Navigation – Plan du site
Articles

Les migrations forcées en Asie centrale post-soviétique (1991-2005)

Forced Migrations in Post Soviet Central Asia (1991-2005)
Françoise Rollan
p. 33-45

Résumés

La formation de nouveaux États avec des options politiques différentes ainsi que l’implosion des États sont des facteurs favorisant l’exode des populations. L’article se propose de traiter des migrations forcées dans les cinq États d’Asie centrale. Il s’agit de migrations pour raisons politiques. Par migrations forcées nous entendons des migrations non voulues, non longuement réfléchies et qui ne font donc pas partie d’un projet de migration, ni de stratégie d’installation. Nous nous proposons d’examiner les migrations internationales et les déplacements internes de population concernant ces pays. Elles peuvent résulter d’une crainte de perdre des droits depuis l’Indépendance des Républiques centrasiatiques, de la part de populations non autochtones. Elles concernent plusieurs centaines de milliers de personnes, comme les Russes, les Allemands et autres peuples déportés par Staline. Elles peuvent aussi résulter d’évènements violents comme la guerre civile au Tadjikistan qui a aussi entraîné le déplacement interne ou externe de plusieurs centaines de milliers de Tadjiks. Elles peuvent aussi être plus réduites et ne concerner que quelques centaines de migrants comme lors d’évènements politiques récents : infiltrations d’islamistes radicaux en Ouzbékistan ou au Tadjikistan, coup d’état au Kirghizstan, ou le soulèvement d’Andijan en Ouzbékistan. Dans tous ces cas, il y a une opposition pacifique ou violente au gouvernement en place que la migration soit initiée par le migrant ou par le gouvernement lui-même. Les statistiques utilisées sont celles fournies par le Haut Commissariat aux Réfugiés et par quelques ONG travaillant dans ces républiques.

Haut de page

Texte intégral

1La formation de nouveaux États, la restructuration tout comme l’implosion d’États existants sont les facteurs clefs de l’exode forcé des populations [Schmeidl, 2001, p. 84]. L’effondrement de l’URSS, le 8 décembre 1991, voit l’émergence, en Asie centrale, de cinq États indépendants (figure 1), dont quatre n’ont pas attendu la fin officielle de l’Union soviétique pour s’en détacher : le Kirghizstan (le 31 août 1991), l’Ouzbékistan (le 9 septembre 1991), le Tadjikistan (le 9 septembre 1991), le Turkménistan (le 27 octobre 1991). Seul le Kazakhstan n’a déclaré son indépendance que le 16 décembre 1991. Même si les voies suivies vers la démocratie et l’économie de marché diffèrent dans ces États, il faut noter que même chez ceux qui ont instauré une véritable dictature (Turkménistan et Ouzbékistan), les « sociétés civiles » se sont réveillées, la privatisation, l’esprit d’entreprise se sont développés et l’ouverture aux partenaires régionaux et à l’international est un fait acquis.

Figure 1 : Carte de présentation

Figure 1 : Carte de présentation

2L’Ouzbékistan, le pays le plus peuplé (plus de 27 millions d’habitants en 2007), celui qui a l’accroissement naturel le plus fort (17‰) a une population homogène. Les Ouzbeks y représentent 80% de l’ensemble et les Russes ne sont plus que 5,5%.

3Le Kazakhstan, le plus grand par sa superficie (2 717 300 km2) est le second par sa population (moins de 15 200 000 habitants en 2007), mais celle-ci a diminué depuis l’Indépendance du fait des migrations et de la forte baisse de l’accroissement naturel, le plus faible de toute l’Asie centrale : de 13,4‰ en 1991, il est passé à 4,6‰ en 2000. C’est aussi le pays qui compte le plus fort taux de Russes dans sa population (30%) et le plus faible taux de population éponyme (53,4% de Kazakhs en 1999). C’est un État multiculturel avec de nombreux autres groupes ethniques. Malgré le déplacement de la capitale du sud (Almaty) vers le nord (Astana) où sont concentrés les Russes, le déséquilibre nord-sud se poursuit du fait du départ des populations européennes (surtout du nord) et ce malgré l’incitation au retour des Kazakhs de l’étranger. Officiellement, ils sont plus de 322 000 à être revenus. Le Kazakhstan et l’Ouzbékistan se disputent le leadership régional.

4Le Turkménistan a une population relativement homogène de 5 200 000 habitants dont 77% de Turkmènes, 9,2% d’Ouzbeks, 6,7% de Russes, 2% de Kazakhs. Son accroissement naturel est très élevé (13,1‰).

5Le Kirghizstan a, dès l’Indépendance, adopté une politique qui s’est voulue démocratique sous la présidence d’Askar Akaev, ancien président de l’Académie des Sciences. Sa population, multiculturelle, compte près de 5 500 000 habitants. Le dynamisme démographique des Kirghizes et des Ouzbeks, l’émigration massive des Russes, des Ukrainiens et des Allemands ont changé la composition de cette population. En 1999, les Kirghizes représentent 64,9%, les Ouzbeks 13,8%, les Russes 12,5% et les 8,8% restant sont répartis entre un grand nombre d’ethnies (Dougans, Ukrainiens, Ouighours, Tatars, Kazakhs, Tadjiks, Turcs, Allemands, Coréens, etc.). Le principal problème démographique tient à une répartition inégale des ethnies les plus importantes et de leur concentration. Les Ouzbeks sont essentiellement dans la vallée de la Ferghana, région déjà très densément peuplée et très pauvre, ce qui crée des tensions avec les Kirghizes pour le partage des terres et de l’eau.

6Le Kirghizstan est, avec le Tadjikistan, un des pays les plus pauvres d’Asie centrale. Tous deux sont sans ressources énergétiques fossiles. Mais grâce aux fleuves Amou Daria et Sir Daria et à leurs affluents alimentés par la fonte des neiges de leurs hautes montagnes, ils ont pu développer l’énergie hydroélectrique.

  • 1 Pour les données de ce paragraphe, voir Radvanyi, 2003.

7Le Tadjikistan a en 2006, une population de 6 650 000 habitants composée essentiellement de Tadjiks (près de 80%), d’Ouzbeks (17%), de Russes (1,1%), le reste ne représentant que 2%. Il exporte de l’électricité, de l’aluminium et du coton1.

8L’importance géostratégique de cette région d’Asie centrale n’échappe ni à la Russie ni aux États-Unis qui, depuis le 11-septembre, tentent d’y prendre ou reprendre pied. Trois des pays qui la composent ont une frontière avec la Chine : Kazakhstan, Khirghistan et Tadjikistan. Trois ont aussi une frontière commune avec l’Afghanistan : Tadjikistan, Ouzbékistan et Turkménistan. Aucune des frontières n’est totalement étanche, d’où des possibilités de passage pour les migrants qui veulent quitter leur pays. L’insécurité qui règne dans ces États, l’absence de libertés, la toute puissance du pouvoir politique ont poussé un certain nombre de personnes à fuir à l’étranger.

9Cet article, qui traite de « migrations forcées » au sens de « migrations forcées politiques » en Asie centrale post-soviétique depuis l’Indépendance jusqu’en 2005, se propose d’étudier les déplacements externes comme les déplacements internes des populations, mais exclut les déplacements économiques ainsi que les déplacements pour grands travaux de développement. Des précisions seront apportées sur les migrations forcées et sur la fiabilité des données. Trois types de migrations politiques sont considérés ici. Les deux premiers peuvent être considérés comme des exemples de migrations en masse : l’un est essentiellement de nature pacifique, l’autre est violent. Le troisième type concerne un nombre beaucoup plus limité de personnes. Le type le plus pacifique de migration en masse concerne les Russes, les Allemands et quelques autres peuples européens ou asiatiques (peuples bannis du stalinisme) qui tentent de revenir dans leur patrie respective après l’Indépendance, car ils pensent qu’en restant, ils perdraient leurs droits et deviendraient des citoyens de seconde classe, les peuples titulaires prenant la direction des affaires politiques, sociales et économiques. Ils auraient peut-être pu choisir de rester dans le pays où ils avaient passé la plus grande partie de leur vie et souvent, où ils étaient nés. L’autre cas de migration en masse, plus violent, intervient au moment d’une guerre civile comme ce fut le cas au Tadjikistan. Plutôt que de courir le risque d’être tuées, des centaines de milliers de personnes ont préféré fuir. Le troisième type de migrations politiques, le plus récent, est provoqué par des événements politiques très localisés, comme un changement politique ou une émeute obligeant les opposants à fuir, ou encore par un dirigeant qui décide d’exiler certaines populations pour des raisons politiques.

1. Quelques précisions sur les migrations politiques forcées

1.1. Les différents types de migrations politiques forcées

  • 2 Internally Displaced Persons.

10Elles comprennent deux catégories principales : la première inclut les populations déplacées à l’intérieur du pays (IDPs)2 prises au piège de conflits armés ou d’événements politiques tels que le bon vouloir ou la malveillance de leur propre gouvernement ; la seconde concerne les personnes déplacées au-delà des frontières du fait d’une guerre civile ou d’événements politiques graves les empêchant de rester dans leur pays d’origine. Cette deuxième catégorie correspond aux réfugiés. Dans cet article nous examinerons la migration des personnes déplacées à l’intérieur des pays, comme celles qui franchissent une ou plusieurs frontières.

11Il faut rappeler que les migrations forcées produisent un nombre variable de réfugiés et de demandeurs d’asile. Les réfugiés, personnes déplacées hors de leur pays, peuvent recevoir l’aide internationale, alors que les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays ne le peuvent pas, puisqu’elles demeurent sous la « protection » de leur État. Dans le meilleur des cas, elles peuvent bénéficier de l’aide d’ONG.

  • 3 http://www.unhcr.ch/french/html/menu3/b/o_c_ref_fr.htm

12Selon la législation internationale, le mot « réfugié » a un sens très précis, qui a été établi en 1951, par la Convention relative au statut des réfugiés3. Dans cette Convention, les réfugiés sont définis comme des personnes qui sont hors de leur pays d’origine ou de celui où ils vivent habituellement, qui craignent avec raison d’être persécutées, à cause de leur race, religion, nationalité, ou de leur appartenance à un groupe social ou leur opinion politique ; et qui ne peuvent, ou, du fait de cette crainte, ne veulent se réclamer de la protection de ce pays ; ou qui si elles n’ont pas la nationalité et se trouvent hors du pays dans lequel elles avaient leur résidence à la suite de tels événements ne peuvent ou, en raison de ladite crainte, ne veulent y retourner.

13Les demandeurs d’asile sont les personnes qui attendent d’être reconnues officiellement comme réfugiés, par le gouvernement concerné.

14Les personnes déplacées à l’intérieur du pays (IDPs) fuient leurs résidences pour les mêmes raisons que les réfugiés, sans passer la frontière et espèrent revenir dès que la situation s’améliorera. En outre, il existe, en Asie centrale postsoviétique, des personnes déplacées à l’intérieur des territoires nationaux, par volonté politique des gouvernements et qui ne peuvent espérer retrouver leurs habitations car elles sont exilées et assignées à résidence dans des régions très éloignées. Les réfugiés peuvent espérer retrouver leurs résidences si la situation s’améliore mais ils ne sont sûrs de rien. Les demandeurs d’asile savent qu’ils devront rester éloignés très longtemps sinon définitivement.

15Les migrations forcées présentent deux volets, parce qu’elles impliquent deux chemins : le départ des déplacés (déplacement) et leur réinstallation dans leur pays/région d’origine. Pour les demandeurs d’asile, deux volets existent également : ils se rendent d’abord dans un pays en tant que réfugiés, et ensuite demandent l’asile politique à un pays hôte (voisin ou lointain), ce qui nécessite une double installation mais en pays inconnu.

1.2. Fiabilité des données

16Les données des recensements soviétiques fournissent des indications sur les nationalités, chacun étant libre de déclarer sa nationalité, laquelle est indiquée sur le passeport. Un doute peut toujours subsister dans le cas des personnes issues de mariages mixtes qui ont pu opter pour l’une ou l’autre, en fonction de la situation politique du moment. Le dernier recensement soviétique a eu lieu en 1989 et permet donc de « faire le point » quant aux différentes nationalités à la veille de l’Indépendance. La plupart des nouveaux États indépendants ont organisé leur premier recensement autour du deuxième millénaire en gardant la nationalité parmi les questions posées.

17Les données statistiques sur les migrations forcées ne sont pas totalement fiables. Celles fournies par le Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies (HCRNU) sont généralement basées sur les données fournies par le pays hôte [UNHCR, 2005b]. Bien que de nombreux pays aient incorporé la définition du « réfugié » des Nations Unies dans leurs lois nationales, de nombreuses raisons rendent très compliqués l’établissement et la mise à jour de statistiques précises :

  • Le Haut Commissariat, les ONG et le pays hôte peuvent avoir des définitions différentes de ce qu’est un réfugié. Les données du Haut Commissariat reflètent le point de vue du pays hôte

  • les conditions très difficiles sur le terrain peuvent entraîner des inexactitudes ;

  • les réfugiés ne sont pas toujours conscients de la nécessité de s’enregistrer

  • certains pays peuvent ajouter d’autres critères, ce qui rend alors toute comparaison impossible

  • bien qu’il existe une définition internationalement reconnue du réfugié, l’attribution du statut de réfugié peut varier d’un pays à l’autre

  • les enregistrements administratifs sont souvent surestimés, parce qu’il est très difficile de radier des personnes
    l’enregistrement des réfugiés n’est pas souvent centralisé, mais conservé au niveau local

  • les réfugiés et les demandeurs d’asile peuvent être enregistrés dans des systèmes administratifs différents

  • les rapatriements volontaires et les réinstallations sont réalisés par des agences gouvernementales différentes

  • dans le cas de migrations massives de réfugiés, quand les gens sont très mobiles, il est très difficile de tenir des registres précis.

18L’instabilité en Asie centrale, après la chute de l’URSS, la période des Talibans et la lutte contre Al Qaeda en Afghanistan, a conduit à une insécurité généralisée dans la région. Tout ceci a déclenché des migrations forcées, concernant soit ceux ayant senti que leur pays était devenu peu sûr à cause de leur origine ethnique ou de leur croyance religieuse et/ou ceux appartenant aux peuples bannis, ceux fuyant une guerre civile ou un brusque événement politique. Il est difficile d’envisager les migrations forcées comme une catégorie monolithique, parce que chaque famille a sa propre combinaison de réseaux, de liaisons et sa situation financière, l’autorisant à avoir plusieurs choix de déplacement. Il est des cas où aucun choix n’est possible, c’est celui des déportations par l’État lui-même.

2. Le premier type de migrants : Les peuples non titulaires des nouvelles républiques

19L’Indépendance a été soudaine et a surpris tous les États d’Asie centrale. Les populations de ces États n’étaient pas prêtes et n’étaient pas d’accord sur la nécessité d’avoir un État indépendant. Pour les populations non indigènes, le choix était difficile. Deux solutions s’offraient à elles : rester sur place et s’adapter à une nouvelle économie, à un nouveau système politique et aux nouvelles réalités culturelles, soit partir. Dans ce dernier cas, le problème était : où aller ? Avec l’effondrement de l’URSS, les Russes et les membres des nationalités non indigènes pouvaient trouver un point de chute dans les nouvelles « nations » où il leur était possible de revenir. Mais il était plus que probable que ces personnes (ou leurs ancêtres) ayant quitté leurs régions d’origine depuis très longtemps, certains depuis plusieurs centaines d’années n’entretenaient plus de relations avec elles. La plupart de ces non locaux n’avaient aucun endroit où aller. Pourtant, les peuples déportés par Staline (plus de 60 nations [Bougai,1996, p. 2] y compris des Russes pour raisons politiques, sociales, religieuses, etc. [Bougai, op. cit. pp.9-24]) ont vu dans l’Indépendance, l’opportunité de rentrer dans leur pays d’origine.

20La Russie et chacun des États d’Asie centrale ont tenté de les persuader de rester. Malgré cela, des millions de personnes ont préféré émigrer. Moralement, ces étrangers ont senti qu’ils étaient forcés d’émigrer, en partie à cause de la montée des nationalismes locaux et à cause de conflits ethniques. Les conflits ethniques ont surgi durant la Perestroïka entre la nation titulaire et une autre nationalité locale : entre Ouzbeks et Kirghiz, entre Ouzbeks et Turcs Meskètes. La guerre civile au Tadjikistan n’a concerné que des Tadjiks. Dans les cinq pays d’Asie centrale, ce sont les personnes les plus jeunes qui ont émigré, excepté au Kazakhstan. Cette migration politique est une migration volontaire liée à la crainte que la situation politique ne se détériore et ne les prenne pour cible.

  • 4 Zakharova Antonina (2002), Southern Kyrgyzstan : New Trends in National Composition and their Effec (...)
  • 5 Id. p. 177.

21À titre d’exemple, entre 1991 et 2000, dans la vallée de la Ferghana, au Kirghizstan, les Russes sont passés de 68 300 à 14 100, les Tatars de 23 900 à 6600, les Ukrainiens de 8200 à 1300, les Biélorusses de 1100 à 100, les Allemands de 700 à 2004, L’émigration continue. En juillet 2002, le département d’État des statistiques d’Osh a enregistré une perte de 486 Russes, 179 Tatars, 55 Ukrainiens, 2 Biélorusses et 9 Allemands5. Ainsi les colons russes et les peuples bannis (déportés par Staline au moment de la Seconde Guerre mondiale) se sont brusquement retrouvés dans un environnement d’insécurité.

2.1. Allemands et autres peuples déportés 6

  • 6 Bougai Nikolai (1996), The Deportation of People in the Soviet Union, New York, Nova Science Publis (...)

22Dès 1937, quelque 210 000 Coréens installés dans les zones frontières de l’Extrême-Orient soviétique, accusés d’espionnage en faveur du Japon furent déportés au Kazakhstan entre la mer d’Aral et le lac Balkhach et en Ouzbékistan [Bougai, op. cit., pp. 28-31]. Entre 1941 et 1945, plus de 1 200 000 Allemands d’URSS ont été envoyés principalement en Asie centrale et secondairement, en Sibérie [Alicheva-Himy, 2005, p. 125]. Plus de 104 000 Polonais ont aussi été forcés de s’installer au Kazakhstan et 70 000 en Ouzbékistan, environ 70 000 Karatchaïs ont été déportés au Kirghizstan et au Kazakhstan, 478 000 Tchétchènes [Bougai, op. cit., p. 110] au Kazakhstan (80%) et au Kirghizstan (20%). Quelque 90 000 Kalmouks ont été envoyés en Sibérie et au Kazakhstan, 25 000 Balkars au Kazakhstan et 15 000 au Kirghizstan. En 1944, ce sont 40 000 Turcs Meskètes qui ont été déportés au Kazakhstan, 30 000 en Ouzbékistan et 16 000 au Kirghizstan. En mai 1944, Staline déporta 200 000 Tatars de Crimée au Kazakhstan et en Ouzbékistan qui furent suivis par près de 42 000 personnes (Bulgares, Grecs et Arméniens de Crimée) [Bougai, op. cit., p. 89]. Nombre d’habitants du Caucase, de différentes ethnies, tels que 90 000 Grecs, Ingouches, Arméniens, Azéris et Lezguiens furent déportées en Asie centrale, ainsi que 9000 Finnois.

23Ainsi, de 1937 à 1944, ce ne sont pas moins de 3 200 000 personnes qui furent déportées en Asie centrale et Sibérie, dont 1 109 000 assignées à résidence au Kazakhstan, et tout ceci dans des conditions épouvantables [Alicheva-Himy, op. cit., pp. 135-137 ; Bougai, op. cit., p. 63].

24Après la chute de l’URSS, et les déclarations d’Indépendance des Républiques d’Asie centrale, qui ont vu l’arrivée au pouvoir des peuples titulaires, la plupart des déportés ont ressenti une insécurité à cause de leurs origines ethniques, car depuis la période stalinienne, ils étaient considérés comme des traitres [Bougai, op. cit., p. 2] et les Allemands, peuple banni, étaient même assignés à résidence, sans possibilité de se déplacer. De plus, depuis l’Indépendance, la langue titulaire, devenue la langue officielle, devait être parfaitement connue pour obtenir un poste que ce soit dans le secteur public ou le secteur privé. Les déportés étaient assimilés aux Russes car ils avaient été installés dans des régions où les Russes prédominaient et parlaient donc parfaitement le russe, mais n’avaient pas appris la langue titulaire. Confrontés au nationalisme des populations locales, ils se trouvaient donc face à un cruel dilemme : soit apprendre leur langue, s’ils restaient, soit faire face à un conflit ethnique dans leur pays d’origine s’ils décidaient de rentrer, car ils ne pourraient récupérer ni leurs maisons ni leurs terres.

25C’est le cas des Tatars : comme la Crimée fait maintenant partie de l’Ukraine, ils deviendraient étrangers dans leur propre pays, sans aucun droit, ni de double nationalité, et incapables de comprendre la langue officielle, l’ukrainien. En dépit de cela, depuis 1989, 200 000 Tatars ont émigré en Crimée.

  • 7 http://www.irinnews.org/report.asp?ReportID=45321&SelectRegion=Central_Asia&SelectCountry=KAZAKHSTA (...)

26Malgré tous les problèmes rencontrés par les migrants, l’Ambassade d’Allemagne à Almaty (Kazakhstan) confirme que quelque 900 000 Allemands d’origine7 avec leurs familles, jeunes pour la plupart, ont décidé d’émigrer en Allemagne entre 1991 et 2005. D’autres sont passés par d’autres ambassades de l’ex-URSS. En Allemagne, on estime à environ deux millions les émigrés « allemands russes » qui sont arrivés sur le territoire national depuis la Perestroïka. Si jusqu’en 1994, ils étaient bien accueillis, la crise économique aidant, ils ne sont plus les bienvenus et sont souvent considérés comme des Allemands de troisième zone.

27Au Kirghizstan, entre 1989 et 1995, le nombre d’Allemands a diminué passant de 101 300 à 26 100 personnes. Entre 1989 et 1999, la part des Russes est passée de 21,5 à 12,5% de la population totale, celle des Ukrainiens est tombée de 2,5 à 1% et celle des Allemands de 2,4 à 0,4%[Elebaeva, 2002, pp. 152-153]. Autant dire qu’il ne reste pratiquement plus d’Allemands au Kirghizstan.

  • 8 D’après, Diener Alexander C. (2004), Homeland Conceptions and Ethnic Integration among Kazakhstan’s (...)

28Le cas du Kazakhstan qui, avant l’Indépendance, était le pays au plus fort pourcentage de populations allochtones, peut servir d’exemple, pour montrer l’ampleur de ces migrations hors d’Asie centrale. (Tableau 1)8

Tableau 1 : Évolution des groupes ethniques au Kazakhstan (1989-1999)

Tableau 1 : Évolution des groupes ethniques au Kazakhstan (1989-1999)
Source : Agentstvo respublicki Kazakhstan po statistikye 1999, p. 101.
  • 9 Kazakhstan: Special report on ethnic Kazakhs and the struggle to return. http://www.irinnews.org/re (...)

29Comme le montre le tableau 1, les Kurdes exceptés, la plupart des Européens et des populations turciques, migrants ou déplacés, ont préféré quitter l’Asie centrale après cinquante ans ou plus de résidence. Peu de Coréens, appartenant pourtant aux peuples déportés par Staline, sont revenus dans leur pays. Cela s’explique par le fait qu’ils sont généralement bien intégrés : outre leur langue, ils parlent le russe et la langue titulaire, ils ne craignent donc pas de rester. La même remarque peut être faite pour les Dounganes, Chinois musulmans arrivés en Asie centrale (principalement au Kazakhstan et au Kirghizstan) dans la seconde moitié du 19ème siècle. Au total, la différence entre le nombre de populations allochtones entre les deux dates, présente un solde négatif de près de trois millions de personnes, solde partiellement comblé par le retour d’un nombre important de Kazakhs expatriés au moment de la collectivisation, des répressions staliniennes et de la grande famine9.

2.2 Les Russes du Kazakhstan et des autres pays d’Asie centrale

30Selon le recensement de l’URSS de 1989, l’Asie centrale comptait 9 500 000 Russes, ce qui représentait 19,3% de l’ensemble de la population. Les Russes formaient 37,8% de la population du Kazakhstan (soit 6 228 000), 21,5% de la population du Kirghizstan (917 000), contre 9,5% de celle du Turkménistan (334 000), 8,4% de l’Ouzbékistan (1 653 000) et 7,6% du Tadjikistan (388 000) [Tishkov, 1997, p. 128]. Depuis le début des années soixante-dix, la population russe d’Asie centrale avait diminué : entre 1979 et 1989, la perte s’élevait à plus de 2 400 000 personnes. Ce qui alarmait le plus les Russes, était le changement de politique de l’Union envers la région : depuis la fin des années quatre-vingts, les Soviets se désengageaient progressivement de l’Asie centrale [Laruelle, Peyrouse, 2005, p. 27]. En Russie même, la pression de l’opinion publique ne faisait que croître afin que l’État se sépare des cinq Républiques d’Asie centrale, que la majorité trouvait corrompues, inefficaces et dirigées par des mafias criminelles [Juska, 1999, p. 540].

31La crainte d’un conflit ethnique est la principale raison ayant poussé les Russes et d’autres nationalités étrangères à quitter l’Asie centrale. Le pire avait été évité lors des incidents d’Almaty les 17-18 décembre 1986 [Chinn, Kaiser, 1996, pp. 195-196]. La situation économique était catastrophique, le chômage très fort. Cela a d’abord touché la population urbaine russe : les Russes se sentaient « évincés » de leurs emplois prestigieux et « obligés de partir » de la République où ils vivaient. Les nouvelles lois sur la langue et la citoyenneté, l’amenuisement des chances pour les enfants d’étudier dans leur langue, les discours anti-russes ainsi que les réactions des fondamentalistes locaux ont provoqué des réactions psychologiques pénibles parmi eux. La situation était de plus aggravée par les menaces contre les « Européens » [Tishkov, op. cit., p. 128]. Avec l’Indépendance la situation s’était brutalement renversée contre les Russes qui devaient apprendre la langue titulaire pour prouver leur loyauté, comme auparavant les peuples indigènes devaient apprendre le russe eux aussi pour prouver leur loyauté envers l’État soviétique. Ce qui inquiétait aussi les Russes, c’est que la double nationalité leur était refusée.

  • 10 La dégradation des relations interethniques est la principale raison donnée en faveur de l’émigrati (...)

32Les populations « européennes » ont donc fui l’Asie centrale après la chute de l’URSS, par peur de conflits ethniques10, parce que la possibilité d’étudier dans leur langue (principalement en russe) devenait difficile et qu’ils devaient apprendre les langues locales devenues langues officielles, ce qu’ils avaient presque toujours refusé. Mais surtout les postes de commandement leur étaient disputés par les populations indigènes et il leur était devenu difficile de trouver un emploi. Ils étaient brutalement devenus étrangers dans « leur pays », et le nationalisme local et l’insécurité ne faisaient que croître. L’avenir était plus qu’incertain quant à leur survie d’autant plus que Moscou semblait les avoir abandonnés.

33La guerre civile, l’insécurité, la lutte des clans pour le pouvoir, l’infiltration de groupes armés d’islamistes radicaux (Mouvement Islamique d’Ouzbékistan et Hizb ut Tahrir) voulant à tout prix établir la Charia ou tuer le chef de l’État (Ouzbékistan), sont les raisons qui sans aucun doute ont amené les populations locales à se réfugier vers les pays voisins dans un premier temps lorsque cela était possible, avant peut-être de quitter définitivement l’Asie centrale.

3. Les autres types de migrations politiques 

34Toutes les migrations politiques ne donnent pas lieu à des migrations en masse, comme celles examinées précédemment. Cependant, elles peuvent aussi concerner des centaines de milliers de personnes mais qui effectuent des déplacements internes, et qui, la sécurité revenue, retrouvent leur domicile. Toutefois lorsque l’entente est impossible avec le pouvoir en place et que leur vie est menacée, un certain nombre de personnes choisissent de fuir et de passer la frontière.

3.1. Ceux qui fuient la guerre civile et l’insécurité, le cas du Tadjikistan

  • 11 Zviagelskaya Irina (1997), The Tajik Conflict, Central Asia and the Caucasus, Database, 30 p. http: (...)

35Entre 1992 et 1997, le Tadjikistan a été dévasté par une guerre civile responsable de la mort de 100 000 à 300 000 personnes [Kuzmin, 2001, p. 191]. Ce fut la guerre la plus sanglante après la chute de l’URSS et avant la guerre de Tchétchénie. Elle débuta entre les Forces Démocratiques Islamistes et le Front populaire des forces communistes de Leninabad et Kulyab, soutenues par les Ouzbeks locaux. Le Front populaire refusa de reconnaître le gouvernement national de réconciliation établi sous la pression du bloc démo-islamiste. Les forces islamistes étaient poussées par les fondations islamistes internationales et les États islamistes, au premier rang desquels, les pays arabes et le Pakistan11. Le Front populaire, soutenu par les Ouzbeks locaux, l’Ouzbékistan et l’armée russe stationnée au Tadjikistan, prenait lentement l’avantage dans le pays. Islam Karimov réagit rapidement car les événements de l’État voisin pouvaient provoquer une éruption de violence islamiste dans son propre pays, et principalement dans la vallée de la Ferghana où les fondamentalistes avaient déjà tenté d’établir la Charia.

  • 12 UNHCR (2006), Statistical Yearbook 2004, Trends in Displacement, Protection and Solution, http://ww (...)

36Durant la guerre civile, un grand nombre de personnes furent déplacées à l’intérieur du pays. Craignant pour leur vie, elles fuyaient les zones de combats et se réfugiaient dans des secteurs plus calmes. Au total quelque 600 000 personnes se sont déplacées. Ainsi en 1993, le HCR s’est occupé de 520 000 Tadjiks déplacés à l’intérieur du pays, de 16 000 en 1994, de 16 700 en 1995 et de 25 285 en 1996 (tableau 2a). Un nombre moins important a cherché asile dans différents pays. Leur nombre diffère selon les années. Le problème est de comptabiliser les réfugiés tadjiks. Le Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies (HCR) décompte les réfugiés et les demandeurs d’asile dans le pays où il intervient. La guerre civile terminée, les départs ont continué. Mais il faut préciser que tous les réfugiés dont s’occupe le HCR au Tadjikistan ne sont pas des ressortissants de ce pays. Parmi les tableaux fournis par le HCR12, trois sont intéressants pour le sujet traité.

Tableau 2a : Évolution de la population réfugiée au Tadjikistan 1993-2004 par catégories

Tableau 2a : Évolution de la population réfugiée au Tadjikistan 1993-2004 par catégories

37Le tableau 2a donne la population dont s’occupe le HCR par catégories (réfugiés, demandeurs d’asile, réfugiés rentrés au pays, déplacés internes, les déplacés internes de retour, les apatrides), ce qui donne une évaluation des réfugiés dans le pays cité.

38Le tableau 2b fournit l’origine de la population réfugiée par nationalité, mais seules les principales sont citées. Ainsi pour le Tadjikistan, il n’est fait mention que des réfugiés afghans, d’ailleurs accueillis en nombre restreint par chacune des nouvelles Républiques qui craignaient que ces réfugiés ne soient infiltrés par des islamistes extrémistes.

Tableau 2b : Évolution de la population réfugiée au Tadjikistan 1993-2004 par nationalité

Tableau 2b : Évolution de la population réfugiée au Tadjikistan 1993-2004 par nationalité

39Le tableau 2c précise la destination des réfugiés et des demandeurs d’asile en provenance du Tadjikistan à la fin de l’année de la demande. Ainsi ces statistiques permettent d’avoir une idée des mouvements qui se passent entre les pays d’Asie centrale.

Tableau 2c : Évolution de la population réfugiée en provenance du Tadjikistan 1993-2004 par pays

Tableau 2c : Évolution de la population réfugiée en provenance du Tadjikistan 1993-2004 par pays

40D’autres migrations politiques ne concernent qu’un nombre restreint de personnes. Dans cette catégorie, il faut différencier ceux qui se sentent obligés de fuir à l’étranger, car leur vie est en danger du fait de certains événements imprévisibles, mais dans lesquels ils se sont impliqués, de ceux qui pour des « raisons de sécurité » sont déportés et assignés à résidence dans leur propre pays, mais loin de leur domicile et dans des régions au climat hostile, car selon les autorités, « ils mettent en danger le pays ».

3.2. Ceux qui fuient des événements politiques soudains, brutaux

41Il faut citer deux cas : le premier a abouti à un changement du chef de l’État et dans ce sens il a réussi. L’autre a abouti à une terrible répression, renforçant même le pouvoir en place par un régime encore plus autoritaire.

42La Révolution « des tulipes » du Kirghizstan (Février 2005) a provoqué la chute du chef de l’État Akaiev, qui a dû se réfugier en Russie avec sa famille et quelques-uns de ses partisans. Le clan Akaiev détenait tous les postes importants tant politiques qu’économiques du pays et ne laissait aucune place ni aux clans du sud (Ferghana), ni à ceux du centre (Naryn). La révolte est venue du sud, de la région d’Osh (vallée de la Ferghana), région très peuplée et où les populations sont très mélangées (fortes minorités ouzbeks et tadjikes) et particulièrement pauvres. Beaucoup plus grave a été la révolte d’Andidjan (Ouzbékistan).

43Les événements d’Andidjan (Mai 2005) : les troubles ont débuté par la prise de la prison d’Andidjan où étaient détenus de supposés dangereux islamistes qui devaient être jugés le 13 mai 2005. La foule s’était massée sur la place devant le bâtiment de l’administration régionale. La répression fut sanglante. L’armée et les forces spéciales tirèrent dans la foule utilisant même des canons. Toutes les ONG s’accordent pour évaluer le massacre à environ 1000 morts. Devant ces représailles, ce fut le sauve-qui-peut. Certains se sont précipités vers la frontière kirghize (à 20 km), la traversant comme ils pouvaient. Il est difficile de dire, combien de réfugiés ont passé la frontière, peut-être 2000, mais seulement un millier d’entre eux, arrivés de Bichkek, se sont enregistrés auprès du HCR. Certains ont préféré se cacher, car les membres du SNB ouzbek (police secrète) ont l’habitude de procéder à des enlèvements côté kirghize où les Ouzbeks sont nombreux dans cette partie de la Ferghana. Dès juillet 2005, les réfugiés reconnus ont été transférés à Bichkek afin d’être mieux protégés. 439 Ouzbeks ayant reçu le statut de réfugiés du HCR, ont été envoyés à Timisoara (Roumanie) en attendant que leur demande d’asile soit acceptée par un pays. Aujourd’hui, certains des rescapés d’Andidjan, réfugiés au Kirghizstan, vont se placer sous la protection du HCR afin d’obtenir le statut de réfugié et pouvoir fuir. Quatre personnes qui avaient participé aux événements ont été emprisonnées au Kirghizstan et, en dépit des lois internationales auxquelles avait souscrit le Kirghizstan, ont été livrées aux autorités ouzbeks.

3.3. Les déplacés internes pour « menace de sécurité intérieure » du pays

44Ils sont forcés de se déplacer par leur gouvernement et ne pourront en aucun cas recevoir ni aide ni protection de leur gouvernement, d’une organisation internationale, ou même d’une ONG. Ils perdent leurs terres, leur capital social et leurs réseaux [Cernea, McDowell, 2000, p. 20].

45Le cas du Turkménistan : Depuis 2002, le Président Saparmurat Niyazov utilise la délocalisation forcée de ceux qu’il considère comme déloyaux à son régime. Ainsi le décret du 19 novembre 2002 délocalise de force les personnes « qui troublent la tranquillité en société par leur comportement immoral et ne s’acquittent pas de leurs devoirs civiques pour renforcer l’économie du pays, et qui ont perdu la confiance et méritent d’être condamnés ». Ces personnes doivent être réinstallées dans divers secteurs du sud et du nord-ouest du Turkménistan.

46Ce décret a été utilisé pour bâillonner la minorité ouzbek qui est considérée comme une menace par le régime. Ainsi, en janvier 2003, quelque 2000 Ouzbeks de la frontière turkméno-ouzbek ont été envoyés dans la région du désert de Balkan au nord, sans eau ni terre cultivable, ce qui offre peu d’espoir de survie.

  • 13 Protecting internally displaced persons in the OSCE area : A neglected commitment. OSCE human Dimen (...)

47Cette délocalisation forcée a aussi été utilisée pour les opposants politiques et leurs parents, ainsi que pour les membres du gouvernement tombés en disgrâce, ou encore pour les membres des minorités religieuses ou les personnes abritant une réunion de groupes religieux non reconnus (Baptistes, Adventistes, Témoins de Jéhovah, etc.)13

  • 14 Trapped in displacement. Internally displaced people in the OSCE Area, Vienna Meeting, 4-5 November (...)

48Il est même prévu que des volontaires soient encouragés à aller dans ces régions déshéritées afin de réaliser une répartition rationnelle de la main-d’œuvre. Si les volontaires ne sont pas assez nombreux, il y aura des réinstallations forcées 14 .

49Les déplacés internes sont logés dans des villages et n’ont ni électricité, ni gaz. L’eau provient de puits ou d’autres sources (rivières, canaux, lacs). Les moyens de communication sont interdits (téléphone compris) et les déplacements limités.

  • 15 Internal Displacement. Global Overview of Trends and Developments in 2005, Norvegian Refugee Counci (...)
  • 16 Uzbekistan: “Internal Displacement in the OSCE Region” A report compiled by the Global IDP Database (...)

50Le cas de l’Ouzbékistan : Après les violents accrochages d’août 2000, entre les forces armées ouzbèk et les groupes armés du Mouvement Islamique d’Ouzbékistan qui tentaient de pénétrer dans le sud-est de l’Ouzbékistan, le gouvernement ouzbèk délocalisa de force environ 3400 résidents d’origine Tadjik15 de 22 villages de la région frontière du Tadjikistan (Province de Surkhandaria). Le gouvernement déclara l’évacuation des civils comme nécessaire afin de sécuriser la zone16. Après deux mois dans un camp temporaire, ces villageois ont été transférés en novembre 2000, dans un nouveau village à 200 km de leur domicile. Ils ont dû tout abandonner. Ils étaient supposés cultiver la terre et refaire leur vie. Mais depuis leur réinstallation, ils ont été laissés sans assistance humanitaire, ni protection. L’eau potable manque, les maisons s’effondrent et la nourriture est insuffisante.

  • 17 Protecting internally displaced persons in the OSCE area, op. cit., p.34.

51Ces communautés sont soumises aux harcèlements de la police et des autorités judiciaires. Leurs déplacements sont limités, ils ne peuvent pas aller dans les centres urbains, pas plus qu’ils ne peuvent se rendre dans leurs villages d’origine. Ces villages ont été détruits et des mines sont disposées le long de la frontière avec le Tadjikistan et le Kirghizstan17.

Conclusion

52Insécurité - autoritarisme, conflit ethnique - instabilité, régimes claniques - mécontentement grandissant ont balayé les espoirs de démocratie et de liberté.

53Si la chute de l’URSS a permis une plus grande liberté de mouvement, elle a conduit, principalement en Asie centrale, à une prolifération de conflits ethniques et religieux. L’instabilité économique et politique, l’insécurité permanente ont provoqué la fuite de millions de personnes de leur lieu de résidence. La période de transition n’a pas encore permis d’instaurer la démocratie, mais plutôt a conduit les élites politiques à favoriser un système de gouvernement clanique généralisé [Collins, 2006,] qui met de ce fait en danger une partie des populations. En Ouzbékistan, la stabilité politique, obtenue par la répression à l’égard de toute forme d’opposition, n’a fait qu’attiser l’opposition islamique, durement réprimée comme en mai 2005 lors des événements d’Andijan. Peine de mort, torture, enlèvements, disparitions, fermetures d’ONG, d’écoles privées sont tristement célèbres en Ouzbékistan. Au Kazakhstan qui bénéficie de la stabilité, le Président Nursultan Nazarbaiev a renforcé le pouvoir présidentiel en favorisant le clientélisme et en plaçant les membres de sa famille aux postes clés du pays. Tout est contrôlé : le Parlement, la Cour constitutionnelle, les médias, les partis politiques, ce qui empêche toute critique. Le Président Saparmurat Nyazov qui se faisait appeler « Turkmenbashi » (le Père des Turkmènes) disposait de pouvoirs absolus et était à la fois Premier ministre et chef de l’Etat, président à vie. Il contrôlait directement l’administration, la Banque centrale et le pouvoir judiciaire et exerçait une pression énorme sur la population. L’opposition n’existe pas et les opposants qui n’ont pas pu s’enfuir à l’étranger sont soit emprisonnés, soit assignés à résidence dans des régions très inhospitalières, soit ont été supprimés. La mort de S. Nyazov ne changea pas la situation, car son successeur a interdit tout retour d’opposants au pays. Une certaine stabilité est maintenue artificiellement dans ces trois États par les hommes d’État qui ont éradiqué toute opposition (ou pensent l’avoir éradiquée), mais en dépit de ressources énergétiques et minérales importantes l’équilibre reste fragile. Le Tadjikistan et le Kirghizstan, pays de hautes montagnes, sans ressources énergétiques, sinon l’énergie hydroélectrique, extrêmement appauvris depuis l’Indépendance, sont politiquement affaiblis par des oppositions puissantes et où la guerre des clans ne fait que commencer.

54Les régimes autocratiques qui dirigent maintenant ces pays ont restauré les déplacements internes forcés de la période stalinienne et ferment de plus en plus leurs frontières, ce qui laisse augurer des périodes difficiles pour les populations et un nombre encore plus grand de réfugiés.

Haut de page

Bibliographie

ABAZOV Rafis (1999), Central Asia’s Conflicting Legacy and Ethnic Policies: Revisiting a Crisis Zone of the Former USSR, Nationalism and Ethnic Politics, vol. 5, n° 2, pp.62-90.

ALICHEVA-HIMY Bakyt (2005), Les Allemands des steppes : histoire d’une minorité de l’Empire russe à la CEI, Bern, Peter Lang, collection Contacts, bilans et enjeux-6, 352 p.

BOUGAI Nikolai (1996), The Deportation of Peoples in the Soviet Union, New York, Nova Science Publishers, 217 p.

CERNEA Michael M. and McDOWEL Christopher L (eds.) (2000), Risks and Reconstruction: Experiences of Resettlers and Refugees, Washington, D.C.,The World Bank, XVI+488 p.

CHINN Jeff, KAISER Robert (1996), Russians as the new Minority. Ethnicity and Nationalism in the Soviet Successor States, Boulder, Colorado, Westview Press, 308 p.

COLLINS Kathleen (2006), Clan Politics and Regime Transition in Central Asia. Cambridge, Cambridge University Press, 376 p.

DIENER Alexander C. (2004), Homeland Conceptions and Ethnic Integration among Kazakhstan’s Germans and Koreans, Lewinston, The Edwin Mellen Press, 179 p.

ELEBAEVA Ainura (2002), Migration in Post-Soviet Kyrgyzstan : Nature, Trends, and Types, Central Asia and the Caucasus, n°6, pp.151-157.

GITLIN Semyon (2000), Crimean Tatars in Uzbekistan : Problems and Developments, Central Asia and the Caucasus, Journal of Social and Political Studies, n°1, 11 p. http://www.ca-c.org/journal/eng-01-2000/10.gitlin.shtml (26/11/2005).

HELENIAK Timothy (2004), Migration of the Russian Diaspora after the Break-up of the Soviet Union, Journal of International Affairs, Spring, vol.57, n° 2, pp. 99-118.

Internal Displacement. Global Overview of Trends and Developments in 2005, Norvegian Refugee Council, Internal Displacement monitoring Centre, March 2006, 84 p. http://www.internal-displacement.org/

JUSKA Arunas (1999), Ethno-political transformation in the states of the former USSR, Ethnic and Racial Studies, vol. 22, n° 3, pp.524-553.

KAISER Robert J. (1994), The Geography of Nationalism in Russia and the USSR, Princeton, Princeton University Press, 471 p.

LARUELLE Marlène, PEYROUSE Sébastien (2005), Les Russes du Kazakhstan : identités nationales et nouveaux États dans l’espace post-soviétique, Paris, Maisonneuve et Larose, IFEAC, Collection « Bibliothèque d’Asie centrale », 354 p.

Protecting internally displaced persons in the OSCE area: A neglected commitment, 2003, OSCE Human Dimension Implementation Meeting Warsaw, October 2003, Regional report on internal displacement in Europe and Central Asia, Norwegian Refugee Council-Global IDP Project, 36 p. http://www.internal-displacement.org/

RADVANYI Jean (sous la direction de) (2003), Les États postsoviétiques. Identités en construction, transformations politiques, trajectoires économiques, Paris, Armand Colin.

SCHMEIDL Susanne (2001), Conflict and Forced Migration : A Quantitative Review, 1964-1995, in: Aristide R. ZOLBERG and Peter M. BENDA, Global Migrants. Global Refugees. Problems and Solutions, New York, Berghahn Books, pp.62-94.

SMITH Graham (ed. by) (1996), The Nationalities Question in the Post-Soviet States, London, Longman, 2nd edition, 524 p.

SZPORLUK Roman (ed.) (1994), National Identity and Ethnicity in Russia and the New States of Eurasia, Armonk, New York, M. E. Sharpe, 328 p. (The International Politics of Eurasia, Volume 2).

TISHKOV Valery (1997), Ethnicity, Nationalism and Conflict in and after the Soviet Union: The Mind Aflame, London, Sage Publications, 334 p.

Trapped in displacement. Internally displaced People in the OSCE Area. Vienna Meeting, 4-5 November 2004, Norwegian Refugee Council-Global IDP Project, 31 p. http://unpan1.un.org/

TURTON David (2003), Conceptualising Forced Migration, University of Oxford, Refugee Studies Centre, RSC, Working Paper n° 12, 19 p., http://www.rsc.ox.ac.uk

TURTON David, 2003, Refugees and ‘Other Forced Migrants’, University of Oxford, Refugee Studies Centre, RSC Working Paper (Working Paper Series) n°13, 22 p.. http://www.rsc.ox.ac.uk

UNHCR (2005a), 2004 Global Refugee Trends : Overview of populations, new arrivals, durable solutions, Asylum-seekers, Stateless and other persons of concern to UNHCR.

UNHCR (2005b), Statistical Yearbook, 2003. Trends in Displacement, Protection and Solutions.

UNHCR (2006), Statistical Yearbook 2004, Trends in Displacement, Protection and Solution, http://www.unhcr.org/statistics (29/10/2006).

VASSILIEV Alexei (ed. by) (2001), Political and Economic Challenges in the post-Soviet Era, London, Saqi Books, 277 p.

ZARDYKHAN Zharmukhamed (2004), Russians in Kazakhstan and Demographic Change: Imperial Legacy and the Kazakh Way of Nation Building, Asian Ethnicity, vol. 5, n° 1, pp.61-79.

ZOLBERG Aristide R. and BENDA Peter M. (2001), Global Migrants. Global Refugees: Problems and Solutions, New York, Berghahn Books, 369 p.

ZVIAGELSKAYA Irina (1997), The Tajik Conflict. Central Asia and the Caucasus, Database, 30 p. http://www.ca-c.org/dataeng/st_09_zvjag.shtml (27/11/2005).

ZAKHAROVA Antonina (2002), Southern Kyrgyzstan: New Trends in National Composition and their Effect on the Ethnic Situation in the region, Central Asia and the Caucasus, n° 5, pp.175-180.

Haut de page

Notes

1 Pour les données de ce paragraphe, voir Radvanyi, 2003.

2 Internally Displaced Persons.

3 http://www.unhcr.ch/french/html/menu3/b/o_c_ref_fr.htm

4 Zakharova Antonina (2002), Southern Kyrgyzstan : New Trends in National Composition and their Effect on the Ethnic Situation in the region, Central Asia and the Caucasus, n°5, p. 175.

5 Id. p. 177.

6 Bougai Nikolai (1996), The Deportation of People in the Soviet Union, New York, Nova Science Publishers, 217 p.

7 http://www.irinnews.org/report.asp?ReportID=45321&SelectRegion=Central_Asia&SelectCountry=KAZAKHSTAN (06/10/2005). S’il suffit en principe d’avoir un ancêtre allemand et de pouvoir le prouver, ou d’avoir la nationalité allemande inscrite sur le passeport, les démarches sont cependant, longues et difficiles. Elles peuvent prendre de un an à trois ans. Aujourd’hui cette émigration vers l’Allemagne est pratiquement arrêtée et extrêmement difficile. L’Allemagne encourage ces « Allemands Russes » à rester sur place. (Enquête personnelle menée en Allemagne en septembre 2006)

8 D’après, Diener Alexander C. (2004), Homeland Conceptions and Ethnic Integration among Kazakhstan’s Germans and Koreans, p. 4

9 Kazakhstan: Special report on ethnic Kazakhs and the struggle to return. http://www.irinnews.org/report.asp?ReportID=36323&SelectRegion=Central_Asia&SelectCountry=KAZAKHSTAN

10 La dégradation des relations interethniques est la principale raison donnée en faveur de l’émigration lors de l’enquête menée en 1992 dans la CEI (Chinn Jeff, Kaiser Robert (1996), Russians as the New Minority, p.230.)

11 Zviagelskaya Irina (1997), The Tajik Conflict, Central Asia and the Caucasus, Database, 30 p. http://www.ca-c.org/dataeng/st_09_zvjag.shtml (27/11/2005).

12 UNHCR (2006), Statistical Yearbook 2004, Trends in Displacement, Protection and Solution, http://www.unhcr.org/statistics (29/10/2006).

13 Protecting internally displaced persons in the OSCE area : A neglected commitment. OSCE human Dimension Implementation Meeting Warsaw, October 2003, Norwegian Refugee Council-Global IDP Project, p.33.

14 Trapped in displacement. Internally displaced people in the OSCE Area, Vienna Meeting, 4-5 November 2004, Norwegian Refugee Council-Global IDP Project, p.27.

15 Internal Displacement. Global Overview of Trends and Developments in 2005, Norvegian Refugee Council, Internal Displacement monitoring Centre, March 2006, p.79.

16 Uzbekistan: “Internal Displacement in the OSCE Region” A report compiled by the Global IDP Database of the Norwegian Refugee Council (September 2001) (p.16-17) http://www.idpproject.org

17 Protecting internally displaced persons in the OSCE area, op. cit., p.34.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de présentation
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1911/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 1 : Évolution des groupes ethniques au Kazakhstan (1989-1999)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1911/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Tableau 2a : Évolution de la population réfugiée au Tadjikistan 1993-2004 par catégories
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1911/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau 2b : Évolution de la population réfugiée au Tadjikistan 1993-2004 par nationalité
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1911/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 2c : Évolution de la population réfugiée en provenance du Tadjikistan 1993-2004 par pays
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1911/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Rollan, « Les migrations forcées en Asie centrale post-soviétique (1991-2005) », Espace populations sociétés, 2007/1 | 2007, 33-45.

Référence électronique

Françoise Rollan, « Les migrations forcées en Asie centrale post-soviétique (1991-2005) », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/1 | 2007, mis en ligne le 30 août 2009, consulté le 30 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/1911 ; DOI : 10.4000/eps.1911

Haut de page

Auteur

Françoise Rollan

CNRS, UMR 6588-MITI, équipe TIDE
Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine
10 Esplanade des Antilles
Domaine universitaire
33607 Pessac-Cedex
Francoise.Rollan@msha.fr
francoiserollan@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org