Navigation – Plan du site
Articles
Les offres de soins et leur accessibilité

L’influence du contexte urbain et social sur les comportements des femmes lors de leur grossesse et après leur accouchement, en périphérie de Vientiane (RDP Lao)

The Influence of Urban and Social Contexts on the Behavior of Women During and After Pregnancy in the Suburbs of Vientiane (Lao PDR)
Julie Vallée, Chansimmaly Simmala et Hubert Barennes
p. 351-359

Résumés

L’objectif de cet article est d’étudier en périphérie de Vientiane, la capitale du Laos, l’influence du contexte sur les comportements des femmes lors de leur grossesse et après leur accouchement. Des données, concernant notamment les comportements en matière de recours aux soins et de respect des pratiques traditionnelles ont été recueillies entre mars et mai 2005, dans 41 unités administratives (tirées au sort) de la périphérie de Vientiane, auprès de 300 femmes qui ont un enfant de moins de 6 mois. Une régression logistique est utilisée pour analyser ces comportements en dissociant les effets des variables individuelles (éducation, profession, revenu, âge et nombre d’enfants) des variables contextuelles du lieu de résidence (contexte urbain et contexte social).

Après ajustement sur les caractéristiques individuelles, il s’avère que le recours aux soins à l’hôpital (suivis prénatals et accouchement) est plus fréquent lorsque le niveau social du village est élevé, que la durée d’exposition au feu n’est liée à aucune variable contextuelle et que le respect des restrictions traditionnelles alimentaires est moins fréquent lorsque le niveau d’urbanisation augmente. Il est donc pertinent d’introduire des variables contextuelles dans l’analyse des comportements et de dissocier le contexte urbain du contexte social.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements

Merci au Dr. Thounmany Traybouavone et au Dr. Vanpheung Phuangsavady de l’IFMT pour leur participation à l’enquête et au Dr. Strobel. Merci à l’équipe de G. Rossi qui nous a donné accès aux données spatiales issues de l’Atlas Infographique de Vientiane. Merci à Basile Chaix pour ses précieux conseils. Merci également à l’équipe IRD de Vientiane.

Introduction

Présentation du Laos

1Sans accès à la mer, le Laos partage une frontière commune avec la Thaïlande, le Vietnam, le Cambodge, la Chine et la Birmanie. Il compte en 2005, 5,6 millions d’habitants pour environ 236 800 km2 : la densité de population (moins de 24 hab./km2) est faible en comparaison des autres pays d’Asie.

2La République Démocratique Populaire Lao (RDP Lao) a été créée en 1975 par le mouvement révolutionnaire du Pathet Lao d’idéologie marxiste-léniniste, toujours à la tête du pays. C’est un pays très pauvre, qui se situait en 2004 à la 135ème place en termes d’Indice de Développement Humain (IDH) parmi les 177 pays pris en compte par le Programme des Nations Unies pour le Développement. Avec un revenu annuel par habitant d’environ 331 $, la Banque Mondiale estime que 33% de la population vit en 2005 en dessous du seuil de pauvreté de moins de 1 $ par jour.

3La santé de la population est préoccupante : l’espérance de vie est de 58 ans et le taux de mortalité maternelle (le nombre de femmes mortes, pendant leur grossesse et jusqu’à 6 semaines après l’accouchement, pour 100 000 naissances vivantes) a certes diminué de 650 en 1990 à 530 en 2000, mais il demeure un des plus élevés en Asie du Sud-Est. Il est par exemple de 450 au Cambodge et de 130 au Vietnam [World Health Organization, 2004 ; Japan International Cooperation Agency, 2002 ; Ministry of Health, 2001a].

Pratiques traditionnelles au Laos et santé maternelle

4La grossesse et l’accouchement s’entourent dans la culture lao d’un grand nombre de pratiques traditionnelles « destinées à protéger la mère et l’enfant contre les influences maléfiques et à attirer sur eux celles qui sont bénéfiques » [Nguyen-Van-Lanh, 1942].

  • 1 Les restrictions alimentaires regroupent deux pratiques distinctes : l’interdiction de certains ali (...)

5Après l’accouchement, la femme doit se soumettre à la pratique de l’exposition au feu qui consiste à rester allongée, toute la journée, sur un lit au-dessus de braises. La durée d’exposition au feu peut varier entre une semaine et deux mois mais elle est le plus souvent de deux semaines [Pottier, 2004]. Le régime alimentaire auquel est soumise la femme au cours de cette période est extrêmement sévère puisqu’au moins jusqu’au cinquième jour après l’accouchement, elle n’est autorisée qu’à prendre du riz gluant assaisonné de sel [Pottier, 2004]. Puis, pendant trois mois environ, la femme doit s’abstenir de manger certains aliments susceptibles, d’après la tradition, de lui « causer des hémorragies ou des coliques utérines ». Comme boisson, elle ne doit boire que des infusions de racines, considérées comme « diurétiques et toniques » [Nguyen-Van-Lanh, 1942]. Le respect de ces restrictions alimentaires1, qui se perpétue même en milieu urbain, est à l’origine de certaines carences alimentaires qui peuvent affecter la santé de la mère ainsi que celle de l’enfant nourri au sein [Soukaloun et al., 2003]. Depuis 1993, de nombreuses actions ont été engagées à Vientiane puis dans les zones rurales pour lutter contre ces pratiques : formation des praticiens hospitaliers et des matrones, campagnes de vaccination et promotion de l’allaitement maternel.

Impact de l’urbanisation sur les comportements

6L’urbanisation provoque des modifications dans les mentalités et les comportements. Ces modifications peuvent avoir un impact défavorable sur la santé comme le montre, par exemple, une étude menée à Vientiane, qui met en évidence une consommation accrue de drogues dans les espaces les plus urbanisés de la ville de Vientiane [Fujiwara et al., 2005]. L’urbanisation est également à l’origine de changements de comportements qui peuvent être bénéfiques à la santé de la population.

7Lors d’enquêtes menées à Vientiane et dans sa périphérie entre 1974 et 1976, R. Pottier remarquait que la totalité des femmes en zone rurale et une nette majorité en zone urbaine respectaient les pratiques traditionnelles (exposition au feu et restrictions alimentaires). Ces pratiques traditionnelles sont actuellement toujours respectées par une grande majorité de la population (78%) mais elles sont plus fréquentes en milieu rural (81%) qu’en milieu urbain (71%).

8Cette disparité spatiale, entre milieu rural et urbain, est plus marquée dans l’utilisation des soins médicaux : 91% des femmes accouchent à la maison en milieu rural, contre 44% en milieu urbain. De même, la proportion de femmes qui ont eu un suivi prénatal est de 73% en milieu urbain mais uniquement de 18% en milieu rural [Ministry of Health, 2001b]. Les facteurs de risques pour la santé de la mère (et de son enfant), que sont l’absence de recours aux soins et le respect de certaines pratiques traditionnelles, sont donc plus fréquents en milieu rural qu’en milieu urbain.

Objectif de l’étude

9Les différences de comportements entre les espaces urbains et ruraux s’expliquent peut- être par le fait que les familles socialement favorisées résident essentiellement en milieu urbain. Ces différences persistent-elles après avoir été ajustées sur les facteurs socio-économiques individuels ? Dans cet article, il s’agit de montrer (i) que les variables contextuelles permettent d’expliquer une partie de la variabilité des comportements qui n’aurait pas pu être captée avec des variables individuelles et (ii) qu’il est pertinent de dissocier le contexte social du contexte urbain afin de voir si ces deux variables ont un impact différent sur les comportements des femmes.

Zone d’étude : la périphérie de la ville de Vientiane

10La population de la province où se situe la capitale comprend 695 000 habitants et la ville proprement dite compte une population estimée à 300 000 habitants [State Planning Committee, 1997]. Vientiane est l’unique ville de cette importance au Laos. Jusqu’à ces dernières années, la population du pays est restée faiblement urbanisée (18% en 1995) mais les réformes économiques entreprises et la politique d’ouverture initiées dès les années 1980 ont engagé un nouveau cycle d’urbanisation dans la capitale lao [Peyronnie, 2002]. Les rizières, les mares disparaissent progressivement pour laisser la place aux routes, à l’habitat et aux commerces. Les maisons en béton remplacent peu à peu l’habitat traditionnel en bois. L’accès aux équipements tels que l’eau courante et l’électricité s’améliore.

11Nous étudions les comportements des femmes dans la périphérie de Vientiane, où les processus d’urbanisation en cours n’affectent pas les espaces (et les populations) de façon similaire. L’étude se déroule donc dans des « villages » entre 5 et 30 km du centre-ville. Le village est la plus petite unité administrative du Laos ; il existe aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural et il regroupait 1080 habitants en moyenne, en 1995, pour la Capitale de Vientiane. 41 villages ont été tirés au sort (carte 1).

Carte 1 : Les niveaux d'urbanisation de Vientiane et de sa périphérie (Les chiffres indiquent le nombre de femmes enquêtées dans chaque village.)

Carte 1 : Les niveaux d'urbanisation de Vientiane et de sa périphérie (Les chiffres indiquent le nombre de femmes enquêtées dans chaque village.)

Source : D'après le recensement de 1995 (9) et l'atlas infographique de Vientiane (10)

Données disponibles et procédures d’analyses

12Cette enquête a eu lieu entre le 1er mars et le 20 mai 2005, auprès de 300 femmes. Le nombre de femmes à interroger est établi pour une précision de 5% et sur la base de la prévalence des femmes post-partum qui ont suivi les restrictions alimentaires (78%). Toutes les femmes, résidant au moment de l’enquête dans les 41 villages sélectionnés et ayant un enfant de moins de 6 mois, ont été interrogées sur leurs comportements en matière de recours aux soins (suivis prénatals et accouchement à l’hôpital) et de respect des pratiques traditionnelles (régime alimentaire, infusions d’herbes traditionnelles, durée d’exposition au feu). Ce sont les variations de ces comportements que nous cherchons à expliquer en utilisant des variables individuelles et contextuelles.

13Des variables socio-économiques individuelles (l’éducation de la mère, sa profession, la profession de son mari et le revenu mensuel du ménage) sont prises en compte ainsi que l’âge de la mère et son nombre d’enfants. Nous avons créé, à partir du recensement de 1995 [State Planning Committee, 1997] et de l’Atlas Infographique de Vientiane [Rossi et al.], deux types de variables contextuelles : le niveau d’urbanisation (contexte urbain) et le niveau social (contexte social).

14Pour calculer le niveau d’urbanisation nous sélectionnons les variables permettant de quantifier le niveau d’équipement des villages (les proportion de ménages avec l’eau courante, avec l’électricité, équipés de toilettes modernes, avec une maison en ciment), le secteur d’emploi de la population (la proportion d’individus travaillant dans des métiers liés à l’agriculture ou la pêche) et la proximité au centre-ville (la distance au centre-ville via le réseau routier). Le centre-ville est défini en prenant en compte les bâtiments officiels, les limites du centre historique et les axes routiers importants. Grâce à une analyse en composantes principales (ACP), réalisée pour Vientiane et sa périphérie (345 villages), il est possible de synthétiser ces six variables et d’affecter à chaque village une valeur du niveau d’urbanisation en utilisant uniquement les coordonnées affectées sur le premier axe puisque la valeur explicative de celui-ci est élevée (71%). La carte 1 illustre les niveaux d’urbanisation de Vientiane et de sa périphérie.

15Une discrétisation en 3 classes (par la méthode des seuils naturels - Jenks) est effectuée sur les 41 villages étudiés, afin de les regrouper en 3 groupes d’urbanisation.

16Pour mesurer le niveau social du village, nous faisons la moyenne de la proportion d’individus ayant dépassé le niveau de l’école primaire et de celle ayant un emploi à revenu fixe. Ces valeurs sont discrétisées en 3 classes selon leur écart à la moyenne (+/- 1 écart type).

Outils statistiques

17Le test du khi2 est utilisé pour déterminer si la distribution des comportements est la même selon le niveau d’urbanisation des villages.

  • 2 « svylogit » dans le logiciel STATA.
  • 3 Par exemple, pour les femmes qui ont une éducation supérieure, un Odds Ratio de 6 signifie que pour (...)

18De plus, nous utilisons une régression logistique pour évaluer l’influence du contexte urbain et social sur les comportements des femmes, indépendamment de leurs caractéristiques individuelles (le revenu du ménage, l’éducation de la mère, sa profession, celle de son mari, son âge et le nombre d’enfants). Grâce à une commande spécifique2, nous prenons en compte le fait que les données sont issues d’un sondage par grappe, ce qui évite les conclusions erronées dues à l’homogénéité possible des femmes résidant dans le même village, « l’effet grappe » [Laurent, Etard, 2005]. Les Odds Ratios3, qui mesurent le risque relatif sont calculés, ainsi que leur intervalle de confiance à 95%. Les tests statistiques sont interprétés avec un seuil de significativité de 5%.

Résultats

Description des comportements adoptés par les femmes interrogées

19Nous concentrons notre attention sur les cinq comportements suivants : le nombre de suivis prénatals (70% des femmes ont eu les 4 suivis prénatals préconisés), le lieu d’accouchement (68% des femmes ont accouché à l’hôpital), la durée d’exposition sur le feu (50% des femmes restent plus de deux semaines sur le feu), le fait de ne pas suivre de régime alimentaire entre le 1er et le 3ème mois après l’accouchement (33% des femmes), le fait de ne pas boire que des infusions d’herbes traditionnelles entre le 1er et le 3ème mois après l’accouchement (61% des femmes).

Comportements et urbanisation

20Lorsque le niveau d’urbanisation des villages augmente, le suivi médical pendant la grossesse et après l’accouchement s’améliore et le respect des restrictions alimentaires diminue (graphique 1). Ces relations entre le niveau d’urbanisation des villages où résident les femmes et leurs comportements sont très significatives sauf pour la durée d’exposition au feu (p=0,49).

Graphique 1 : Comportements des femmes (%) et niveau d'urbanisation

Graphique 1 : Comportements des femmes (%) et niveau d'urbanisation

Tableau 1 : Associations entre les comportements adoptés et les variables individuelles et contextuelles

Tableau 1 : Associations entre les comportements adoptés et les variables individuelles et contextuelles

Comportements, variables individuelles et contextuelles

21Ces relations, mises en évidence par une analyse bivariée (khi2), s’expliquent peut- être par le fait que les villages dont le niveau d’urbanisation est élevé sont également ceux ou résident les familles socialement favorisées. Il est donc nécessaire de recourir à une approche multivariée telle que la régression logistique (tableau 1). Les variables « revenu du ménage », « profession de la mère » et « profession du mari » ne sont significatives pour aucun des comportements étudiés. Elles ne sont pas présentées dans le tableau 1 même si elles ont été maintenues, comme variables d’ajustement, dans les modèles de régression.

22Les femmes qui bénéficient d’une bonne éducation sont plus nombreuses à avoir eu les 4 suivis prénatals et à avoir accouché à l’hôpital. Par ailleurs, les femmes éduquées sont plus nombreuses à rester sur le feu plus de deux semaines. Concernant les restrictions alimentaires, aucun lien n’existe avec le statut socio-économique individuel.

23Les femmes de plus de 35 ans sont plus nombreuses à accoucher à l’hôpital. Par ailleurs, les jeunes femmes (de moins de 25 ans) sont plus nombreuses que leurs aînées (entre 25 et 34 ans) à suivre un régime alimentaire et à ne boire que des infusions d’herbes traditionnelles.

24Lors de la première grossesse, les femmes ont plus tendance à accoucher à l’hôpital (que lors des grossesses suivantes) et à avoir eu les 4 suivis prénatals préconisés. Les femmes ont d’autant moins tendance à rester longtemps sur le feu que leur nombre de grossesses augmente.

25Aucune relation nette n’apparaît entre le recours aux soins à l’hôpital (suivis prénatals et accouchement) et le contexte urbain. Certes un niveau moyen d’urbanisation est associé à des suivis prénatals plus nombreux (par rapport à un faible niveau d’urbanisation) mais cette tendance ne se vérifie pas pour un niveau d’urbanisation élevé. Par contre, lorsque le niveau social du village augmente, les femmes ont plus tendance à avoir les 4 suivis prénatals préconisés et à accoucher à l’hôpital.

26La durée d’exposition au feu n’est associée ni au contexte urbain ni au contexte social. Les femmes respectent d’autant moins les restrictions alimentaires qu’elles habitent dans des espaces urbanisés.

Discussions

Méthodes

27Il aurait été intéressant d’étudier dans notre enquête la ville de Vientiane, en plus de sa périphérie, et d’analyser ainsi les disparités spatiales de comportements au sein de la ville. Ce sera le sujet d’une enquête ultérieure déjà programmée.

28La sélection des variables d’urbanisation a posé le problème d’ancienneté des données. Le recensement date de 10 ans (1995) et les villages sélectionnés ont connu, sans aucun doute, des modifications importantes.

29La simple analyse bivariée (khi2) ne permet pas de dissocier les effets des caractéristiques d’un individu de celles de l’espace où il réside et d’évaluer de façon indépendante les associations qui existent avec les comportements en matière de santé.

30Les modèles classiques de régression ne tiennent cependant pas compte de la structure complexe de variabilité au niveau individuel et au niveau des unités spatiales [Chaix, Chauvin, 2002]. Il est donc utile de tenir compte de la méthode de sondage employée [Laurent, Etard, 2005]. Même si nous n’avons pas directement modélisé les variations entre village au moyen de modèles multiniveaux, nous avons en effet tenu compte de la possible corrélation des variables réponses au sein des villages au cours de l’analyse de régression afin d’obtenir des estimations non biaisées des effets individuels et contextuels.

31Les caractéristiques d’un individu et celles d’un espace sont étroitement liées dans la mesure où il existe des interactions entre espaces et individus. Un individu ne choisit pas son lieu de résidence au hasard. L’espace est un support que les hommes façonnent tandis que l’individu est façonné par l’espace où il réside, par les contraintes et les occasions qui y existent. Il est donc illusoire d’espérer distinguer parfaitement les caractéristiques individuelles et contextuelles. Cette distinction est un outil d’analyse dont il faut connaître les limites.

32Dans cette analyse, l’approche quantitative a été privilégiée pour mettre en évidence l’impact différencié du contexte urbain et du contexte social sur les comportements. Toutefois les interprétations proposées en discussion sont le fruit de discussions avec des femmes lao. Des entretiens directs avec une partie des 300 femmes interrogées auraient également pu être intéressants.

Relations entre les variables individuelles et les comportements

33Les variables économiques individuelles (profession et revenu) ne sont associées à aucun type de comportement. Le recours aux soins, contrairement à ce qu’on aurait pu penser, n’est donc pas associé à la situation financière du ménage mais plutôt à une motivation qui est peut-être plus grande lorsque le risque encouru paraît important (la première grossesse et l’âge de la mère). Le recours aux soins augmente également avec le niveau d’éducation de la mère.

34Par ailleurs, le niveau d’éducation n’a aucune influence sur le respect des restrictions alimentaires, mais il a un impact, dans un sens surprenant, sur la durée d’exposition au feu. Les femmes plus éduquées restent plus longtemps sur le feu. Cette pratique d’exposition au feu, qui n’est pas dangereuse pour la santé (au contraire du respect des restrictions alimentaires) s’accompagne d’un mécanisme social que les femmes éduquées ont peut-être le temps et la volonté de préserver. La période de l’exposition au feu est en effet le moment privilégié pour les visites de la famille et des proches.

35La durée d’exposition au feu est par ailleurs associée au nombre d’enfants. La tradition lao veut en effet que l’exposition sur le feu soit plus longue pour le premier enfant que pour les suivants.

36On aurait pu imaginer que les jeunes femmes, séduites par la modernisation en cours de la société, soient moins prêtes que leurs aînées à se soumettre à la tradition. Or, il s’avère que les jeunes femmes (de moins de 25 ans) respectent plus les restrictions alimentaires. Ces femmes, de par leur jeune âge, dépendent peut-être plus de l’autorité familiale que leurs aînées. Ce sont en fait les femmes entre 25 et 34 ans qui respectent le moins les restrictions alimentaires. On peut l’expliquer ainsi : elles sont suffisamment âgées pour avoir acquis une certaine indépendance vis-à-vis de leurs parents et suffisamment jeunes pour être perméables à la modernisation de la société.

37Les profils des femmes ne sont donc pas les mêmes selon le type de pratiques traditionnelles adoptées. Tandis qu’une plus longue durée d’exposition au feu est associée à une meilleure éducation de la mère et à un petit nombre d’enfants, un plus grand respect des restrictions alimentaires est associé au jeune âge de la mère.

Relations entre les variables contextuelles et les comportements

38La décision du recours à l’hôpital (suivis prénatals et accouchement) apparaît comme une décision motivée par le contexte social (caractérisé entre autres par le niveau d’éducation de la population du village). Le niveau d’éducation de la femme et de la population à laquelle elle appartient joue un rôle significatif sur la décision du recours à l’hôpital. Le niveau d’éducation est donc une variable individuelle et contextuelle pertinente pour expliquer les recours aux soins.

39La pratique du régime alimentaire et de l’absorption d’infusions traditionnelles répondent à des logiques très similaires : ces deux comportements sont associés aux mêmes facteurs. La durée de l’exposition au feu (qui est en moyenne de 2 semaines) répond, quant à elle, à une logique totalement différente. C’est le seul des comportements étudiés qui apparaisse comme une décision entièrement individuelle, non influencée par le contexte. Lors d’enquêtes menées à Vientiane et dans sa périphérie entre 1974 et 1976, R. Pottier remarquait déjà que la durée moyenne d’exposition au feu était de 2 semaines : cette pratique semble donc aussi peu sensible au contexte qu’au temps qui passe.

40L’impact du contexte varie donc suivant le type de pratiques traditionnelles. Il est nul pour l’exposition au feu mais il est significatif pour le respect des restrictions alimentaires, qui diminue à mesure que le niveau d’urbanisation augmente.

41Il était certes prévisible que les pratiques « modernes » soient plus développées en milieu urbain et dans les milieux sociaux favorisés. L’originalité de notre étude réside cependant dans la prise en compte simultanée de ces deux variables contextuelles. On s’aperçoit en effet que dans le cas du recours aux soins, seul le contexte social semble jouer un rôle. Au contraire dans le cas des restrictions alimentaires traditionnelles, seul le contexte urbain semble avoir un impact. Ces deux variables contextuelles qu’on aurait peut-être eu tendance à regrouper ont un impact différent sut les comportements des femmes. S’il est fréquent, en ville, d’analyser les phénomènes de santé en relation avec les caractéristiques sociales du lieu de résidence, il est plus rare d’introduire un gradient d’urbanisation alors que notre étude en montre bien la pertinence.

Conclusion

42L’utilisation de variables individuelles est indispensable à la compréhension de ces comportements mais elle n’est pas suffisante ; l’analyse des comportements est plus précise lorsque des variables contextuelles sont intégrées. Le contexte a un impact soit via la composition sociale de sa population (pour le lieu d’accouchement et le nombre de suivis prénatals) soit via le niveau d’urbanisation de son espace (pour le respect des restrictions alimentaires). L’utilisation du contexte, en dissociant l’aspect social de l’aspect urbain, permet donc de prendre en compte une partie de la variabilité des comportements qui n’aurait pu être captée autrement.

Haut de page

Bibliographie

CHAIX B., CHAUVIN P. (2002), L’apport des modèles multiniveaux dans l’analyse contextuelle en épidémiologie sociale: une revue de littérature, Revue Épidémiologique Santé Publique, vol. 50, pp. 489-499.

FUJIWARA T., TAKANO T., NAKAMURA K. (2005), The spread of drug abuse in rapidly urbanizing communities in Vientiane, Lao People’s Democratic Republic, Health Promotion International, vol. 20, n°1, pp. 61-68.

Japan International Cooperation Agency (JICA), Ministry of Health (2002), The study on the improvement of health and medical services in the Lao People’s Democratic Republic.

LAURENT C., ETARD J.-F. (2005), Le sondage en grappes : implications de la méthode d’analyse sur les conclusions de l’enquête, Revue Épidémiologique Santé Publique, vol. 53, pp. 43-50.

Ministry of Health, National Institute of Public Health, State Planning Committee, National Statistical Center (2001a), Report of the Lao Reproductive Health Survey, 108 p.

Ministry of Health, National Institute of Public Health, State Planning Committee, National Statistical Center (2001b), Report on National Health Survey. Health Status of the people in Lao PDR, 144 p.

NGUYEN-VAN-LANH (1942), « Pratiques et croyances laotiennes concernant la grossesse et l’accouchement », Institut Indochinois pour l’Étude de l’Homme, Tome V, fasc. 2, pp. 99-108.

PEYRONNIE K. (2002), « Vientiane, une capitale de taille modeste en restructuration », in Michel Foucher avec M. Bruneau, F. Durand-Dastès, G. Lespesaut, P. Pelletier (eds), Asies Nouvelles, Paris, Belin, pp. 226-228.

POTTIER R. (2004), Santé et Société au Laos (1973-1978). Le système de santé lao et ses possibilités de développement : le cas de la zone de santé de Tha Düa, Comité de Coopération avec la Laos, 505 p.

ROSSI G., TISSANDIER P. et INTHIPHONE B. (Programme de formation recherche en coopération inter-universitaire, Université du Laos/Université de Bordeaux III) (2003), Atlas infographique de Vientiane, 67 p.

SOUKALOUN D., KOUNNAVONG S., PENGDY B., BOUPHA B., DURONDEJ S., OLNESS K., NEWTON P., WHITE N. (2003), Dietary and socio-economic factors associated with beriberi in breastfed Lao infants, Annals of Tropical Paediatrics, vol. 23, pp. 181-186.

State Planning Commitee, National Statistical Centre (1997), Results from the population Census 1995, 94 p.

World Health Organization, Department of Reproductive Health and Research (2004), Maternal Mortality in 2000: Estimates developed by WHO, UNICEF and UNFPA, 30 p.

Haut de page

Notes

1 Les restrictions alimentaires regroupent deux pratiques distinctes : l’interdiction de certains aliments (« régime alimentaire ») et l’obligation de boire des infusions d’herbes traditionnelles.

2 « svylogit » dans le logiciel STATA.

3 Par exemple, pour les femmes qui ont une éducation supérieure, un Odds Ratio de 6 signifie que pour celles-ci la « chance » d’accoucher à l’hôpital est, toutes choses égales par ailleurs, 6 fois plus importante que pour les femmes n’ayant pas dépassé le niveau de l’école primaire (la valeur de référence).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Les niveaux d'urbanisation de Vientiane et de sa périphérie (Les chiffres indiquent le nombre de femmes enquêtées dans chaque village.)
Crédits Source : D'après le recensement de 1995 (9) et l'atlas infographique de Vientiane (10)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1771/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Graphique 1 : Comportements des femmes (%) et niveau d'urbanisation
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1771/img-2.png
Fichier image/png, 147k
Titre Tableau 1 : Associations entre les comportements adoptés et les variables individuelles et contextuelles
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1771/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Vallée, Chansimmaly Simmala et Hubert Barennes, « L’influence du contexte urbain et social sur les comportements des femmes lors de leur grossesse et après leur accouchement, en périphérie de Vientiane (RDP Lao) », Espace populations sociétés, 2006/2-3 | 2006, 351-359.

Référence électronique

Julie Vallée, Chansimmaly Simmala et Hubert Barennes, « L’influence du contexte urbain et social sur les comportements des femmes lors de leur grossesse et après leur accouchement, en périphérie de Vientiane (RDP Lao) », Espace populations sociétés [En ligne], 2006/2-3 | 2006, mis en ligne le 18 novembre 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://eps.revues.org/1771 ; DOI : 10.4000/eps.1771

Haut de page

Auteurs

Julie Vallée

Institut de Recherche pour le Développement (IRD)
UR 178, BP 5992
Vientiane
Laos
Université Paris X – Nanterre
Laboratoire Espace, Santé et Territoire
200, avenue de la République
92000 Nanterre.
valleej@yahoo.fr

Articles du même auteur

Chansimmaly Simmala

Institut Francophone pour la Médecine Tropicale (IFMT)
BP 9519
Vientiane
Laos
Hubert.barennes@auf.org
chansimmaly@yahoo.fr

Hubert Barennes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org