Navigation – Plan du site
Articles
Les offres de soins et leur accessibilité

Le yoga dans la ville

L’émergence des soins de santé complémentaires en milieu urbain en France et en Inde
Yoga in the City. The Emergence of Complementary Medicine in Urban Areas in France and India
Anne-Cécile Hoyez
p. 373-380

Résumés

Dans les grandes métropoles émerge un engouement sans précédent pour les médecines dites complémentaires ou alternatives. Ce champ thérapeutique est définit par l’OMS, mais est composé d’une multitude de pratiques différentes, dont le yoga. L’article examine la situation des villes comme Paris, Rouen ou New Delhi, où des lieux spécifiques sont produits pour permettre la pratique et la promotion de ce type de soins. Il apparaît alors que ces pratiques sont réservées à une certaine catégorie de la population, et que cette situation influe sur la transformation des discours de santé, qui glissent plutôt vers la prise en charge du bien-être.
En observant ce qui se passe et ce qui se dit dans ces nouveaux lieux de santé, nous pouvons interroger les renouveaux de la territorialité de la santé en ville et pratiquer une géographie culturelle et sociale de la santé.

Haut de page

Texte intégral

1L’échelle à laquelle nous pouvons le mieux observer les changements contemporains en matière de santé et d’itinéraires thérapeutiques est certainement celle de la ville. La mixité sociale et culturelle qui y règne permet la coprésence de divers systèmes de santé et diverses conceptions de la santé. C’est par conséquent dans les grandes métropoles mondiales qu’émerge un engouement sans précédent pour les soins de santé dits « complémentaires », « alternatifs », ou encore « non conventionnels ».

2La question de la définition de ce champ sanitaire est assez complexe. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qualifie de médecine complémentaire « toutes les thérapies qui font appel à l’usage de médicaments à base de plantes, parties d’animaux et/ou de minéraux ». Sont qualifiées de thérapies complémentaires celles qui se font « sans apport médicamenteux mais avec des techniques manuelles et spirituelles, tels l’acupuncture ou le yoga » [OMS, 2002].

3Très souvent, le terme de médecine complémentaire se trouve doublé de la qualification de « médecine traditionnelle », un terme généraliste utilisé pour désigner les « systèmes de médecine traditionnelle tels que la médecine traditionnelle chinoise, l’ayurveda indien et l’unani arabe et avec diverses formes de médecine indigène » [OMS, 2002].

  • 1 Cette situation se double de débats sur la définition de la « tradition » et de la « modernité ». L (...)

4La difficulté à définir ces médecines provient surtout du fait qu’elles sont renouvelées aujourd’hui dans divers systèmes culturels et sanitaires, qui font appel à plusieurs interprétations et diverses pratiques de santé, de guérison1. Ainsi, dans les pays où le système de santé principal est biomédical, la « médecine traditionnelle » est appelée « complémentaire », « alternative » ou « non conventionnelle ». En conséquence, le terme de « médecine traditionnelle » est souvent utilisé en Occident en référence aux médecines d’origines africaine, asiatique, amérindienne, et le terme de « médecine complémentaire » est utilisé en référence aux recours non biomédicaux d’origine européenne, américaine (telles l’homéopathie, l’ostéopathie, la chiropraxie...).

5Cette situation, apparue dans les années 70 à la suite des mouvements contre-culturels, se renforce de plus en plus aujourd’hui dans les pratiques de santé des populations urbaines. L’intérêt de cet article est de présenter la situation française et indienne vis-à-vis d’un de ces recours thérapeutique : le yoga. À Paris, Rouen, Delhi, Pune ou Madras le nombre de cours de yoga croît régulièrement. Au sein de ces cours, les postures de yoga peuvent parfois être assimilées à des pratiques de santé originales. Cette situation est illustrative du changement des modèles thérapeutiques, au moins dans les représentations de certaines catégories de la population.

1. Des populations urbaines sensibles aux soins complémentaires

  • 2 L’échantillon des individus interrogés entre 2000 et 2005 à l’aide de questionnaires et d’entretien (...)

6À travers une série d’enquêtes réalisées dans des centres de yoga en France et en Inde2, il apparaît que le yoga est pratiqué en majorité par une catégorie sociale particulière. Il s’agit des classes moyennes et supérieures qui tendent à adopter des démarches sanitaires assez originales. En effet, ces groupes sont à l’abri des problèmes de santé qui affligent les populations urbaines défavorisées. Néanmoins, les populations privilégiées développent une certaine inquiétude vis-à-vis de leurs problèmes de santé. Ils considèrent souvent leur mode de vie comme préjudiciable au maintien en bonne santé, notamment en raison du stress de leur vie quotidienne. Pour y remédier, ils mettent en œuvre des démarches sanitaires élaborées en fonction des choix qu’ils opèrent parmi les thérapies « complémentaires ».

  • 3 Ils ont ainsi souvent été étudiés dans les mouvements New-Age.

7Il est alors question de « bricolages ». Ces individus envisagent les recours de santé comme une « boîte à outils » pour bricoler, au quotidien, leur propre expérience [Levi-Strauss, 1960 ; de Certeau, 1980 ; Mary, 1994]. Les nouvelles pratiques sont généralement de type hétérodoxe, c’est-à-dire qu’elles proposent une pratique qui peut être complétée par ce que les philosophes ou les sociologues appelleraient de la psychologie humaniste, des nouvelles croyances, en plus d’une pratique physique et de théories biologiques particulières3.

8Nous pouvons constater, avec le tableau 1, comment les yogis parlent de leurs motivations premières pour franchir la porte du centre de yoga. Ces motivations, tournant systématiquement autour de la santé, rejoignent vite des questions touchant au bien-être, une question qui entre dans le champ de la géographie de la santé [Bailly, 1984 ; Fleuret et Séchet, 1999 ; Fleuret, 2006].

Tableau 1 : Pourquoi avez-vous commencé à pratiquer le yoga ? (France)

Tableau 1 : Pourquoi avez-vous commencé à pratiquer le yoga ? (France)

Source : A-C Hoyez, enquêtes personnelles. 2001-2003

Tableau 2 : Pourquoi avez-vous commencé à pratiquer le yoga ? (Inde)

Tableau 2 : Pourquoi avez-vous commencé à pratiquer le yoga ? (Inde)

Source : A-C Hoyez, enquêtes personnelles. 2001-2003

9En France, il apparaît que les démarches qui conduisent les individus à pratiquer le yoga s’orientent vers des préoccupations liées au bien-être en général, et à la santé en particulier. Le bien-être est ici représenté par les réponses comme « recherche de détente » (83.7 %) ou alliance entre « pratique physique et pratique psychique » (73.5 %). De plus, lorsque les personnes qui pratiquent le yoga parlent de leur santé et veulent évoquer les raisons de santé qui les ont menées jusqu’au cours, elles n’hésitent pas à mentionner les maladies dont elles souffrent. Les maladies touchant les articulations sont souvent citées, ainsi que celles touchant la santé psychique (dépressions et maux existentiels).

10En Inde (tableau 2), ces données semblent être complétées par des raisons encore plus diverses, alliant beaucoup plus la relation corps/santé et psychisme/spiritualité.

11La question de la santé physique est très souvent évoquée par ceux qui font du yoga en Inde, voire plus qu’en France. Ceux qui font du yoga en Inde viennent volontiers dans un centre de yoga pour soigner une maladie qui les handicape au quotidien ou alors pour rester en bonne santé.

12Dans les centres de yoga indiens où j’ai fait ces enquêtes, la question thérapeutique est évidente. De plus, elle est beaucoup moins « nébuleuse » qu’en France : en Inde, l’idée de bien-être n’est jamais ressortie directement.

13De nombreuses maladies sont donc citées par les pratiquants du yoga en ville, des maladies souvent liées au stress ou à un mode de vie particulier.

14Dans les discours, la santé apparaît comme un fil conducteur tout au long de la pratique, à court ou long terme. Rester en bonne santé, soigner sa maladie, ou jouir de certaines améliorations thérapeutiques semblent être des motivations largement partagées par les yogis. Une deuxième catégorie de motivations s’ensuit alors. Elle concerne un travail sur le mode de vie (rythme quotidien et habitudes alimentaires) et le travail sur la relaxation et la paix d’esprit (« peace of mind »).

15En somme, la recherche de détente, l’envie de gérer soi-même son corps, ses maladies et ses émotions sont les motivations premières qui guident les individus dans un cours de yoga, en Inde et en France. Ces éléments indiquent que les personnes qui pratiquent le yoga viennent, avant tout, avec l’intention d’améliorer leur bien-être. L’état de « bien-être » recherché est supposé être atteint à travers un travail régulier sur le corps et les émotions. Les élèves arrivent donc avec un « mal-être » à prendre en charge, un état plus ou moins subjectif qu’ils subissent depuis longtemps, et sur lequel ils vont agir en adoptant des modes de vie, ou au moins des attitudes et des pratiques différentes ou nouvelles.

16En géographie, cette situation a des répercussions en termes d’implantation de lieux dédiés à cette relation yoga-santé, ainsi qu’en termes de mise en réseau de lieux à l’échelle mondiale. En effet, la notion de bien-être fait appel à une géographie du sense of place, comme la nomment les géographes anglophones [Tuan, 1974 ; Eyles, 1985 ; Massey, 1997]. Pour eux, le lieu, le lieu de santé surtout, prend des significations différentes en fonction des émotions qui animent ceux qui le fréquentent.

2. Quelles localisations pour quel public ?

2.1. La diversité des lieux du yoga en ville

17L’exemple du yoga sert ici à interroger les lieux et les territoires de la santé complémentaire dans les villes. Cette offre de soin originale trouve en effet un écho favorable chez ceux qui ont les ressources intellectuelles et financières leur permettant de construire des discours individualisés, puis de mettre en œuvre des démarches pour les appliquer. Mais au sein des villes où ils vivent, où se trouvent les cours ? Leurs implantations répondent-elles à une organisation de l’offre et de la demande ?

18Le premier constat, dans les villes étudiées, porte sur les types de cours de yoga. Nous pouvons discerner deux catégories de cours : ceux qui ont lieu dans une structure créée sous impulsion individuelle (un individu décide de devenir professeur de yoga), et ceux qui se déroulent dans une structure collective (des individus décident de s’associer pour dispenser des cours).

19Dans le premier cas, certains professeurs de yoga exercent souvent à leur domicile ou dans un lieu qu’ils louent. Dans le second cas, on trouve les grandes fédérations ou écoles de yoga qui ont les moyens de posséder leurs propres locaux.

20Ainsi, les cours de yoga ne sont pas tous hébergés par les mêmes structures. À la diversité des structures d’accueil se calque donc une diversité du type de yoga pratiqué. Les lieux ont donc leur importance sur la pratique du yoga.

  • 4 Cette situation est à observer sur le long terme, pour savoir si l’offre n’est pas en train de se p (...)

21En effet, parfois, par manque de place ou de moyens, les cours doivent se dérouler dans des structures publiques, telles des maisons de quartier ou des centres culturels. À Rouen, en 2003, 8 cours de yoga se déroulent dans des structures publiques, alors que 7 ont lieu dans les appartements privés ou des locaux loués spécialement par les professeurs4.

22On ne va ainsi pas pratiquer le yoga de la même façon en fonction de la structure, celle-ci pouvant soit être dédiée uniquement au yoga, soit accueillir d’autres activités à d’autres moments. La configuration spatiale va être différente d’un lieu à un autre, et le temps passé à faire du yoga va être plus ou moins temporaire.

23Ainsi, dans tout cours de yoga, le lieu doit être adapté à une certaine idée du bien-être. On retrouvera donc des éléments « ritualisant » le passage de l’état de citadin à celui de yogi. Le changement vestimentaire, le soulagement des besoins naturels et la mise en condition mentale sont des étapes proches d’un certain rituel qui donne du sens au lieu. Le lieu de la pratique est ensuite mis en ordre : une place est dévolue au professeur, une autre aux élèves.

24Dans les centres où l’on fait exclusivement du yoga s’organise une « géographicisation » particulière du lieu en référence à l’Inde ou à un maître indien. Dans ces centres on retrouvera quasi systématiquement une référence géographico-symbolique à l’Inde, comme une photographie, une image, ou une lithographie, juxtaposée à l’image d’un guru, d’un Saint. Parfois même, le centre mettra à disposition toute une bibliothèque permettant à chacun l’accès au savoir sur l’Inde et ses maîtres.

25Dans les cours qui n’appartiennent pas à ces institutions, c’est-à-dire dans les cours qui ont lieu dans des structures publiques (centres de loisirs, centres culturels, maisons de la jeunesse et de la culture), l’espace ne peut être « géographicisé » de la même façon. Il est beaucoup moins approprié. Cependant, j’ai déjà observé que, malgré tout, le professeur visait à accommoder l’endroit, temporairement, au cours qui allait se dérouler. Contrôle de la température de la pièce, de l’ensoleillement, de l’isolation sonore d’avec l’extérieur font l’objet de petits arrangements pratiques qui, même s’ils ne sont pas toujours efficaces, ont au moins le mérite d’exister et d’assurer le passage de l’état original du lieu à un état circonstancié, ce passage étant juxtaposé au passage de l’individu d’un état à un autre. La configuration spatiale qui en résulte associe donc lieux de santé et lieux de culture.

2.2. La localisation du cours : une logique de marché ?

26À Paris, la répartition des cours de yoga est extrêmement diffuse. À Delhi, la situation est totalement inverse : elle est très polarisée au centre et centre-sud (cartes 1 et 2).

Carte 1 : Répartition des cours de yoga à Paris

Carte 1 : Répartition des cours de yoga à Paris

Réalisation : A.-C. Hoyez, 2005.

Carte 2 : Répartition des cours de yoga à Delhi

Carte 2 : Répartition des cours de yoga à Delhi

Réalisation : A.-C. Hoyez, 2005.

27Le principal facteur de la distribution de ces centres semble être l’environnement socio-économique et le dynamisme potentiel du quartier d’implantation. En effet, les centres sont fréquentés en général par une population issue des classes moyennes et aisées, résidant ou travaillant dans certains quartiers des deux capitales.

28Les quartiers où sont concentrés les cours de yoga sont considérés comme étant des quartiers dynamiques dans de grandes métropoles internationales. Ce sont souvent des quartiers attractifs, en vogue, où se mêlent de nombreuses activités culturelles et de loisirs et où cohabitent des populations mixtes et actives. Les critères locaux et globaux de l’activité urbaine sont donc assez déterminants de l’implantation des cours de yoga, car il faut qu’il y ait à la fois présence de la population intéressée (les actifs d’âge moyen) et présence d’autres activités complémentaires (activités de loisir, lieux « branchés »). Ainsi, à Paris (carte 1), les cours de yoga se déroulent dans le Marais, dans les quartiers République-Oberkampf, Belleville, Place d’Italie, et, à Delhi (carte 2), à Lajpat Nagar, GKI, GKII, Connaught Place, où convergent les actifs pour leurs loisirs et sorties.

29C’est pourquoi les vides sur ces deux cartes s’expliquent de la même façon. À Paris et à Delhi, il n’y a pas de cours de yoga dans les zones résidentielles des populations très aisées (par exemple dans le 16ème arrondissement de Paris où se trouvent essentiellement des locaux administratifs et résidentiels, le sud de Delhi où se trouvent les gigantesques Farm Houses), ni dans les quartiers les plus déshérités (Barbès et la Goutte d’Or à Paris, Old Delhi).

30Ainsi, à Paris et Delhi, les cours de yoga s’implantent en suivant une certaine logique de marché, en fonction des quartiers. Cette logique de marché respecte les règles tacites de la concurrence : on s’installe plutôt où il y a un manque et une clientèle potentielle, et moins volontiers là où l’offre est déjà assez large.

31La répartition des cours de yoga, à Paris et à Delhi, offre des originalités qui coïncident assez bien avec les critères de la vie urbaine dans les grandes métropoles. Les cours de yoga prennent place dans les quartiers accessibles aux populations concernées, autrement dit les « lieux centraux » des capitales. Ce mélange entre le quartier, ses critères d’accessibilité et de dynamisme, et les types de structures caractérise la dynamique urbaine contemporaine. Celle-ci répond à des codes globaux régissant les pratiques culturelles et thérapeutiques.

  • 5 Le quartier indien de Paris s’étend entre les stations de métro La Chapelle et Strasbourg-Saint-Den (...)

32À New Delhi, le yoga est présent dans les quartiers cosmopolites où se croisent les populations les plus aisées (c’est-à-dire les diplomates et les Indiens les plus riches), où il y a des « happenings », mais non pas dans les quartiers historiques et anciens. Et notons qu’il n’y a pas de cours de yoga dans le quartier indien de Paris5. L’Inde, dans ce quartier, est représentée par des épiceries, des boutiques de saris et des restaurants. Ce n’est pas un quartier attractif pour la clientèle potentielle des cours de yoga.

33L’espace des villes souligne l’importance qu’ont des lieux précis en milieu urbain en matière de santé et de bien-être. Les étudier est un bon indicateur des changements dans les conceptions culturelles et sociales de la santé.

3. La santé complémentaire en ville : de l’obtention du bien être individuel à la constitution de réseaux transnationaux ?

34La mondialisation a ses effets sur les systèmes de santé en France comme en Inde [Vaguet, 2002]. Les liens formés par les urbains en quête de soins de santé complémentaires forment des nœuds, matérialisés dans la ville et dynamisés par la mondialisation. De Delhi à Paris, l’attrait des médecines complémentaires alimente la mise en réseau de citadins. Les lieux où l’on pratique le yoga s’enracinent dans la ville, et s’adaptent aux circonstances de la mondialisation.

35En ville, les populations qui se tournent vers le yoga ont également accès à d’autres lieux. Certains géographes parlent alors de spatialité diffuse [Doel&Segrott, 2003]. Hormis le fait qu’il se prolonge dans l’espace domestique de l’individu, le cours de yoga s’inscrit dans un espace-monde formé de réseaux influencés par plusieurs références, ce qui pousse à penser l’espace différemment [Andrews, 2004].

36Ainsi, à partir du cours de yoga, par exemple, les individus sensibles à la médecine complémentaire vont aussi parfois fréquenter certains cabinets de médecine ayurvédique ou de médecine chinoise. De plus, étant donné qu’il est question d’alimentation dans les cours de yoga (ceux qui font du yoga se posent souvent la question de la diète adaptée au yoga, de ce qu’ils doivent manger et en quelle quantité avant/après un cours), ceux qui le pratiquent peuvent aussi être amenés à fréquenter des magasins bio, souvent fournis en produits issus de l’agriculture biologique allemande ou néerlandaise. Et enfin, les discussions courantes autour des lectures liées aux yoga (philosophiques, littéraires, médicales...) peuvent les inviter à fréquenter des librairies spécialisées qui proposent des ouvrages sur les spiritualités et les conceptions de la santé venues du monde entier. Réciproquement, une personne qui se rend souvent dans une boutique de produits bio peut être invitée à se rendre dans un cours de yoga : les panneaux d’affichage de ces boutiques regorgent de petites annonces dans ce but.

37Ce réseau de lieux diffus qui tournent autour de la santé complémentaire alimente une géographie de la santé tournée vers les aspects culturels et sociaux des recours thérapeutiques.

38Ainsi, en partant des cours de yoga nous pouvons donc nous orienter vers l’observation d’une spatialité diffuse. Cette spatialité nous mène de l’échelle micro (le lieu où le yogi pose son tapis) à l’échelle macro (l’ensemble des références idéelles forgées autour des références au yoga et à l’Orient en général). Le tout passe par un réseau transnational et interindividuel dense qui trouve ses relais dans diverses structures dans les grandes villes.

Haut de page

Bibliographie

ANDREWS Gavin J. (2004), (Re)-thinking the dynamics between healthcare and place: therapeutic geographies in treatment and care practices, Area, vol. 36, n° 3, pp. 307-318.

BAILLY Antoine S. (1981), Géographie du bien-être, PUF, 239 p.

DE CERTEAU Michel (1980), L’invention du quotidien, Tomes 1&2, Paris, 10/18, 415 p.

DOEL M.A., SEGROTT, J. (2003), Beyond belief : complementary medicine, lifestyle magazines and the disease of everyday life, Environment and Planning D : Society and Space, n° 1, pp. 739-759.

EYLES John (1985), Senses of Place, Silverbrooks, 162 p.

FLEURET Sébastien et SECHET Raymonde (2002), La santé, les soins, les territoires. Penser le bien-être, Presses Universitaires de Rennes, 236 p.

FLEURET Sébastien (dir.) (2006), Peut-on prétendre à des espaces de qualité et de bien-être ?, Presses Universitaires d’Angers/SODIS.

JANES Craig R. (1999), The health transition, global modernity and the crisis of traditional medicine : the Tibetan case, Social Science and Medicine, vol. 12 (June), pp. 1803-1820.

LEVI-STRAUSS Claude (1960), La pensée Sauvage, Paris, Plon, 389 p.

MARY André (1994), « Bricolage afro-brésilien et bris-collage moderne », in P. Laburthe-Tolra (ed.), Roger Bastide ou le « réjouissement de l’abîme » : échos du colloque tenu à Cerisy-la-Salle du 7 au 14 septembre 1992, Paris, L’Harmattan, 278 p.

MASSEY D. (1994), « A global sense of place », in D. Massey, Space, place and gender, University of Minnesota Press, 280 p.

ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE (2002), Stratégie de l’OMS pour la médecine traditionnelle pour 2002-2005, Genève.

PORDIE Laurent (2005), Panser le monde, penser les médecines : traditions médicales et développement sanitaire, Paris, Khartala, 326 p.

TUAN Yi-Fu (1974), Topophilia. A Study of Environmental Perception, Attitudes and Values, New-York, Columbia University Press, 260 p.

VAGUET Alain (2002), « Les systèmes de santé face aux tours et détours de la mondialisation », in F. Landy et B. Chauduri (dir), De la mondialisation au développement local en Inde. Questions d’échelles, Coll. Monde Indien, Éd. Du CNRS, 254 p.

Haut de page

Notes

1 Cette situation se double de débats sur la définition de la « tradition » et de la « modernité ». Le lecteur trouvera ces débats dans l’article de C. Janes (1999) sur la médecine tibétaine et dans l’ouvrage de L. Pordié (2005) sur les traditions médicales et le développement sanitaire.

2 L’échantillon des individus interrogés entre 2000 et 2005 à l’aide de questionnaires et d’entretiens semi-guidés se compose, au total, de 291 personnes. En Inde j’ai interrogé 212 individus dans trois centres indiens : le KYM (Krishnamacharya Yoga Mandiram) de Chennai, le RIMYI (Ramamani Iyengar Memorial Yoga Institute) de Pune, et le centre Kabir Baug de Pune également. Cet échantillon se divise en deux : les ressortissants indiens et les voyageurs, venus de divers pays pour y pratiquer le yoga. En France, l’échantillon se compose de questionnaires collectés après avoir interrogé 89 individus dans 4 centres de yoga à Rouen (Centre Rouennais du Yoga, Centre Rouennais de Yoga Iyengar, École de Yoga, Yoga de l’Énergie).

3 Ils ont ainsi souvent été étudiés dans les mouvements New-Age.

4 Cette situation est à observer sur le long terme, pour savoir si l’offre n’est pas en train de se privatiser. En effet, le nombre de cours en structures privées a doublé depuis 2000. À Paris et Delhi, les cours de yoga sont pour les trois-quarts dispensés dans des structures privées.

5 Le quartier indien de Paris s’étend entre les stations de métro La Chapelle et Strasbourg-Saint-Denis, et surtout autour de la gare du Nord.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Pourquoi avez-vous commencé à pratiquer le yoga ? (France)
Crédits Source : A-C Hoyez, enquêtes personnelles. 2001-2003
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1829/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 2 : Pourquoi avez-vous commencé à pratiquer le yoga ? (Inde)
Crédits Source : A-C Hoyez, enquêtes personnelles. 2001-2003
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1829/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Carte 1 : Répartition des cours de yoga à Paris
Crédits Réalisation : A.-C. Hoyez, 2005.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1829/img-3.png
Fichier image/png, 41k
Titre Carte 2 : Répartition des cours de yoga à Delhi
Crédits Réalisation : A.-C. Hoyez, 2005.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1829/img-4.png
Fichier image/png, 47k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Cécile Hoyez, « Le yoga dans la ville », Espace populations sociétés, 2006/2-3 | 2006, 373-380.

Référence électronique

Anne-Cécile Hoyez, « Le yoga dans la ville », Espace populations sociétés [En ligne], 2006/2-3 | 2006, mis en ligne le 17 novembre 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/1829 ; DOI : 10.4000/eps.1829

Haut de page

Auteur

Anne-Cécile Hoyez

Université de Haute-Normandie
Faculté des Lettres et Sciences Humaines – Département de Géographie
Laboratoire d’Étude du Développement des Régions Arides (LEDRA)
76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
hoyez@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org