Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Doryane Kermel-Torrès : Atlas de Thaïlande, structures spatiales et développement

Paris, CNRS-Libergéo / La Documentation Française-IRD, coll. Dynamiques du Territoire-Reclus, 2004, 207 pages
Yves Boquet
p. 424-425
Référence(s) :

Doryane Kermel-Torrès (sous la direction de) : Atlas de Thaïlande, structures spatiales et développement, Paris, CNRS-Libergéo / La Documentation Française-IRD, coll. Dynamiques du Territoire-Reclus, 2004, 207 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage s’inscrit dans la lignée d’autres atlas nationaux publiés dans la même collection, comme ceux du Vietnam (1993) et du Laos (2000) pour ne citer que l’Asie. Préparé par une équipe de douze auteurs et quatre collaborateurs techniques, il présente un portrait vivant d’un pays encore méconnu en France, avec laquelle il présente pourtant nombre d’analogies, de sa dimension et de sa population au poids écrasant de Bangkok.

2Le livre, de lecture aisée, aux cartes souvent expressives, s’articule en neuf chapitres composés d’une introduction de 3-4 pages et d’une série de planches cartographiques commentées. Le plan d’ensemble est assez classique : une présentation générale de la situation du territoire, replacé d’emblée dans son contexte régional (Asie du Sud-Est) et mondial, puis une analyse des structures de la population mettant bien en valeur les minorités ethnolinguistiques et religieuses, et dans le chapitre 3 une évocation claire de la construction nationale thaïlandaise. Viennent ensuite trois chapitres thématiques consacrés à l’agriculture, à l’industrie et au secteur tertiaire. Le chapitre 7 est consacré à la région métropolitaine de Bangkok et le chapitre 8 à deux régions périphériques, le Nord-Est et le Sud, avant de terminer par une analyse des déséquilibres sociaux et de l’organisation spatiale de la Thaïlande (carte de synthèse p. 185, modèle spatial à base chorématique p. 187). Une bibliographie abondante (plus de 500 titres), essentiellement bilingue (français-anglais) avec quelques titres en thaï, conclut l’ouvrage.

3La lecture de l'ouvrage laisse au lecteur quelques frustrations et regrets face à certains choix cartographiques. Ainsi de la décision discutable de ne pas représenter Bangkok « pour raisons de lisibilité » (p. 136) sur des cartes thématiques du secteur tertiaire, même si le commentaire est très clair : la carte devant exprimer visuellement certains phénomènes, n’est-ce pas en fausser le sens que d’en exclure le lieu le plus important ? D'autre part, l'échelon de référence pour l’espace industriel est le même que pour les cartes démographiques : on en reste à un figuré statistique par provinces, sans affiner pour représenter les éventuels districts industriels du grand Bangkok, par exemple dans l’industrie automobile. Quand Toyota s’installe en Thaïlande, la logique du « juste-à-temps » n’implique-t-elle pas le développement de grappes d’équipementiers ? Comment sont localisés les usines et ateliers ? Les « parcs industriels » de la page 155 (carte du développement industriel autour de Bangkok) sont trop vagues. La prise en compte d'échelles différentes n'a pas été poussée à son maximum, Il en est de même pour le tourisme, où l'on aurait pu envisager une planche détaillant l’organisation interne d’espaces touristiques majeurs comme Pattaya ou Phuket, voire les quartiers du sexe à Bangkok (Patpong).

4Cela aurait été peut-être plus près de la géographie contemporaine que les quatre cartes de la géographie du manioc. De même, le rôle de la Thaïlande comme base arrière de l'armée américaine lors de la guerre du Vietnam est mentionné dans le texte, mais on aurait pu attendre dans le chapitre 3 des cartes géopolitiques moins timides (implantations des bases américaines ? réduits khmer rouge en arrière de la frontière cambodgienne ? Triangle d'Or étonnamment absent !) complétant celles qui y sont proposées.

5Vu sa date de parution, cet atlas n’a pas pu prendre en compte le tsunami de décembre 2004, qui aurait sans doute pu inciter les auteurs à ajouter une planche sur les risques. L’irrigation est évoquée (pp. 90-91), mais les inondations et la pollution ne sont mentionnées que dans le texte, sans planche cartographique. La double page sur la déforestation est curieusement placée entre découpage administratif et voies de communication dans le chapitre 3. Une approche « développement durable » aurait été souhaitable pour des cartes de ce pays qui a connu des mutations considérables en deux ou trois décennies, comme le montrent fort bien les auteurs au fil de l’ouvrage.

6En dépit de ces imperfections, il s’agit ici d’une introduction commode à la géographie de la Thaïlande, qui mérite de figurer dans les bibliothèques universitaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Boquet, « Doryane Kermel-Torrès : Atlas de Thaïlande, structures spatiales et développement », Espace populations sociétés, 2006/2-3 | 2006, 424-425.

Référence électronique

Yves Boquet, « Doryane Kermel-Torrès : Atlas de Thaïlande, structures spatiales et développement », Espace populations sociétés [En ligne], 2006/2-3 | 2006, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 23 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/1902

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org