Navigation – Plan du site
Articles
Méthodologie

Vers un observatoire local de la santé à Nanterre

Project for a Local Health Observatory in Nanterre City
Perrine Demeaux
p. 417-422

Résumés

L’article présente un projet original mené à Nanterre : la création d’un observatoire local de la santé dont l’objectif est d’orienter la politique et l’action de santé publique à partir de la connaissance des indicateurs de santé disponibles à l’échelle infra-urbaine. Après l’examen des points-clés de cette recherche expérimentale, l’article présente l’outil, ses enjeux et ses limites. Enfin, il propose une analyse géographique de la situation sanitaire des élèves nanterriens, résultat des premières études de l’observatoire, à partir d’indicateurs de santé bucco-dentaire et de masse corporelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Comité interministériel des Villes du 14 décembre 1999 a fixé les conditions de mise en œuvre du (...)

1Bien que les communes n’aient aujourd’hui encore que des compétences sanitaires limitées, ces dernières années ont été marquées par l’implication croissante des villes dans la prise en charge des questions de santé. Cette mobilisation relativement nouvelle dans le champ de la santé publique a été favorisée par la nécessité de répondre aux problèmes de terrain mais surtout par la formalisation de nouveaux cadres politiques plus propices à l’intervention des pouvoirs publics locaux : depuis 1999, le volet « santé » du Contrat de Ville constitue le cadre légal qui légitime et réglemente l’intervention des communes en matière de santé1.

2Engagée depuis l’origine dans les dispositifs de la Politique de la Ville, la municipalité de Nanterre a souhaité y inscrire un volet santé conséquent. Convaincue des difficultés majeures d’accès à la prévention et aux soins pour une part très grande de sa population, des effets désastreux des disparités sociales sur les inégalités de santé et des interactions entre insertion et santé, la commune s’est saisie de l’outil « Atelier Santé Ville » dès 2001, pour développer un véritable Programme Local de Santé Publique, tant dans le domaine de l’accès aux soins, de la Prévention et de l’Éducation pour la Santé, que pour les démarches de santé communautaires.

3Ayant pour ambition d’améliorer la cohérence du système de santé local, en s’assurant de la pertinence des actions menées par les divers acteurs des champs sanitaires et sociaux (institutions, monde associatif ou professionnels du secteur public et privé), la municipalité cherche aujourd’hui à compléter le dispositif « Atelier Santé Ville » en se dotant d’un outil performant d’observation de la santé.

4Un projet d’observatoire local de la santé est donc à l’étude depuis 2004. Il s’inscrit dans le cadre d’une convention passée entre la Mairie de Nanterre et l’Université Paris-X Nanterre. L’objectif de ce travail de recherche est de proposer un outil opérationnel de connaissance et d’aide à la décision permettant d’orienter objectivement la politique de santé municipale.

1. Un observatoire local de la santé : Pour quoi faire ?

  • 2 Un projet de système d’informations statistiques locales sur la santé publique en Rhône-Alpes est e (...)

5Les actions de santé publique gagnent en efficacité lorsqu’elles sont élaborées à partir d’une connaissance fine des problèmes spécifiques de santé par sites. En effet, l’état de santé des populations varie d’un territoire à l’autre en fonction de multiples facteurs : l’offre de soins et de prévention mais aussi la configuration démographique, socio-culturelle et économique des populations. Or, les bases de données de santé intéressant un micro-territoire – la commune et ses quartiers – et permettant de caractériser finement l’état de santé des populations n’existent pas à ce jour, à Nanterre comme ailleurs.2

6Des gisements d’informations santé sont pourtant potentiellement disponibles au Conseil Général, à la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales (DDASS), à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM), à la Caisse d’Allocation Familiale (CAF), au Centre Communal d’Action Sociale, à la COmmission Technique d’Orientation et de Reclassement Professionnel (COTOREP), à l’Hôpital, auprès de l’Éducation Nationale, de l’Inspection Académique, etc. Mais ces gisements d’informations sont cloisonnés, difficiles à valoriser et à croiser car les territoires d’intervention et donc de collecte des données ne sont pas homogènes.

7À titre d’exemple : le Conseil Général détient des données à l’échelle du département, des villes, par publics et par secteurs (PMI, psychiatrie, etc.), la CPAM détient des données à l’échelle des villes et des centres de sécurité sociale, l’Éducation Nationale, l’Inspection Académique détiennent des données par groupes et secteurs scolaires, par académie...

8Chaque organisme ou institution sanitaire et/ou sociale agit donc à des échelles différentes qui se chevauchent mais ne recoupent que partiellement les limites administratives de la ville et de ses quartiers. Cette dispersion des données ne permet pas une exploitation optimale et partagée des connaissances et oblige les acteurs à de longues procédures de recherche de données lorsqu’ils veulent engager une démarche de diagnostic portant sur les besoins des populations au-delà de leurs propres champs d’intervention.

9La création de l’outil « Observatoire local de la santé » a pour ambition de remédier à cet obstacle majeur.

10En lien avec l’Atelier Santé Ville qui facilite la mobilisation des organismes locaux producteurs de données de santé, l’observatoire a pour mission de capitaliser et d’intégrer les informations existantes dans une base de données, pour les rendre accessibles et exploitables à l’échelle de la ville et de ses quartiers. La centralisation et le croisement de ces informations sanitaires territorialisées avec les indicateurs urbains, démographiques et sociaux également disponibles, doit permettre d’affiner la connaissance des situations de santé locales, pour ensuite adapter les moyens et modes d’intervention aux problèmes constatés.

  • 3 La Ville de Martigues s’est dotée d’un Observatoire Communal de la Santé qui a pour mission de cart (...)
  • 4 La ville de Châteauroux a mis en place un Observatoire Local de la Santé des Élèves en partenariat (...)
  • 5 La Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin- en-Yvelines possède également un Observatoire de la (...)

11Au-delà du simple recueil, la principale fonction de l’observatoire est donc d’analyser, de trier et d’organiser (par thème3, par public4 ou par territoire5) le contenu de la base pour « produire » des informations intelligibles et utilisables comme support de réflexion, outils de connaissance et de suivi de l’état de santé de la population, mais aussi outils d’évaluation et d’aide à la décision.

12Cette production est essentielle, et pour que l’information produite soit effectivement utile, il faut qu’elle circule, qu’elle soit restituée aux partenaires, aux décideurs, aux acteurs de terrain, voire même aux habitants. La diffusion, la mise à disposition et l’échange des données font donc partie intégrante du travail de l’observatoire.

13Dans tous les cas, à partir d’une approche transversale et territorialisée, le but est de créer une connaissance partagée et surtout d’instaurer une dynamique locale autour des questions de santé pour que les divers acteurs du système de santé local puissent définir en concertation des priorités de santé et les actions à mettre en place.

2. En pratique : Des débuts difficiles…

14Les principaux organismes extérieurs détenteurs d’informations sanitaires concernant les Nanterriens ont été identifiés et contactés (Caisse d’Allocation Familiale, Hôpital, Caisse Primaire d’Assurance Maladie, Direction Départementale de l’Action Sanitaire et Sociale, Conseil Général, Inspection Académique, Associations, ...). Après présentation du projet d’observation locale, les négociations ont débuté auprès de ces organismes « ressources », en vue de l’obtention des données destinées à alimenter l’observatoire. Ces négociations sont parfois très longues en raison de la complexité et de la variété des bases de données. De plus, elles n’aboutissent pas toujours à cause des lenteurs administratives ou de la surcharge de travail que cela demande à certains organismes

15Le premier obstacle est souvent lié à la structure même de la base de données initiale : une enquête vouée à mesurer des faits à une échelle donnée n’intégrera pas nécessairement les données de localisation inférieures à l’échelle choisie. Dans le cas d’une enquête départementale par exemple, les données « commune » et « adresse » ne sont pas forcément renseignées, ce qui empêche toute exploitation postérieure à l’échelle infra-départementale. Si par chance ces informations existent, elles demandent un important travail de retraitement. Dans le cas de notre enquête départementale, l’extraction des données pour une commune et ses quartiers nécessite un recodage géographique en fonction de l’adresse et du code postal. D’un point de vue informatique, il faut donc envisager une solution technique pour traiter ce problème.

16Le second obstacle est moins technique qu’éthique : en raison des règles de confidentialité établies par la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés), les bases de données qui pourraient permettre d’identifier un individu ne sont pas transmissibles d’un organisme à un autre. Il faut donc agréger les informations (par unité géographique, ou en respectant un seuil quantitatif) pour les rendre utilisables et ne pas rentrer en contradiction avec le « respect strict de l’anonymat ».

17Troisième obstacle : ce travail nécessite un retraitement. Celui-ci doit être effectué par la ou les personnes ayant accès à la base initiale, ce qui demande un travail supplémentaire à l’organisme sollicité. En reprenant le cas de notre enquête départementale, il faut obligatoirement que le recodage « adresse » en données agrégées correspondant aux quartiers, soit fait avant transmission de la base à l’observatoire.

18L’observatoire dispose maintenant des informations « santé » suivantes :

Source

Fournisseur

Niveau géographique de récupération de données

Fichiers AMELI

CPAM

Ville (puis quartier et adresse avec traitement par les Pages Jaunes)

Fichiers

Pages Jaunes

Adresse, IRIS, Quartier

Certificats de santé du 8e jour

Conseil Général

IRIS

Analyses des bilans bucco-dentaires

Ville
Service de la Santé

Périmètres scolaires

Bilans d’activité des Centres de Santé Municipaux

Ville
Service de la Santé

Commune et quartiers (en cours)

Analyses de l’IMC des enfants

Observatoire local de la Santé

Périmètres scolaires

Autres analyses de santé

Observatoire local de la santé

Commune

19Il a traité les bases de données qui ont été transmises. Certains partenariats sont en cours de formalisation mais de nombreuses sollicitations restent sans réponse. L’obtention des données internes issues des divers services municipaux (minima sociaux et allocations des bénéficiaires du CCAS, données INSEE, enquêtes menées par le service de la santé) est heureusement moins laborieuse et souvent plus rapide. Une fois les données obtenues, elles ont tout d’abord été vérifiées. Elles ont ensuite été intégrées à la base de données puis triées, traitées et classées. Lorsque les enquêtes étaient en format « papier », elles ont été saisies en format numérique pour être traitées.

20L’observatoire contribue à la réalisation des diagnostics santé dans les quartiers. Il se charge également de l’élaboration, de la réalisation et/ou du traitement d’enquêtes thématiques. Ces enquêtes complémentaires permettent souvent d’enrichir les données purement quantitatives d’autres informations plus qualitatives. En effet, la liste théorique des indicateurs nécessaires au bon suivi de l’état de santé de la population a été dressée, mais la plupart de ces indicateurs n’existent pas ou ne sont pas disponibles. Pour les obtenir, l’observatoire, doit donc poursuivre son travail partenarial afin de compléter les fiches de recueil et les questionnaires des organismes collaborateurs pour y intégrer ces indicateurs manquants. En dernier recours, l’observatoire pourrait être amené à créer ses propres enquêtes pour collecter les indicateurs de santé absents des enquêtes préexistantes (mais le coût financier de telles enquêtes s’avère un frein).

21Enfin, dans la mesure du possible, l’observatoire réalise des cartes précises (mais anonymes) à partir des indicateurs de santé pertinents issus de ses analyses. Certaines cartes ont été intégrées au SIG (Système d’Information Géographique) de la ville. À moyen terme, la création d’un Atlas de la santé pourrait être envisagée.

3. Les résultats

22Actuellement, les données recueillies ne couvrent pas tous les publics et ne suffisent pas à dresser un portrait sanitaire global de la ville. Néanmoins, les études thématiques fournissent déjà des résultats très intéressants. Voici quelques exemples types des analyses réalisées, à partir de l’observation de la santé en milieu scolaire:

Programme de prévention bucco-dentaire

23Lancé en 1997, ce programme est coordonné depuis 1999 par un chirurgien-dentiste encadrant une équipe de 6 chirurgiens-dentistes et assistants. Il concerne environ 6000 enfants par an, scolarisés dans les écoles de Nanterre. Il couvre tous les niveaux scolaires élémentaires, les grandes sections de maternelles et parfois les sections moyennes. Chaque année, les lieux d’intervention et les populations cibles sont modulées en fonction des résultats statistiques.

24Le dépistage est toujours précédé d’une séance d’éducation pour la santé dans les classes, qui permet un premier contact entre les enfants et le dentiste. Dans certaines écoles (situées dans les quartiers où le mauvais état bucco-dentaire a été signalé (par la PMI, par un diagnostic-santé ou tout simplement par les mauvais résultats du dépistage précédent) une seconde intervention est réalisée en fin d’année.

25Les données recueillies sont transmises au service médical scolaire et au médecin de PMI. Il existe aussi une collaboration avec les assistantes sociales scolaires municipales et les cas les plus urgents leur sont communiqués pour favoriser une approche globale des problèmes pour les familles concernées.

26Avant la mise en œuvre de l’observatoire, l’exploitation des données était réalisée par un prestataire privé. Aujourd’hui, la saisie et l’exploitation des données se font au sein du service municipal « prévention santé ». Chaque année, nous disposons donc d’un relevé d’activité et d’un bilan du dépistage. L’évaluation repose actuellement sur l’évolution d’année en année des indicateurs de santé bucco-dentaire : besoin en soin (prévention primaire), indice CAO (qui comptabilise les dents Cariées, Absentes ou Obturées), hygiène dentaire...

27Cette évaluation sur la durée a d’ores et déjà permis de réajuster le programme de prévention et de dépistage. En effet, après avoir constaté que les écoles les plus défavorisées avaient des résultats qui s’amélioraient plus lentement que les autres, la décision d’intervenir plus précocement dans ces établissements, c’est-à-dire dès la maternelle, a été prise.

28En termes de résultats, la réussite de ce programme est indéniable. En sept ans, les indicateurs se sont considérablement améliorés. À titre d’exemple, en 1997-1998, le pourcentage d’enfants ayant besoin de soins - c’est-à-dire présentant au moins une carie non soignée sur dent de lait ou dent définitive - était de 43,7 %. En 2002-2003, en moyenne, seuls 31, 8 % des enfants examinés à Nanterre ont besoin de soins. En 2005-2006, ils ne sont plus que 26,9%. Globalement, le bilan est positif mais l’approche géographique des problèmes bucco-dentaires révèle de fortes inégalités entre secteurs scolaires : dans les écoles qui ne sont classées ni en Zone d’Éducation Prioritaire (ZEP), ni en Réseau d’Éducation Prioritaire (REP) le besoin en soins moyen est de 18,4%, alors qu’il dépasse les 30% en ZEP et en REP ! Ainsi, les enfants sont trois fois plus nombreux à avoir besoin de soins à l’école des Pâquerettes qu’à Joinville.

Carte 1 : Le besoin en soins bucco-dentaires des enfants dépistés dans les écoles élémentaires de Nanterre en 2005-2006

Carte 1 : Le besoin en soins bucco-dentaires des enfants dépistés dans les écoles élémentaires de Nanterre en 2005-2006

Source : Mairie de Nanterre. Observatoire Local de la Santé. 2006

29Ces inégalités renvoient à une problématique spatiale plus large. En effet, on constate que les secteurs scolaires où l’état de santé bucco-dentaire des enfants est le plus dégradé correspondent aux quartiers où la population présente les indicateurs sociaux les moins favorables.

Programme de recueil des mesures staturo-pondérales des enfants de CP, CE2 et cm2

30Les déséquilibres alimentaires et l’augmentation de la prévalence de l’obésité infantile sont signalés par tous les professionnels de Nanterre (diagnostic santé Petit-Nanterre, bilans de PMI, directeurs d’école, ...). Ces déséquilibres sont à la fois qualitatifs (sucreries, graisses) et quantitatifs (grignotage permanent).

31Afin de prévenir l’apparition de l’obésité et d’améliorer les conduites alimentaires des plus jeunes, un programme de nutrition a été mis en place : des ateliers dans les classes et des animations au temps des repas sont proposés dans les écoles depuis la rentrée 1998. Ces actions concernent les enfants de grande section de maternelle à cm2 (plus de 6000 enfants potentiellement concernés) mais touchent aussi les parents et les enseignants.

32Afin d’évaluer la corpulence des enfants, une fiche de recueil des mesures staturo-pondérales a été créée. Elle est remplie par les infirmières scolaires. En 2004-2005, elles ont vu 1126 élèves : 278 étaient en 3e section de maternelle, 500 en CE2 et 348 en cm2.

33Des courbes de corpulences spécifiques aux enfants ont été définies (elles figurent dans le carnet de santé) et à partir du calcul de l’indice de masse corporelle (IMC), l’observatoire a pu comptabiliser les cas de maigreur, de normalité pondérale et d’obésité par niveau scolaire et par âge. Les résultats sont alarmants : en maternelle, l’obésité touche déjà 13 % des élèves de Nanterre. En CE2 la prévalence de l’obésité (qui s’amplifie avec l’âge) est supérieure à 20 %, et elle augmente encore chez les cm2.

Graphique 1 : Répartition des élèves de cm2 sur la courbe de corpulence en fonction de leur IMC et de leur âge

Graphique 1 : Répartition des élèves de cm2 sur la courbe de corpulence en fonction de leur IMC et de leur âge

Source : Observatoire de la Santé

34Ces premiers résultats serviront d’indicateurs de base pour mesurer l’évolution de la corpulence des enfants dans les années à venir.

4. Un avenir à construire…

35L’observation de la santé n’a de sens que dans une perspective dynamique. Qu’il s’agisse de l’équilibre nutritionnel, de la santé bucco-dentaire des enfants ou d’autres aspects sanitaires, les premiers résultats de l’Observatoire devront être enrichis par une vision longitudinale permettant d’évaluer l’impact des programmes de santé locaux.

36Mis en place progressivement, de manière expérimentale, l’Observatoire fonctionne aujourd’hui de manière officielle. Un poste a été créé au Sein du Service Prévention Santé de la Mairie, ce qui devrait favoriser la signature des conventions d’échange de données : les partenaires ont en effet besoin d’un minimum de garanties et d’une personne référente à qui s’adresser. Cette formalisation apparaît donc comme une étape essentielle au développement et au bon fonctionnement de l’Observatoire.

Haut de page

Bibliographie

Groupe de travail (2005), Vers un Profil santé de Ville : système local d’observation en santé, Réseau français des Villes-Santé de l’Organisation Mondiale de la Santé.

LORACH Jean-Marc (2004), Inégalités de santé et action territoriale : situation et perspectives offertes par les principes du développement durable, Développement Durable et Territoires.

Disponible sur : http://developpementdurable.revues.org/document1032.html

Actes du colloque « la santé, la ville », Caisse des dépôts et consignations, avril 1999

Haut de page

Notes

1 Le Comité interministériel des Villes du 14 décembre 1999 a fixé les conditions de mise en œuvre du contrat de ville 2000-2006 s’appuyant sur les « Ateliers santé Ville ».

2 Un projet de système d’informations statistiques locales sur la santé publique en Rhône-Alpes est en cours (mission confiée à l’Observatoire Régional de la Santé de Rhône-Alpes par la DRASS Rhône-Alpes). L’ouverture d’une base de données provisoire est prévue d’ici la fin 2005.

3 La Ville de Martigues s’est dotée d’un Observatoire Communal de la Santé qui a pour mission de cartographier les facteurs environnementaux présentant un risque pour la santé des Martégaux (surtout en milieu professionnel) depuis 1992.

4 La ville de Châteauroux a mis en place un Observatoire Local de la Santé des Élèves en partenariat avec l’Éducation Nationale depuis 2000.

5 La Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin- en-Yvelines possède également un Observatoire de la Santé depuis 1999.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Le besoin en soins bucco-dentaires des enfants dépistés dans les écoles élémentaires de Nanterre en 2005-2006
Légende Source : Mairie de Nanterre. Observatoire Local de la Santé. 2006
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1880/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 1 : Répartition des élèves de cm2 sur la courbe de corpulence en fonction de leur IMC et de leur âge
Légende Source : Observatoire de la Santé
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1880/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Perrine Demeaux, « Vers un observatoire local de la santé à Nanterre », Espace populations sociétés, 2006/2-3 | 2006, 417-422.

Référence électronique

Perrine Demeaux, « Vers un observatoire local de la santé à Nanterre », Espace populations sociétés [En ligne], 2006/2-3 | 2006, mis en ligne le 17 novembre 2016, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://eps.revues.org/1880 ; DOI : 10.4000/eps.1880

Haut de page

Auteur

Perrine Demeaux

3 rue Notre-Dame du Val
95300 Pontoise
perrine.christophe@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org