Navigation – Plan du site
Editorial

Départs, retours et contraintes en Asie centrale post-soviétique

Frédéric Dumont et François-Olivier Seys

Texte intégral

1Entre les grands foyers de peuplement de la Chine et du monde indien, entre le Moyen-Orient arabo-persano-musulman, la grande Russie et l’Europe, l’Asie centrale aux faibles densités humaines est un espace en creux, un « carrefour vide », stratégique, protégé, enclavé et instable. Le pouvoir y est autoritaire et peu partagé. Sur la superficie de l’Union Européenne à 27, vivent 58 millions de personnes soit en moyenne 12 h/km2 avec un peuplement en « oasis démographiques » sauf dans quelques espaces de densités plus importantes comme les vallées du Ferghana de l’Amou-Daria et du Syr-Daria. C’est un espace au sous-sol très riche en hydrocarbures et en ressources minières mais elles sont mal réparties et concernent presque exclusivement le Kazakhstan et le Turkménistan. La population reste massivement pauvre et jeune, malgré une chute de 2% à 1,2% en moyenne, l’accroissement naturel est resté fort, contrairement à la Russie, avec encore des variations régionales fortes (de 0,2% au Kazakhstan en 2005 à 1,4% au Tadjikistan). Avec l’éclatement de l’URSS en 1991, les cinq Républiques d’Asie centrale – le Kazakhstan, le Kirghizstan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Turkménistan – accèdent à l’indépendance, leur formation a généré des mouvements migratoires importants, la région est devenue émettrice de flux alors qu’elle était terre d’accueil à la fin de l’époque soviétique. Les conditions socio-économiques se sont détériorées et des populations rurales, enracinées pendant la période soviétique, ont commencé à circuler par-delà les frontières. On quitte l’Asie centrale pour fuir le chômage ou pour chercher la terre. On fuit aussi la région parce qu’on n’est « pas d’ici» et que l’insécurité gagne. Depuis 1991, des millions de Russes « ethniques » ont émigré soit vers la Russie soit vers l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Australie.  Les deux tiers, au moins, des Russes du Turkménistan et du Tadjikistan, plus de la moitié des Russes d’Ouzbékistan, et plus d’un tiers des Russes du Kazakhstan et du Kirghizstan sont partis. De même, les Allemands du Kazakhstan et du Kirghizstan (1 million) sont partis en masse vers la République Fédérale où leur intégration a été très complexe si bien que certains d’entre eux reviennent depuis 2000. Dans le même temps, Israël a accueilli la presque totalité des Juifs de la région et les liens entre Varsovie et la minorité polonaise se sont structurés. Aussi le caractère multiculturel de l’Asie centrale s’amenuise rapidement. Les migrations, ici comme ailleurs, révèlent bien des déséquilibres. C’est une mobilité de crise qui s’est développée, commune à toutes les populations d’Asie centrale, malgré des modalités distinctes.

2La structuration du champ migratoire produit de nouvelles relations entre la Russie et les Républiques centre-asiatiques qui oscillent maintenant entre souveraineté politique officielle et dépendance économique et sociale. Si les flux migratoires démontrent que les liens entre Russie et Asie centrale sont appelés à durer, on peut aussi penser que le départ des Russes aura un impact important. Ainsi les postes qu’ils occupaient dans l’administration publique ou ailleurs sont investis par la nationalité titulaire en voie de promotion sociale. Dans les campagnes les départs en ville s’accélèrent entraînant une modification profonde du paysage urbain de la région d’autant plus forte qu’aux flux migratoires des Russes d’Asie centrale en direction de la Russie et aux flux secondaires et internes induits s’ajoutent et se combinent d’autres mouvements de population tout aussi puissants, ceux des Centre-Asiatiques eux-mêmes en direction de la Russie. Les migrations polarisées par la Russie mobilisent en effet des centaines de milliers de travailleurs qui organisent des transferts de fonds devenus essentiels dans l’économie domestique des communautés. Ces mouvements migratoires sans précédent dans l’histoire de la région ont donc des conséquences importantes sur l’évolution démographique, politique, économique et sociale des nouveaux États.

3L’Asie centrale opère un virage démographique avec de nouvelles tendances qui apparaissent depuis le début du siècle. La fécondité a fortement chuté depuis les indépendances, elle a commencé à se stabiliser au Kazakhstan (autour de 2 enfants par femme) et la chute ralentit dans les autres républiques, l’indice comparatif de fécondité (ICF) est descendu à 2,7 enfants par femmes au Kirghizstan, Turkménistan et Ouzbékistan... Alors que la tradition d’avoir un premier enfant autour de 20 ans semblait enracinée durablement, l’âge moyen des mères à la maternité commence à reculer et les naissances s’espacent fortement. De même, les niveaux de divortialité progressent partout même dans les Républiques les moins sécularisées comme le Tadjikistan et l’Ouzbékistan. Enfin, on constate que la désorganisation des systèmes de santé depuis 1991 maintient de forts taux  de mortalité avec une espérance de vie des hommes tombée à 60 ans en moyenne, celle des femmes atteignant difficilement 68 ans. Malgré le différentiel de développement économique, il n’y a pas d’améliorations même dans le riche Kazakhstan où le manque de médecins bien formés empêche un réel accès à la santé pour tous. Ce pays aurait perdu plus de 70% de ses médecins par émigration  depuis l’indépendance; ils étaient souvent Russes «ethniques », Allemands ou Juifs.

4Dans ce numéro d’Espace Populations Sociétés, une place importante est accordée à ce thème des migrations à l’intérieur et à partir de l’Asie centrale, Françoise Rollan décrit les migrations forcées en Asie centrale post-soviétique, celles qui ne sont pas voulues, qui ne font pas partie d’un projet de migration, ni d’une stratégie d’installation. Les Polonais du Kazakhstan sont ainsi arrivés dans ce pays par vagues d’exil forcé, CatherinePoujol y observe l’intégration des uns et leurs tentatives de préserver leur identité et la problématique « retour » des autres vers la « Patrie rêvée ». Sébastien Peyrouse s’intéresse aux flux migratoires des Russes entre Asie centrale et Russie et s’interroge aussi sur leur rapport ambigu envers leurs deux « patries ». Partir ou rester ? librement ou contraint ? Martin Schuler analyse les mouvements de population vers la capitale et les villes du Kirghizstan, Julien Thorez suit les itinéraires du déracinement à travers l’essor des migrations de travail entre l’Asie centrale et la Russie et montre comment celui-ci agit sur les structures sociales alors qu’Alain Cariou révèle le paradoxe de l’enracinement rural en Ouzbékistan où le mouvement vers la ville freiné par le pouvoir renforce la ruralité et exacerbe les tensions. L’Asie centrale est un espace varié, difficile à étudier parce que les données posent souvent problème, c’est ce que démontre Michel Guillot à travers l’analyse des tendances de la mortalité au Kirghizstan depuis un demi-siècle. Cet espace complexe est un concept culturel que Svetlana Gorshenina se demande comment penser, éclaircissant ainsi le « brouillard terminologique » qui l’enveloppe.

5En début de numéro, un atlas, réalisé par Jacqueline Domont, devrait aider à la localisation et faciliter la lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Dumont et François-Olivier Seys, « Départs, retours et contraintes en Asie centrale post-soviétique », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/1 | 2007, mis en ligne le 11 juin 2009, consulté le 23 avril 2014. URL : http://eps.revues.org/1938

Haut de page

Auteurs

Frédéric Dumont

UFR de Géographie et Aménagement
Université des Sciences et technologies de Lille
59655 Villeneuve-d’Ascq cedex
frederic.dumont@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

François-Olivier Seys

Conseiller de Coopération et d’Action Culturelle
Ambassade de France au Kazakhstan
Fourmanova 173
050001 Almaty
Kazakhstan
Francois-olivier.seys@diplomatie.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - INSHS
  • Revues.org