Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Raymond Curie : Interculturalité et citoyenneté à l’épreuve de la globalisation. Enjeux et intérêts des échanges entre la culture française dominante et les autres cultures, face à l’ouverture des marchés économiques et au développement des politiques libérales

Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2006, 253 pages
Gilles Montigny
p. 423-427
Référence(s) :

Raymond Curie : Interculturalité et citoyenneté à l’épreuve de la globalisation. Enjeux et intérêts des échanges entre la culture française dominante et les autres cultures, face à l’ouverture des marchés économiques et au développement des politiques libérales, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2006, 253 pages

Texte intégral

1Après avoir retracé l’histoire de l’immigration en France depuis les origines, rappelé la signification et la portée du concept de culture selon les grands courants anthropologiques et sociologiques, dressé un panorama de la culture dominante, celle portée par les classes bourgeoises, et des différentes formes de cultures dominées - populaires, régionales, étrangères, R. Curie en vient à l’objet principal de ce livre : dénoncer les dangers – replis identitaires, sectarismes – représentés par les revendications en faveur d’un multiculturalisme plus ou moins absolu et montrer qu’il est possible de faire coexister dans un pays comme le nôtre, grâce à l’interculturalité, une grande diversité de cultures. Écartant la première, ainsi que la fausse solution des « discriminations positives » (pp. 43-44), et penchant ouvertement en faveur de la seconde conception des relations interethniques, il en précise les fortes exigences : « L’interculturalité ne peut pas être un développement séparé de groupes qui cultiveraient, chacun de leur côté, leur propre identité. C’est, à l’inverse, une notion qui entraîne la rencontre, le partage, l’échange [...] sans pour autant remettre en cause les originalités fondamentales des cultures» (p. 31); « L’argument souvent avancé par les partisans d’une démarche interculturelle (sociologues, enseignants, militants associatifs, politiques,...), c’est qu’il faut avoir à la fois une démarche universelle, d’ouverture au monde, et un respect des différences, des particularismes culturels » (p. 86).

2L’apport principal de ce livre, riche de la présence de très nombreux témoignages d’étudiants, de personnels et de responsables de centres sociaux, d’enseignants, de collègues, que l’auteur a été amené à encadrer ou à rencontrer dans le cadre de ses fonctions de formateur à l’Institut du travail social de Lyon-Caluire (qui entretient des partenariats avec l’École Rockefeller et l’Université Lyon II), est de montrer en quoi consistent et à quoi exposent les échanges interculturels. Exemples à l’appui, choisis parmi les situations les plus sensibles – pratiques religieuses, tabous alimentaires, port du voile islamique, relations de voisinage, accès à l’emploi, activités sportives, fréquentation de l’école, acceptation de la laïcité, loisirs – et faisant appel pour cela au vécu de ses interlocuteurs, R. Curie prouve combien l’équilibre à établir et à préserver entre respect des différences culturelles et soumission aux principes républicains est nécessaire mais fragile.

3Il ne dissimule pas l’ampleur de la tâche pour mener à bien une telle politique à l’échelle nationale. Elle suppose l’engagement d’importantes réformes, parmi lesquelles l’adaptation et le rééquilibrage des programmes scolaires, dans le sens d’une plus grande ouverture culturelle et d’une plus grande tolérance, l’amélioration de la formation des professionnels du secteur social. Pour agir efficacement, ces derniers, souvent d’origine étrangère, doivent être capables « d’une décentration impliquant une meilleure connaissance de leur identité et de leur propre culture mais aussi [de] s’approprier la culture de l’autre » (p. 189). Des rapprochements, sous forme de rassemblements, de fêtes, de collaborations, de participation à des conseils d’école ou de quartier, doivent être recherchés entre les différentes communautés et les milieux autochtones. De leur côté, les pouvoirs publics ne peuvent se contenter du rappel de quelques principes universalistes : « La laïcité peut être une première condition favorisant le pluralisme et la tolérance dans les actions scolaires mais aussi dans les actions publiques culturelles ou sportives, à condition que le cadre républicain permette de réduire la précarité, le chômage et les mises à l’écart de la société » (p. 212).

4Vu le titre de l’ouvrage, la question des rapports entre interculturalité et globalisation, malgré de bonnes remarques sur le mouvement altermondialiste (pp. 118-136) et sur les convergences entre celui-ci et la préservation des diversités culturelles (pp. 223-224, 236-238), aurait mérité de plus amples développements, notamment en ce qui concerne la nature et la portée des processus par lesquels la seconde peut compromettre la première.

5Sur des sujets souvent abordés de manière polémique et passionnelle, où l’affrontement, le défaut ou le refus de dialogue tendent à l’emporter sur la compréhension mutuelle, ce livre, fruit d’un patient travail de praticien et d’une parfaite connaissance des réalités du terrain, présentant les mêmes qualités que le précédent1, apporte une contribution positive et originale au débat sur les relations interethniques dans la France d’aujourd’hui. Sur le plan matériel, une relecture d’épreuves supplémentaire aurait ajouté à la qualité du texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Montigny, « Raymond Curie : Interculturalité et citoyenneté à l’épreuve de la globalisation. Enjeux et intérêts des échanges entre la culture française dominante et les autres cultures, face à l’ouverture des marchés économiques et au développement des politiques libérales », Espace populations sociétés, 2006/2-3 | 2006, 423-427.

Référence électronique

Gilles Montigny, « Raymond Curie : Interculturalité et citoyenneté à l’épreuve de la globalisation. Enjeux et intérêts des échanges entre la culture française dominante et les autres cultures, face à l’ouverture des marchés économiques et au développement des politiques libérales », Espace populations sociétés [En ligne], 2006/2-3 | 2006, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/1901

Haut de page

Auteur

Gilles Montigny

Groupe de géographie sociale et d’études
urbaines, EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org