La transformation des pratiques de reproduction sociale des populations d’Asie moyenne conduit à la substitution de la dépendance républicaine socialisée caractéristique de la période soviétique par une dépendance familiale atomisée.

24Cette situation perpétue une situation de dépendance entre la Russie et l’Asie moyenne, mais cette nouvelle forme implique une personnalisation de la relation avec la Russie en même temps qu’une modification des comportements migratoires. La redistribution soviétique de capital dans l’ensemble des régions d’Asie moyenne, à l’exception de certaines vallées considérées comme « sans avenir » et dont le dépeuplement fut organisé, mobilisait l’État, les entreprises et certaines pratiques informelles, à travers les subventions accordées au budget des républiques, à travers les relations économiques interdépendantes ou les formes individuelles du commerce inter-républicain. Désormais, les familles et les groupes de solidarité d’Asie moyenne supportent le processus d’extraversion de l’accumulation du capital par lequel s’établissent les nouvelles formes de dépendance. Dans ces conditions, sans surprise, les régions les plus fragilisées par la disparition du système soviétique, dont le fonctionnement expliquait la faible mobilité des populations d’Asie moyenne, fournissent la proportion la plus élevée de migrants. Au Tadjikistan, le Haut-Badakhchan, où le niveau d’autosuffisance est pourtant élevé par rapport à d’autres sociétés montagnardes [Kreutzmann, op. cit.], et les districts méridionaux, région particulièrement touchée par la guerre civile et confrontée à une forte pression foncière, sont surreprésentés dans les effectifs des migrants. Au Kirghizstan, les populations du Ferghana migrent davantage que les populations des régions centrales et septentrionales. Cette géographie régionale de l’émigration recoupe ainsi la répartition des potentialités agro-climatiques et des disponibilités en terre de même qu’elle dépend des conditions d’accessibilité.

3.3. Circulation des hommes, circulation du capital

25Fondé sur la mobilité des hommes et sur la désétatisation de la circulation du capital, le système développé depuis le milieu des années 1990 expose les populations d’Asie moyenne à des difficultés et à des risques liés à la détérioration des conditions de circulation dans l’espace post-soviétique et au statut de migrant, pendant les déplacements et durant leurs séjours en Russie. D’une part, circuler au sein de l’espace post-soviétique impose aux migrants de subir les extorsions des policiers et des douaniers, lesquelles les affectent particulièrement puisque leur déplacement s’inscrit dans une perspective d’enrichissement. À l’aller comme au retour, les représentants des forces de l’ordre des pays traversés exercent des pressions sur les migrants, en les accusant notamment de trafic de drogues. D’autre part, la circulation des capitaux rencontre de nombreux obstacles érigés par les dispositifs législatifs et par les pratiques illégales des membres des organes de contrôle des flux.

  • 15 Enquête personnelle, août 2006.

26Pour assurer le rapatriement de l’argent gagné en Russie, les migrants transportent ou transfèrent leur capital. Le transport des fonds présente de nombreux inconvénients : à chaque frontière et à chaque contrôle, les migrants sont ponctionnés selon une norme connue de tous mais risquent quelquefois de se voir totalement dépouiller de leurs biens, ce qui explique pourquoi les migrants choisissent de plus en plus la voie aérienne. Les transferts constituent un moyen plus sûr de faire parvenir l’argent en Asie moyenne, grâce aux services légaux des banques et aux possibilités offertes par des groupes « mafieux » implantés en Russie et en Asie moyenne. Mais jusqu’en 2001, la commission retenue par les banques assurant le transfert des fonds de Russie vers le Tadjikistan s’élevait à 30 % de la valeur transférée [Olimova, Bosc, op. cit., pp. 96-97]. Depuis, les commissions des banques spécialisées – Orienbank, Agroinvestbank, Western Union – n’excèdent pas 3 % et le développement et la consolidation des réseaux bancaires permettent les transferts vers la plupart des régions. Les établissements bancaires assurant les transferts d’argent investissent le paysage post-soviétique des villes et des centres administratifs tadjikistanais, kirghiz-stanais et ouzbékistanais - Western Union dispose ainsi de plus de 700 représentations en Ouzbékistan15. Leur implantation améliore les conditions du rapatriement de l’argent de l’émigration mais n’élimine pas les dangers de l’extraversion de l’accumulation du capital.

3.4. Vivre et travailler en Russie

  • 16 Enquête personnelle, septembre 2003.

27Le nouveau mode d’organisation des sociétés d’Asie moyenne paupérisées présente d’importants risques liés aux modalités d’implantation des migrants en Russie. Leur installation s’effectue dans des conditions difficiles, souvent obscures, qui se matérialisent par l’existence de problèmes d’hébergement et d’embauche, accentués quelquefois par l’hostilité de la population russe. Pour réduire les frais de logement, les immigrés vivent dans des appartements surpeuplés (six-sept voire dix personnes dans les petits appartements de deux pièces, lesquels sont loués 300 dollars par mois dans la périphérie de Moscou)16. Mais ce sont les conditions d’embauche qui déterminent le degré d’exploitation de la main-d’œuvre originaire d’Asie moyenne. Soumise presque toujours à un statut de travailleur et d’habitant semi-clandestin, cette main-d’œuvre est employée dans les secteurs de la construction, dans l’agriculture, sur les marchés, dans des conditions souvent déplorables. Dans le pire des cas, les migrants entrent dans des circuits de vente de force de travail qui établissent des formes d’esclavage temporaire. Ces réseaux organisent la mise à disposition de main-d’œuvre à des employeurs pour lesquels les migrants travaillent jusqu’à 16 heures par jour sans aucune liberté de déplacement [Olimova, Bosc, op. cit., pp. 85-86]. Néanmoins, ayant pris conscience de l’ampleur du phénomène et des conditions des migrations, les États tentent de réguler les flux et de donner un cadre juridique plus satisfaisant aux migrations de travail. Le Kirghizstan et la Russie ont ratifié un accord qui permet notamment aux citoyens kirghizstanais de pouvoir signer un contrat de deux ans tout en octroyant aux employeurs des avantages financiers. Cette question est également au centre des négociations entre le Tadjikistan et la Russie et a fait l’objet d’un accord particulier en 2003. Du point de vue de la Russie, faciliter les migrations encadrées doit permettre de soutenir la croissance économique grâce à la présence d’une main-d’œuvre bon marché et participer à la réduction du déficit démographique, puisque la nouvelle législation encourage des formes d’immigration définitive.

  • 17 www.ferghana.ru
  • 18 Terrain, septembre 2003.
  • 19 www.ferghana.ru

28Malgré cette reconnaissance juridique, les travailleurs d’Asie moyenne restent très vulnérables, en raison de la fréquente animosité de la police de Russie, situation qui peut rendre tout déplacement même urbain dangereux, et de l’attitude souvent malveillante des populations locales – plusieurs meetings se sont tenus pour réclamer l’application d’un régime de visa aux ressortissants d’Asie moyenne et pour demander l’expulsion des travailleurs immigrés17. Dans ces différents aspects, la société russienne développe des formes d’hostilité à l’encontre des travailleurs d’Asie moyenne, en particulier envers les migrants originaires du Tadjikistan, qui jouissent de la plus mauvaise réputation, du fait de l’héritage de la guerre civile (1992-1997) et de l’implication des mafias tadjikistanaises dans la circulation des drogues. Dans cet environnement, les groupes de solidarité lignagers et géographiques peuvent former une assise sociale importante pour les migrants. Cependant, des rivalités régionales et nationales animent également les relations entre les migrants d’Asie moyenne et de l’ensemble de l’ex-URSS présents en Russie. Des formes de violence naissent également de la pauvreté commune à la majorité des migrants : des meurtres sont motivés par l’acquisition de quelques centaines de dollars18. Au cours du premier semestre de 2004, les journaux tadjikistanais ont ainsi comptabilisé plus de 600 assassinats de travailleurs émigrés perpétrés en Russie par d’autres migrants ou par des ressortissants et des policiers de Russie19. L’émergence d’un champ migratoire entre l’Asie moyenne et la Russie, reporte sur les individus, les familles et les groupes de solidarité – les institutions sociales « traditionnelles » – les risques encourus par l’extraversion de l’accumulation du capital dans le contexte post-soviétique de tarissement et de désétatisation des flux de capitaux.

4. Vers une société sans père ni mari ?

29La généralisation des migrations de travail et l’essor de l’autoconsommation dans les campagnes permettent aux sociétés d’Asie moyenne de ne pas s’effondrer, malgré le contexte économique et social dégradé. Le nouveau régime migratoire réactive même des institutions sociales anciennes, dont l’importance avait un peu décliné pendant la période soviétique. Mais la rupture migratoire implique des changements sociaux majeurs, en particulier au Tadjikistan, qui découlent à la fois de la bipolarisation de l’espace familial et des modalités de la redistribution de l’argent gagné à l’étranger.

30La massification des flux migratoires entre le Tadjikistan et la Russie a pour première conséquence de réduire la présence des hommes dans les villes et dans les kišlak. Une proportion élevée des foyers vit sans père ni mari, au moins une partie de l’année. Dans les villages les plus défavorisés, plus de 80 % des hommes émigrent saisonnièrement ou temporairement [Olimova, Bosc, op. cit, p. 112]. Si la proportion de migrants est moindre dans les villages bénéficiant d’une accessibilité relative et de conditions agro-climatiques correctes, cette situation nouvelle oblige les familles à s’adapter. Notamment, le calendrier des migrations saisonnières impose aux femmes et aux enfants d’assurer les tâches agricoles classiquement dévolues aux hommes. Absents du début du printemps à l’automne, les migrants saisonniers reviennent au Tadjikistan pendant la morte-saison. Quant aux migrants temporaires, leur absence dure plusieurs années, de sorte que les femmes doivent assumer l’entière responsabilité productive du foyer et l’éducation des enfants. Dans ces conditions, les femmes tendent à accéder à un nouveau statut social, qui se heurte aux structures sociales traditionnelles (masculines), puisque les hommes de la famille et des groupes de sociabilité rejettent, dans leur ensemble, l’accès des femmes à des fonctions de responsabilité[Olimova, Bosc, op. cit, pp. 113-114]. En particulier, quand les familles de migrants demeurent sous la protection et le contrôle des hommes du toyfa, la vente des surplus de l’exploitation privée constitue une source de conflit entre la femme du migrant et son beau-père, ses beaux-frères ou ses cousins par alliance. Largement écartées de la prise de décision de migrer, les femmes subissent cette situation, certaines d’entre elles étant même, ainsi que leurs enfants, abandonnées par leurs époux.

  • 20 Islamov I. S. (1999), « Razvitie sem’i v gornyh regionah respubliki Tadžikistana (GBAO) » [Le dével (...)

31Au sein des familles, le statut des hommes mariés émigrés tend à s’éloigner de celui de mari et de père pour se rapprocher de celui de géniteur, en raison de la répétition et de la durée des périodes de travail en Russie. Les enquêtes dirigées par S. Olimova révèlent que certains migrants négligent les envois d’argent à leur famille et ne contribuent donc pas directement à la vie économique du ménage [Olimova, Bosc, op. cit, p. 112]. Par ailleurs, la valorisation de la natalité par l’idéologie patriarcale des sociétés d’Asie moyenne encourage certains migrants à ne pas limiter les naissances, malgré leurs longues absences. Par conséquent, soumises à la pression sociale, les femmes de ces migrants saisonniers acceptent d’être enceintes chaque année, en dépit des contraintes accrues qu’une telle condition et que l’éducation d’un jeune enfant occasionnent sur la tenue d’une famille [Olimova, Bosc, op. cit, p. 114]. Cette situation extrême fragilise les familles sans que l’émigration ne compense nécessairement la détérioration de la vie quotidienne. Plus généralement, l’éloignement des maris, en tant que contrainte domestique et économique, favorise les regroupements des familles nucléaires autour des anciennes générations, selon les pratiques traditionnelles des populations tadjikes. Les familles étendues sont donc de plus en plus nombreuses, notamment au Gorno-Badakhchan où elles représentaient déjà le quart des familles au recensement de 198920.

  • 21 Enquête personnelle, été 2002.

32L’ampleur de l’émigration chez les hommes de 20 à 29 ans, qui représentent avec les hommes de 40 à 49 ans les premières classes d’âge concernées par le phénomène, déstabilise aussi indirectement les structures familiales tadjikes [Olimova, Bosc, op. cit, pp. 110-111]. L’émigration crée en effet un déficit d’époux potentiels, du fait de l’éloignement et de l’installation définitive en Russie de certains jeunes hommes. Dans ces conditions, des jeunes femmes sont marginalisées puisqu’elles n’intègrent pas une nouvelle famille, selon la norme sociale. Par ailleurs, la confrontation des jeunes hommes avec des systèmes de valeurs différents tend à modifier les pratiques sexuelles en reconnaissant une sexualité prémaritale. Dans le contexte de paupérisation, qui repousse l’âge du mariage des hommes en raison du coût de la cérémonie, la conjonction de ces éléments conduit à l’essor d’une pratique sociale aux marges de la prostitution mais tolérée par la société. Des jeunes femmes sans perspective de mariage et délaissées par leurs familles se font entretenir par un migrant pendant quelques mois. Ces relations temporaires, rythmées par le calendrier des migrations, n’engagent pas les jeunes gens à se marier. Elles constituent un compromis accepté par la société, puisque le statut de ces femmes reproduit et exacerbe une pratique déjà instituée dans la société traditionnelle, dans les kišlak comme dans les mahalla urbaines21.

33Changement déterminant de la période post-soviétique, la mobilité saisonnière et temporaire des hommes d’Asie moyenne transforme les espaces de vie, écartèle les familles et participe d’une dynamique sociale nouvelle. Dans la structure familiale, le nouveau régime migratoire prolonge la déstabilisation entamée par la disparition du système soviétique, en altérant les statuts de père et de mari. L’absence des hommes et la dégradation des relations entre les époux de même qu’entre les pères et leurs enfants constitue une conséquence paradoxale de la généralisation des migrations de travail, si l’on rapporte ces faits aux motivations des migrants. Pour nombre d’entre eux, l’émigration permet d’accumuler l’argent nécessaire à financer les frais de leur mariage, i.e. à devenir un mari ou à financer les frais de la circoncision de leurs fils, c’est-à-dire à remplir leur rôle de père.

Conclusion

34Face à la désintégration de l’URSS et aux contraintes du glissement vers une économie « naturelle », les populations du Kirghizstan, de l’Ouzbékistan et du Tadjikistan ont adopté de nouvelles pratiques territoriales, en fondant sur la mobilité des hommes et du capital leur stratégie de développement. Le déracinement, qui naît de l’émergence d’un nouveau régime migratoire, agit sur les structures sociales selon une dynamique associant la remobilisation d’institutions traditionnelles et le développement de pratiques nouvelles. Condition de la durabilité des sociétés, l’essor des migrations de travail impose en effet des transformations sociales radicales, qui impliquent notamment une redéfinition des statuts familiaux. Les sociétés centre-asiatiques contemporaines naissent de cette mobilité nouvelle mais également de celle des populations allochtones, lesquelles déterminent aussi bien l’homogénéisation croissante des populations républicaines que la bipolarisation des populations autochtones.

35En stimulant la demande de transport, les migrations de travail prennent part à la construction d’un espace post-soviétique solidaire, tout en modifiant les relations entre les anciennes républiques soviétiques. En rupture avec la période soviétique, l’ampleur du flux de migrants à destination de la Russie engage les sociétés d’Asie moyenne dans une nouvelle forme de dépendance, sans que celle-ci, à la différence du système précédent, ne soit réciproque ni supportée directement par l’État. Cette situation invite à distinguer l’indépendance politique officielle des États centre -asiatiques souverains de la dépendance sociale connue par les populations d’Asie moyenne. Elle constitue également un élément d’explication du positionnement géopolitique du Kirghizstan, de l’Ouzbékistan et du Tadjikistan lequel, à travers les organisations supra-étatiques et les collaborations bilatérales, privilégient désormais les relations avec la Russie.

Haut de page

Bibliographie

CARIOU A. (2002), Le jardin saccagé. Anciennes oasis et nouvelles campagnes d’Ouzbékistan, Thèse de doctorat, Université de Paris IV, 412 p.

ÈLEBAEVA A. B. (2004), Trudovaâ migraciâ v Kyrgyzstane [Les migrations de travail au Kirghizstan], Central’naâ Aziâ i Kavkaz, n° 3 (27), pp. 78-86.

FATHI H. (2004), Islamisme et pauvreté dans le monde rural de l’Asie centrale post-soviétique – Vers un espace de solidarité islamique ?, Genève, UNRISD, 41 p.

KREUTZMANN H. (2003), Ethnic minorities and marginality in the Pamirian knot : survival of Wakhi and Kirghiz in a harsh environment and global contrasts, The Geographical Journal, vol. 169, part 3, pp. 215-235.

OLIMOVA S. K., BOSC I. (2003), Labour Migration from Tajikistan, Douchanbe, Organisation Internationale pour les Migrations, 132 p.

OLIMOVA S. K., SADOVSKAA E. Û. (2005), Trudovaâ migraciâ v stranah Central’noj Azii, Rossijskoj Federacii, Afganistane i Pakistane [Les migrations de travail dans les pays d’Asie centrale, en Russie, en Afghanistan et au Pakistan], Almaty, Commission européenne – Organisation Internationale pour les Migrations, 146 p.

SALIEV A. S. (1986), Faktory i tendencii razvitiâ sovremennogo rasseleniâ v respublikah srednej Azii [Facteurs et tendances du développement du peuplement contemporain dans les républiques d’Asie moyenne], Thèse de doctorat d’État, Tachkent, 414 p.

TARASOVA N. V. (1985), « Problema povyšeniâ migracionnoj aktivnosti naseleniâ » [Le problème de l’accroissement de l’activité migratoire de la population], in Sovremennye problemy migracii [Les problèmes contemporains des migrations], Moscou, Mysl’, pp. 47-63.

TASBAEVA T. H., SAVUROV M. D.(1989), Novoe i tradicionnoe v bytu sels’koj sem’i Uzbekov [Nouveauté et tradition dans le mode de vie des familles rurales ouzbèkes], Tachkent, Fan, 162 p.

THOREZ J. (2005), Flux et dynamiques spatiales en Asie centrale – Géographie de la transformation post-soviétique, Thèse de doctorat, Université de Paris 10 – Nanterre, 570 p.

THOREZ J. (2006), La décollectivisation dans les montagnes d’Asie centrale (Kirghizstan, Tadjikistan) : transformations agricoles et crise sociale, Bulletin de l’Association de Géographes Français, n° 2, pp. 221-234.

ZUZIN D. I. (1983), Prièini nizkoj mobilnosti korennogo naseleniâ respublik Srednej Azii » [Les causes de la faible mobilité de la population autochtone des républiques d’Asie moyenne], Sociologièeskie issledovaniâ, n° 1, pp. 109-118.

Haut de page

Notes

1 L’Asie moyenne regroupe le Kirghizstan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Turkménistan. Cet ensemble géographique était une région de référence dans le cadre de la planification soviétique.

2 Frémont A. et al. (1984), Géographie sociale, Paris, Masson, pp. 252-253.

3 Dans les régions pastorales anciennement nomades (Kazakhstan, Kirghizstan, Turkménistan), la possession d’un cheptel privé était tolérée par le statut des kolkhozes dans les limites suivantes : 8-10 vaches et veaux, 10 chevaux, 100-150 ovins, 5-8 dromadaires ou chameaux. Cf. Kerblay B. (1985), « Le nouveau statut des kolkhoz de 1969 », in Du Mir aux agrovilles, Paris, Institut d’Études Slaves, p. 226.

4 Ghasarian C. (1996), Introduction à l’étude de la parenté, Paris, Seuil, p. 176.

5 Craumer P. (1995), Rural and agricultural development in Uzbekistan, Londres, The Royal Institute of International Affairs, p. 21.

6 Moscaritolo, A. (2004), L’Occident multiple ou les représentations de l’autre dans le regard d’étudiants ouzbeks, Cahiers d’Asie centrale, n° 13-14, pp. 303-320.

7 Bater J. H. (1989), The Soviet Scene. A Geographical Perspective, Londres, Edward Arnold, pp. 90-91.

8 Iwasaki I.(2002), Observations on economic reform in Tajikistan: legislative and institutionnal framework, Eurasian Geography and Economics, vol. 43, n°6, pp. 493-504.

9 Zajonèovskaâ Ž. A. (1996), « Istorièeskie korni migracionnoj situacii v Srednej Azii » [Les racines historiques de la situation migratoire en Asie moyenne], in Vitkovskaâ, G. (dir.), Migraciâ russkoâzyènogo naseleniâ iz Central’noj Azii : prièiny, posledsvtiâ, perspektiv [L’émigration des population russophones d’Asie centrale : causes, conséquences, perspectives], Moscou, Moskovskij centre Carnegie, p. 60.

10 United Nations Development Programm, Tadžikistan – otžet po èeloveèeskomu razvitiû 1999 [Tadjikistan – Rapport sur le développement humain 1999], Douchanbe, p 18.

11 Trejviš A. I. (2000), Èkonomièeskie sdvigi i svâzi v post-sovetskom prostranstve : problemy dezintegracii i reintegracii [Les changements et les liens économiques dans l’espace post-soviétique : les problèmes de désintégration et de réintégration], Izvestiâ RAN - seriâ geografièeskaâ, n° 3, pp. 9-22.

12 Enquêtes personnelles, septembre 2003.

13 Enquêtes personnelles, septembre 2003.

14 Enquêtes personnelles, septembre 2003.

15 Enquête personnelle, août 2006.

16 Enquête personnelle, septembre 2003.

17 www.ferghana.ru

18 Terrain, septembre 2003.

19 www.ferghana.ru

20 Islamov I. S. (1999), « Razvitie sem’i v gornyh regionah respubliki Tadžikistana (GBAO) » [Le développement de la famille dans les régions montagneuses du Tadjikistan (GBAO)], in Gornye regiony central’noj Azii. Problemy ustojèivogo razvitiâ [Les régions mon-tagneuses d’Asie centrale. Les problèmes du développement durable], Douchanbe, Izdanie Tadžikskogo Tehnièeskogo Universiteta, pp. 44-45.

21 Enquête personnelle, été 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Thorez, « Itinéraires du déracinement », Espace populations sociétés, 2007/1 | 2007, 59-71.

Référence électronique

Julien Thorez, « Itinéraires du déracinement », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/1 | 2007, mis en ligne le 30 août 2009, consulté le 23 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/1955 ; DOI : 10.4000/eps.1955

Haut de page

Auteur

Julien Thorez

CNRS
UMR 7528 Mondes iranien et indien
4, place Paul-Émile Ladmirault
44 000 Nantes
julienthorez@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org