Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Argentins et Latino-Américains en Israël

Luisa-Fanny Ran
Traduction de Yves Boquet
p. 203-204

Texte intégral

120 % de l’immigration en Israël durant l’année 2002 était composée de Latino-Américains, dont 85 % originaires d’Argentine. Ces chiffres, en net progrès par rapport aux 10 % des années 1970 et 15 % des années 1980, ont constitué pour l’État d’Israël un afflux inattendu.

2Cette immigration latino-américaine, et en particulier argentine, conduit à examiner les principaux facteurs qui ont contribué pour beaucoup de personnes à la décision d’émigrer vers Israël.

1. La mondialisation de la pauvreté qui a touché les Argentins dans les années 1990, y compris, et en particulier, la classe moyenne juive entraînée vers le bas dans la polarisation sociale croissante de ce pays, principale terre d’accueil juive en Amérique Latine.

2. Une insécurité politique croissante ravivant activement la mémoire communautaire. On note le développement d'un sentiment de peur consécutive aux actes terroristes - toujours non élucidés- commis contre la communauté juive, et à la montée de l’antisémitisme, de l’antisionisme et des démonstrations anti-israéliennes à travers l’Argentine lors des campagnes électorales.

3. Des éléments d’éducation et d’identité juive poussant à l’émigration des familles cherchant à assurer à leurs enfants ou jeunes adultes un autre mode de vie en Israël.

3Arrivée en Israël, la communauté juive argentine a des caractéristiques démographiques propres. Il s’agit d’une population plus âgée que la moyenne israélienne (seulement 25 % de moins de 18 ans contre 35 %, mais 30 % des immigrants latino-américains ont plus de 45 ans). 60 % de ces immigrants, où femmes et hommes sont en nombre égal, sont célibataires ou très âgés, quoique 20 % des Argentins d’Israël soient des familles de 3 à 5 enfants.

4Très peu d’études sur cette migration de Juifs argentins et latino-américains vers Israël ont été publiées (seulement 25, soit 2 % du total -2460-, on a analysé 1581 références bibliographiques entre 1970 et 2003 sur l’arrivée de migrants en Israël). Les rares travaux des années 1970 examinent les caractéristiques démographiques et anthropologiques des populations concernées, les motivations d’étudiants de plus de 18 ans partant en Israël, l’intégration d’immigrants latino-américains en kibboutz. Les études ne distinguent pas entre Argentins et autres Latino-Américains. Le volume de publications, qui s’accroît notablement dans les années 1980 toujours sur les Latino-Américains en général, est dominé par la sociologie : identité juive, politique gouvernementale d’absorption de ces immigrants, biographies. Les années 1990 voient un élargissement des études, tant dans les thèmes abordés (4 travaux sur l’apprentissage de l’hébreu comme élément d’intégration en Israël, soutien psychologique aux immigrants, accès au marché de l’emploi) que dans les institutions universitaires dont les chercheurs se penchent sur ces questions, tandis que commencent à apparaître des distinctions selon le pays d’origine (Argentins/Brésiliens par exemple). Les travaux les plus récents (2000-2003) portent sur l’absorption des Argentins dans les villes israéliennes (trois études commanditées par le Parlement israélien), les immigrants cubains et l’évaluation des nouveaux arrivants argentins par les agences d’immigration.

5La comparaison entre ces 25 études et le total des 1581 travaux menés sur l’accueil des immigrants en Israël indique que cette composante latino-américaine de l’immigration en Israël est fondamentalement sous-étudiée, l’essentiel des travaux portant sur les Juifs de l’ex-URSS et d’Éthiopie. On ne peut que déplorer ce déséquilibre de la recherche, sans doute lié aux relations déjà nouées entre institutions universitaires, aux pays d’origine des chercheurs et à l’insuffisance des travaux pluri- ou inter-disciplinaires. C’est d’autant plus regrettable dans le cas des Juifs argentins qu’il s’agit d’une communauté qui représente 85 % des flux du continent vers Israël. Ainsi aucune étude spécifique n’existe sur les questions de santé des Argentino-Israéliens, qui quittent un pays dont les infrastructures sociales de base se dégradent rapidement.

6Il conviendrait donc de développer des institutions de recherche de niveau universitaire consacrées à l’immigration, puisque Israël est un pays d’immigrants, dont 45 % de la population en 2003 est d’origine étrangère, contre seulement 55 % de natifs d’Israël.

7Cette institution pourrait se donner comme objectifs d’analyser la composition de l’immigration argentine ou latino-américaine en Israël (importance des non-Juifs ?), les mécanismes de son intégration dans la société israélienne, les caractéristiques de santé physique et psychique des Latino-Américains, la pauvreté matérielle et spirituelle des immigrants latino-américains en Israël, ainsi que les changements culturels introduits en Israël par cet afflux d’Argentins : on pense à des domaines comme la littérature, les pratiques alimentaires (yerba mate, chorizo, vins), la musique, les programmes de télévision (telenovelas), les vêtements (poncho), l’enseignement de l’espagnol,... On manque aussi d’études sur les enfants latino-américains en Israël, sur les responsables d’hôpitaux ou d’entreprises argentins en Israël, sur l’expression religieuse des Juifs argentins, des non-Juifs et des Israéliens d’origine latino.

8Il faudrait considérer l’existence - ou l’absence - d’expression populaire (vox populi) de ces Argentins au sein de la société israélienne. En Argentine, les « mères de la place de Mai » ont fait connaître leurs sentiments au niveau local, national et mondial depuis la mise en place du régime militaire des années 1970-80.

9Ex-Soviétiques et Éthiopiens ont fait connaître leur particularité en Israël, entre autres par la presse communautaire. Les Argentins ou au moins les Latino-Américains le feront-ils ? Cette immigration majeure ne peut rester ignorée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luisa-Fanny Ran, « Argentins et Latino-Américains en Israël », Espace populations sociétés, 2006/1 | 2006, 203-204.

Référence électronique

Luisa-Fanny Ran, « Argentins et Latino-Américains en Israël », Espace populations sociétés [En ligne], 2006/1 | 2006, mis en ligne le 04 novembre 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/1710 ; DOI : 10.4000/eps.1710

Haut de page

Auteur

Luisa-Fanny Ran

Hebrew University
Ezel 7-Apt. 1
Jerusalem 97853- Israel
fabil@mscc.huji.ac.il

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org