Navigation – Plan du site
Articles

Les insertions résidentielle et économique des Arméniens de Montréal : comportements d’une communauté culturelle ou d’une communauté diasporique ?

The Economic and Residential Insertions of Montreal Armenians: Behavioral Patterns of a Cultural Community or a Diasporic One?
Aïda Boudjikanian
p. 95-106

Résumés

Bien que les recherches et les publications portant sur les diasporas aient augmenté depuis les années 1990, elles sont loin d’égaler les études ethniques. La communauté arménienne diasporique montréalaise se forme et se structure entre les années 1960 et 1990. Le recours à des variables telles que les réseaux, la mémoire et la reprise de comportements pré-migratoires, les stratégies d’appropriation symbolique de leurs territoires et le travail autonome, s’avère très utile dans l’étude des insertions résidentielle et économique des Arméniens diasporiques. L’espace résidentiel arménien est constitué de 4 grappes de concentration et d’une répartition diffuse. Le travail autonome est le moteur de leur insertion économique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le gouvernement du Québec comprend par exemple un Ministère de « l’Immigration et des Communautés c (...)

1Les termes couramment utilisés pour définir la population montréalaise sont nombreux. Au-delà des expressions usuelles de « société multiculturelle », « d’agglomération à population cosmopolite » ou encore de « population de souche québécoise » à distinguer des « néo-Québécois », le terme de « communauté culturelle »1 s’applique aux segments de la population qui sont d’origines autres que française ou anglaise, et cela indépendamment de leurs périodes d’immigration, de leurs origines raciales et ethniques ou encore de leurs cultures d’origine.

2C’est en fait le terme le plus fréquemment utilisé par les chercheurs.

3Les Arméniens de Montréal forment donc à ce premier niveau de lecture, une communauté culturelle ; mais ils ont la particularité de faire également partie d’une diaspora. Des dictionnaires, des lexiques et des atlas spécialisés, en définissant le mot « diaspora », donnent entre autres exemples celui de la diaspora arménienne. Robin Cohen (1997) dans sa typologie des diasporas, classe la diaspora arménienne dans la série des « diasporas victimes » (Victim diasporas, p. 42), alors que Pascal Boniface (1993) la qualifie de « diaspora ancienne ». Michel Bruneau (2004) estime que la diaspora arménienne est de type culturel car la religion et la langue en constituent le pôle structurant.

4Le chercheur intéressé par l’étude de la communauté arménienne montréalaise est confronté à de multiples problèmes théoriques, analytiques et méthodologiques. Une des difficultés à affronter provient du fait que les diasporas – et les espaces urbains qu’elles occupent – sont encore à différencier des autres communautés culturelles, du moins dans le contexte nord-américain, où les études ethniques et de ségrégation résidentielle sont très répandues. La recherche que nous avons menée dans le cadre de notre deuxième thèse de Géographie, a permis de constater que pour bien saisir la complexité du « terrain », c’est-à-dire la logique de la mise en place, du fonctionnement, de la reproduction et de la représentation des territoires d’implantation du groupe, il est nécessaire de prendre en considération son identité diasporique, non pas tant parce que les éléments constitutifs des théories de ségrégation résidentielle sont absents des comportements observés ou qu’à l’inverse, les quartiers en question se distinguent par une architecture et une morphologie particulières (nous sommes loin des exemples des Chinatowns), mais parce qu’en omettant cette caractéristique, on ne peut voir et analyser ce qui en fait l’originalité.

5Après avoir évoqué dans une première partie les traits significatifs de la présence des Arméniens à Montréal, on se propose de montrer dans cet article les modalités de leur insertion dans l’espace urbain et dans l’économie montréalaise, pour passer en revue par la suite les réseaux institutionnels et les rapports liant cet espace communautaire diasporique - ou sa grappe de concentration la plus importante - avec des institutions et des communautés arméniennes des États-Unis et des autres villes canadiennes.

6En prenant en compte à la fois les données de la littérature et les résultats de notre enquête, nous évaluons dans la conclusion la pertinence de « l’approche diasporique » dans l’analyse du territoire urbain occupé par les Arméniens à Montréal.

1. Portrait sommaire de la population arménienne montréalaise

1.1. Effectifs numériques

  • 2 Dans les recensements de la population canadienne, la question demandant la langue maternelle est e (...)

7Les informations fournies dans ce paragraphe proviennent essentiellement de « Statistique-Canada ». À partir du recensement de la population de 1971, dans lequel plus de 10 000 répondants avaient spécifié avoir l’arménien comme langue maternelle2 (seuil minimum exigé par Stat-Canada pour établir des sous-groupes d’énumération), les Arméniens ont formé une nouvelle catégorie dans les recensements quinquennaux de population.

Tableau 1. Le nombre des Arméniens au Québec et dans la Région Métropolitaine de Montréal, selon les recensements de Statistique-Canada

Recensements

Arméniens à origine ethnique unique (1)

Arméniens à origines ethniques multiples

Total

 

Québec

Montréal

Québec

Montréal

Québec

Montréal

1981

10 380 (2)

10 125

 

 

 

 

1986

10 815

10 630

1695

1530

12 510

12 160

1991

13 895

13 670

3080

2900

16 575

16 570

1996

13 755

13 560

4460

4120

18 215

17 680

2001

13 885

13 710

4970

4735

18 855

18 445

(1) L’origine ethnique unique signifie que les deux parents du répondant sont d’origine ethnique arménienne. Les origines multiples indiquent des parents d’origines ethniques arménienne et non-arménienne.
(2) En 1981 Statistique-Canada a accepté les origines multiples, mais seulement pour certaines combinaisons de groupes ethniques (Dictionnaire du recensement de 1981. Statistique-Canada. Ministère des Approvisionnements et Services. Canada).

8La lecture du tableau 1 appelle plusieurs remarques :

  • d’abord, en 20 ans de 1981 à 2001, le nombre des Arméniens du Québec a augmenté de près de 82 % (81,6 %), passant de 10 380 à 18 855 ; le pourcentage est important même si les chiffres absolus le sont moins. On discutera de ces chiffres ultérieurement ;

  • ensuite, la quasi-totalité des Arméniens du Québec habite le Grand-Montréal : les pourcentages varient de 97 (1996) à 99,9 % (1991). Montréal est vraiment l’unique ville des Arméniens et vivre ailleurs au Québec constitue une exception absolue. Ces chiffres montrent aussi que nous avons affaire à une communauté d’immigrants de première génération. Néanmoins la communauté fait montre d’une certaine vigueur démographique et sa croissance naturelle est à noter : en 1986, 20 % de la communauté est considérée native du Québec. Le même pourcentage passe à 30 % au recensement de 1996.

9Même si dès le début du 20ème siècle des Arméniens quittant l’Empire Ottoman viennent se faire embaucher dans les mines d’Asbestos au Québec, la communauté arménienne montréalaise ne se forme véritablement que durant les trente années s’étalant de 1960 à 1990.

Tableau 2. Dates d’immigration des Arméniens de Montréal

Dates

Données officielles (1)

 

Fréquence

 %

Avant 1960

555

6,4

1961-1970

3445

39,9

1971-1980

3055

35,4

1981-1990

3650

29,5

1991-1996

1690

13,7

Natifs (2)

5540

30,4

10Toutefois si l’on compare les chiffres du tableau 1 à ceux du tableau 2, on remarque vite d’étonnantes anomalies : qu’il n’y ait une différence que de 435 personnes (10 815 -10 380) entre les totaux des années 1986 et 1981 (tableau 1) constitue sans doute une forte sous-estimation puisqu’on sait que 3650 Arméniens ont immigré à Montréal durant la décennie 1981-1990, (tableau 2), dont 1435 entre 1981 et 1985. On peut multiplier les exemples d’incompatibilité des chiffres, il suffit de bien les observer. D’ailleurs Statistique-Canada l’admet de son propre chef, il y a sous-estimation des Arméniens dans les recensements, comme pour toute autre petite communauté ethnique, pour lesquels les totaux de population sont calculés par imputation. (voir note infrapaginale 2).

  • 3 Le bottin téléphonique communautaire est basé sur le bottin officiel Bell, d’où les noms de famille (...)

11Le nombre des Arméniens à Montréal devrait de toute vraisemblance tourner autour de 25 000 à 30 000. Cette évaluation est basée sur l’enquête que nous avons menée auprès de 100 ménages. (Nous en expliquons la méthodologie plus loin). Le nombre moyen de personnes par ménage est d’environ 3,5. En multipliant cet indice par le nombre de familles répertoriées dans le bottin téléphonique communautaire (exemplaire de 2000)3, soit 6064, on aurait pour Montréal un total approximatif de 21 000 personnes. Or la moyenne de 3,5 est influencée vers la baisse par la proportion importante de retraités saisis par l’enquête, dont on ignore la descendance. De manière générale, celle-ci est importante à en juger par le nombre moyen d’enfants (2,7) par familles entières incluses dans l’enquête.

12C’est en tenant compte de ces éléments que l’on a avancé l’évaluation de 25 à 30 000 Arméniens à Montréal, reprise d’ailleurs par d’autres chercheurs.

1.2. Les origines géographiques des immigrants arméniens

  • 4 Ce n’est qu’à partir de 1993, deux ans après l’indépendance de l’Arménie, que des immigrants de nat (...)
  • 5 Une autre appellation du Ministère de l’Immigration du Québec

13La très grande majorité des Arméniens de Montréal ne viennent pas d’Arménie. Seule leur origine ethnique est arménienne : ils portent la nationalité des pays où ils sont nés. Autrement dit leur nationalité ne se confond pas avec leur origine ethnique ; ceux qui arrivent à Montréal sont issus de la diaspora arménienne, et plus spécifiquement des communautés diasporiques du Moyen-Orient4. On voit poindre là une caractéristique qui les différencie des normes définissant habituellement les communautés culturelles montréalaises. Le Liban, la Syrie, la Turquie (Istanbul spécifiquement), l’Iran, l’Irak, la Bulgarie, le Koweit, la Jordanie etc., sont les pays d’où proviennent les Arméniens montréalais. Il faut apporter deux précisions à cette énumération : il y a d’abord une périodisation dans la géographie des courants d’immigration, autrement dit il y a domination d’un pays fournisseur au cours d’une période précise. Les immigrants originaires d’Égypte dominent la décennie 1961-70. Au cours des deux décennies suivantes, les courants en provenance du Liban dominent. À partir de 1991, il y a étalement des tendances entre plusieurs pays. Par contre pour la période précédant les années 1960 et le début des années 70, les mouvements originaires de Grèce sont les plus importants. Cette succession de vagues migratoires en provenance de divers pays du Proche-Orient correspond aux périodes de troubles politico-sécuritaires et aux guerres qui frappent ces pays, à l’exception de la Grèce que les Arméniens quittent pour des raisons économiques. La deuxième nuance à apporter aux chiffres consiste à opérer une distinction entre pays de naissance et pays de provenance, distinction importante dans le cas de populations diasporiques. On a pu calculer des totaux différenciés à ce sujet en travaillant dans les archives de la « Direction de la planification stratégique du Ministère des Relations avec les citoyens et de l’immigration »,5 mais l’espace manque pour entrer dans le détail ici.

14Il serait de même long d’expliquer les difficultés rencontrées par les immigrants arméniens qui voulaient immigrer au Canada au début du 20ème siècle, période durant laquelle les lois d’immigration étaient très restrictives ; non seulement l’entrée des réfugiés -statut de la majorité des Arméniens - était exclue, mais en plus ces lois catégorisaient les immigrants potentiels par leurs origines ethniques et les Arméniens classés dans la catégorie « asiatique » étaient jugés inassimilables, donc indésirables. Les Arméniens résidant déjà au Canada prennent leur sort en main et créent en 1948 une association ad hoc, le « Congrès Arménien Canadien » qui se charge d’une part d’intervenir auprès d’Ottawa (capitale fédérale) pour faire changer la catégorisation des Arméniens, et d’autre part de parrainer des Arméniens voulant immigrer au Canada. Ils y arrivent en 1952. Les lois générales d’immigration devaient d’ailleurs changer de critère de classement des immigrants, en en éliminant l’élément ethnique quelques années plus tard.

1.3. Autres caractéristiques des Arméniens montréalais

  • 6 Les chiffres à l’état brut se trouvent dans « Profil des divisions et subdivisions de recensement » (...)

15La population immigrante est surtout composée de jeunes adultes et de jeunes familles ; cela a entraîné un taux de fertilité plus élevé que la moyenne montréalaise, puisque les classes d’âge de 0 à 4 ans et de 15 à 24 ans sont supérieures à celles de la population montréalaise et de la Région métropolitaine de recensement (RMR), selon le recensement de population de 1996. La proportion des 45-64 ans est aussi plus élevée : 24,7 % contre 21,3 % pour Montréal et 22,3 % pour la RMR. Elle correspond aux premiers immigrants qui commencèrent à arriver à Montréal après les années 60 et sont à la base de la formation de la communauté.6 Cette population immigrante a un niveau d’éducation élevé et n’hésite pas à réintégrer l’université ou l’école technique, si cela s’avère nécessaire pour une meilleure intégration au milieu québécois du travail : 40 % des répondants à notre enquête avaient des diplômes universitaires, alors qu’avec 25 % d’universitaires, une population est considérée comme très scolarisée. La littérature confirme cette tendance en ce qui concerne les communautés diasporiques arméniennes de Londres [Talaï, 1989], et de New York [Bakalian, 1993]. Même si les lois d’immigration canadiennes favorisent l’entrée de gens instruits, - 42 % des répondants de l’échantillon (représentatif) de notre enquête ont complété leurs études dans les pays de provenance - il reste que 38 % poursuivent ou réintègrent le milieu d’études au Québec.

16Le taux d’endogamie reste relativement élevé, mais l’exogamie fait rapidement des avancées ; cela contribue sans doute à conserver et à perpétuer un certain nombre de valeurs familiales et de comportements traditionnels.

17Une forte vie associative structure la vie communautaire collective. Dix types d’associations ont pu être identifiés dont des associations culturelles, éducatives, caritatives, sportives, « compatriotiques », médicales, et un Conseil Commercial Canadien Arménien (CCCA), ayant presque tous leurs propres sièges dans la grappe résidentielle de Saint-Laurent (n° 1 sur la carte 1) et de Cartierville (n° 3 sur la carte 1), donc dans des quartiers contigus formant le cœur de l’espace résidentiel arménien. Un nombre indéterminé de petits regroupements et de mouvements qui n’ont pas de local fixe complètent l’ensemble.

18La mise en place des institutions s’effectue assez vite après les premières vagues d’immigration. Quelques exemples : dès 1956, une « école du samedi » est ouverte. En 1957, deux chapitres locaux d’associations diasporiques (Union Générale Arménienne de Bienfaisance ou UGAB, et HOM, mieux connu en France sous le nom de « Croix Bleue Arménienne ») se créent. En 1959 une première église (Sourp Hagop) est aménagée ; en 1970 la Cathédrale Saint-Grégoire est inaugurée. La liste continue depuis, mais on ne peut tout énumérer.

19Ce foisonnement d’associations et d’institutions est néanmoins marqué par une fragmentation socio-politique issue essentiellement de l’époque de la soviétisation de l’Arménie en 1920, divisant le monde arménien entre « pro-communistes » et « anti-communistes ». Il n’est pas lieu de faire ici de longues analyses nuancées, mais cette division fondamentale continue - sous d’autres colorations et pour d’autres raisons - jusqu’à aujourd’hui, même après l’implosion de l’URSS et l’indépendance retrouvée de l’Arménie.

20On reviendra plus loin sur la hiérarchisation interne et les réseaux institutionnels caractérisant ces structures communautaires.

2. L’espace résidentiel arménien montréalais

21La méthode classique et traditionnelle pour étudier la ségrégation résidentielle des communautés culturelles est de calculer des indices de ségrégation dans le but d’analyser la concentration ou la dispersion des différents groupes, la disponibilité de données censitaires sur les communautés culturelles rendant cette approche possible.

  • 7 Nous ne reprenons pas cette analyse dans cet article, faute d’espace.

22Dans le cas précis des Arméniens, l’Indice de Concentration (IC) qui est le rapport entre le pourcentage des Arméniens dans un Secteur de Recensement (SR) et celui des Arméniens de la région étudiée, en l’occurrence la RMR entière, fut choisi, en utilisant les données du recensement de 2001, parce qu’il permettait la comparaison avec la carte des IC établie par Veltman (1987) à partir du recensement de 1981.7 Mais cette méthode a ses limites dans l’étude de la mise en place d’un territoire diasporique, et cela pour plusieurs raisons : d’abord elle ne permet pas d’en saisir les modalités, ensuite elle ne permet pas de mesurer le poids et l’influence des schémas pré-migratoires dans le comportement et le rapport à l’espace du groupe, et enfin elle ne peut identifier le rôle des réseaux, une variable jugée importante dans la littérature portant sur les diasporas. Michel Bruneau (2004) et Georges Prévélakis (1996) entre autres, disent que l’organisation en réseaux est une condition de survie des diasporas. Il fallait donc procéder par enquête pour voir comment ce concept agit sur le terrain et pour mesurer la complexité des toiles structurant et marquant les diasporas.

2.1. Caractéristiques méthodologiques de l’enquête

  • 8 Ce bottin est établi par les deux paroisses arméniennes à partir du bottin téléphonique officiel Be (...)

23La base de sondage est formée de 100 ménages. L’échantillon fut bâti à partir du bottin téléphonique8 arménien de l’année 2000, qui répertorie 6064 familles : ainsi une famille sur 60 est ciblée par l’enquête. Cette liste a permis de choisir par la procédure de sélection systématique [Weisberg, 1996], un chef de ménage à tous les 60 noms (1/60) ; ayant choisi le chiffre 20 d’un tableau de chiffres pour le premier interlocuteur, il fallait donc ajouter 60 pour le choix des suivants, jusqu’à obtenir 100 répondants.

24L’enquête s’est déroulée de janvier à juin 2000. La méthode d’échantillonnage aléatoire, assurant encore plus sa représentativité, a été choisie. Trois pré-tests ont été faits en décembre 1999, et un protocole précis fut suivi pour le premier contact avec les répondants après appel pour vérifier l’adresse etc.., suivi par une première lettre explicative, assurant le répondant de la confidentialité complète de l’entrevue. Les entretiens se sont faits sous forme d’entrevues directes, soit à domicile, soit ailleurs.

25Le questionnaire comprend 6 catégories de questions et au total 33 questions fermées comportant des sous-questions. Les six catégories couvrent les thèmes de l’identification, du portrait social, de l’historique résidentiel, de l’insertion économique, du travail autonome, et de l’adhésion formelle à des associations sociales, professionnelles et communautaires.

26Les sous-questions de la catégorie de l’historique résidentielle portent sur les motivations des comportements dans le choix des quartiers de résidence et des logements (jusqu’à 5 logements successifs), sur le rôle éventuel des réseaux, sur des variables liées aux structures urbaines (transports, coût d’achat ou de location des logements, grandeur et qualité des logements) etc., et sur le type de quartier habité dans le pays de provenance. S’y ajoutent des questions de nature sociale (de qui et de quoi se rapproche-t-on en déménageant), etc. Celles relevant de la catégorie de l’insertion économique ont pour objectifs de discerner le véritable moteur de l’insertion en retraçant l’historique des emplois (remontant jusqu’à 3 emplois antérieurs) et les modalités de leur obtention etc.., essayant encore une fois d’y voir le rôle des réseaux.

2.2. Localisation des espaces de concentration arménienne

  • 9 La carte est à l’échelle des municipalities et représente la localisation de la population enquêtée

27En 2005, l’espace résidentiel arménien montréalais est caractérisé par quatre grappes de concentration (carte 1)9, et une répartition diffuse sur l’ensemble de l’agglomération. Cette situation est le résultat d’un demi-siècle d’existence structurée et collective à Montréal, qui représente un nouvel espace d’accueil diasporique pour les Arméniens quittant leurs premiers pays d’établissement du Moyen-Orient. Il s’agit en fait d’une redistribution démo-géographique à l’intérieur de l’espace diasporique et ces mouvements migratoires sont vécus et perçus comme tels.

Carte 1. Localisation actuelle des ménages arméniens (selon l’enquête)

Carte 1. Localisation actuelle des ménages arméniens (selon l’enquête)

1 = Ville St-Laurent
2 = Chomedey
3 =Cartierville
4 =Nouveau-Bordeaux
5 =Outremont
6 =Pierrefonds
7 =Dollard Des Ormeaux
8 =Kirkland
9 =Brossard
10 =Mont-Royal
11 =Parc-Extension
12 =Centre-ville
13 =Montréal-Ouest

28La carte 1 montre les deux fortes concentrations de Ville Saint-Laurent et de Chomedey de part et d’autre de la Rivière des Prairies. Entre elles et comme prises en étau, se trouvent celles de Cartierville et de Nouveau Bordeaux/Ahuntsic. Si nous nous limitons à l’aire couverte par cette grappe de concentration, nous avons non seulement l’espace résidentiel le plus densément peuplé d’Arméniens du Grand Montréal, mais aussi l’espace institutionnel arménien par excellence : seule la Cathédrale Saint-Grégoire l’Illuminateur de la rue Stuart à Outremont reste en dehors de cet espace, sinon écoles, églises, centres communautaires, centres culturels, sièges d’associations, salles de concert, salles de réunion, arènes, gymnases et terrains sportifs sont tous là, construits ou fondés à des dates différentes certes, mais partageant et créant un espace non pas enclavé (parce que l’élément économique ethnique n’y est pas d’une grande importance), loin d’être exclusivement communautaire et arménien, mais familier aux Arméniens, aux quartiers contigus, sans hiatus spatial, traversés de grands axes routiers nord-sud et est-ouest comme les boulevards Laurentien, Décarie, Acadie ou H. Bourassa et Côte Vertu qui rendent la circulation et la desserte faciles et rapides. Le pont Lachappelle, à l’inverse des ponts de la Rive Sud demeure relativement petit et court, à la traversée rapide, débouchant directement sur le quartier Chomedey qui a assez vite attiré les familles arméniennes. En arpentant ces rues et ces quartiers à pied, nul n’y découvrira un véritable paysage ethnique, à la manière des Chinatowns par exemple, mais quelques signes urbains non trompeurs ponctuant le paysage apparaissent, comme des coupoles d’église à l’architecture typique aux rues Dudemaine et Barré ou le monument dédié aux génocides du boulevard H. Bourassa. À part ces quelques marquages ethniques limités du paysage, le passant ne pourra voir que des plaques localisant des écoles et des associations arméniennes. En dehors de ce grand noyau, la 2ème grappe se trouve à l’ouest de l’île de Montréal, formée par les localités de Pierrefonds, de Dollard des Ormeaux et, dans une moindre mesure, de Kirkland (carte 1). Là aussi les localités sont contiguës, ce qui confère au regroupement une apparence de densité, alors qu’en chiffres absolus, on est très loin du premier noyau.

  • 10 Cartierville, Nouveau-Bordeaux et Parc-Extension font partie de la municipalité de Montréal. On les (...)

29Le 3ème noyau de Brossard de la Rive Sud regroupe de nouveaux arrivants en provenance du Liban et d’Istanboul. La 4ème grappe à signaler est celle formée par l’ensemble Mont-Royal, Parc-Extension10, le centre-ville de Montréal et Montréal-ouest. Ce regroupement est moins dense, étalé sur une surface réduite et forme comme un arc entre la 1ère grappe et le fleuve Saint-Laurent. Le centre-ville attire les célibataires, les étudiants, les très jeunes couples mariés ou encore des investisseurs dans des immeubles de rapport.

30Bien que vivre dans ces grappes de concentration constitue le choix de la majorité des Arméniens montréalais, il faut faire la part entre ce comportement majoritaire et un comportement monolithique : le modèle de la grappe n’est pas un modèle unique, et il y a une répartition diffuse d’Arméniens sur l’ensemble du territoire de la RMR, témoignant d’une inégale dispersion spatiale de la communauté dans le Grand Montréal.

2.3. Première insertion urbaine et évolution par des « stratégies de proximité »

31L’enquête a permis de reconstruire l’historique de la formation de ces grappes, en retraçant les motivations des déménagements se succédant après une première installation dans le quartier Parc-Extension. On a rapidement évoqué plus haut les questions s’y rapportant.

32Parc-Extension est le premier havre des immigrants arméniens. Il le demeurera jusqu’au début des années 80, à partir desquelles d’autres quartiers/grappes de la carte 1, déjà formés, commencent à attirer les migrants. Le choix de « Parc-Ex. » est motivé à l’origine par des raisons « urbaines », soit la modicité des loyers, la centralité du quartier, son accessibilité par des transports en commun.., mais aussi par des variables sociales, puisque 66 % des immigrants y sont accueillis par des parents qui les y ont précédés, et que 61 % y sont hébergés ; quand ces nouveaux migrants s’établissent dans leur propre logis, ils choisissent de vivre près de ces parents. C’est par l’action d’un fort réseau parental que la première grappe de Parc-Ex se créée donc.

33Les variables communautaires jouent leur propre jeu d’attraction, car la première église datant de 1959, (rue Saint-Zotique) est accessible juste par « un seul autobus, sans arrêt », précisent les interviewés, et que tous les vendredis soirs, l’Union des dames y organisait des dîners destinés aux célibataires de la communauté naissante. Mieux valait donc ne pas trop s’en éloigner !

34Il serait trop long de retracer toutes les étapes intermédiaires de l’insertion résidentielle dans cet article. Précisons néanmoins quelques points de repères : les 3⁄4 des répondants déménagent plus de deux fois. Ces déménagements cessent dès que le migrant devient propriétaire de son logement : 74 % de la population enquêtée est constituée de propriétaires.

  • 11 Dans une réponse combinée, le répondant ne choisit pas une réponse simple mais accumule plusieurs v (...)

35Dans le choix final des lieux de résidence, les variables urbaines et les variables sociales obtiennent approximativement un même pourcentage de réponses quand celles-ci sont combinées11. Le choix d’un logement spacieux dans un « bon quartier » domine les réponses simples, mais la proximité des parents ou de la famille lointaine est recherchée par 43 % des répondants (un recul par rapport aux 66 % du début) ; 21 % se rapprochent d’Arméniens du même pays d’origine, 17,5 % d’amis et 14 % d’Arméniens en général (réponses combinées.) Un réseau ethnique global se substitue graduellement au réseau parental. Paradoxalement ces stratégies de proximité n’aboutissent pas nécessairement à une forte sociabilité des relations. L’espace résidentiel semble plus fonctionner comme un espace de l’être ensemble, où on se donne le maximum de conditions favorables et un minimum de distance à parcourir, pour s’aménager un lieu d’enracinement, créer un territoire communautaire familier à proximité de ce qui peut le plus refléter sa propre image.

36La proximité des structures communautaires obtient autant de réponses positives que négatives ; c’est d’abord l’école qui attire, ensuite l’église/le centre communautaire. 30 % des répondants ont néanmoins une fréquentation quotidienne des structures communautaires : pour eux, il est donc préférable de ne pas habiter à distance.

37Le rôle polarisant des structures communautaires est conforté par une autre mesure : le croisement des dates d’achat des logements dans certains quartiers et celles de création ou de déplacement des structures communautaires dans ces mêmes quartiers montre une réelle connexion. À l’inverse, une structure communautaire ne suffit pas à elle seule pour consolider une grappe résidentielle, si les logements du quartier cessent de correspondre aux goûts ou aux besoins des jeunes ménages. C’est ainsi que l’existence de la cathédrale Saint-Grégoire l’Illuminateur à Outremont n’est pas parvenue à y fixer une population arménienne à la suite de la « gentrification » des logements de ce quartier.

38Dans la formation des grappes il y a d’abord une ségrégation volontaire. Il y a ensuite une utilisation et une évocation (dans les réponses) de relations réticulaires diverses qui créent un sentiment d’appropriation des lieux. Une appropriation symbolique qui se nourrit par des événements communautaires organisés dans ces rues, ces places publiques et ces parcs, où les Arméniens organisent fêtes, parades, kermesses, et commémorations. La consolidation sur la longue durée de ces grappes exige la convergence des trois types de variables décrites plus haut. Si l’une des séries de variables est déficiente ou disparaît, la grappe spatiale ne se consolide pas ; ce fut les cas de Parc-Ex. et d’Outremont où la variable urbaine s’est déconstruite. À l’inverse, le renforcement des variables urbaines et des variables sociales à Chomedey a entraîné la création de structures communautaires sur l’île de Laval. L’émergence de cette relation triangulaire des trois types de variables dans la micro-géographie des espaces diasporiques permet d’affiner l’analyse des territoires diasporiques urbains et de suivre leur formation et leur itinéraire dans l’espace urbain global. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre le questionnement formulé dans le titre de cet article et la préférence qui est donnée à l’explication diasporique.

3. Le travail autonome : le moteur de l’insertion économique des arméniens montréalais

39L’approche théorique classique de l’insertion économique des populations immigrantes implique le préalable d’une entrée dans le marché de l’emploi par le bas de l’échelle socio-économique, dont on ne peut gravir les échelons qu’à la condition de se conformer parallèlement et graduellement aux valeurs et aux modes de vie de la société ambiante. Tout comme pour la « déségrégation résidentielle », l’ascension socio-économique serait conditionnée par l’assimilation de l’immigrant. Il faut savoir néanmoins que l’insertion économique des nouveaux venus ne correspond plus à ce schéma même si nous nous abstenons de donner ici de longues références littéraires. La littérature se rapportant aux diasporas met l’accent sur l’entrepreneuriat fréquent dans ces populations. Disons rapidement que les réseaux ethniques de solidarité, la mise en commun de ressources humaines et matérielles, la formation de niches de spécialisation etc., assurent l’intégration économique.

3.1. Les catégories d’emplois des Arméniens

40Le tableau 3 donne la distribution des emplois actuels par secteurs d’activités. Le chiffre qui frappe en premier l’observateur est l’importance en valeur absolue et en pourcentage des travailleurs autonomes : 41 répondants sur 98, (42 %) sont des travailleurs autonomes ! Parmi les 16 retraités, 7 ont été travailleurs autonomes ! Puis viennent les employés du secteur tertiaire (26 %) et ceux du secteur secondaire (11 %). Deux dentistes et un avocat sont les 3 membres appartenant aux professions libérales.

Tableau 3. Distribution des emplois actuels par secteurs d’activités. N = 98

Emplois

Fréquences

 %

Employés dans le secteur tertiaire

25

26

Employés dans le secteur secondaire

11

11

Membres des professions libérales

3

3

Travailleurs autonomes

41

42

Retraités

16

16

Chômeurs

2

2

Total

98

100

41Le recours au travail autonome est la voie privilégiée qu’empruntent les Arméniens pour assurer leur intégration économique : de 2 % (2 entreprises) au début de l’insertion, on passe à 41 % (42 entreprises) à son aboutissement, soit une multiplication par 20 ! L’Arménien occupe plus de 3 emplois (53 % de l’échantillon) avant de trouver celui jugé idéal. À chaque emploi, il y a une sortie continue vers le travail autonome, le flux étant le plus important dès le 2ème emploi.

3.2. Principales caractéristiques des entreprises arméniennes

  • 12 Par ressources de classe, il faut comprendre l’éducation, le capital, les expertises, le statut pré (...)

42Les entreprises relevant de l’artisanat traditionnel arménien, entre production et commercialisation, constituent la majorité des secteurs d’activités ; par artisanat traditionnel, il faut comprendre dans le contexte montréalais la bijouterie, la confection, la mécanique et la carrosserie des voitures, la cordonnerie, l’horlogerie, la photographie. Ce sont les activités qui ont ressurgi grâce aux ressources de classe12 des immigrants. Deux niches formées par la bijouterie et le secteur de l’automobile se détachent du lot : il est intéressant de noter à ce propos que de part et d’autre du champ migratoire ces deux niches conservent leurs travailleurs. D’autres entreprises relèvent du secteur moderne de l’économie, soit les plastiques et l’industrie chimique, l’informatique, le commerce du gros. Tant l’analyse de la répartition géographique du travail autonome, que celle de leurs secteurs d’activités diversifiées ne montrent pas de caractéristiques d’une économie ethnique enclavée, c’est-à-dire celle caractérisée par des quartiers à la fois de concentration résidentielle et de regroupement d’activités économiques. Ce concept préconise aussi une intégration verticale ou horizontale des entreprises de l’enclave, et une base de clientèle ethnique, éléments aussi absents dans le cas présent. Les raisons de la localisation des entreprises arméniennes évoquent le « rachat d’un commerce déjà existant » ou « la proximité de grandes voies de transport », la « commodité du travail à domicile » etc. Ces entreprises (surtout les deux niches) remplissent plutôt des fonctions spécialisées destinées à l’économie globale montréalaise, d’où leur succès d’ailleurs.

43Les entreprises sont de petite taille généralement, au personnel réduit (en moyenne 10 employés), formé en grande partie par les membres de la famille du propriétaire. Les grandes entreprises existent mais sont rares. En moyenne, ce petit patronat émerge 10 ans après la date de l’immigration au Québec. La tendance est lourde et assez rapide.

44On devient travailleur autonome en réponse aux contraintes du marché de travail (discrimination, difficultés d’embauche, chômage) mais aussi par choix personnel. La relative précocité de l’émergence du travail autonome fait toutefois plus penser à une intention délibérée d’une volonté d’indépendance qu’à une solution de dernier recours. L’autofinancement est répandu : le manque de capitaux est compensé par la relative facilité des emprunts bancaires.

45Le rôle des réseaux est surtout visible au niveau de l’embauche : l’entreprise arménienne est une porte d’embauche pour l’employé arménien, surtout au moment où celui-ci débarque à Montréal. Des réseaux plus ethniques par contre sont présents au niveau des fournisseurs et de la clientèle. Ce sont dans les deux niches indiquées, que se concentre le plus grand nombre de fournisseurs « ethniques » : de l’importation de matières premières (pierres précieuses et perles), aux différentes étapes de la fabrication (moules, machines), à la finition du produit (sertissage, polissage), à la vente finale, la présence arménienne dans la niche de la bijouterie est importante, et cela crée par la force des choses des relations d’affaires.

46Le travail autonome n’est pas un transfert d’entreprises du pays d’origine, mais métier paternel et métier traditionnel couvrent l’ascendance de 19 % des répondants. Néanmoins une corrélation existe aussi entre les études faites ou continuées à Montréal et le travail autonome.

3.3. Les réseaux et l’obtention des emplois salariés

47Le réseau arménien joue un rôle très important quand l’immigrant doit s’insérer dans le monde du travail, c’est-à-dire trouver un premier emploi. Par réseau arménien, il faut comprendre, dans ce cas précis, « introduction par un ami arménien » (19 %), « introduction par un parent » (18 %), « réseau communautaire » (16 %), souvent le prêtre : soit au total, une intercession dans plus de la moitié des cas.

48Dans l’obtention des emplois suivants, le réseau communautaire disparaît. Seul le réseau amical est continuellement sollicité à toutes les étapes de l’insertion ; il est secondé par un réseau amical non arménien qui, faible au départ, prend du poids aux étapes suivantes. Le réseau communautaire arménien atteint un niveau d’efficience élevé dans les niches économiques de spécialisation, alors que les opportunités offertes par le marché global de l’emploi augmentent avec le niveau d’éducation de l’immigrant.

4. Les réseaux relationnels dans les territoires diasporiques arméniens

49Les réseaux qui structurent les communautés diasporiques sont variés ; quelques-uns ont déjà été passés en revue.

50Les relations réticulaires se tissent toutefois à des échelles multiples : à l’échelle locale d’une communauté, à l’échelle régionale ou nationale incluant en l’occurrence les communautés des autres villes canadiennes, et à l’échelle transnationale entre communautés canadiennes et états-uniennes, sans parler de l’échelle du continent américain et de l’échelle universelle.

51À l’échelle locale un dense tissu associatif anime la vie collective ; près de dix grandes associations ont leurs propres sièges localisés dans Ville Saint-Laurent et Cartierville (carte 1) et plus de la moitié des répondants à l’enquête sont membres de ces associations ; quelques-unes constituent des chapitres locaux d’associations et de fondations diasporiques. Les partis politiques arméniens ont également leurs branches et leurs comités locaux. Montréal abrite les sièges de deux archevêchés qui ont sous leurs juridictions des paroisses sises dans d’autres villes canadiennes comme Toronto, Vancouver, etc. En sens inverse, jusqu’à il y a quelques années, ces archevêchés n’étaient que des évêchés ou de simples paroisses dépendant d’archevêchés localisés à New York. Ceux-ci à leur tour se trouvant sous la juridiction des Catholicossats de Cilicie (sis au Liban) ou d’Etchmiadzine (sis en Arménie). Même si cet ensemble d’institutions et d’associations se trouvent entre elles dans un rapport de rivalité et de « concurrence » qui fractionnent les communautés, à partir de son espace personnel qui est son logement ou son centre communautaire et son église et à travers ces réseaux relationnels hiérarchisés, l’Arménien entre parfois réellement, parfois mentalement dans son univers diasporique.

Conclusion

52Les contraintes rédactionnelles de cet article nous ont contrainte à opérer des choix. On a tenté de montrer la pertinence et l’utilité de « l’approche diasporique » dans l’analyse des territoires urbains que les Arméniens se sont créés à Montréal. Et dans cette approche diasporique, il faut insister sur le rôle différencié de réseaux variés dans les insertions résidentielle et économique. Ces petits bouts de rue et d’espace qui par l’imaginaire renvoient à l’ensemble du monde arménien ont un double rôle symbolique : la préservation et la reproduction de la culture d’origine, mais aussi celui de l’adaptation de cette culture aux conditions de la ville d’accueil. Dans le comportement de la majorité des Arméniens habitant ces territoires, il faut plus lire un réflexe d’autodéfense identitaire que de volonté d’exclusion d’autrui, et de manière plus ou moins sous-jacente, le réflexe de recréer le « territoire diasporique » pré-migratoire, expérimenté ailleurs.

53Dans le contexte nord-américain, il existe des chercheurs – autres que des géographes – qui pensent que la véritable différenciation entre communauté culturelle et communauté diasporique réside dans le « fait politique », les populations diasporiques s’identifiant généralement à des causes et à des luttes politiques, s’organisant à dessein pour cette lutte, ce qui ne serait pas le cas des communautés culturelles ; souvent d’ailleurs les frontières entre les deux types de communautés seraient poreuses.

54Seule la multiplication des études empiriques pourra faire avancer les concepts dans ce domaine et apporter des réponses à ces questionnements.

Haut de page

Bibliographie

BAKALIAN Anny (1993), Armenian-American: from being to feeling Armenian, New Brunswick, USA, Transaction Publishers, 410 p.

BONIFACE Pascal (dir.) (1997), Atlas des Relations Internationales, Institut des Relations Internationales et Stratégiques/ Hatier, Paris.

BOUDJIKANIAN Aïda (2004), L’insertion résidentielle et économique des Arméniens de Montréal : comportements d’une communauté culturelle ou d’une communauté diasporique ?, Thèse de Ph.D. de Géographie, Université de Montréal. Département de Géographie.

BRUNEAU Michel (2004), Diasporas et Espaces Transnationaux, Anthropos, Paris, 249 p.

COHEN Robin (1997), Global Diasporas, An introduction, Univ. of Washington Press, 228 p.

McNICOLL Claire (1993), Montréal, une société multiculturelle ?, Belin, Paris, 317 p.

PATTIE Susan (1970), Faith in History, Armenian Rebuilding Community, Smithsonian Institute Press, Washington, 282 p.

PORTES A., MANNING R.D. (1985), L’enclave ethnique : réflexions théoriques et études de cas, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 8, n° 3, pp. 33-50.

PRÉVÉLAKIS Georges (dir.) (1990), Les réseaux de diasporas, L’Harmattan, Paris 444 p.

VELTMAN Calvin et POLÈSE Mario (1987), Structures résidentielles et linguistiques des groupes ethniques dans la région métropolitaine de Montréal 1971-1981, 165 p.

VERED AMIT Talaï (1989), Armenians in London, the management of social boundaries, Manchester Univ. Press, 168 p.

WEISBERG Herbert (1996), An introduction to survey research polling, San Francisco, 243 p.

Haut de page

Notes

1 Le gouvernement du Québec comprend par exemple un Ministère de « l’Immigration et des Communautés culturelles ».

2 Dans les recensements de la population canadienne, la question demandant la langue maternelle est envoyée à la population entière, et toutes les autres « variables ethniques » résultent de calculs d’imputation.

3 Le bottin téléphonique communautaire est basé sur le bottin officiel Bell, d’où les noms de famille finissant par IAN sont extraits et répertoriés dans une base de données spéciale.

4 Ce n’est qu’à partir de 1993, deux ans après l’indépendance de l’Arménie, que des immigrants de nationalité arménienne ont commencé à immigrer à Montréal. Le recensement de 2001 donne le chiffre de 865 Arméniens originaires d’Arménie vivant à Montréal.

5 Une autre appellation du Ministère de l’Immigration du Québec

6 Les chiffres à l’état brut se trouvent dans « Profil des divisions et subdivisions de recensement », Ottawa: Industrie Canada, 1999, Recensement du Canada 1996, N° 95-186 XPB au catalogue.

7 Nous ne reprenons pas cette analyse dans cet article, faute d’espace.

8 Ce bottin est établi par les deux paroisses arméniennes à partir du bottin téléphonique officiel Bell en en extrayant les noms de famille se terminant par IAN.

9 La carte est à l’échelle des municipalities et représente la localisation de la population enquêtée.

10 Cartierville, Nouveau-Bordeaux et Parc-Extension font partie de la municipalité de Montréal. On les distingue à cause de la forte concentration d’Arméniens qui s’y trouvent.

11 Dans une réponse combinée, le répondant ne choisit pas une réponse simple mais accumule plusieurs variables.

12 Par ressources de classe, il faut comprendre l’éducation, le capital, les expertises, le statut pré-migratoire des immigrants.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Localisation actuelle des ménages arméniens (selon l’enquête)
Légende 1 = Ville St-Laurent2 = Chomedey3 =Cartierville4 =Nouveau-Bordeaux5 =Outremont6 =Pierrefonds7 =Dollard Des Ormeaux8 =Kirkland9 =Brossard10 =Mont-Royal11 =Parc-Extension12 =Centre-ville13 =Montréal-Ouest
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/1249/img-1.png
Fichier image/png, 418k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aïda Boudjikanian, « Les insertions résidentielle et économique des Arméniens de Montréal : comportements d’une communauté culturelle ou d’une communauté diasporique ? », Espace populations sociétés, 2006/1 | 2006, 95-106.

Référence électronique

Aïda Boudjikanian, « Les insertions résidentielle et économique des Arméniens de Montréal : comportements d’une communauté culturelle ou d’une communauté diasporique ? », Espace populations sociétés [En ligne], 2006/1 | 2006, mis en ligne le 03 novembre 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/1249 ; DOI : 10.4000/eps.1249

Haut de page

Auteur

Aïda Boudjikanian

Université de Montréal
369 Frontenac Drive, D.D.O. Qc
H9G 1R4
Canada
Karlarmen@videotron.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org