Navigation – Plan du site
Articles

Comment penser l’Asie du Milieu et l’Asie du Centre ?

How to Interpret the Asia of the Middle East and the Central Asia?
Svetlana Gorshenina
p. 15-31

Résumés

Cette étude porte sur la reconstitution du processus relatif à la formation du concept russo-soviétique de l’Asie du milieu et de l’Asie du centre et à la querelle terminologique de l'époque post-soviétique, derrière lesquels se cachent l'explosion du système soviétique, le retour du concept de Mackinder relatif à “l'aire pivot” et les préoccupations géopolitiques des nouveaux États asiatiques indépendants au sud de la Russie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Il est bien connu des chercheurs œuvrant en Asie centrale que cette aire géographique, sans bornes “naturelles”, mais limitée dans les cartes mentales selon des optiques nominalistes diverses, est extrêmement riche en dénominations. Dans le monde post-soviétique, cet espace relève encore d’une notion représentée par le couple Asie du Milieu et Asie du Centre (Srednjaja-Central’naja Azija ou, en ouzbek, Urta-Markazy Ocië). Cette distinction, à première vue absurde, est également présente dans la tradition allemande avec les formes Mittelasien et Zentralasien (Centralasien), mais c’est parmi les Post-Soviétiques qu’elle constitue un élément fondamental pour la compréhension de cet espace. Pratiquement insaisissable dans les langues occidentales qui traduisent de manière aléatoire chacune des composantes, cette distinction s’est transformée à l’époque post-soviétique en une source majeure de malentendus.

1. Historique du concept de l’Asie centrale

1.1. Naissance du terme Asie centrale

2Né à l’aube du 19ème siècle comme un terme salvateur prometteur de plus de clarté et moins dénigrant que celui de Tartarie, le terme Asie centrale passe facilement des récits des voyageurs russes (Ph. Nazarov, N. Murav’ev, etc.) aux écrits des érudits occidentaux (J. Klaproth). Alors que les premiers l’utilisent très probablement pour désigner cette région comme un espace de transit dans le sens “à mi-parcours de la route” entre la Russie et l’Inde ou la Chine, les seconds l’adoptent sans que joue la concurrence des autres dénominations courantes de l’époque (comme celles de Boukharie, pays des Turkomans, Touran, Turkestan, Steppes, etc.) ou de la géographie de Ptolémée. Dans une description résumant les propos de Klaproth, A. de Humboldt considère que cette première Asie centrale couvre un rectangle entre 62° et 119° de longitude et 27° et 52° de latitude [Humboldt, 1843, t. I, p. XXI].

1.2. Fabrication des concepts “centre-asiatiques”

1.2.1. « Asie centrale » d’Alexandre de Humboldt (1769-1859)

3L’adoption véritable de ce terme se fait grâce à Humboldt qui, en l’utilisant initialement en parallèle avec les appellations partie moyenne et intérieure de l’Asie, Asie occidentale, Inner Asien, finit par choisir une terminologie plus stricte pour son ouvrage Asie centrale (1843). Il garde de cette aire géographique une vision générale correspondant à l’Asie intérieure de ses anciennes publications avec ses limites marquées au sud par la chaîne de l’Himalaya et au nord par la ligne passant par Astrakhan, Orenbourg, la bordure de la Sibérie méridionale, le haut Irtysh et l’Amour [Humboldt, 1843, t. III, p. 37], mais il propose en même temps une classification fondée sur les altitudes dans laquelle il est possible de distinguer hauts plateaux et basses régions. Dans cette lecture l’Asie centrale fait partie des terres hautes et forme “une bande orientée S.O.-N.E. du Gobi ou Cha-mo, depuis le Turkestan chinois ou petite Boukharie jusqu’aux Monts Kangkai” [Humboldt, 1843, t. I, p. 176]. De part et d’autre du 44,5ème parallèle, sur une largeur de 5° au nord et de 5° au sud de cette ligne transasiatique, Humboldt délimite en outre un ruban central transasiatique [Humboldt, 1843, t. I, pp. XXVII, XXVIII] qui sera plus tard considéré comme la définition unique de l’Asie centrale. Dans ce schéma, l’Asie centrale ou Haute Asie – pratiquement synonymes – s’opposent à la dépression de l’Asie boréale ou du Touran. Cette dernière, qui en 1830 avait d’abord été intitulée Asie occidentale mais avec des limites légèrement différentes, s’étend entre deux lignes “au nord de Tian-Shan, du Balor et du Haut Oxus vers la Caspienne ; [et] du lac Balkhach par les steppes kirghizes à l’Aral et au sud des Monts Ourals” (Figure 1).

Figure 1 : Humbolt, carte de l’Asie centrale avec les subdivisions, 1843

Figure 1 : Humbolt, carte de l’Asie centrale avec les subdivisions, 1843

1.2.2. « Asie centrale » de Ferdinand von Richthofen (1833-1905)

4Ce positionnement de l’Asie centrale est préservé par Richthofen, dans son ouvrage intitulé China (I, 1877). En brossant une histoire terminologique complexe, il propose de manière “plus scientifique” de diviser l’Asie intérieure en plusieurs zones selon des paramètres purement géologiques. L’appellation Asie centrale est ici réservée à “une aire unifiée du continent, composée des anciens bassins d’eaux sans écoulement vers l’océan” [von Richthofen, 1877, pp. 7-8]. La dépression aralo-caspienne et les bassins de l’Amou-darya et du Syr-darya constituent la partie occidentale de la zone de transition (l’espace entre le centre de l’Asie dépourvu de dégagement vers l’extérieur et la périphérie ouverte sur les océans). Richthofen pense que ce territoire sous domination russe peut garder le nom d’Asie du Milieu, c’est-à-dire en allemand Mittelasien (Mittel-Asien), mais qu’il faut toujours tenir compte du fait qu’il n’est qu’un domaine périphérique du Centralasien (Central-Asien) (Figure 2).

Figure 2 : Division de l’Asie selon Richthofen

Figure 2 : Division de l’Asie selon Richthofen

5Ces propositions de Richthofen ont été considérées par les scientifiques comme une définition “vraiment scientifique” et saluées comme un apport révolutionnaire, susceptible de mettre fin à l’ambiguïté des discussions précédentes.

2. L’Asie centrale de l’école russe des 19ème-début 20ème siècles

2.1. Une vision russe “trop traditionnelle”

6Faisant abstraction de ces idées, les Russes continuent à utiliser l’appellation Asie centrale dans son sens initial, c’est-à-dire non dans le sens de l’Asie centrale proposée par Humboldt et Richthofen (grand plateau central défini d’après des critères géo-hydro-orographiques et l’altitude), mais plutôt dans le sens de l’Asie intérieure humboldtienne des années 1830 ou de l’Asie centrale de Klaproth des années 1823-1826 (Figure 3).

7Préférant l’expression Asie du Milieu, ils dressent des limites généreuses comme celles que propose le sinologue N.Ja. Bichurin (1777-1853). Selon ce dernier, la Srednjaja Azija est bornée à l’ouest par l’Oural et au sud-est par les chaînes de montagnes qui s’étendent du golfe de Corée jusqu’au Pamir. Cette région compte alors la partie nord-ouest de la Chine, la Corée, le Japon, la Mandchourie, la Mongolie, la partie méridionale de la Sibérie au-dessous du 63ème degré de latitude, le Turkestan chinois et les États indépendants du futur Turkestan russe, ainsi que le Tibet [Bichurin, t. 1, 1950, pp. XXV, LVI, 10-12, 375-376]. En comparant les définitions de l’Asie centrale proposées par Bichurin et par Klaproth, on constate que le premier rejette le Caucase et la partie au nord-ouest de la Caspienne, mais qu’il ajoute à cette région un large morceau de l’Extrême-Orient.

Figure 3 : Reconstitution schématique de l’Asie centrale « à la russe » des scientifiques des années 1820-1850 de G. Meyendorff, de Ju. Klaporth, de Ja. Bachurin et Ja. Khanykov

Figure 3 : Reconstitution schématique de l’Asie centrale « à la russe » des scientifiques des années   1820-1850 de G. Meyendorff, de Ju. Klaporth, de Ja. Bachurin et Ja. Khanykov

8Ce que l’on peut retenir est que, chez Bichurin aussi bien que chez Klaproth, son homologue occidental profondément lié à la Russie, l’expression Asie centrale est également extrapolée sur les terres basses du Touran. On constate ensuite que dans les années 1850-1860 cette approche “globalisante” constitue un lieu commun des publications russes.

9Pendant les années 1810-1840 il n’y a sur ce point pas beaucoup de contradictions entre l’Europe et la Russie, mais une lecture différente commence à se manifester dès 1843, car la vision russe commence pour certains chercheurs occidentaux post-humboldtiens à paraître trop tolérante par rapport à la tradition, “incompatible” avec les nouveautés cartographiques.

10Vers 1860 les discordances terminologiques se transforment en polémique ouverte, comme on le saisit clairement chez N.V. Khanykov (1822-1878) [Khanikoff, 1861]. En dressant pour l’Asie centrale des limites assez proches de celles de l’Asie intérieure d’Humboldt, de l’Asie centrale de Klaproth ou de l’Asie du Milieu de Bichurin, Khanykov prend le parti de rassembler terres basses et Asie centrale et refuse de définir la région du futur Turkestan russe comme Touran, comme si l’expression Asie centrale avait un sens positif et celles de Touran et de terres basses une valeur dénigrante.

2.2. La relecture des “grands classiques allemands” en Russie et l’extrapolation de l’Asie centrale sur le Turkestan russe

11Cette différence de nomenclature étonne d’autant plus qu’au 19ème siècle le Vostokovedenie russe s’est développé sous la forte influence de l’Orientalistik allemande, considérée en Russie comme l’un des sommets de l’érudition européenne. Les publications d’Humboldt, de Ritter et de Richthofen “constituent une base, une méthode et une direction pour les études de l’Asie centrale [Srednjaja Azija]” [Masal’skij, 1913, pp. 7, 9]. Exprimant une idée communément reconnue en Russie, ces paroles du prince V.I. Masal’skij ne sont pas dénuées de fondement. Même si son analyse de l’espace asiatique ne concerne que le Turkestan russe, Masal’skij exprime à la lettre les principes proposés par Richthofen, puisqu’il décrit le Turkestan comme une région fermée d’où les eaux ne peuvent pas déboucher vers les mers libres et où la surface est composée essentiellement de loess [Masal’skij, 1913, pp. 2-3, 9].

12Dans cette approche, on constate que l’épicentre des discordances est difficile à cibler. Bien qu’ils respectent sans réserve les géographes allemands, les Russes déplacent l’Asie centrale d’Humboldt et de Richthofen vers le Touran, ce qui ne les empêche pas en outre de conserver les termes de l’analyse de l’école allemande.

13Reprenant les propos d’Humboldt, I.V. Mushketov (1885-1902), notamment, conserve le concept d’un ruban transasiatique large de 5 degrés de part et d’autre du 44,5ème parallèle. Alors qu’Humboldt ne précise pas les limites est et ouest de cette surface, Mushketov considère que la limite ouest de ce territoire (qu’il place sur la Caspienne) correspond à la limite ouest de ce qui chez Humboldt correspond à l’Asie intérieure [Mushketov, 1886, pp. 3-4]. En surinterprétant Humboldt, il amalgame l’Asie centrale, le ruban transasiatique et l’Asie intérieure du penseur allemand pour obtenir une Asie centrale qui couvre la totalité de l’espace.

14La théorie de Richthofen est elle aussi modifiée. Comme l’explique Mushketov, la zone de transition de Richthofen, transformable au cours du temps soit en zone périphérique ouverte, soit en zone centrale enfermée, n’a pas partout les mêmes caractéristiques et les paramètres changent d’une époque géologique à l’autre. Si les régions du sud, du sud-est et du sud-ouest sont réellement celles qui permettent de passer vers la périphérie, puisqu’elles débouchent en effet sur l’océan, les fleuves du nord et de l’ouest, en revanche, ne débouchent que sur des mers ou des lacs fermés de l’intérieur, sans communiquer avec l’océan (comme, par exemple, l’Amou-darya, le Syr-darya ou l’Ily) [Mushketov, 1886, pp. 7-10]. Ces éléments répondent donc aux conditions nécessaires de “l’espace fermé, sans débouché vers l’océan”.

15Par conséquent, toute la dépression aralo-caspienne est désormais incluse par l’école russe dans la zone centrale de l’Asie, alors que Richthofen l’avait exclue en raison de l’importante rupture chronologique entre la période de formation géologique du Han-haï et celle, géologiquement beaucoup plus récente, de la partie ouest de la région.

16Mushketov propose donc une partition du continent asiatique en trois parties : 1) les îles autour du continent, 2) la Périphérie, 3) l’Intérieur ou Milieu [Vnutrennjaja ou Srednjaja Azija]; il laisse le terme Asie du Centre [Central’naja Azija] aux territoires désignés sous ce nom par Richthofen. Dans la seconde édition de son ouvrage, Mushketov précise que le terme Asie intérieure serait sans doute “plus juste que l’Asie du Milieu, car le dernier ordonne inconsciemment de supposer que cette aire se trouve dans le centre du continent, ce qui ne correspond pas à la réalité. D’autre part, la dénomination Asie du Milieu est devenue si populaire qu’il me semble impossible de la changer; je l’utilise en tout cas comme synonyme d’Asie intérieure” [Mushketov, 1915, p. 13].

17L’Asie intérieure ou du Milieu de Mushketov englobe donc tout l’espace dépourvu d’évacuation des eaux vers les mers ouvertes et possédant les mêmes caractéristiques que le plateau desséché du Han-haï. En d’autres termes il réunit le Turkestan russe et afghan et la cavité aralo-caspienne avec l’Asie du Centre de Richthofen dont le sens a été respecté [Mushketov, 1886, pp. p. 10-13].

18Sa manière d’identifier le terme d’Asie centrale “à la Richthofen” est grosso modo partagée par les explorateurs russes Przhevalskij, Pevcov, Potanin, les frères Grum-Grizhimajlo, Roborovskij et Kozlov qui sont partis dans le dernier quart du 19ème-début du 20ème siècles à la découverte – comme ils disent – de la Haute-Asie (Nagornaja Azija, c’est-à-dire en général la Mongolie et la partie nord du Tibet). Également marqué par l’influence de Mushketov l’historien V.V. Barthold (1869-1930) n’utilise dans son Histoire des études de l’Orient en Europe et en Russie (1911) qu’un seul vocable, celui d’Asie du Milieu, pour tout l’espace en question de l’époque antique au début du 19ème siècle [Barthold, 1977, p. 204].

19En fin de compte, cependant, le jeu linguistique n’est pas ce qu’il y a de plus important. Derrière ces mystifications se cache en fait tout l’enjeu politique de la centralité d’une région non mesurable et mal connue.

2.3. Asie du Milieu – Asie du Centre, synonymes russes aux contours instables

20La publication de l’Asie centrale d’Humboldt suscite en Russie des comptes rendus enthousiastes qui pour traduire le nom de la région utilisent des vocables différents. Cette différenciation ne résulte pas d’une faute d’inattention due à l’urgence de “la une”, car plus tard, dans les années 1880-1890, le célèbre géographe P.P. Semenov-Tjanshan’skij (1827-1914) ne mentionne ce livre d’Humboldt que sous le titre Asie du Centre, tandis qu’en 1911 le non moins célèbre V.V. Barthold ne parle que d’Asie du Milieu [Barthold, 1977, pp. 352, 424, 435].

21Le dédoublement en russe du terme Asie centrale n’a initialement aucun sens particulier, car les composantes de la paire Asie du Centre ou Asie centrale [Central’naja Azija] et Asie du Milieu ou Asie moyenne [Srednjaja Azija] ne sont d’abord que des synonymes qui désignent tous deux la position centrale de la région. Ils sont constamment confondus en raison du fait que l’apport heuristique des idées d’Humboldt s’est initialement superposé aux idées plus traditionnelles. Dans son analyse parue en 1878 du Livre du Grand Tracé (atlas de la Russie), l’historien A. Maksheev n’applique le terme d’Asie du Milieu qu’aux Steppes Kirghizes et au Turkestan russe [Maksheev, 1878, p. 6] alors que, à l’opposé de cette théorie, c’est à Marco Polo et à cette partie de l’Asie dont “il a été le Colomb pendant vingt-quatre ans” que Masal’skij attribue l’Asie du Milieu [Masal’skij, 1913, p. 291]. Il en va de même chez Semenov-Tjanshan’skij qui définit le Gobi comme un “grand désert de l’Asie du Milieu” [Velikaja Sredneaziatskaja pustynja] [Semenov-Tjanshan’skij, 1896, p. 571] et chez l’orientaliste et géographe militaire, le général A.E. Snesarev (1865-1937) qui en 1906 applique le terme d’Asie du Milieu au théâtre du Great Game couvrant “notre Turkestan avec les Pamirs, l’Afghanistan et le Baluchistan, la Perse orientale, la Kashgarie et enfin la partie nord de l’Inde ou bien l’Inde proprement dite”, en ajoutant également dans ses autres publications le Tibet et le Mongolie [Snesarev, 1906, p. 1]. Plus rarement, ces mêmes espaces sont également nommés “Asie du Centre”.

22Ces divergences persistantes signifient que la distinction entre Asie intérieure, Asie du Milieu et Asie du Centre ne joue pas un grand rôle dans le monde russophone entre les années 1840 et 1890; en revanche il a, semble-t-il, été très important que le vocable Asie centrale soit préservé pour les khanats centre-asiatiques sur le point d’être transformés en Turkestan russe, car à la différence de l’expression Touran – terres basses, l’Asie du Milieu [Srednjaja Azija] évoque l’idée d’un centre ou d’un milieu symbolique visible et linguistiquement bien mis en valeur.

2.4. La centralité de l’Asie centrale et le déplacement du “cœur de l’Asie” vers le Turkestan russe

23Pour accomplir cette tâche deux opérations sont nécessaires : élargir vers l’ouest l’espace défini par Richthofen comme Asie centrale et déplacer le centre de l’Asie. La première a eu lieu dès le début des réflexions russes sur l’Asie centrale. La seconde, liée au processus de valorisation de la région, initialement vue comme un Orient un peu défectueux, a pris un peu plus de temps.

24Même si des Occidentaux, comme, par exemple, l’Américain E. Huntington (1876-1947), acceptent d’élargir les limites de l’Asie centrale (Central Asia) à tout l’espace marqué par les frontières politiques de la Perse, de l’Afghanistan, du Baluchistan, du nord de l’Inde, du Tibet, de la Chine et de la Russie asiatique, le centre de l’Asie reste fixé sur la Haute-Asie [Huntington, 1907, p. 7]. Malgré des différences minimes (car le centre est placé aléatoirement à Tourfan, dans le bassin du Tarim ou dans celui du Lob-Nor, dans les Pamirs, sur le plateau du Gobi ou dans un rayon de “mille miles” autour d’Ouroumtchi (Figure 4), le cœur de l’Asie est positionné dans un espace souvent défini comme Terra incognita ou à proximité, c’est-à-dire dans ce qui aux 19ème-début du 20ème siècles se trouve encore à l’écart des possessions coloniales européennes, donc dans une région relativement libre et ouverte à tous (surtout comme objet d’expansionnisme futur).

Figure 4 : Carte de l’Asie de Huntington (1907, fin du livre) et position des centres de l’Asie centrale de l’époque

Figure 4 : Carte de l’Asie de Huntington (1907, fin du livre) et position des centres de l’Asie centrale de l’époque

25En contradiction avec la vue occidentale traditionnelle, les Russes commencent à placer systématiquement le centre de l’Asie dans leur propre Asie qui ne peut être qualifiée autrement que comme Asie du Milieu.

26Les descriptions du Département russe de l’exposition universelle de 1900 à Paris, rédigées à cette occasion par Semenov-Tjanshan’skij et Masal’skij, soulignent que la “partie centrale du continent Eurasie est occupée par le pays qui est connu comme Touran ou Turkestan” et que cette région s’étend du fleuve Oural et de la Caspienne jusqu’à l’Altaï et à la Chine, de la Perse et de l’Afghanistan jusqu’aux Gouvernorats sibériens de Tobolsk et de Tomsk. La partie septentrionale de ce pays – les Steppes Kirghizes (Stepnaja kirgizskaja okraina) – est au nord-ouest liée aux steppes de la Russie d’Europe et au nord-est aux steppes de la Sibérie. La partie méridionale est représentée par “le Turkestan dans le sens étroit du terme”, c’est-à-dire, par le gouvernorat du Turkestan et les deux khanats de Boukhara et de Khiva [Semenov, 1900, p. 130]. Dans la carte fournie à la fin de l’ouvrage cette région est nommée Périphérie de l’Asie du Milieu ou turkes-tanaise, ce qui évoque des rapports de subordination entre le centre-métropole (Saint-Pétersbourg) et la périphérie-colonie (le Turkestan), laquelle est en même temps désignée comme partie centrale du continent asiatique.

27Métropole et périphérie, composantes de “l’inséparable” couple Asie du Milieu – Monde du Milieu (la Russie est de plus en plus souvent définie sous cette appellation lancée par le panslaviste N.Ja. Danilevskij (1822-1885) [Danilevskij, 1895] et affinée par V.I. Lamanskij (1833-1914)), suscitent un jeu symbolique de mots liés au principe de centralité (Figure 5). Dans le cadre du schéma d’Humboldt reposant sur le lien Touran–terres basses, le rapport n’est pas suffisamment évident, car, conformément à la logique des penseurs russes antérieurs à la génération de N.S. Trubeckoj (1890-1938), un de fondateurs de l’evrazijstvo, le mot Touran ne porte à première vue pas en soi les fondements légitimes pour une transformation des khanats de la Tartarie indépendante en Turkestan russe. En revanche, la notion de Milieu appliquée tant au conquérant qu’au conquis permet d’expliquer la conquête de manière plus simple et “naturelle”.

Figure 5 : Schéma de la Russie - Eurasie ou du monde du Milieu (Sredinnyj mir) de Fadeev, Danilevskij et Lamanskij, années 1860-1870

Figure 5 : Schéma de la Russie - Eurasie ou du monde du Milieu (Sredinnyj mir) de Fadeev, Danilevskij et Lamanskij, années 1860-1870

28En outre, dans ce processus de valorisation, la géographie et la linguistique sont complétées par le recours à l’histoire. En se référant aux idées aryennes, ce serait ici, au Turkestan, que certains chercheurs russes placent le “berceau aryen” de l’humanité. Plusieurs scientifiques occidentaux, surtout les Allemands, se joignent à cette opinion, car il semble à l’époque “évident” que les langues les plus proches des idiomes anciens de la “proto-langue aryenne” sont, à l’exception du lituanien et du sanscrit, celles des peuples de l’Asie centrale. En transposant le sentiment du sacré, un des éléments de la théorie aryenne, sur leurs colonies turkestanaises, notamment au Pamir, les Russes soulignent la centralité du Turkestan en le positionnant au point de départ de toute l’histoire humaine.

29Le déplacement de l’Asie centrale vers le Turkestan russe et le positionnement chez soi du cœur de l’Asie “trahit” doublement les idées de Richthofen et entraîne une lecture opposée de l’appellation Asie centrale. Cette dernière prend une valeur sémiotique positive, malgré le sens initial de Richthofen: les paysages de la zone intérieure et de transition supposent l’unique présence de nomades et d’éleveurs pour lesquels il est impossible de créer une civilisation durable, et seule la zone de la périphérie, peuplée d’agriculteurs, favorise le développement intellectuel et moral de l’homme. Les penseurs russes préfèrent négliger ces nuances : fortement influencés par les théories de la géographie politique en vigueur en Allemagne et en Italie, ils sont aveuglés par le concept de centralité développé vers le dernier tiers du 19ème siècle par F. Ratzel (1844-1904) et considèrent le futur continentalisme et une alliance avec les pays asiatiques comme un outil de suprématie à l’égard de l’Europe. Dans cette optique, la position centrale d’un État, dont l’Empire du Milieu (la Chine) est l’exemple par excellence, est vue comme une des conditions préalables à une future transformation glorieuse en un pays-continent semblable aux États-Unis [Korinman, 1987, pp. 19-25]. En même temps, la position centrale va finir par laisser penser non à un centre géométrique dans un sens purement mathématique, mais à une centralité dans le sens de la possession d’avantages géopolitiques. On comprend alors pourquoi le Turkestan russe est proclamé partie centrale de l’Asie sur le plan géopolitique et comment les mêmes géographes russes placent en même temps le centre géométrique de l’Asie à Touva, à 25 km de Kizil (de toute façon chez soi, à la différence des centres géométriques localisés en Haute-Asie par les Occidentaux).

30Le caractère essentiellement pratique de la géographie politique s’aiguise au fil de sa transformation en une géopolitique qui se veut une science appliquée capable d’analyser la situation potentielle d’un pays au moyen de démonstrations cartographiques en fonction de la position, de la surface et de la forme. Le statut central du Turkestan russe devient indiscutable dans le milieu des politiques et des géographes russes avec l’adoption de la théorie géopolitique du Heartland et du Pivot area lancée en 1904 par le géographe britannique H.J. Mackinder (1861-1947) [Mackinder, 1904], qui pense que le “futur empire du monde” doit contrôler le “Heartland of the world”, même sans y résider, ou, encore mieux, le compter parmi ses possessions coloniales.

2.5. Invention du sens du terme dédoublé

31Vers les années 1890-1900 les spécialistes russes commencent à faire une distinction nette entre Asie du Milieu, donc, chez soi, et Asie du Centre, hors des possessions russes, comme on le voit dans le Dictionnaire Encyclopédique de F.A. Brogauz et I.A. Efron. La notice à double terminologie “Asie du Centre – Asie du Milieu”, signée par Masal’skij, précise qu’“actuellement, tous les bassins fermés du continent asiatique appartiennent à l’Asie intérieure, et que la partie orientale de cet immense espace, à l’est des Pamirs, est comme auparavant définie comme l’Asie du Centre, tandis que la partie occidentale, qui occupe le Turkestan, une partie de la dépression aralo-caspienne et l’Iran, s’appelle Asie du Milieu” [Masal’skij, 1900].

32Le chaos terminologique lié non pas à la richesse de la langue russe, mais à l’histoire de l’expansion russe en Asie, se conclut définitivement avec l’aboutissement de la conquête du Turkestan, la soumission de l’émirat de Boukhara et du khanat de Khiva, déclarés comme protectorats de la Russie, et l’établissement des frontières internationales avec l’Afghanistan, la Chine et l’Iran à la signature des traités internationaux qui introduisent progressivement des barrières à la libre expansion de la Russie en Asie.

33Pour résumer la situation, il me semble que l’on peut établir l’existence d’une véritable distinction entre l’Asie du Milieu constituée de territoires coloniaux conquis et l’Asie du Centre qui correspond aux territoires limitrophes, objets d’une expansion coloniale potentielle. Cette distinction se manifeste de plus en plus dès le moment où les frontières internationales de l’empire russe s’établissent au fur et à mesure des conventions russo-britanniques sur les délimitations des frontières entre la Russie, l’Iran et l’Afghanistan entre 1872 et 1895 et des conventions sino-russes entre 1864 et 1915. Dans l’esprit russe, cette nuance sert à signaler que chacune des parties répond à un système différent de connaissances (un bon déroulement de la colonisation pour l’un et une perspective de conquête pour l’autre), ce qui exige une approche géopolitique distincte. En même temps, les limites de l’Asie du Centre continuent à rester floues dans l’optique des projets impérialistes centrifuges russes qui, sous couverture idéologique, visent à des moments divers l’Extrême-Orient, le Tibet, le nord de l’Inde, l’Iran et la Turquie.

34Vue depuis le nord, à mi-chemin entre l’est et l’ouest, l’Asie se cristallise pour les Russes en un schéma figé à partir de la seconde moitié des années 1910.

35L’Asie du Milieu [Srednjaja Azija] est considérée comme une partie inséparable du Monde du Milieu, c’est-à-dire son prolongement logique représenté par l’Eurasie-Russie (surtout chez les panslavistes et leurs héritiers) ; elle a pour synonyme le terme de Turkestan russe.

36De forme assez circulaire, cette Asie du Milieu est, dans une première lecture, bordée au sud-est par l’Asie du Centre [Central’naja Azija] qui prend la forme d’une sorte de grande virgule inclinée dont le poids principal se situe à l’est de l’empire russe, tandis qu’au sud-ouest son extrémité ne forme qu’un petit ruban sur les frontières afghano-persanes et que sa mention n’est pas toujours obligatoire. Dans une seconde lecture l’Asie du Milieu peut être comprise dans les limites de l’Asie du Centre aux contours en virgule évoqués ci-dessus, laquelle dans ce cas-là prend alors une ample forme ovale.

37Si l’on choisit comme point de référence la seconde interprétation, on verra que, cartographiquement, la différence entre l’Asie du Milieu, de dimensions réduites, et l’Asie du Centre qui l’englobe, correspond à une partie de l’Orient du Milieu [Srednij Vostok] ou de l’Asie intérieure [Vnytrennjaja Azija], le Heartland de Mackinder qui, toujours partiellement en dehors des possessions russes, représente cependant la “sphère naturelle” des prétentions de l’impérialisme russe et de son expansion “logique”.

38Pour mettre un terme à cette image de poupée russe géopolitique, il faut rappeler que l’Asie du Milieu et l’Asie du Centre forment l’Orient du Milieu [Srednij Vostok], lequel constitue un ensemble plus grand que leur somme et représente la partie médiane entre l’Extrême-Orient [Dal’nij Vostok = littoral de l’océan Pacifique], le Proche-Orient [Blizhnij Vostok = du Maghreb au golfe Persique] et le Petit-Orient ou Petite Asie [Malaja Azija, qui rassemble la Turquie et la Syrie] (Figure 6).

Figure 6 : Schéma russe de subdivision de l’Asie, années 1910

Figure 6 : Schéma russe de subdivision de l’Asie, années 1910

3. La purification du concept Asie du milieu - Asie du centre à l’époque soviétique

39Les publications soviétiques conservent ce couple dans la mesure où ce dernier reflète l’opposition chez soi – hors de nos frontières, même si la lecture du premier terme s’est fondamentalement transformée. Adapté aux réalités politiques soviétiques, le sens de cette dénomination dédoublée finit par se figer définitivement vers les années 1930-1950.

40Au sens large, l’Asie du Milieu commence à correspondre aux quatre républiques actuellement ex-soviétiques orientales (Ouzbékistan, Tadjikistan, Kirghizie et Turkménistan) et aux régions méridionales du Kazakhstan actuel, mais dans un sens plus strict elle ne comprend que les quatre républiques soviétiques mentionnées ci-dessus (sans le Kazakhstan), lesquelles forment ensemble la région économique centre-asiatique, l’une des vingt-et-une que comptait l’URSS [BSE, 1947,1ère éd., t. 52, p. 509 ; BSE, 1957, 2ème éd., t. 40, p. 374 ; BSE, 1976, 3ème éd., t. 24, p. 377 ; Treshnikov, 1983, pp. 403-404].

41En même temps, l’utilisation de l’expression républiques de l’Asie centrale et Kazakhstan, qui surgit en 1924-1936 lors de la délimitation nationale, va de pair avec une purification du sens du couple Asie du Centre – Asie du Milieu. Si pendant la délimitation des frontières elle ne se manifeste pas trop, la question terminologique fait son retour en 1936-1951.

42L’auteur des nouvelles discussions est un élève de Mushketov, V.A. Obruchev (1863-1956), ancien directeur de l’Institut de géologie de l’Académie russe des Sciences entre 1929 et 1939 et dès 1947 président de la Société géographique de l’URSS. Alors que dans les années 1880-1890 son maître ne voyait pas beaucoup de différences entre l’Asie intérieure et l’Asie du Milieu qu’englobait l’Asie du Centre, Obruchev abandonne cette interprétation et propose de désigner sous la dénomination Asie du Milieu tous les territoires que Richthofen n’inclut pas dans son Asie du Centre [Obruchev, 1948, pp. 229-230]. Il réduit donc la vision globale de Mushketov à un vocable qui ne couvre plus que les territoires soviétiques. En ce qui la concerne, l’Asie du Centre de Richthofen est modifiée afin de réunir les zones centrale et de transition limitées à “l’ouest et au nord [par] les frontières internationales de l’URSS”. En revanche, le Tibet et le Kouen-Loun sont exclus du nouveau concept [Obruchev, 1948, p. 230]. Même si Obruchev essaie de garder le vocable Asie intérieure [Vnutrennjaja Azija] dans son sens le plus large, cette partition entre l’Asie du Milieu chez soi et l’Asie du Centre à l’est et au sud des frontières soviétiques revient constamment dans ses publications.

43Dans le domaine des sciences historiques l’exemple le plus manifeste d’une bifurcation de sens figure dans la réédition en 1951 de l’ouvrage de Bichurin, Renseignements sur les peuples ayant habité en Asie centrale aux époques anciennes, dans laquelle les éditeurs, qui comprennent les archéologues S.P. Tolstov (1907-1976) et A.N. Bernshtam (1910-1956), ainsi que N.V. Kjuner (1877-1955), ajoutent, entre crochets, des termes modernes aux titres des chapitres. Par ce choix ils présentent le principe de l’organisation politique moderne de l’espace en parallèle avec le principe ethnographique original de l’auteur [Bichurin, 1950-1953, t. 1, p. 32 ; t. 2, pp. 3, 7] (Figure 7).

Figure 7 : Réédition en 1951 de l’ouvrage de Nikita Ja. Bichurin, Renseignements sur les peuples ayant habité en Asie Centrale aux époques anciennes, par S.P. Tolstov, A. N. Bernshtam et N. V. Kjuner, où des termes modernes ont été ajoutés, entre crochets, aux titres des chapitres (vol I, p. 3 ; vol II, p. 3, 139)

Figure 7 : Réédition en 1951 de l’ouvrage de Nikita Ja. Bichurin, Renseignements sur les peuples ayant habité en Asie Centrale aux époques anciennes, par S.P. Tolstov, A. N. Bernshtam et N. V. Kjuner, où des termes modernes ont été ajoutés, entre crochets, aux titres des chapitres (vol I, p. 3 ; vol II, p. 3, 139)

44La première partie, dans laquelle Bichurin a regroupé les peuples mongols, porte en sous-titre la nouvelle dénomination Asie du Centre et Sibérie méridionale [où Central’naja Azija comprend la Mongolie, l’Ordos, le Turkestan oriental]. La deuxième partie consacrée aux Toungouses est nouvellement intitulée Mandchourie, Corée et Japon, même si Bichurin précise que les peuples toungouses occupent la partie orientale de l’Asie du Milieu [Srednjaja Azija] du 34ème au 55ème degré de latitude et du 136ème au 158ème degré de longitude [Bichurin, 1950-1953, t. 2, p. 7]. La troisième partie où figurent les peuples Turks est intitulée Asie du Milieu [Srednjaja Azija = l’Asie soviétique] et Turkestan oriental.

45En faisant cette partition, les éditeurs réussissent à établir un discontinuum en refusant la possibilité de définir un espace ou une communauté d’appartenance en fonction d’un horizon temporel dans l’histoire de longue durée. Il est surtout étonnant de constater que (si l’on fait abstraction de la demande politique) les deux premiers éditeurs, Tolstov et Bernshtam, ont été des archéologues et auraient dû savoir, sans doute, qu’au point de vue archéologique on ne peut pas dégager l’existence de l’Asie du Milieu et de l’Asie du Centre, car le passé est commun à toute la région.

46À côté de cette officialisation de la terminologie on constate cependant que diverses branches des sciences humaines et naturelles commencent à suivre une double lecture du terme Asie du Centre [Central’naja Azija].

47Partant de la définition de Richthofen, les publications géographiques des années 1930-1980 désignent sous ce nom les pays à l’est du Pamir, hors de l’URSS, entre les chaînes du Grand Khingan à l’est, le haut Indus et le Brahmapoutre au sud, les chaînes du Saïan et de l’Altaï au nord-ouest [BSE, 1934, 1ère éd., t. 60, p. 16 ; BSE, 1957, 2ème éd., t. 40, p. 374 ; BSE, 1957, 2ème éd., t. 47, p. 527 ; BSE, 1978, 3ème éd., t. 28, p. 498 ; Treshnikov, 1983, pp. 473-474].

48Parallèlement, chez les historiens et les archéologues l’Asie du Centre englobe l’espace de l’Asie du Milieu soviétique avec le Kazakhstan, le nord de l’Iran, de l’Afghanistan, du Pakistan et de l’Inde, ainsi que l’ouest de la Chine (Xinjiang) et de la Mongolie.

49Cette définition des historiens soviétiques ne peut, semble-t-il, s’expliquer qu’à la lumière de la tradition russe, notamment par les théories des slavophiles et des eurasistes, en raison de la localisation du centre de l’Asie au Touran et de la reprise par inertie du vocabulaire du schéma impérialiste; malgré tous les changements politiques l’essentiel de la terminologie reste intact. Comme pour les nombreux autres traits qu’elle partage avec la période tsariste, la Russie soviétique montre que par la force des choses elle a toujours été plus éloignée des franges occidentales de l’Asie centrale – l’Iran et la Turquie faisant partie du “monde capitaliste” (rarement inclus dans les limites de l’Asie du Centre à la soviétique) – que de la partie orientale (Mongolie, etc.) de l’Asie centrale, l’un des piliers du bloc communiste et une composante obligatoire du concept.

4. L’Asie du milieu après l’indépendance de 1991 : A la recherche des nouveaux centres en Asie centrale après l’éveil des nationalismes

50Avec la dissolution de l’URSS en 1991, l’Asie soviétique se transforme en une multitude d’États indépendants qui finissent par se présenter comme une zone cruciale du Nouveau Grand Jeu. Cet événement suscite une nouvelle vague d’interprétations terminologiques qui montrent que le vocable Asie centrale n’a pas perdu son sens mythique, cela même si dans les conditions politiques actuelles sa valeur opérationnelle est mise en question [Djalili, Kellner, 2000].

51Le changement terminologique se produit avec la formation de la nouvelle conscience historique et l’élaboration dans les républiques de nouveaux concepts d’histoire. Dès 1992-1995, la recherche d’un passé mythique au-delà de la période historique moderne, accompagnée de “jubilés” de prestige consacrés aux héros nationaux et aux hauts faits historiques et qui se succèdent à un rythme accéléré, remet en question toute la terminologie soviétique.

52Les nouveaux États, héritiers du passé colonial russo-soviétique et devenus indépendants à ce titre, ressentent le besoin de se distinguer du bloc anciennement soviétique, même s’ils conservent les noms choisis par les Soviétiques et maintiennent leurs unités territoriales aux frontières qui commencent à poser déjà de sérieux problèmes. Sans inventer une terminologie de remplacement complètement nouvelle, les quatre républiques et le Kazakhstan rompent avec la tradition soviétique qui les désignait par cette expression pour préférer le terme Asie du Centre qui désigne le sud de l’ex-URSS.

53Dans le couple hautement politisé Asie du Milieu – Asie du Centre, les spécialistes considèrent la première composante comme indissociablement liée à l’époque du contrôle par Moscou, alors que la seconde semble mieux répondre à la réalité géopolitique post-soviétique. Cette préférence répond au fait qu’il faut pouvoir opposer une structure solide à la “Grande Chine” renaissante (Chine, Taïwan, Hongkong) et, du côté de la Caspienne, à la “Grande Turquie”, à l’Iran islamique, ainsi qu’à la Russie qui continue par sa simple présence à exercer une influence majeure dans la région. Pour cette raison la nouvelle dénomination est officiellement adoptée lors d’un sommet qui réunit les cinq présidents des républiques centre-asiatiques à Bichkek en décembre 1993, dans un contraste frappant entre la réalité post-coloniale d’États affaiblis et l’idée d’une grandeur future.

54Cher à tous les chefs d’État, ce terme répond aussi à des préoccupations plus personnalisées. Lors d’une “crise de nationalisme aiguë” en Ouzbékistan la simple mention du terme soviétique a été interdite. Les politiciens suggèrent alors aussi de manière appuyée de remplacer dans les discours politiques le terme médiatique et scientifique d’Asie du Milieu par celui d’Asie du Centre, correspondant mieux aux objectifs d’I.A. Karimov visant à s’affirmer en tant que leader de la région, y compris au-delà des frontières ex-soviétiques. Ce changement se produit en parallèle avec la proclamation de Tamerlan, le khan mongol, comme personnage-clé de l’histoire ouzbèke. Au tournant des 14ème-15ème siècles, son empire immense mais éphémère couvre presque tout l’Orient, à l’exception de la Chine. Cette période historique qui a correspondu à l’extension maximale de cet empire au détriment des États voisins est donc choisie comme référence et, en quelque sorte, prototype de l’Asie du Centre.

55Le sentiment ouzbek d’être la nation “élue” a initialement rencontré un écho positif aux États-Unis. L’attention particulière que les politiques et militaires américains accordent à l’Ouzbékistan dès avant la chute des Talibans en Afghanistan et jusqu’à l’événement de 2005 à Andijan transforme en ouzbékocentrisme les représentations générales de l’Asie centrale dans le monde anglo-saxon. Ainsi, dans une collection bibliographique, réunissant des titres sur l’Afghanistan, la Mongolie, la Chine, le Tibet, c’est-à-dire les pays faisant partie de l’Asie centrale dans un sens large, toutes les références sur l’histoire et la géographie de l’Asie centrale (aussi bien dans un sens large que dans un sens étroit) sont placées dans le volume consacré à l’Ouzbékistan, la seule représentée des républiques centre-asiatiques ex-soviétiques [Hanks, 1999, pp. 7-8, 31-44].

56Les revendications nationalistes de ce type voient le jour dans toutes les républiques. Forcément conflictuelles par le choix de leur période-clé, ces revendications brisent l’ancienne Asie centrale soviétique, sans dépasser toutefois les limites des discours officiels et historiques et – pour instant – sans mise en pratique d’un processus de “rejustification” des “vraies” frontières. Il est intéressant de remarquer que, sans comprendre les nuances de ces changements terminologiques à caractère politisé, les cartographes ouzbeks se sont pressés vers 1993-1995 d’émettre de nouvelles cartes où l’expression soviétique Asie du Milieu et Kazakhstan est aménagée au goût du jour en Asie du Centre et Kazakhstan (la carte Central’naja Azija i Kazakhstan a été éditée en 1994-1998 par le centre cartographique du Ministère de la défense de la République d’Ouzbékistan par l’éditeur L.I. Galkina), sans aucun changement de contenu. Ce type de confusions ne pouvait être qu’inévitable à l’occasion du passage du système soviétique où tout s’était figé en dogmes indiscutables vers le système post-colonial où tout s’est démonté pour être remis en question.

57Les premières actions terroristes en Ouzbékistan en février 1999 conduisent cependant à un recul de cette politique et la dénomination d’Asie du Milieu revient à l’ordre du jour, même si de temps à autre celle d’Asie du Centre se représente comme synonyme. Cette nouvelle vision où l’Asie du Centre se présente comme un synonyme d’Asie du Milieu et où l’Asie du Centre, au sens plus large, englobe les voisins méridionaux de l’ex-URSS, de l’Iran à la Mongolie, marque désormais le discours officiel dans la même mesure que le langage quotidien. Ce retour partiel est probablement dû à la volonté de souligner son appartenance à l’ancien bloc soviétique par opposition au monde musulman de l’Asie centrale voisine classé sur l’Axe du Mal par l’optique manichéenne de G.W. Bush. Dans le cadre du nouveau Great Game qui a replacé la région au centre des préoccupations géopolitiques, la terminologie pourrait revêtir une importance particulière en raison des amalgames qui pourraient incriminer les pays voisins des États dits “dangereux” (dans ce cas peut-on parler d’une terminologie comme indice de responsabilité ?).

58En revenant à la dénomination d’Asie du Milieu, les républiques ex-soviétiques retombent également dans le “Deuxième Monde”, suffisamment “occidental”, qui a été conçu à l’époque de la guerre froide, mais est devenu anachronique après la dissolution de l’URSS et la chute de son économie. Malgré cela, se retrouvant à côté du Premier Monde appartenant à la zone nordique développée, les “stans” ex-soviétiques échappent par ce jeu terminologique au Sud tiers-mondiste. En outre, pour ces républiques ex-soviétiques l’Orient se situe au-delà des frontières de la CEI où, selon les traditions soviétiques, les pays sont “inférieurs”. En essayant de jouer plusieurs cartes dans la situation géopolitique d’aujourd’hui, les historiens ont finalement adopté une position très ambiguë où ils présentent les deux formes Asie du Milieu et Asie du Centre comme des synonymes directs, mais au contenu très flou.

  • 1 Un congrès consacré à Mackinder et l’Asie centrale a été organisé à Tashkent en décembre 2004 par l (...)

59À côté de cette paire terminologique immortelle, fortement colorée en Ouzbékistan par l’ouzbékocentrisme, l’Eurasie renaît en 1991 dans le discours kazakhocentriste du président kazakhe N. Nazarbaev, inspiré par L.N. Gumilev (1912-1992) [Laruelle, 2002]. Le débat sur le centre du continent est alors relancé afin de délimiter les espaces vitaux dans le monde post-soviétique. Bien que l’échantillon des “mondes à réunir” ait changé par rapport au concept des slavophiles du 19ème siècle et des eurasistes de l’entre-deux guerres, l’essentiel de leur discours est préservé: le fait que les steppes et le nomadisme se retrouvent être l’élément positif d’une Naturphilosophie et le fait que les thèses migrationnistes ne sont pas prises en compte permettent, selon l’expression de P.N. Savickij, d’accumuler le tout en un, ce qui signifie que toutes les expériences historiques turciques sont imprimées dans l’histoire du Kazakhstan d’aujourd’hui. Il n’est pas étonnant non plus que les idées géopolitiques de Mackinder ressortent dans l’espace post-soviétique1, malgré son retard par rapport à l’Europe qui les a vécues dans les années 1970 [Raffestin, Lopreno, Pasteur, 1995, p. 286).

60Il s’avère, finalement que personne en Asie centrale n’est prêt à abandonner l’idée de la centralité. Pour certains analystes russes, comme par exemple V.I. Maksimenko, la nouvelle “centralité” de l’Asie centrale est un “fait évident” en raison de la richesse en matières premières de la région de la Caspienne, le projet de construction par l’Iran d’un canal entre le Golfe Persique et la Caspienne (projet plus que problématique) et l’établissement des bases américaines en Asie centrale ex-soviétique; cette centralité est en outre par définition indissociable de la “centralité” de la Russie elle-même [Maksimenko, 2003, p. 65]. Tout en se sentant tous profondément “centraux”, les États de l’Asie centrale projettent de devenir réellement, sans la tutelle russe, des “États clés pour des échanges au sein d’une zone prospère, où les infrastructures seraient efficientes”, en transformant un défaut – l’enclavement – en un atout [Raballand, Zins, 2003].

En guise de conclusion

61La naissance du concept dédoublé Asie du Milieu – Asie du Centre parmi les chercheurs russes a coïncidé avec trois événements importants : les principales étapes de la conquête russe des khanats du Turkestan comme événements majeurs du Great Game, la naissance du déterminisme environnemental, puis celui de la géographie politique, enfin les discussions sur le “touranisme” des Russes qui délimitent une rupture entre l’Europe et la Russie. Par conséquent, la mise en place dans le monde scientifique russe du centre de l’aire géographique centre-asiatique au Turkestan russe, la “redécouverte” du sens de la paire Asie du Milieu – Asie du Centre, le chez soi et ce qui est hors des frontières nationales, ainsi que la formation d’une vision segmentaire de l’espace asiatique sont dus aux projets géopolitiques russes du 19ème-début du 20ème siècles.

62Le contenu de ces dénominations qui apparaissent dès après 1843 reste flou jusque dans les années 1910. Aux yeux des Occidentaux, leur utilisation par les spécialistes russes déplace aussitôt les discours du plan “scientifique”, fondé sur le déterminisme environnemental, au plan géopolitique, car les frontières de l’Asie du Milieu ou moyenne ou de l’Asie russe ont pris forme lors de la conquête de la région et dans le cadre du Great Game (années 1860-1910), sans raisons “légitimes” d’ordre “naturel”. Cependant, l’enjeu de ce pari a laissé son empreinte sur les discussions scientifiques jusqu’à nos jours où, à force d’inertie, ces termes sont encore utilisés. Avec le temps, le contenu impérialiste de cette paire s’estompe derrière la « State-sponsored » politique de modernisation des Soviétiques, prolongation spécifique de la conduite des colonisateurs russes. La querelle terminologique à l’époque de l’indépendance de l’Asie centrale montre encore plus clairement le caractère très politisé de ce couple et le danger potentiel d’application du concept de Mackinder.

63Il est clair cependant que la création d’un “nom” est nécessaire pour nommer les “choses” dans leur état actuel et que le brouillard terminologique autour du “milieu du continent” ne peut pas disparaître du jour au lendemain. Il n’est pas possible, comme pour les autres concepts des sciences humaines, de stabiliser la situation d’un seul coup, même dans le cadre d’une coordination internationale. Il ne faut pas se faire d’illusions : ce sujet attend encore de nombreuses études fondées sur des réflexions et des approches différentes qui, par petites touches, conduiront à d’autres découvertes qui pourraient corriger l’actuelle absence d’une base théorique réelle respectée par tout le monde (l’idée selon laquelle l’Asie centrale est un concept avant tout culturel gagne déjà du terrain). Même s’il est peu heureux de l’admettre, il semble qu’il n’y ait pour l’instant pas d’autres possibilités que celle que dans les chapitres d’introduction des études à venir chaque auteur définisse les extensions imaginaires qui lui conviennent (Figure 8), sans trop chercher à les justifier de manière prétendument scientifique en bricolant un historique partiel du terme ou en faisant appel à des idées reçues tirées de citations lues un peu au hasard.

Figure 8 : Scénarios existants et nouveaux concepts opérationnels pour définir l’Asie Centrale

Figure 8 : Scénarios existants et nouveaux concepts opérationnels pour définir l’Asie Centrale
Haut de page

Bibliographie

BARTHOL’D V.V. (1977), “Istorija izuchenija Vostoka v Evrope i Rossii” [Histoire des études orientales en Europe et en Russie], in Sochinenija, Moscou, Nauka, t. 9, pp. 199-482 (1ère éd. 1911).

BICHURIN N.Ja. (1950-1953), Sobranie svedenij o narodakh, obitavshikh v Srednej Azii v drevnie vremena [Recueil des témoignages sur les peuples de l’Asie centrale dans l’Antiquité], Moscou-Leningrad, Akademija nauk SSSR.

BSE : Bol’shaja sovetskaja ènciklopedija [La grande encyclopédie soviétique], Moscou.

DANILEVSKIJ N.Ja. (1895), Rossija i Evropa, vzgljad na kul’turnye i politicheskie otnoshenija Slavjanskogo mira k Germano-Romanskomu [La Russie et l’Europe, regard sur les rapports culturels et politiques du monde slave vers le monde germano-latin], Saint-Pétersbourg, N. Strakhov.

DJALILI M.R., KELLNER Th. (2000), “Moyen-Orient, Caucase et Asie centrale: des concepts géopolitiques à construire et à reconstruire ?”, Central Asian Survey, vol. 19, n° 1, pp. 117-140.

HANKS R. (1999), Uzbekistan, Oxford; Santa Barbara, California; Denver, Colorado, Clio Press.

HUMBOLDT A. de (1843), Asie centrale. Recherches sur les chaînes de montagnes et la climatologie comparée, Paris, Gide.

HUNTINGTON E. (1907), The Pulse of Asia: a Journey in Central Asia, Boston and New York, Houghton: Mifflin & Co.

JULDASHEVA G.I. (2004), “K aktual’nym problemam zarubezhnoj mezhdunarodnoj politicheskoj nauki” [Sur les problèmes actuels de la science politique internationale à l’étranger], Obshchestvennye nauki v Uzbekistane, n° 5-6, pp. 115-116.

KHANIKOFF N. de (1861), Mémoire sur la partie méridionale de l’Asie centrale, Paris : Imprimerie de L. Martinet.

KORINMAN M. (1987), “Friedrich Ratzel (1844-1904). De la géographie politique à la géopolitique”, in F. Ratzel, La géographie politique. Les concepts fondamentaux, choix de textes et trad. par F. Ewald, Paris, Fayard, pp. 19-25.

LARUELLE M. (2002), “Les ambiguïtés de l’idéologie eurasiste kazakhe. Ouverture sur le monde russe ou fermeture nationaliste ?”, Russie-Asie centrale. Regards réciproques. La partition en question, Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, Paris, n° 34, juillet-décembre, pp. 119-134.

MACKINDER H.J. (1904), “The Geographical Pivot of History”, The Geographical Journal, vol. 23, n° 4, pp. 421-437.

MAKSHEEV A. (1878), Geograficheskie svedenija Knigi Bol’shogo cherteja o Kirgizskikh stepjakh i Turkestanskom krae [Renseignements géographiques du Livre du Grand tracé au sujet des steppes kirghizes et du district du Turkestan], Izvestija Rossijskogo Imperatorskogo Geogaficheskogo Obshchestva [Bulletin de la Société impériale russe de géographie], t. 14, pp. 1-41.

MAKSIMENKO V.I (2003), Rasshirennye tezisy k diskussii po geostrategicheskom znachenii Srednej (Central’noj Azii) v mezhdunarodnykh otnoshenijakh nachala XXI veka] [Résumé développé pour une discussion sur le sens géostrategique de l’Asie du Milieu (du Centre) dans les relations internationales du début du XXIe siècle], Vostok-Oriens, n° 4, pp. 64-75.

MASAL’SKIJ V. (1900), “Srednjaja Azija / Central’naja Azija” [Asie du Milieu / Asie centrale], in F.A. Brogauz, I.A. Efron (ed.), Enciklopedicheskij slovar’, Saint-Pétersbourg, Brogauz-Efron, t. 31, 351 p.

MASAL’SKIJ V.I. (1913), Rossija. Polnoe geograficheskoe opisanie nashego otechestva, nastol’naja i dorozhnaja kniga, t. 19, Turkestanskij kraj [La Russie. Description complète de notre Patrie. Le Territoire du Turkestan], Saint-Pétersbourg, A.F. Debrien.

MUSHKETOV I.V. (1886), Turkestan. Geograficheskoe i orograficheskoe opisanie po dannym, sobrannym vo vremja puteshestvija s 1874 po 1880 g. [Turkestan. Description géographique et orographique d’après des données rassemblées à l’époque des voyages de 1874 à 1880], t. 1, Saint-Pétersbourg, M.M. Stasjulevich [2ème éd. 1915].

OBRUCHEV V.A. (1948), “Vklad russkikh uchenykh v issledovanie Central’noj Azii” [Apport des savants russes dans la recherche sur l’Asie centrale], Trydy Vtorogo Vsesojuznogo geograficheskogo s’ezda – 1947 [Travaux du deuxième congrès pansoviétique de géographie], t. 1, Moscou, 1948, pp. 91-108.

RABALLAND G., ZINS M.-J. (2003), “Introduction : La question de l’enclavement en Asie centrale”, CEMOTI (Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien), n° 35 (janvier-juin), La question de l’enclavement en Asie centrale, pp. 7-15.

RAFFESTIN Cl., LOPRENO D., PASTEUR Y. (1995), Céopolitique et histoire, Lausanne, Payot.

RICHTHOFEN F. von (1877), China. Ergebnisse eigener Reisen und darauf gegründeter Studien, Bd. I, Berlin, D. Reimer.

SEMENOV P.P. (1900), Okrainy Rossii. Sibir’, Turkestan, Kavkaz i poljarnaja chast’ Evropejskoj Rossii [Périphéries de la Russie. Sibérie, Turkestan, Caucase et partie européenne de la Russie], Saint-Pétersbourg, Brokgauz-Efron.

SEMENOV-TJANSHAN’SKIJ P.P. (1896), Istorija poluvekovoj dejatel’nosti imperatoskogo russkogo geograficheskogo obschesvta 1845-1895 [Histoire des activités de la Société impériale russe de géographie pendant le demi-siècle 1845-1895], avec l’aide d’A.A. Dostoevskij, chast’ 2, otdel 4, Saint-Pétersbourg, V. Bezobrazova & K°.

SHPRINCIN A.G. (1976), “Oboznachenie toponimov “Srednjaja Azija” i “Central’naja Azija” v razlichnykh jazykakh” [Signification des toponymes “Asie du Milieu” et “Asie du Centre” dans les langues diverses], in Strany i narody Vostoka [Pays et peuples de l’Orient], t. 18, Moscou, Nauka, pp. 281-286.

SNESAREV A.E. (1906), Indija kak glavnyj factor v sredneaziatskom voprose [L’Inde comme facteur principal dans la question centre-asiatique], Saint-Pétersbourg, A.S. Suvorin.

TRESHNIKOV A.F. (ed.) (1983), Geograficheskij enciklopedicheskij slovar’. Ponjatija i terminy [Dictionnaire géographique encyclopédique. Concepts et termes], Moscou, Sovetskaja Enciklopedija.

Haut de page

Notes

1 Un congrès consacré à Mackinder et l’Asie centrale a été organisé à Tashkent en décembre 2004 par l’Université de l’économie mondiale et de la diplomatie, le Centre des études politiques avec l’aide du UK Committee on Central and Inner Asia. En mai 2005 un autre congrès a été organisé par la Westminster International University in Tashkent sous le titre Business at the Heart of Central Asia. Même la revue officielle de l’Académie des sciences de l’Ouzbékistan Obshchestvennye nauki v Uzbekistane a publié un article où le concept de Mackinder et ses dérivés sont présentés comme des idées scientifiques nouvelles, discutées parmi les scientifiques aux États-Unis, sans la moindre critique [Juldasheva, 2004].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Humbolt, carte de l’Asie centrale avec les subdivisions, 1843
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1923/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 2 : Division de l’Asie selon Richthofen
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1923/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 3 : Reconstitution schématique de l’Asie centrale « à la russe » des scientifiques des années 1820-1850 de G. Meyendorff, de Ju. Klaporth, de Ja. Bachurin et Ja. Khanykov
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1923/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 4 : Carte de l’Asie de Huntington (1907, fin du livre) et position des centres de l’Asie centrale de l’époque
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1923/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 5 : Schéma de la Russie - Eurasie ou du monde du Milieu (Sredinnyj mir) de Fadeev, Danilevskij et Lamanskij, années 1860-1870
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1923/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 6 : Schéma russe de subdivision de l’Asie, années 1910
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1923/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 7 : Réédition en 1951 de l’ouvrage de Nikita Ja. Bichurin, Renseignements sur les peuples ayant habité en Asie Centrale aux époques anciennes, par S.P. Tolstov, A. N. Bernshtam et N. V. Kjuner, où des termes modernes ont été ajoutés, entre crochets, aux titres des chapitres (vol I, p. 3 ; vol II, p. 3, 139)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1923/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 8 : Scénarios existants et nouveaux concepts opérationnels pour définir l’Asie Centrale
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1923/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Svetlana Gorshenina, « Comment penser l’Asie du Milieu et l’Asie du Centre ? », Espace populations sociétés, 2007/1 | 2007, 15-31.

Référence électronique

Svetlana Gorshenina, « Comment penser l’Asie du Milieu et l’Asie du Centre ? », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/1 | 2007, mis en ligne le 30 août 2009, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/1923 ; DOI : 10.4000/eps.1923

Haut de page

Auteur

Svetlana Gorshenina

Université de Lausanne
Faculté des Lettres, Langues slaves
Anthropole, UNIL
1015 Lausanne
Suisse
UMR 7041
Archéologie et Sciences de l’Antiquité
Maison René Ginouvès
21, allée de l’Université
92033 Nanterre Cedex
Avenue de la Sallaz, 54
1010 Lausanne
Suisse
gorsheni@canoe.ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org