Navigation – Plan du site
Articles

Les flux migratoires des Russes entre Asie centrale et Russie

The Ethnic Russian Migration from Central Asia to Russia
Sébastien Peyrouse
p. 47-57

Résumés

Cet article étudie les flux migratoires post-soviétiques des Russes d’Asie centrale en direction de la Russie. Il tente de définir les motivations d’émigration, le profil sociologique du migrant, de dissocier les déclarations d’intention des actes, et s’interroge sur le rapport ambigu des migrants envers leurs deux « patries », l’Asie centrale et la Russie. Depuis 1991, au moins les deux tiers des Russes du Turkménistan et du Tadjikistan, plus de la moitié des Russes d’Ouzbékistan, et plus d’un tiers des Russes du Kazakhstan et du Kirghizstan ont quitté leur pays. Ces flux migratoires démontrent que les liens entre Russie et Asie centrale ne sont pas appelés à s’effacer aussi rapidement que certains observateurs l’avaient estimé lors de la disparition de l’URSS.

Haut de page

Texte intégral

1En 1991, l’éclatement de l’URSS et l’indépendance des Républiques créent une situation jusqu’à présent inédite pour la Russie : pour la première fois dans son histoire, la Fédération russe dispose d’une « diaspora » d’environ 25 millions de personnes. Devenue un pays d’immigration, elle accueille sur son sol, entre 1990 et 2003, plus de huit millions d’anciens citoyens soviétiques, principalement des Russes « ethniques » [De Tinguy, p. 368]. L’Asie centrale est la première région pourvoyeuse de migrants : sur ces huit millions d’individus, la moitié d’entre eux viennent des cinq Républiques centre-asiatiques. Ces mouvements migratoires ne sont pas sans conséquences sur l’évolution démographique, mais également politique, économique et sociale des nouveaux États. Après un bref historique de la présence russe en Asie centrale permettant de replacer ces mouvements de population sur le long terme, cet article se concentrera sur les flux migratoires post-soviétiques des Russes d’Asie centrale en direction de la Russie. Il tentera également de définir les motivations d’émigration, le profil sociologique du migrant, de dissocier les déclarations d’intention des actes, et s’interrogera sur le rapport ambigu des migrants envers leurs deux « patries », l’Asie centrale et la Russie. Toutes les Républiques n’ayant pas organisé de recensement en 1999-2000, en particulier l’Ouzbékistan et le Turkménistan, les informations chiffrées restent parfois parcellaires. Nous ne reviendrons pas non plus sur l’enjeu terminologique de la définition de « Russe » et ses ambiguïtés, qui constituent un sujet de recherche à eux seuls.

La croissance démographique russe en Asie centrale aux périodes tsariste et soviétique

2La présence de colons russes en Asie centrale a encadré, suivi et parfois précédé la conquête militaire et politique de cet espace. Les premières populations russes s’installent en Asie centrale à partir du 18ème siècle. Comme pour l’avancée russe en Sibérie, il s’agit dans un premier temps de cosaques, ces soldats-paysans intégrés au sein de l’armée tsariste qui établissent de premières fortifications annonçant l’établissement du pouvoir colonial sur les nouveaux territoires. Ils sont suivis de paysans fuyant le servage et les autorités centrales, ainsi que de communautés religieuses persécutées, en particulier des vieux-croyants et des protestants. Au 18ème siècle, les Russes occupent des espaces à la périphérie de l’actuel Kazakhstan : le bassin du fleuve Oural, les régions montagneuses de l’Altaï, les rives des fleuves Ichim, Tobol et du Haut-Irtych [Erofeeva, p. 202]. La colonisation paysanne est ensuite parallèle à la conquête militaire et se voit régulée par le pouvoir politique. Étroitement contrôlée par la Commission des steppes, elle s’accélère dans la deuxième moitié du 19ème siècle au fil des événements politiques et sociaux de Russie : abolition du servage en 1861, "faim de terres" dans les années 1880, famine de 1891-1892, puis politique agraire de Petr Stolypine lancée en 1906. Alors que le nombre de colons russes installés plus ou moins légalement en Asie centrale en 1896 est estimé à 400 000, les effectifs d’immigrants atteignent un million et demi de personnes en 1916, ce qui représente un tiers des départs enregistrés vers la partie asiatique de l’Empire.

3Ce premier flux migratoire pré-révolutionnaire est suivi, après les événements d’Octobre 1917, de plusieurs autres qui s’étendent jusque dans les années 1950. En 1926, 241 000 Russes sont recensés en Ouzbékistan, soit 5,4% de la population. Une large majorité d’entre eux s’installe en zone urbaine, en particulier à Tachkent, où ils représentent 13% des habitants. Ces flux s’accélèrent dans les décennies qui suivent, favorisés par les programmes économiques soviétiques, le processus d’industrialisation et le développement de la culture extensive du coton. Dans les années 1930, de nombreux ingénieurs du pétrole et ouvriers spécialisés viennent organiser l’économie socialiste. Entre 1926 et 1939, 1,7 million d’hommes quittent la Russie européenne pour s’installer en Asie centrale et de nombreux koulaks y sont déportés. 47 villes nouvelles et 230 colonies ouvrières voient le jour. En Ouzbékistan, le nombre de Russes passe en 1939 à 727 000 individus, soit 13% de la population, une majorité des deux tiers étant concentrée dans les villes. Plus de 42% d’entre eux sont installés à Tachkent et ils constituent 35% de la population citadine de la République [Lebedeva, p. 54].

4Cette tendance à la russification s’accentue durant la Seconde Guerre mondiale avec le déplacement des usines et des centres industriels des zones du front vers l’Oural et l’Asie centrale. En 1941, afin de les soustraire aux armées nazies, plus de 1500 entreprises sont déplacées vers l’Est, dont un cinquième en Asie centrale [Rybakovskij, 1995]. Plus d’une centaine s’installe au Kazakhstan, portant à presque 500 le nombre de lieux de production industrielle construits dans la République pendant la guerre [Poujol, p. 66]. La présence européenne s’intensifie ensuite lors de la campagne des terres vierges. À partir de 1954, N. Khrouchtchev lance un gigantesque plan de mise en valeur des terres vierges au Kazakhstan (38 millions d’hectares) et en Sibérie. Ce plan suscite un afflux de deux millions de "volontaires", principalement russes, ukrainiens et biélorusses [Olcott, pp. 225-236]. De grands kolkhozes sont construits, dominés par des Russes venus de Russie centrale et de Sibérie occidentale. Entre 1939 et 1959, la population du Kazakhstan augmente considérablement grâce à cet apport slave : le nombre de Russes dans la population totale de la République passe de 20,6% en 1926 à 42,7% en 1959 [Erofeeva, p. 396]. À ce recensement, les Kazakhs ne représentent plus que 30% de la population : ils sont moins de trois millions face à quatre millions de Russes. Ces derniers sont particulièrement nombreux dans plusieurs régions du nord du pays, atteignant parfois 80% de la population, par exemple à Petropavlovsk ou Oust-Kamenogorsk.

5Bien que de nombreux soldats et fonctionnaires aient été envoyés en Asie centrale, l’émigration pré-révolutionnaire était principalement paysanne. Les Russes installés dans la région à l’époque soviétique sont au contraire majoritairement urbains, à l’exception toutefois de ceux ayant rejoint les régions agricoles que sont le nord du Kazakhstan et le pourtour de l’Issyk-Koul au Kirghizstan. Les Républiques du Sud, demandeuses en spécialités professionnelles liées au monde des entreprises et au tertiaire, attirent à elles des classes sociales élevées : enseignants, ingénieurs, techniciens, médecins, etc. Les programmes soviétiques de développement appellent en effet dans la région des personnes jeunes et diplômées, chargées d’occuper des postes de décision dans les milieux politiques, administratifs et économiques [Carrère d’Encausse, p. 109-146]. Malgré cet afflux massif dans chaque République d’Asie centrale, la balance démographique commence à pencher, dès le recensement de 1959, en faveur de la population autochtone, en raison principalement de son fort taux de natalité. Ainsi, dans les années 1960 et 1970, le nombre de Russes en Asie centrale diminue en proportion alors que les flux de migrants restent encore importants.

Le renversement des flux migratoires dans les années 1970

6Si le départ massif des Russes d’Asie centrale vers la Russie est souvent présenté comme résultant de l’éclatement de l’URSS, le renversement des flux migratoires, débuté bien avant 1991, est perceptible dès le recensement de 1979. Dans les années 1970, la région n’est plus considérée comme une zone de développement prioritaire et les campagnes de mise en valeur des terres vierges sont abandonnées. Le lancement d’importants projets en Russie même, en particulier le nouveau chemin de fer entre le Baïkal et l’Amour (BAM), suscite l’emploi d’une main-d’œuvre considérable de plusieurs centaines de milliers de personnes. Par ailleurs, la politique d’indigénisation lancée par L. Brejnev dans les années 1970 permet aux populations éponymes d’accéder aux postes à responsabilité. Elle rend donc la présence des Russes moins nécessaire dans les structures administratives, culturelles et politiques des Républiques et accélère l’urbanisation des populations éponymes, invitées à quitter les zones rurales. Ainsi, en Ouzbékistan, la part de la population ouzbèke dans les villes augmente de 70% entre 1970 et 1979 [Rybakovskij, 1996, p. 70].

7On observe donc un premier mouvement de repli des Russes vers la Russie dès les années 1970, annonçant précocement et involontairement le début de la « décolonisation ». Les flux migratoires en direction de l’Asie centrale – comme d’ailleurs de l’ensemble des Républiques du Sud – ralentissent : alors que quelque 117 000 individus étaient arrivés de Russie en Asie centrale en 1971, ce chiffre baisse à 80 200 en 1977 puis à 75 900 en 1980 [Tiškov, 1993]. Sur la décennie 1970, le Kazakhstan connaît une balance migratoire négative de près d’un demi-million de personnes, tandis que le Kirghizstan perd 100 000 individus environ. Pour l’ensemble des trois autres Républiques, le solde migratoire est lui aussi négatif de 200 000 personnes entre 1976 et 1980 [Rybakovskij, 1996, p. 69]. Cette situation s’accélère dans les années 1980 : le Kazakhstan perd encore 784 000 individus (entre 60 000 et 85 000 personnes chaque année) tandis que 850 000 autres quittent les quatre autres Républiques de la région [Sužikov, p. 139] Ces flux de retour restent dominés par les Russes : en 1980, pour 1000 Russes qui s’installent en Asie centrale, 1256 autres la quittent [Rybakovskij, 1996, p. 70]. Leur représentation par rapport au total de la population est donc en net déclin, dû tant à la natalité élevée des populations autochtones qu’à ces soldes migratoires négatifs.

Chute de l’URSS et accélération des migrations dans les années 1990

8En dépit de ces bouleversements, l’Asie centrale compte encore, au recensement de 1989, quelque 9,5 millions de Russes [Zajonckovskaja, p. 85]. La disparition imprévue de l’Union soviétique suscite nombre d’interrogations et d’inquiétudes qui accélèrent considérablement les flux migratoires. Ceux en provenance d’Asie centrale sont largement supérieurs à ceux des autres Républiques : les cinq États représentent plus de la moitié des migrants en direction de la Russie pour seulement 17% pour le Caucase, 20% pour l’Ukraine et 3% pour les États baltes [Borob’eva, p. 25]. En 2000, les migrations en provenance du Kazakhstan constituent à elles seules plus de 28% des migrations internes à l’ancien territoire soviétique [Zajonèkovskaâ, pp. 181-182]. Les Russes ne sont pas seuls à partir : dans les années 1990, près des trois quarts des Allemands, la moitié des Ukrainiens et des Polonais quittent la région. Ainsi, pour le seul Kazakhstan, les Ukrainiens sont passés de 875 000 personnes à 547 000, les Polonais de 61 100 à 47 200, et les Allemands de 946 000 à 353 000 [Kratkie itogi, p. 11].

9Toutes les Républiques sont touchées par ce phénomène, mais en des proportions différentes. En termes d’émigration, le Kazakhstan affiche les chiffres les plus élevés, tant par rapport aux autres États d’Asie centrale qu’à l’ensemble de la Communauté des États indépendants [Klimova, p. 206]. Entre 1989 et 1999, les Russes sont passés de 6 à 4,5 millions, soit de 40 à 30% de la population de la République, avec une moyenne de départ de 150 000 individus par an. Dans la première moitié des années 1990, les Russes qui quittent le pays viennent principalement des régions Sud et Ouest du pays, très majoritairement kazakhes. Certaines migrations sont internes au Kazakhstan, puisque des Russes du Sud (voire de Républiques voisines comme l’Ouzbékistan) viennent s’installer dans les zones septentrionales slaves de la République. Dans la deuxième moitié de la décennie, les régions Centre, Nord et Est, majoritairement slaves, commencent elles aussi à perdre leur population. Proportionnellement, la perte des Russes est plus forte dans les régions Sud et Ouest (environ 35%), que dans les autres (environ 25%) [Alekseenko, 2001, p. 90]. Toutefois, bien que les départs y soient proportionnellement moins nombreux, les régions traditionnellement russes du nord et de l’est du pays sont les plus touchées par les transformations suscitées par le départ des minorités européennes : en dix ans, la région d’Akmola a perdu 122 000 personnes (24% de sa population), le Nord-Kazakhstan 186 000 (20%), celle de Karaganda 335 000 (19%). Des quartiers entiers de grandes villes comme Pavlodar sont entièrement désaffectés (un tiers de la population de la ville est parti), tandis que dans le Centre, les villes minières satellites de Karaganda sont en partie abandonnées.

10Au Kirghizstan, le nombre de Russes chute de 34% entre les deux recensements de 1989 et 1999 : de 916 500 en 1989, ils ne sont plus que 720 000 en 1995 et 603 000 en 1999 [Pâduhov, p. 141 et Savoksul, p. 395]. Représentant encore 12% de la population, ils constituent la seconde minorité de la République après les Ouzbeks. L’Ouzbékistan, de son côté, connaît une première vague massive de départs dès 1989, suite au pogrom contre les Meshkets dans la vallée du Ferghana, qui suscite un vent de panique parmi les populations minoritaires. Au recensement de 1989, le pays comptait 1,6 million de Russes, soit 8% de la population. Selon certains chercheurs, plus de 500 000 Russes seraient partis entre 1990 et 1997, soit 23% de l’ensemble des Russes et 44,5% des émigrants du pays [Maksakov, p. 238]. Selon d’autres chiffres, environ 5% de la population russe quitterait la République chaque année, soit près de 70 000 personnes [Kolstoe, p. 224]. Toutes les sources s’accordent sur le fait que, depuis l’indépendance, au moins la moitié de la communauté russe d’Ouzbékistan a migré, soit un total de plus de 700 000 personnes. Ce flux, bien que ralenti, persiste aujourd’hui, comme en témoignent les files d’attente quotidiennes devant le consulat de la Fédération de Russie à Tachkent (observations de terrain et entretiens menés entre 1998 et 2000 puis entre 2002 et 2005). Au début des années 2000, entre 40 et 50 000 Russes quitteraient encore la République chaque année. En l’absence de tout recensement depuis 1989, il semble que la communauté russe d’Ouzbékistan compte aujourd’hui entre 500 000 et 700 000 personnes, soit environ 4% de la population.

11Au Turkménistan, on comptait 334 000 Russes au recensement de 1989, soit 9,5% de la population totale de la République. À celui de 1995, ce chiffre tombe à 6,7%, et aurait atteint aujourd’hui les 2%. Les autorités d’Achkhabad ayant autorisé le principe de double citoyenneté avec la Russie en 1993, les flux migratoires auraient été plus faibles dans la première moitié de la décennie. Ils se sont cependant accélérés avec le durcissement politique du pays, puis la suppression brutale, en 2003, du droit à la double citoyenneté. À cette date, la République ne compterait plus, au mieux, qu’environ 100 000 Russes. Certaines sources, par exemple l’Institut de la diaspora et de l’intégration, basé à Moscou et dirigé par un militant nationaliste russe, Konstantin Zatulin, estiment que le nombre de Russes encore présents est en réalité bien supérieur [RIA Novosti, 23 juin 2003].

12Enfin le Tadjikistan a été la République la plus brutalement touchée, en pourcentage, par l’émigration des populations russes : près de 85 % des Russes ont quitté le pays. La promulgation de la loi sur la langue tadjike en juillet 1989 avait conduit à un premier départ de 10 000 Russes environ, suivi de nouveaux flux lors des violents affrontements de 1990 qui touchent la capitale, Douchanbe. Avant l’entrée du pays dans la guerre civile en 1992, on comptait encore 380 000 Russes, qui représentaient alors 7,6% de la population totale [Olimova, 2005]. Leur émigration s’accélère avec le début des hostilités : en 1993, plus de 200 000 personnes, soit la moitié de la communauté russe, auraient quitté le Tadjikistan en une seule année [Kolstoe, p. 211]. Ce chiffre représente, avec l’Arménie, le pourcentage le plus élevé de départs au sein de la minorité russe d’une République post-soviétique. Sont essentiellement restées les personnes âgées qui n’avaient pas les moyens de partir, celles appartenant à des familles mixtes et celles n’ayant pu obtenir les documents nécessaires. Aujourd’hui, les Russes restant sont principalement concentrés à Douchanbe, mais leur nombre a, là aussi, très fortement diminué : ils constituaient 32,4% de la population de la capitale en 1989 mais seulement 17% en 1996. Au recensement de 2000, ils ne représentaient plus que 1% de la population totale du pays, soit 68 000 personnes [Olimova, 1999, p. 222], un chiffre qui continue de baisser et que l’on peut estimer à environ 50 000 personnes [Rowland, p. 219].

13Pour toutes les Républiques d’Asie centrale, les taux d’émigration ont été particulièrement importants dans la première moitié des années 1990. Au Kazakhstan, le pic est atteint en 1994, avec près d’un demi-million de personnes quittant le pays, dont près de 300 000 Russes [Sadovskaâ, pp. 120-122]. Il en va de même au Kirghizstan, que 100 000 Russes quittent pour la seule année 1993. En Ouzbékistan, les principaux flux de Russes sont concentrés entre 1992 (170 000 départs) et 1994 (plus de 200 000). Ces mouvements migratoires ont diminué dans la seconde moitié des années 1990, puis au cours de la décennie 2000, pour plusieurs raisons. Une large majorité de ceux qui voulaient émigrer ont réussi à partir au cours des premières années qui ont suivi l’indépendance. De nouvelles lois ont largement compliqué les processus d’émigration, en particulier en ce qui concerne l’obtention de la citoyenneté de la Fédération de Russie [Laruelle, 2006 a]. Enfin, la situation économique difficile de la Russie dans les années 1990, ainsi que les récits des nombreux échecs d’intégration ont freiné la volonté de certains Russes encore présents en Asie centrale, peu sûrs de trouver des conditions de vie meilleures en Russie.

Tableau 1 : Nombre (en milliers de personnes) de Russes et pourcentage par rapport à la population totale dans chaque République d’Asie centrale

1959

1970

1979

1989

1999-2000

Kazakhstan

3 974 000 (42,7 %)

5 521 000 (42,4 %)

5 991 000 (40,8 %)

6 227 000 (37 %)

4 479 000 (30 %)

Kirghizstan

623 500 (30,2 %)

856 000 (29,2 %)

911 700 (25,9 %)

916 500 (21,5 %)

603 000 (12,5 %)

Ouzbékistan

1 100 000 (13,5 %)

1 473 000

(12,5 %)

1 665 000

(10,8 %)

1 653 000 (8,3 %)

Environ 700 000 (3 %)

Tadjikistan

262 600 (13,3 %)

344 000 (11,8 %)

395 000 (10,4 %)

388 500 (7,6 %)

68 000 (1 %)

Turkménistan

262 700 (17,3 %)

313 000 (14,5 %)

349 000 (12,6 %)

334 000 (9,5 %)

Environ 100 000 (2 %)

Les motifs du départ

14Les motivations au départ sont multiples et relèvent d’inquiétudes tout à la fois économiques, sociales et politiques. L’effondrement du niveau de vie consécutif à la disparition de l’URSS reste commun à toutes les Républiques d’Asie centrale, à l’exception notable du Kazakhstan, qui connaît de forts taux de croissance depuis le début de la décennie 2000. L’émigration est également motivée par la politique de nationalisation menée dans les Républiques, qui avait débuté bien avant l’indépendance au travers des stratégies d’indigénisation mises en place par le pouvoir soviétique, mais qui s’est accentuée à partir de 1991. La population russe, qui bénéficiait d’un statut symbolique privilégié sous le régime soviétique, a été particulièrement touchée par l’ethnocratisation des administrations publiques, même si les pouvoirs d’Asie centrale se défendent de favoriser la nationalité éponyme [Laruelle, Peyrouse, 2006, pp. 81-87].

15La nationalisation linguistique menée dans chacune des Républiques constitue une motivation forte pour émigrer. Dès l’époque soviétique, les Russes d’Asie centrale étaient ceux qui maîtrisaient le moins la langue nationale de la République dans laquelle ils vivaient [Carrère d’Encausse, pp. 179-186]. La situation ne s’est que peu améliorée dans les années 1990 : même si aujourd’hui, les enfants sont systématiquement initiés à la langue nationale au sein du système scolaire, aucun programme n’a été mis en place par les nouveaux États pour favoriser l’apprentissage, par les adultes, de la langue officielle. À cette absence d’aide étatique s’est ajouté le fort sentiment de mépris des Russes pour les langues centre-asiatiques, dont la connaissance est perçue comme inutile.

16Le principal motif d’émigration semble rester l’absence d’avenir – ou du moins ce qui est ressenti comme tel – pour les jeunes générations. La dégradation du niveau scolaire général et le système de préférence ethnique à l’embauche invitent les Russes à envoyer leurs enfants faire leurs études à l’étranger, principalement en Russie. L’émigration est donc étalée sur deux générations : les parents restent faute de vouloir ou de pouvoir partir mais font émigrer leurs enfants. Lors des enquêtes menées dans les années 1990 sur les motifs d’émigration, arrivent en effet en tête des arguments le manque de perspective pour les jeunes générations, la politique linguistique et la médiocrité du niveau de vie. Selon une étude datée de 1994, 41% de Russes d’Ouzbékistan et 39% de ceux du Kirghizstan souhaitent émigrer en raison principalement du manque d’avenir pour leurs enfants [Vitkovskaâ, 1999, p. 164].

17Les inquiétudes concernant la stabilité des nouveaux États sont particulièrement fortes juste après l’indépendance : le nombre de ceux voulant émigrer est largement supérieur (43% en Ouzbékistan, 36% en Kirghizie, 66% au Tadjikistan) au nombre de ceux qui souhaitent rester (18% en Ouzbékistan, 25% en Kirghizie, 6% au Tadjikistan) [Rybakovskij, 1996, p. 79]. Au Tadjikistan, ceux restés après la guerre civile arguent avant tout de raisons économiques : plus des trois quarts estiment qu’ils vivent dans des conditions difficiles ou très difficiles, et seuls 18% considèrent leur situation satisfaisante. Dans cette République, la candidature au départ est générale et transgénérationnelle : 88% des jeunes Russes de moins de 24 ans et 77% des personnes âgées souhaitent partir [Olimova, 1999, p. 225].

18Parmi les nationalités minoritaires d’Asie centrale candidates à l’émigration, les Russes dominent, même si une telle volonté est notable au sein d’autres groupes comme les Allemands, les Ukrainiens, les Biélorusses ou les Tatars. Avec les zones en guerre au Caucase, les Républiques d’Asie centrale détiennent le triste record du chiffre le plus élevé de Russes candidats au départ. Ainsi, les études sociologiques menées sur l’ensemble de l’ex-URSS révèlent qu’en Ukraine et dans les trois pays Baltes, le nombre de Russes envisageant d’émigrer reste largement inférieur (Stenogramma...). L’Asie centrale cumule donc plusieurs critères négatifs accentuant cette volonté d’émigration des minorités russes : faible mixité avec les populations autochtones, méconnaissance des langues nationales, situation économique particulièrement mauvaise, perspectives de long terme appréhendées comme négatives, environnement géopolitique instable et peur de possibles dérives islamistes.

Esquisse du profil sociologique du migrant

19Une large part des Russes présents en Asie centrale, eux-mêmes ou leurs parents, sont venus lors des multiples vagues d’émigration du 20ème siècle, dans le cadre des programmes soviétiques de développement, pour occuper des postes administratifs ou techniques à responsabilité. Beaucoup de Russes d’Asie centrale ont donc un niveau d’instruction supérieur à la moyenne de la population de leur République, mais également à la moyenne de Russie. Les départs sont en partie proportionnels aux qualifications professionnelles. Ainsi, le nombre de ceux ayant reçu une éducation supérieure ou moyenne spécialisée passe de 39% de l’ensemble des migrants russes du Kazakhstan en 1994 à 44% en 1997 [Klimova, p. 209]. Une majorité des individus décidant de quitter ce pays, quelle que soit leur nationalité, sont en âge de travailler (64%) ou n’ont pas encore atteint cet âge (22%). Cela n’est pas sans provoquer un très sensible vieillissement des minorités nationales dans chacune des Républiques puisque les Russes les plus jeunes, les plus diplômés, et en âge de procréer quittent la région de manière massive. Au Kazakhstan, l’âge moyen des Russes est aujourd’hui de 45-47 ans, tandis que celui des Kazakhs est de 23-25 ans [Alekseenko, 2001, p. 96].

20Les premiers à être partis sont ceux qui étaient arrivés pour la campagne des terres vierges et dans les dernières décennies du régime : leur ancrage dans les Républiques n’avait que quelques dizaines d’années et, ayant encore des liens familiaux étroits avec la Russie, voire y étant nés, ils ont pu faire jouer leurs réseaux de solidarité pour repartir. Ceux qui avaient la possibilité de s’installer dans les grandes villes de Russie, particulièrement dans sa capitale, ou qui occupaient des fonctions professionnelles recherchées, sont eux aussi partis rapidement. Ceux qui restent sont souvent issus de couches sociales moins favorisées et/ou sont d’un âge plus avancé. La situation s’avère particulièrement difficile pour les Russes installés en Asie centrale depuis plusieurs générations, tout spécifiquement les descendants des paysans venus dans les steppes au début du siècle : 30% des Russes du Kirghizstan et 28% de ceux du Kazakhstan sont des ruraux, ce chiffre étant inférieur ou égal à 6% dans les autres Républiques [Buckley, p. 74]. Pour eux, les liens familiaux avec la Russie sont rompus depuis plusieurs décennies et nombreux sont ceux qui ne connaissent aucune autre République dans laquelle ils pourraient envisager d’émigrer.

  • 1 Récits de nombreux Russes lors d’entretiens réalisés dans toute l’Asie centrale entre 1999 et 2003. (...)

21Bien que les Russes qui émigrent soient très majoritairement urbains, peu obtiennent un permis de résidence [propiska] dans la capitale ou les grandes villes de la Fédération russe. Ils se retrouvent bien souvent dans de petites localités, voire à la campagne, en particulier dans les zones dépeuplées de Sibérie, et non en Russie centrale, vers laquelle émigrent déjà les Russes de Russie. Leur perte de statut social est conséquente, puisque les activités professionnelles offertes en zone rurale ne correspondent en rien à la formation reçue en Asie centrale. L’émigration est donc, pour beaucoup, synonyme de retour à la terre. Dans les discours des Russes d’Asie centrale prêts au départ, la Russie est bien souvent présentée comme un pays en voie de dépeuplement ayant besoin d’une main-d’œuvre agricole. Ce retour à la terre est vécu comme régénérateur, permettant de reconstruire une nouvelle vie après l’échec de l’expérience des indépendances en Asie centrale [Laruelle, Peyrouse, 2004, pp. 249-253]. Ce mythe du pionnier, exalté dans les discours des migrants potentiels, se heurte bien souvent à la réalité des faits : tous les anciens ingénieurs ou enseignants russes ayant quitté les grandes villes d’Asie centrale ne réussissent pas nécessairement à vivre de la terre. Par ailleurs, ils s’installent dans des régions russes en pleine crise sociale, doivent subir des réactions d’hostilité de la part des villageois et se trouvent bien souvent ghettoïsés dans des villages qui ne regroupent que des Russes venus d’Asie centrale [Pilkington, 1998 ; Flynn, 2004]1.

Départ réel ou départ rêvé ?

22La volonté déclarée d’une majorité de Russes de quitter l’Asie centrale ne signifie pas nécessairement une concrétisation de ce départ. Plusieurs études menées parmi les migrants potentiels montrent en effet que ceux-ci n’ont pas systématiquement entrepris des démarches en ce sens et que leurs motivations relèvent parfois davantage de la déclaration d’intention. Selon une étude menée en 1998-1999, si 60% des Russes d’Asie centrale disent vouloir quitter le pays dans lequel ils vivent, seuls 10% d’entre eux estiment ce départ certain. Au Kirghizstan et en Ouzbékistan, respectivement 38 et 34% des migrants potentiels russes espèrent partir mais seulement 8 et 4% ont pris une décision irrévocable [Vitkovskaâ, 1999, p. 191].

23En 1994-1995, période de la plus grosse émigration, entre 80 et 90% des Russes volontaires au départ n’avaient pas réglé la question de leur logement et de leur travail dans le pays d’accueil tandis qu’environ 10% d’entre eux avaient entamé les procédures juridiques nécessaires et commencé à vendre leurs biens. Pour beaucoup de migrants potentiels, la question des moyens financiers pour la mise à exécution du départ reste cruciale. Ainsi, au Kazakhstan, 43% des Russes qui souhaitent partir connaissent d’importantes difficultés financières pour concrétiser leur projet, tandis que 24% estiment qu’ils ne sont pas sûrs d’arriver à s’installer dans leur nouveau pays d’accueil [Sadovskaâ, p. 132]. En revanche, au Tadjikistan, où la situation politique et économique était particulièrement tendue, près de 80% des migrants potentiels avaient plus ou moins fixé une date de départ [Olimova, 1999, p. 226]. Les chiffres ne semblent pas avoir diminué au fil des années. Ainsi, selon une étude menée en 2004 au Kazakhstan, 9% des Russes interrogés s’apprêtaient à quitter la République prochainement tandis que 31% songeaient encore, sans plus de détails, à en partir.

24Quelle que soit la République et l’année de l’enquête, toutes les études sociologiques menées en Asie centrale montrent que seule une petite minorité de Russes déclare sa ferme intention de rester en Asie centrale quelle que soit l’évolution (5% pour le Kazakhstan et le Kirghizstan, 13% pour l’Ouzbékistan).

25Un nombre important d’entre eux pensent qu’ils resteront plus probablement qu’ils n’émigreront (24% au Kazakhstan, 39% au Kirghizstan et 41% en Ouzbékistan) [Vitkovskaâ, 1999, p. 191] Au milieu des années 1990, plus de la moitié des candidats au départ (53% en Ouzbékistan, 78% au Kazakhstan et 70% au Kirghizstan), quelle que soit leur nationalité, seraient prêts à rester si la situation du pays dans lequel ils vivent s’améliorait [Vitkovskaâ, 1996, p. 89] Lors d’une enquête menée spécifiquement sur les Russes du Kazakhstan, la moitié d’entre eux affirment être prêts à rester si l’État leur donne des garanties concernant l’avenir de leurs enfants. Seuls 3,2% d’entre eux assuraient que leur volonté d’émigrer était irréversible [Sadovskaâ, p. 132].

26Dans les Républiques où la situation sociale est particulièrement difficile, comme en Ouzbékistan et au Tadjikistan, les exigences des Russes pour émigrer sont moindres, alors que ceux du Kazakhstan et du Kirghizstan sont plus réticents à partir avant de s’être assurés un logement et un travail en Russie [Vitkovskaâ, 1996, p. 90]. Pour nombre de Russes d’Asie centrale, l’un des moyens de freiner l’émigration et d’assurer leurs droits serait de créer un nouvel espace politique et économique commun avec la Russie, sur le modèle de l’union Russie - Biélorussie : 92% des Russes du Kazakhstan seraient favorables à cette solution, 89% au Kirghizstan, 86% au Tadjikistan. Toutefois, la majorité d’entre eux restent sceptiques sur la réalisation d’un tel projet : plus de 50% d’entre eux, dans ces mêmes trois Républiques qui sont pourtant les plus russophiles de la région, considèrent qu’un rapprochement entre l’État dans lequel ils vivent et la Russie est peu probable, un quart l’estimant même improbable [Dokuèaeva, 2005]. Il semble donc que l’affirmation de vouloir émigrer relève en partie de la déclaration d’intention, d’une rhétorique devenue l’un des modes d’expression des angoisses des Russes d’Asie centrale face à leur avenir. Nombre d’entre eux resteront dans la région, soit parce qu’ils finiront par y trouver une intégration suffisante, soit parce que les conditions matérielles n’auront pas été réunies pour concrétiser le rêve du départ.

Asie centrale ou Russie ? Des patries paradoxales

27Les spécificités du système soviétique ne permettent pas de le considérer comme un système colonial tel que les pays occidentaux l’ont élaboré au 19ème siècle et dans la première moitié du 20ème. Parmi les éléments de différenciation, la question de « l’autochtonisme » des Russes d’Asie centrale semble fondamentale. En effet, près de la moitié (entre 43 et 48%) des Russes d’Asie centrale sont nés dans ces Républiques. Une importante part de ceux qui n’y sont pas nés y vivent depuis plus de vingt ans : 37% au Kazakhstan, 41% en moyenne dans les autres Républiques [Rybakovskij, 1991, p. 92]. Au total, sur les 9,5 millions de Russes comptabilisés en 1989, plus de 8 millions ont construit leur vie en Asie centrale et ne sont pas des migrants de passage. Par ailleurs, le sentiment que les Russes d’Asie centrale sont « différents » de ceux de Russie est très répandu parmi les populations concernées. Ainsi, en Ouzbékistan, 80% des Russes pensent qu’ils sont plus travailleurs, plus amicaux, plus cultivés que ceux de Russie et qu’ils boivent moins [Lebedeva, p. 98]. L’idée de s’être « orientalisés » au contact des peuples locaux est courante et peut aller paradoxalement de pair avec un mépris pour la culture des populations éponymes.

28Par ailleurs, les récits des difficultés d’installation des migrants en Russie, et l’impossibilité, pour certains, de réussir leur intégration dans la nouvelle patrie contribuent à maintenir un fort ressentiment à l’égard de la Russie. Celle-ci est bien souvent présentée comme un pays peu soucieux de ses « compatriotes », préférant s’entendre avec les régimes politiques centre-asiatiques plutôt que de défendre les droits des minorités russes ou de les aider à rentrer. Ainsi, 23% des Russes du Tadjikistan et seulement 4% de ceux du Kazakhstan espèrent le soutien de la Russie dans leurs difficultés quotidiennes (Stenogramma...). Au Turkménistan, Moscou n’a que mollement protesté face à l’abolition, en 2003, du principe de double citoyenneté et à l’expulsion des Russes refusant de prendre le passeport turkmène, ce qui a confirmé les « diasporas » russes dans leur volonté de ne rien attendre de Moscou. Le sentiment de ne pas pouvoir s’intégrer dans les nouveaux États, ni d’être attendus en Russie contribue à développer des références identitaires complexes. Dans les premières années après la disparition de l’URSS, nombre de Russes du proche-étranger (entre 52 et 78%) se revendiquent, dans les sondages, comme citoyens soviétiques. En 1997, seulement 35% des Russes du Kirghizstan, 28% de ceux d’Ouzbékistan, 20% de ceux du Kazakhstan disent s’identifier aux nouveaux États. Au Kazakhstan, selon les données de l’institut moscovite INDEM, en 1998, 24% des Russes interrogés se considéraient encore comme citoyens de l’Union soviétique (Analitièeskij otèet..). Même à la fin des années 1990, 23% des Russes d’Ouzbékistan continuent à se penser comme soviétiques ou apatrides [Vendina, 2006].

29La motivation d’émigration ne dépend donc que peu de la volonté de rejoindre une Russie qui n’est pas considérée, par la majorité des Russes d’Asie centrale, comme une « mère-patrie » naturelle. Une étude menée au milieu des années 1990 estime ainsi que seulement un quart des Russes du Kazakhstan et un tiers de ceux d’Ouzbékistan considèrent qu’être russe signifie vivre en Russie, la langue et la culture russes étant présentées comme des éléments d’identification bien plus importants. Plus de la moitié d’entre eux affirment la Russie comme la terre de leurs ancêtres, celles des pères [oteèestvo], tandis qu’un quart seulement la définit comme leur patrie [rodina] [Lebedeva, pp. 60-61]. Ainsi, le discours officiel des associations de défense des Russes du proche-étranger, qui ne proposent qu’une lecture binaire de la situation (soit un rapatriement massif vers la Russie, soit l’assimilation complète dans un État hostile et culturellement étranger à la « russité »), oublie bien souvent le continuum des réalités identitaires et la multiplicité des définitions de soi [Laitin, 1998 ; Poppe, Hagendoom, 2001]. La double terminologie oteèestvo-rodina est en effet, bien souvent, celle employée par les Russes d’Asie centrale pour expliciter leur identité. La Russie est bien le pays des pères, auquel on ne cesse de se référer même sans y émigrer, tandis que la patrie où l’on est né reste la République d’Asie centrale. Celle-ci bénéficie d’un lien affectif et de souvenirs de vie qui, malgré les désillusions de l’après-1991, ne peuvent, eux non plus, être effacés [Kosmarskaâ, 2006].

Conclusion

30Depuis 1991, plus de 80 % des Russes du Tadjikistan, plus des deux tiers de ceux du Turkménistan, plus de la moitié de ceux d’Ouzbékistan, et plus d’un tiers de ceux du Kazakhstan et du Kirghizstan ont quitté leur pays. Ces flux migratoires sans précédent dans l’histoire de la région ont eu des conséquences importantes pour les États d’Asie centrale. En une décennie, la population totale du Kazakhstan a décliné de plus d’un million et demi d’individus (16,4 millions de citoyens en 1989, 14,9 millions en 1999). Le Kirghizstan a perdu, pour la même période, plus de 500 000 individus, soit 10% de la population totale du pays. Ces flux ont accentué le processus de « nationalisation » des Républiques, qui sont toutefois encore loin d’être mono-ethniques. Ainsi, au recensement de 1999, les Kazakhs représentent officiellement 53% de la population de leur République et les Kirghizes 65%, tandis que, dans les trois autres États, les nationalités titulaires sont nettement plus majoritaires (environ 80% de la population). Ces migrations massives ont également facilité la promotion sociale de la nationalité titulaire, qui a pu occuper les postes laissés vacants et investir l’administration publique. Elles ont accéléré le départ en ville de certains milieux ruraux et profondément modifié le paysage des capitales et grandes villes de la région. Toutefois, malgré cet exode rural, la population urbaine a chuté avec le départ des minorités nationales. Ainsi, au Kazakhstan, malgré une augmentation du nombre de Kazakhs dans la république, en particulier dans les villes (45%), la population urbaine a baissé de 8% dans les années 1990.

31Le départ des Russes aura donc probablement, sur le long terme, un impact tout aussi important, si ce n’est plus, que le désengagement de Moscou dans la région : l’indépendance des États d’Asie centrale se réalise en grande partie au travers de ces processus de mono-ethnicisation, laissant les populations éponymes maîtres de leur État. Les flux migratoires des Russes d’Asie centrale en direction de la Russie ne doivent pas non plus masquer d’autres mouvements de population tout aussi fondamentaux. Si le départ des Russes a occupé le devant de la scène migratoire dans les années 1990, celle-ci est aujourd’hui dominée par les flux des Centre-Asiatiques eux-mêmes en direction de la Russie : on estime en effet que plus de deux millions de Tadjiks, Kirghizes et Ouzbeks travaillent de manière saisonnière et illégale en Russie [Laruelle, 2006 b] L’Asie centrale semble donc appelée à rester, sur une période relativement longue, l’une des principales zones d’émigration de l’espace post-soviétique, participant ainsi à des recompositions géopolitiques et démographiques conséquentes, qui démontrent que les liens entre Russie et Asie centrale ne sont pas appelés à s’effacer aussi rapidement que certains observateurs l’avaient estimé lors de la disparition de l’URSS.

Haut de page

Bibliographie

ALEKSEENKO A. N. (1998), « Etnodemografièeskie processy i emigraciâ iz suverennogo Kazahstana: prièiny i perspektivy », in G. Vitkovskaâ (dir.), Sovremennye etnopolitièeskie processy i migracionnaâ situaciâ v central’noj Azii, Moscou, Carnegie Endowment for International Peace.

ALEKSEENKO A. N. (2001), « Pervaâ perepis’ naseleniâ v Kazahstane: nekotorye itogi i ocenki », in Migraciâ SNG i Baltii: èerez razlièiâ problem k obšemu informacionnomu prostranstvu, Moscou, Adamant.

(1998), Analitièeskij otèet o sociologièeskom issledovanii « Politièeskie vzglâdy naseleniâ Kazahstana », Institut Giller, Almaty - Moscou.

BOROB’EVA O. D.(2001), Migraciâ naseleniâ, vyp. 6, Moscou, « Migraciâ v Rossii ».

BUCKLEY C. (1998), Rural/urban differentials in demographic processes: The Central Asian States, Population Research and Policy Review, n°17, pp. 71-89.

CARRÈRE d’ENCAUSSE H. (1978), L’Empire éclaté : la révolte des nations en URSS, Paris, Flammarion.

De TINGUY A. (2004), La grande migration. La Russie et les Russes depuis l’ouverture du rideau de fer, Paris, Plon.

DOKUÈAEVA A. (2005), Problemy poluèeniâ obrazovaniâ rossijskimi sooteèestvennikami v stranah EvrAzEs, Materik, n°126, 1er juillet, http://www.materik.ru.

EROFEEVA I. V., MASANOV N. E., ABYLHOŽIN Z. B., et al. (2001), Istoriâ Kazahstana: narody i kul’tury, Almaty, Dajk-Press.

FLYNN M. (2004), Migrant Resettlement in the Russian Federation: Reconstructing ‘Homes’ and ‘Homelands’, London, Anthem.

GAFARLY M., GUCHIN O. (2003), Uroki russkogo po-turkmenski, Novye izvestiâ, 18 août.

KLIMOVA T. (2001), Tendencii migracionnyh processov v respublike Kazahstan, Central’naâ Aziâ i Kavkaz, n° 3, pp. 173-184.

KOLSTOE P. (1995), Russians in the Former Soviet Republics, London, Hurst & Company.

KOSMARSKAÂ N. (2006), Deti imperii v postsovetskoj Central’noi Azii: adaptivnye praktiki i mental’nye sdvigi, Moscow, Natalis.

(1999), Kratkie itogi perepisi naseleniâ 1999 goda v respublike Kazahstan, Almaty, Agentstvo respubliki Kazahstan po statistike.

LAITIN D. (1998), Identity in Formation. The Russian- speaking Populations in the Near Abroad, Ithaca – Londres, Cornell University Press.

LARUELLE M. (2006 a), La question des Russes du proche-étranger en Russie (1991-2006), Paris, CERI, Étude du CERI, n° 126, mai.

LARUELLE M. (2006 b), Le nouveau rôle de la Russie en Asie centrale : les migrations de travail des Centre-asiatiques vers la Fédération russe, La revue internationale et stratégique, décembre.

LARUELLE M, PEYROUSE S. (2006), Asie centrale, la dérive autoritaire, Paris, Autrement – CERI.

LARUELLE M., PEYROUSE S. (2004), Les Russes du Kazakhstan. Identités nationales et nouveaux États dans l’espace post-soviétique, Paris, Maisonneuve & Larose - IFEAC.

LEBEDEVA N. M. (1997), Novaâ russkaâ diaspora. Social’no-psihologièeskij analiz, Moscou, RAN.

MAKSAKOVA L. P. (1999), « Osnovnye èerty migracionnoj situacii v Uzbekistane », in Ž. Zajonèkovskaâ. (dir.), Migracionnaâ situaciâ v stranah SNG, Moscou, Kompleks – Progress.

OLCOTT M. B. (1987), The Kazakhs, Stanford, Hoover Institution Press.

OLIMOVA S. (2005), Migracionnye processy v sovremennom Tadžikistane, Demoskop Weekly, n° 223-224, 21 novembre – 4 décembre, http://demoscope.ru/weekly/2006/0245/index.php

OLIMOVA S. K. (1999), « Process suverenizacii strany i migracionnye processy v Tadžikistane », in Ž. Zajonèkovskaâ (dir.), Migracionnaâ situaciâ v stranah SNG, Moscou, Kompleks – Progress.

PÂDUHOV G. (1996),» Kirgiziâ : politièeskij faktor kak prièina vynuždennoj migracii », in G. Vitkovskaâ (dir.), Migraciâ russkoâzyènogo naseleniâ iz Central’noj Azii: prièiny, posledstviâ, perspektivy, Moscou, Carnegie Endowment for International Peace.

PILKINGTON H. (1998), Migration, Displacement and Identity in Post-Soviet Russia, London - New York, Routledge.

POPPE E., HAGENDOOM L. (2001),Types of Identifications among Russians in the Near Abroad, Europe-Asia Studies, n° 1, pp. 57-71.

POUJOL C. (2000), Le Kazakhstan, Paris, PUF.

(2003), Rossiân mogut evakuirovat’ iz Turkmenii, RIA Novosti, 23 juin.

ROWLAND R. H. (2005), National and Regional Population Trends in Tajikistan: Results from the Recent Census », Eurasian Geography and Economics, vol. 46, n° 3, pp. 202-223.

RYBABOVSKIJ L. (1996), « Central’naâ Aziâ i Rossiâ: mežgosudarstvennyj migracionnyj obmen », in G. Vitkovskaâ (dir.), Migraciâ russkoâzyènogo naseleniâ iz Central’noj Azii: prièiny, posledstviâ, perspektivy, Moscou, Carnegie Endowment for International Peace.

RYBABOVSKIJ L. L. (1995), Migracionnyj obmen naseleniem meždu central’noj Aziej i Rossiej, Sociologièeskie issledovaniâ, Moscou, RAN, n° 9, pp. 89-95.

SADOVSKAÂ E. Û. (1999), « Migracionnye processy i migracionnaâ politika v Kazahstane », in Ž. Zajonèkovskaâ (dir.), Migracionnaâ situaciâ v stranah SNG, Moscou, Kompleks – Progress.

SAVOSKUL S. S. (2001), Russkie novogo zarubež’â. Vybor sud’by, Moscou, Nauka.

(2004), « Stenogramma ekspertnogo sovešanie po itogam monitoringa, provedennogo v stranah SNG i Pribaltiki », Materik, n°106, 15 septembre, http://www.materik.ru.

SUŽIKOV M. (dir.) (1993), Mežnacional’nye otnošeniâ v Kazahstane, Almaty, Gylym.

TIŠKOV V. A. (1993), Russkie v Srednej Azii i Kazahstane », Issledovaniâ po prikladnoj i neotložnoj etnologii, n° 51, Moscou, RAN.

VENDINA O. I. (2006), « Russkie v stranah byvševo SSSR », http://geo.1september.ru/2001/11/6.htm, 18 avril.

VITKOVSKAÂ G. (1996), « Migracionnoe povedenie netitul’nogo naseleniâ v stranah central’noj Azii », in G. Vitkovskaâ (dir.), Migraciâ russkoâzyènogo naseleniâ iz Central’noj Azii: prièiny, posledstviâ, perspektivy, Moscou, Carnegie Endowment for International Peace.

VITKOVSKAÂ G. S. (1999), « Vynuždennaâ migraciâ v Rossiû: itogi desâtiletiâ », in Ž. Zajonèkovskaâ (dir.), Migracionnaâ situaciâ v stranah SNG, Moscou, Kompleks – Progress.

ZAJONÈKOVSKAÂ Ž. (2001), « Migracionnye trendy v SNG: itogi desâtiletiâ », in Migraciâ SNG i Baltii: èerez razlièiâ problem k obèemu informacionnomu prostranstvu, Moscou, Adamant.

ZAJONCKOVSKAJA Z. (1995), Les migrations dans la Russie post-soviétique : reflet du passé et miroir des changements en cours, Revue d’études comparatives Est-Ouest, n° 4, pp. 81-99.

Haut de page

Notes

1 Récits de nombreux Russes lors d’entretiens réalisés dans toute l’Asie centrale entre 1999 et 2003. Consulter le Vestnik foruma pereselenèeskih organizacij qui relate la montée de la xénophobie des Russes à l’encontre des migrants, qu’ils soient eux aussi russes ou non.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Peyrouse, « Les flux migratoires des Russes entre Asie centrale et Russie », Espace populations sociétés, 2007/1 | 2007, 47-57.

Référence électronique

Sébastien Peyrouse, « Les flux migratoires des Russes entre Asie centrale et Russie », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/1 | 2007, mis en ligne le 30 août 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/1945 ; DOI : 10.4000/eps.1945

Haut de page

Auteur

Sébastien Peyrouse

Woodrow Wilson International Center for Scholars
Ronald Reagan Building and International Trade Center
One Woodrow Wilson Plaza
1300 Pennsylvania Ave., NW
Washington, DC 20004-3027
États-Unis
sebpeyrouse@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org