Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Stéphane Rosière : Nettoyage ethnique, violences politiques et peuplement

Revue Géographique de l’Est, 2005 (mars), Tome XLV, n°1, 57 pages
Amaël Cattaruzza
p. 425-427
Référence(s) :

Revue Géographique de l’Est, 2005 (mars), Tome XLV, n°1, 57 pages

Texte intégral

1L’objectif de ce numéro est présenté par Stéphane Rosière dès les premières lignes de l’article introductif. Il s’agît de réintroduire la violence politique comme facteur de distribution des hommes sur la terre, alors que celle-ci est souvent sous-estimée par les géographes au profit d’explications s’appuyant sur le milieu, les contraintes naturelles ou l’économie. Pour cela, Stéphane Rosière revient sur la méthodologie permettant une approche géographique de la violence politique et du nettoyage ethnique. Il souligne que ces logiques de pressions ou de violences politiques visant un ou plusieurs groupes sociaux, religieux, ethniques ou nationaux « sont liées au devenir de l’État territorialisé » c’est-à-dire liées « à la création de l’État (statogénèse), à sa défense (guerre interétatique, lutte contre les séparatismes), ou à ses projets d’expansion (doctrines irrédentistes ou impérialistes) » (Rosière, 2005, p.5). Le nettoyage ethnique s’inscrit dans ces logiques comme une violence spécifique dont le but est « de modifier de façon durable le peuplement d’un territoire cible » et qui « nécessite à la fois une pensée organisée, une idéologie et une application méthodique, par le biais de structures appropriées » (Rosière, 2005, p. 6). Avec l’exemple de l’Europe et des Balkans, l’auteur démontre ainsi que ce phénomène prend une place de tout premier ordre dans la répartition actuelle des populations et comme facteur de migration et d’homogénéisation ethnique des territoires. Toutefois, au niveau méthodologique, il rappelle que le nettoyage ethnique pose des problèmes quant à la précision et à la fiabilité des informations collectées et que, pour éviter tout manichéisme, ce processus doit toujours être mis en perspective avec d’autres facteurs comme les dynamiques démographiques ou économiques.

2Les quatre contributions qui suivent cette riche introduction illustrent chacune à leur manière l’éclairage apporté par Stéphane Rosière. S’intéressant au cas de Chypre, André-Louis Sanguin montre, par une analyse rétrospective, comment l’île s’est progressivement partitionnée au cours de la seconde moitié du 20ème siècle. Il identifie et décrit les différentes étapes de cette partition de peuplement : le prélude de la période britannique, lesquels ont divisé les insulaires pour mieux régner, deux périodes de nettoyages ethniques (entre 1960 et 1974, et plus brutalement au cours de l’été 1974), puis une période de statu quo entre la République de Chypre et la « République Turque de Chypre-Nord » (1975-2002). Il revient enfin sur les perspectives actuelles de réunification dans le contexte européen. La cartographie judicieusement sélectionnée permet de prendre toute la mesure de l’homogénéisation ethnique des deux entités.

3Michel Roux s’interroge, quant à lui, sur la part du « nettoyage ethnique » dans l’homogénéisation en cours du Kosovo. À partir d’une recherche minutieuse, il distingue la réalité du nettoyage ethnique des arguments politiques fantasmés par les différentes communautés pour se présenter comme martyrs. Il relativise ainsi un certain nombre de poncifs attribués à la population albanaise dans quelques textes scientifiques serbes (la prolifération démographique albanaise ou l’immigration massive d’Albanais d’Albanie vers le Kosovo). Au final, il souligne les prochains risques régionaux en posant une question-clef pour l’avenir : « les Serbes sont-ils en train de perdre le Kosovo ? » montrant par une carte très révélatrice la ghettoïsation actuelle des Serbes. Son analyse vient nuancer une vision essentiellement « guerrière » du peuplement du Kosovo : « Au bout du compte, il semble que le ‘nettoyage ethnique’ ait joué un rôle numériquement secondaire sur le long terme, mais finalement décisif, en se retournant contre ses promoteurs pour parachever l’albanisation du Kosovo » (Roux, 2005, p. 32).

4Laurence Robin-Hunter et Nicolas Lejeau étudient les nettoyages ethniques qui ont été pratiqués en Bosnie-Herzégovine et Croatie. Les deux textes se complètent puisque l’un fait état du nettoyage ethnique perpétré par les troupes militaires et paramilitaires serbes dans la région d’Herzégovine et au Nord de la Bosnie, tandis que le second traite du cas spécifique de la Krajina de Knin en Croatie, zone principalement peuplée de Serbes avant le conflit et qui est aujourd’hui majoritairement croate. Chacun des deux auteurs décrit ainsi les processus de renversement démographique qui se sont opérés pendant le conflit. Dans le cas de la Bosnie-Herzégovine, Laurence Robin-Hunter montre en particulier comment les discours de propagande d’avant-guerre ont préfiguré la mise en œuvre du nettoyage ethnique. Celui-ci semble se poursuivre après-guerre compte tenu de la difficulté pour les réfugiés et personnes déplacées minoritaires de retourner dans leur foyer. Le cas de la Krajina est différent puisque cette région a d’abord fait l’objet d’un « nettoyage » par les Serbes en 1991, tandis qu’à la fin de la guerre, la situation démographique s’inversait avec la reconquête des troupes croates et la fuite de la plus grande partie des populations serbes.

5Au final, ces contributions permettent d’approcher de manière concrète le caractère multidimensionnel du phénomène de nettoyage ethnique mis en avant et théorisé par Stéphane Rosière. Evidemment, on pourrait s’étonner, compte tenu de l’effet d’attente créé par l’introduction théorique, de la faible amplitude géographique et temporelle des articles présentés (trois concernent les conflits ex-yougoslaves et un Chypre, toujours dans le bassin méditerranéen). En effet, la démonstration de la pertinence de cette notion comme outil d’analyse en géographie de la population aurait pu être renforcée par des exemples plus diversifiés. De fait, avec l’éclatement yougoslave et sa forte médiatisation, le terme de nettoyage ethnique est souvent assimilé aujourd’hui à cette partie du monde. Il aurait été intéressant de voir ce qu’il en est ailleurs en élargissant les exemples régionaux. Cependant, malgré cette réserve, précisons que les différentes approches des auteurs et les spécificités de chacun des cas étudiés permettent largement de dépasser ce « rétrécissement » géographique. Aussi, ce numéro de la Revue Géographique de l’Est me semble avoir atteint son but. Il intéressera sans aucun doute tous les chercheurs étudiant les processus démographiques et de peuplement, et plus généralement, les lecteurs voulant appréhender un phénomène qui reste malheureusement aujourd’hui d’actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amaël Cattaruzza, « Stéphane Rosière : Nettoyage ethnique, violences politiques et peuplement », Espace populations sociétés, 2006/2-3 | 2006, 425-427.

Référence électronique

Amaël Cattaruzza, « Stéphane Rosière : Nettoyage ethnique, violences politiques et peuplement », Espace populations sociétés [En ligne], 2006/2-3 | 2006, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 23 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/1904

Haut de page

Auteur

Amaël Cattaruzza

Université Paris IV – Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org