Navigation – Plan du site
Articles

Entre Europe et Asie : Istanbul, cité cosmopolite, carrefour de diasporas ?

Between Europe and Asia: Is Present Istanbul a Cosmopolitan or a Diasporas’ Crossroads Metropolitan City?
Stéphane de Tapia
p. 167-179

Résumés

La Turquie contemporaine se redécouvre depuis quelques années pays d’immigration, par les biais de cadres étrangers de multinationales, de migrants temporaires venus des Balkans et d’Europe de l’Est, du développement brutal des migrations de transit. Pays d’émigration, la Turquie, recentrée depuis 1923 sur l’ancienne Turquie d’Asie (Anatolie), avait un temps oublié son rôle complexe de pays à la fois d’immigration, de transit, de migration interne, rôle tenu depuis... quelques milliers d’années ! Istanbul, métropole économique de la République, malgré son déclassement et le transfert en 1923 de la fonction de capitale à Ankara, est, avec ses 12 millions d’habitants, une cité cosmopolite. La ville-monde des historiens et géographes brasse depuis des siècles migrants internes et temporaires, réfugiés et rapatriés, expatriés étrangers actifs dans tous les domaines. La fonction aéroportuaire s’est ajoutée aux fonctions portuaires et caravanières des Byzance, Constantinople et Istanbul ottomane. Les touristes à la valise et les migrants irréguliers en transit se sont agglomérés à la double fonction de l’intégration des migrants internes et de relais de la migration internationale vers l’Europe.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Quelle est la capitale de la Turquie ? Istanbul est souvent la réponse spontanément donnée à l’étranger, au grand dam des Turcs qui s’offusquent qu’Ankara, la modeste cité choisie par Atatürk comme symbole d’un État nouveau, en rupture totale avec l’ère ottomane impériale, reste souvent méconnue dans l’imaginaire européen, malgré sa croissance exceptionnelle et sa réelle maturité urbaine. Autre point d’étonnement, sinon de réprobation : le recours de certains à la dénomination de Constantinople, malgré le changement de « propriétaire » du 29 mai 1453. « Istanbul-Constantinople », titre d’une célèbre chanson française des années 1960, chantée par un sympathique artiste « sud-américain », Dario Moreno, justement originaire... d’Izmir !

  • 1 Image classique mais évidemment fausse : bien d’autres villes russes ou kazakhes (dans l’Oural et s (...)

2Istanbul fait donc partie de ces métropoles si grandes et si actives qu’elles en éclipsent les capitales en titre, fournissant ainsi une question classique des jeux télévisés aux heures de grande écoute. Elle rejoint ainsi New York, Sydney, Rio de Janeiro... ce qui n’est peut-être pas un hasard, chacune étant un port ouvert sur l’étranger, aujourd’hui doublé d’aéroports internationaux, devenue nœud de communications. Au moment où les Européens s’interrogent sur eux-mêmes, leur identité, leur avenir économique et politique, leurs projets de société, au moment où il est question d’ouvrir le dossier des négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne (octobre 2005), Istanbul qui, comme le rappellent à l’envi tous les guides touristiques, est la seule ville du monde assise sur deux continents – Europe et Asie –, rassemble des populations qui forment en soi un conservatoire d’un empire disparu, le fer de lance d’une économie privée agressive et dynamique matérialisée par la construction de groupes de gratte-ciel nommés plaza, un carrefour de migrations et de mobilités couvrant une aire géographique bien plus vaste que l’actuelle Turquie, voire même que l’ancien Empire ottoman1.

3Istanbul, capitale de l’Empire ottoman (depuis 1453), est un acteur de premier plan de la thèse de Fernand Braudel (1990), justement parce qu’elle concentre des flux couvrant les bassins de la mer Noire et de la Méditerranée orientale, en concurrence directe avec la puissance espagnole sur la partie occidentale de cette même mer. Elle reprend ainsi le flambeau de l’ancienne capitale byzantine, la Constantinople du basileus Constantin, premier souverain d’un empire chrétien qui rayonnera entre péninsule italienne et frontières iraniennes. Byzance-Constantinople-Istanbul a, inter alia, l’originalité de posséder des noms multiples (arabe, arménien, bulgare, grec, latin, russe, serbe, turc...) parce qu’elle attire depuis des siècles des populations diverses et enflamme les imaginations. C’est ainsi qu’historiens et géographes peuvent parler de « ville-monde », car Istanbul participe de ces capitales impériales, au sens classique du terme (Beijing, Moscou, Saint-Pétersbourg, Ispahan, Vienne... : capitales d’empires multiethniques) comme au sens moderne (Paris, Londres, New York, métropoles d’empires coloniaux ou sièges de multinationales). Le cosmopolitisme y est alors la règle car, aux côtés des attributs politiques de l’empire, palais et ministères, cathédrales et basiliques - ici mosquées impériales aux côtés de sièges de patriarcats -, casernes des troupes d’élite et des gardes prétoriennes - ici les janissaires - figurent les colonies marchandes, autochtones et étrangères (Génois, Vénitiens, Francs, puis Levantins...), qui mettent en relation les provinces et les pays étrangers avec la métropole. Istanbul l’ottomane est alors une ville grecque, arménienne, assyro-chaldéenne, latine, franque, hispanique, slave, ouzbèke, tatare, iranienne et, évidemment, turque et kurde. Le Grand Bazar (en turc : Kapalıçarºı, le marché fermé / couvert), décrit par Braudel (1990) ou Mantran (1996), aujourd’hui haut lieu du tourisme international où les vendeurs sont capables d’interpeller le chaland en espagnol, russe, arabe ou hongrois (au-delà des classiques anglais, français ou allemand), a pu être considéré comme le réceptacle des productions industrielles européennes ou comme l’étape ultime de la Route de la Soie. Cela dépend de l’époque envisagée comme de l’œil de l’observateur.

  • 2 Le gecekondu, littéralement construit la nuit, est la forme turque de l’habitat spontané, sous-inté (...)

4Le retour en force du cosmopolitisme est pourtant récent. Victime de la méfiance du gouvernement kémaliste qui y voyait la porte d’entrée de l’étranger, la responsable de l’écroulement –moral, militaire, social, économique- de l’Empire, Istanbul s’est trouvée relativement délaissée entre les années 1920 (Ankara est élue capitale en 1923) et les années 1950 (passage au multipartisme et première ouverture à l’économie privée). La population urbaine stagne après la Première Guerre mondiale, mais explose par migration interne et croissance démographique après 1947, date de naissance du premier gecekondu2 . En ce début de 21ème siècle, alors qu’Ankara se trouve stabilisée dans sa croissance urbaine, les progressions les plus fortes appartiennent aux métropoles et villes de l’économie privée (Istanbul, Bursa, Adana, Mersin, Gaziantep, Konya, Kayseri...) mais cette croissance est aussi liée à l’instabilité politique qui fait refluer depuis plusieurs décennies les populations kurdes vers l’ouest. Il y a donc de fait deux types de cosmopolitisme : l’un, qui peut être qualifié d’endogène, est lié aux populations autochtones de l’Anatolie (souvent transfrontalières, comme les Kurdes et les Arabes), l’autre, que l’on dira exogène, est de retour avec le développement récent de la métropole économique, que d’aucuns voudraient eurasiatique.

5Cité cosmopolite, Istanbul l’a été aux temps de la splendeur ottomane et semble le redevenir aujourd’hui. Carrefour de diasporas, c’était vrai aussi sous l’Empire, c’est beaucoup moins sûr avec la République. Métropole d’Eurasie, voilà un constat facile pour une ville assise sur deux continents, mais ce constat est peut-être plus un slogan politique qu’une réalité économique et culturelle. Voici les questions que nous tenterons de développer.

Istanbul, capitale impériale : heurs et malheurs, grandeurs et servitudes d’une ville-monde

Byzance-Constantinople-Istanbul : continuités et ruptures

6Le site urbain est unique. D’abord centré sur la rive sud de la Corne d’Or, Byzance-Constantinople est enserrée de hautes murailles qui la protégeront des siècles durant : tous les envahisseurs (Huns, Avars, Bulgares, Arabes, Ouzes, Petchénègues...) s’y « cassent les dents », à l’exception des Croisés latins (1204) et des Turcs ottomans (1453). Istanbul sera approchée à plusieurs reprises, mais uniquement occupée après la Première Guerre mondiale. Cela correspond à chaque fois à une période de décadence ou de faiblesse de l’État titulaire, Empire byzantin ou ottoman. Les murailles actuelles, construites par le basileus Théodose, sont tombées en désuétude depuis longtemps, mais elles ne seront définitivement vaincues que par la technologie des transports : chemin de fer à la fin du 19ème siècle, boulevard de front de mer et trouées des grandes avenues urbaines dans les années 1950, périphérique dans les années 1970. L’originalité est double, car si la ville s’est étendue sur les deux rives de la Corne d’Or, en deux villes autonomes, la gréco-turque au sud, la latine au nord (franque et génoise : Galata, Péra), elle s’est aussi dédoublée entre « rive européenne » et « ville asiatique » (Üsküdar, Kadıköy) au long du Bosphore. Le site initial est celui d’une ria profonde, choisie par la colonie grecque pour ses qualités (abri des tempêtes, défense facile, sources d’eau douce), renforcée d’un passage géostratégique entre Méditerranée et mer Noire, mettant en communication les plaines de l’Eurasie et le bassin oriental de la Méditerranée, région d’origine des civilisations antiques [Bazin & Pérouse, 2004].

  • 3 Nos invasions barbares ou Grandes Invasions sont plus sobrement nommées migrations des peuples (Völ (...)

7La fonction de capitale est décidée par Constantin alors que Rome se trouve sous la menace constante des invasions barbares3. Ces onze siècles de primauté politique (324-1453) seront immédiatement repris par cinq siècles de domination ottomane (1453-1923). Outre les murailles de Théodose, la cité garde des traces architecturales insignes de ces deux périodes : basilique Sainte Sophie, citernes souterraines grandioses, nombreuses églises transformées en mosquées (Saint-Sauveur in Chora, Petite Sainte-Sophie...), site de l’hippodrome, mais aussi patriarcat œcuménique de Constantinople ou présence des églises chrétiennes orientales (dont un patriarcat arménien), palais impériaux de Topkapı et Dolmabahçe, mosquées impériales, Grand Bazar... La fonction portuaire de Byzance-Constantinople est directement reprise par Konstantiniye-Istanbul, aux débouchés des routes des Balkans (corridors de la Morava et de la Maritsa), des plaines russes et centre-européennes (corridors des fleuves Dniepr, Donetz, Don, Danube), des itinéraires occidentaux de la mythique Route de la Soie... Elle est largement tributaire de l’immense marché que représente la capitale de l’Empire (Braudel, Mantran). Mais comme toute capitale, elle sera convoitée et souvent agressée, parfois délaissée (1923-1950).

La dimension multiethnique

8Cette dimension est intrinsèquement liée à son site de contact et à son rôle politique : Byzance est l’une des limites du monde grec, avec toutes les colonies pontiques de la côte anatolienne, face aussi aux extensions ultimes sur les rives nord du Pont-Euxin. Elle est de ce fait en contact avec les Thraces, Daces et nomades scythes, bien avant de rencontrer les nomades altaïques (Huns, Avars, Bulgares, Pétchénègues et Khazars). Constantinople aura affaire à leurs successeurs : Bulgares, Slaves, Turcs et même Varègues d’origine viking. Ces étrangers sont mercenaires et militaires (peuples fédérés par Rome), esclaves et immigrés, marins, marchands et caravaniers, attirés par la civilisation gréco-romaine, la puissance impériale, les débouchés de la cour et d’une nombreuse population urbaine. Dans la mesure où il a recouvert des fondations byzantines, l’actuel Grand Bazar construit à l’époque turque illustre parfaitement la dimension commerçante, multiethnique, de la « seconde Rome ». Il est à la fois lieu de production, d’échanges, de brassage, où l’on parle, aujourd’hui encore, toutes les langues. Des colonies nombreuses et diversifiées s’y constituent, plus ou moins protégées selon les moments et les circonstances ; à ce titre, les présences russes, algériennes, iraniennes, japonaises, arabes... contemporaines, décrites par les sociologues et les géographes d’aujourd’hui, ne jurent aucunement avec les descriptions byzantines ou ottomanes. De fait, le cosmopolitisme d’Istanbul est une constante fortement fluctuante au gré des équilibres géopolitiques.

La dimension multiconfessionnelle

9Qui dit multiethnicité dit presque automatiquement multi-confessionnalisme, particulièrement dans une région de vieille civilisation comme le bassin méditerranéen oriental, berceau des trois religions monothéistes, alors que la capitale ottomane était politiquement en charge de Damas, Bagdad, La Mecque, Médine, Jérusalem... Istanbul, cité musulmane depuis 1453, est restée siège du Patriarcat orthodoxe œcuménique, mais elle a aussi accueilli les Juifs chassés d’Espagne en 1492, d’autres, réfugiés d’Allemagne et d’Europe centrale durant les années 1933-1945, les Polonais catholiques du prince Czartorisky (1839-1842), des Kazakhs sunnites du Xinjiang durant les années 1960 [Svanberg, 1989], tout en étant peuplée d’Arméniens grégoriens, d’Assyro-Chaldéens arabes, d’Alévis anatoliens, de Chiites azéris d’Iran. Il était inévitable qu’elle devienne, ne serait-ce qu’un peu, ville sainte de l’Islam : la légende d’Eyüp Sultan, mort sous les murailles de Constantinople, la reprise du titre de Calife par le Sultan ottoman (qui profite de la prise du Caire en 1517 pour ramener les reliques du Prophète toujours visibles et objet d’un pèlerinage... au musée de Topkapı), les légendes autour de la conquête de 1453, autant de raisons valables pour y asseoir un islam triomphant, porteur d’un Empire qui se veut continuateur de l’œuvre de Rome (le Sultan est, entre autres titres, Basileus et Kaisar-i Rum : César de Rome). La ville-capitale abrite alors des centaines de mosquées, de tekke (couvents ou lieux de culte de derviches) ou de mederse (universités coraniques), des dizaines d’églises et de synagogues, nées autant de communautés autochtones de l’Empire que de colonies étrangères liées au commerce ou aux nombreuses Ambassades. Malgré l’homogénéisation accélérée de la population qu’a connue la Turquie ottomane au 19ème siècle, puis la Turquie républicaine au courant du 20ème siècle, Istanbul a gardé des traces visibles des cosmopolitisme, multiethnicité et multi-confessionnalisme initiaux. Pourtant, en 2000, selon la Municipalité, Istanbul ne comptait plus que 5 églises orthodoxes ouvertes (3 grecques, 2 syriaques), 32 églises arméniennes et 16 synagogues pour 2562 mosquées (cami), 215 lieux de culte (mescit), 119 mausolées (türbe). La Turquie comptait à la même date 87 écoles minoritaires privées (au sens retenu par le traité de Lausanne, 1923), 33 écoles étrangères et 8 écoles internationales, pour la plupart à Istanbul, pour 3147 établissements scolaires dans le département (publics et privés, tous niveaux). Comparée aux tableaux dessinés par Braudel et Mantran, cette statistique montre cependant combien le cosmopolitisme impérial s’est réduit.

Des frontières ottomanes perméables

10La dimension multiethnique, déjà présente de par la vocation impériale qui drainait des populations issues de tous les horizons, entre Maghreb et Caucase, mer Noire et Yémen, a encore été renforcée par le déclin de l’Empire. Depuis le traité de Passarowitz (1699), plus encore avec la chute du khanat de Crimée (1771), des populations refluent avec les retraits des troupes ottomanes ou alliées (Tatars et Nogays de Crimée et du Kouban, Tcherkesses et tribus musulmanes du nord-Caucase). Istanbul est alors souvent refuge ou relais de centaines de milliers de ces réfugiés / rapatriés (muhacir) ou plus pudiquement échangés (mübadil) du traité de Lausanne. Cette immigration massive va perdurer entre 1699 et 1989, date du dernier exode des Turcs de Bulgarie. Elle joue un rôle de premier plan dans la construction de la nation turque. Mais le rôle de capitale, avec son site attrayant, a fixé toute une population de « renégats » chrétiens, échoués là ou venus volontairement pour des raisons diverses et entrés au service de l’Empire : Français, Italiens, Allemands, Autrichiens, Hongrois...

« Istanbul la cosmopolite » face à « Ankara la turque »

11Objectif déclaré du kémalisme, la construction de l’État-nation turc entreprise à la fin de l’Empire aurait pu être fatale pour le statut de la ville déclassée au bénéfice d’Ankara. L’Empire et le Califat sont supprimés, la République proclamée a dans ses cartons des projets de réformes politiques, juridiques, économiques, sociales, linguistiques, culturelles. Le peuple turc doit affirmer sa légitimité sur son territoire, épurer sa langue, retrouver ses racines perdues, confisquées par une dynastie affaiblie, corrompue, inféodée à l’étranger. Souvent accusée de cosmopolitisme, « Istanbul l’Ottomane » fait désordre face à « Ankara la Turque », parée de toutes les vertus de la nouvelle République. La diversité des populations présentes va donc fortement s’en ressentir et l’on peut dire, en résumant, que la période 1920-1990 est une période d’homogénéisation, de turquisation et de facto d’islamisation – malgré un régime laïc militant -, alors que les années 1990-2005 voient un retour du cosmopolitisme.

Une dynastie de plus en plus introvertie, une historiographie coupée de ses origines

12D’origine turkmène nomade, de langue oghuz, venus à une date mal cernée d’Asie centrale, les Ottomans sont au départ une famille patriarcale au destin unique, issue de petits émirs provinciaux profitant de la déchéance de leurs cousins seldjoukides (autre lignage, autre tribu turkmène), déchéance largement due à l’invasion mongole gengiskhanide de 1240. Recueillant sciemment les héritages romano-byzantins comme arabo-musulmans, la dynastie fait preuve d’un talent rare pour intégrer tous les éléments présents dans l’Empire. Les épouses et favorites du harem comme les cadres de l’administration et de l’armée sont des esclaves fidèles à la dynastie (kapıkulları), système unique d’intégration des élites qui laisse perdurer tous les communautarismes et tous les particularismes pour peu que le système étatique ne soit pas remis en cause. Une langue administrative (osmanlıca) naît, qui à la longue n’a plus grand-chose à voir avec celles des Turcs paysans ou nomades anatoliens. Istanbul devient capitale d’un Empire où les Turcs ethniques, nominalement au pouvoir, finissent par ne former qu’une catégorie parmi d’autres, du reste largement dépréciée : pour les Ottomans, Türk signifie rustre, comme on dirait plouc ou péquenot. L’invention de la turcologie, très largement due aux académiciens hongrois et russes comme aux orientalistes européens occidentaux, vient bousculer le vieil ordre impérial, reposant sur la fidélité à la dynastie et à la défense de l’universalisme musulman. Les réformistes et révolutionnaires ottomans, renforcés par des nationalistes panturquistes tatars, criméens et volgiens, azéris ou centrasiatiques, critiquent de plus en plus ouvertement ce vieil ordre dépassé par le nationalisme moderne, mais ce sont pourtant eux qui entraîneront l’Empire dans sa chute définitive.

Turquie d’Europe, Turquie d’Asie, double rejet et nationalismes

13La République et le nouveau nationalisme turc (fin 19ème - début 20ème siècles) feront payer très cher à l’ottomane Istanbul cet idéal fortement anachronique, jugé comme une trahison. La défaite de 1919 (traité de Sèvres) démembre ce qui reste de l’Empire. Occupée par les Alliés, Istanbul devient ville démilitarisée sous contrôle international. Même si la réaction nationaliste, sous la conduite du futur Atatürk est vive, rapide, efficace et si les Alliés négocient rapidement un traité de Lausanne bien plus favorable aux Turcs (1923), Istanbul décentrée, occupée, cosmopolite, peuplée de nombreux minoritaires arméniens, grecs, slaves ou autres qui ont obtenu leur indépendance et s’activent à la construction de leur propre État-nation, fait alors figure de vieille dame indigne ; Ankara est choisie comme capitale le 9 octobre 1923 [Yerasimos, 1992].

Une capitale victime de la réécriture de l’histoire

  • 4 Ces chiffres ne correspondent pas avec ceux donnés par l’Administration turque aujourd’hui : avec 8 (...)

14L’investissement républicain porte sur la nouvelle capitale qui agglomère très vite ministères, ambassades, casernes, universités, mais aussi usines modernes et nouveaux quartiers d’habitation inspirés de l’urbanisme le plus contemporain. Entre 1923 et 1955, au rythme des crises internationales, la population grecque, arménienne, juive, étrangère (européenne, balkanique ou levantine) d’Istanbul s’en va. De nombreux réfugiés russes passent par Istanbul, seuls quelques-uns restent. Tandis que les ambassades, à regret, doivent intégrer de nouveaux locaux à Ankara, les quartiers centraux voient le paysage ethnique s’homogénéiser, se turquiser, s’islamiser, au grand dam des vieux Stambouliotes qui regrettent toujours une immigration nouvelle qui est pourtant celle de leurs compatriotes. Ainsi, alors que la ville comptait 720 000 habitants en 1923, la population décline ensuite : le « recensement » de 1932 compte 690 850 habitants, dont 445 850 Turcs musulmans, 179 665 minoritaires (nationalité turque) et 65 335 étrangers [Mantran, 1996]4. Pourtant, la géographie est têtue et Atatürk, à la fin d’une vie bien remplie, est de plus en plus présent à Istanbul : il y meurt en 1938, à Dolmabahçe, ancien palais des Sultans.

Istanbul, carrefour de diasporas ?

15La question du caractère diasporique de l’immigration turque en Europe est récurrente. À ce jour, elle n’est pas tranchée. Il est vrai qu’il est difficile de trancher tant les situations et les expériences décrites sont variées. La Turquie a ceci d’intéressant qu’elle concentre des situations archétypales, pour reprendre un terme d’Alain Médam, et des situations nouvelles comme l’émigration kurde ou les conséquences migratoires de la dislocation de l’URSS. Istanbul ne déroge pas à ce questionnement. Les quelques exemples qui suivent, loin d’être un catalogue exhaustif, essaient de donner quelques pistes. Ces groupes peuvent être classés en « autochtones » (présents sur les territoires de l’Empire ou de la Turquie contemporaine) et « allochtones » (immigrés plus récents).

La population juive

16Elle est généralement d’origine sépharade, parle encore le ladino, basé sur l’espagnol, avec fortes influences françaises, italiennes, turques, selon les moments. La communauté est en grande partie issue de la Reconquista espagnole et de ses suites, en particulier son expulsion par Isabelle la Catholique en 1492. Elle a été renforcée par des Ashkénazes dans les années 1648-1660 (venus de Pologne et d’Ukraine), puis les années 1930 et 1940 (venus d’Allemagne et d’Europe centrale), mais la politique turque des années 1942-1947, passablement antisémite malgré la neutralité gardée entre l’Allemagne nazie (en réalité xénophobe et rejetant toutes les minorités non musulmanes) et les Alliés entraînera un départ massif au moment de la naissance d’Eretz Israel. On a également compté une population karaïte (Juifs turcophones de Crimée) importante, aujourd’hui regroupée en Israël [Chaliand & Rageau, 1991]. La Turquie de 1992 a ainsi pu mettre en exergue ses valeurs d’accueil et de tolérance face à une Europe peu hospitalière pour les candidats à l’immigration. Il n’en reste pas moins que la population juive d’Istanbul garde une position économique sans mesure avec son faible nombre et que la Turquie est le seul pays à massive majorité musulmane à avoir, non seulement, reconnu Israël dès le départ, mais aussi à prêter son espace aérien à l’Armée de l’Air israélienne. Cela ne va pas sans incidents graves, pourtant liés à des causes extérieures (attentats meurtriers récents contre les synagogues Neve Shalom et Beth Israël commis par des partisans de la cause palestinienne ou de la mouvance d’Al Qaïda).

Millet-i sadika : les Arméniens entre intégration et génocide

17La présence arménienne est ancienne, datant au moins de la période byzantine où quatre Basileus sont arméniens d’origine. La communauté s’étoffe avec la présence d’une colonie marchande à l’époque ottomane. Istanbul est restée la seule concentration un peu importante de population arménienne après les événements de 1915-1922 avec en 1965, 29 479 personnes sur 52 286 arménophones déclarés dans tous le pays (69 526 Grégoriens recensés à la même date). Après cette date, il semble, tant les informations restent parcellaires, que la population arménienne anatolienne rescapée, souvent inquiète malgré sa nationalité turque, ait eu tendance à se regrouper sur Istanbul et son anonymat : environ 70 000 Arméniens turcs vivraient dans et autour d’Istanbul, avec leur patriarcat (à Kumkapı), leur séminaire (à Üsküdar), 33 églises et deux chapelles à la fin des années 1970. Un moment nommée Millet-i Sadika (la Nation fidèle) par contraste avec les Grecs et les Serbes et Bulgares en lutte pour leur indépendance, la communauté arménienne a hésité entre loyalisme et participation à la modernisation-démocratisation de la Turquie ottomane et combat politique pour l’indépendance. L’historiographie turque met en avant la sécurité des membres de la communauté d’Istanbul en 1915, non déportée comme leurs coreligionnaires d’Anatolie, ce que réfute évidemment l’historiographie arménienne.

Rums et Grecs : entre Byzantins, Anatoliens et Pontiques

  • 5 Ils étaient environ 100 000 dans l’agglomération en 1924, après les échanges de la convention de La (...)
  • 6 Encore que les influences respectives soient importantes : tsiftetelli, rebetiko, zeybetiko... sont (...)

18Le statut complexe des Grecs est illustré par les ethnonymes usités par les intéressés ou leurs voisins : Micrasiates, Pontioi, Romaioi, Rumlar, Yunanlılar, Karamanlılar... Descendants des vieilles colonies d’Asie mineure ou autochtones hellénisés, originaires du Pont, de Cappadoce, de l’Egée ou de la Marmara, ces Grecs de nationalité ottomane, puis turque, reconnus par le traité de Lausanne, ont pourtant émigré en grand nombre, à tel point que l’immense majorité des 2000 à 3000 Rum - Grecs de nationalité turque - vivant à Istanbul aujourd’hui est pensionnaire d’un hôpital communautaire (Balıklı), section gériatrie !5 D’autres sont pourtant « de retour », comme les très nombreux touristes visitant tous les sites autrefois occupés par des Romaioi ou des Pontioi, sinon des Karamanlıs (îles des Princes, Istanbul, Cappadoce, Trabzon et monastère de Sümela...). Hommes d’affaires et artistes leur ont emboîté le pas et Beyoğlu (l’ancienne Péra, quartier des restaurants, des cinémas et des boîtes de nuit) résonne de musique grecque, moderne et traditionnelle (restaurants, bars, boîtes, magasins de musique) plus sûrement qu’Athènes de musique turque.6

Les Caucasiens : autochtones et réfugiés

  • 7 Il existe de nombreuses références sur ce sujet que les normes de la revue ne permettent pas de dév (...)

19La parenthèse soviétique, avec ses frontières quasi hermétiques, a longtemps fait oublier la vocation caucasienne d’Istanbul. Si l’Empire a finalement assez peu mordu territorialement et pour des périodes assez limitées sur le Caucase stricto sensu (Adjarie, Abkhazie, Géorgie, Azerbaïdjan, vilâyet d’Erivan), l’influence turco-musulmane, soit directe, soit indirecte par les alliés tatars ou les tarikat (comme les Naqshibendî fortement implantés chez les Tchétchènes), a été plus profonde qu’il n’y paraît au premier abord. Les Caucasiens autochtones (de nationalité ottomane ou turque : Lazes, Adjars, Hemshins arménophones, frontaliers géorgiens et turcs dits de Meskhétie) ont été considérablement renforcés de Muhacirs issus de toutes les ethnies du sud comme du nord du Caucase [Andrews, 1989]7. Les plus connus d’entre eux, génériquement nommés « Tcherkesses », semblent bien, entre Turquie, Bulgarie, Jordanie, Syrie, Etats-Unis, Russie...), jouer la carte diasporique (réseaux de solidarité, intermariages). Les autres, moins connus et moins documentés (Abkhazes, Tchétchènes, Azéris, Daghestanais - comportant d’ailleurs des groupes extrêmement variés - ...) ont des comportements a priori comparables.

Les Balkaniques : Muhacirs et Göçmens

20Il en est de même des très nombreux originaires des Balkans, moins souvent à l’origine Turcs ethniques (Ottomans, Yörüks, Konyars, Tatars...) que Slaves (Bosniaques, Pomaks, quelques Cosaques), Grecs, Roumains, Albanais (Shkiptars, Kosovars), voire là encore Caucasiens lorsqu’ils ont transité par la rive occidentale de la mer Noire (Tcherkesses). La population balkanique de Turquie forme une part importante de l’actuelle population globale, parfaitement intégrée et turquisée (ce qui n’empêche pas la mémoire claire des origines et de la migration, encore récente pour beaucoup de familles). Un simple détail : Atatürk et une part considérable des responsables politiques républicains sont des immigrés balkaniques, à commencer par plusieurs présidents de la République ; c’était déjà le cas de nombreux grands vizirs, vizirs et paşas ottomans. Rien pourtant n’indique dans le paysage urbain cette présence massive au-delà de rues ou monuments nommés selon des personnages historiques et quelques rares toponymes (Yenibosna = Nouvelle Bosnie, deux Arnavutköy = village albanais).

Les Arabes : Mardin’li, Nusayrî et Assyro-Chaldéens avant les Maghrébins

  • 8 Même remarque que précédemment, note 7.

21Les Arabes peuvent être citoyens turcs, d’ailleurs de confessions différentes (Assyro-Chaldéens chrétiens, Syriens de rite grec orthodoxe du Hatay, Nusayrî proches des Alaouites de Syrie, Sunnites frontaliers de la Syrie) ou en transit (réfugiés assyro-chaldéens, chiites irakiens, Maghrébins clandestins en route vers l’Europe). Ils sont parfois nouvellement immigrés comme ces commerçants algériens ou tunisiens installés aux abords du Grand Bazar [Pérouse, 2002]. Mais là encore, remarquerait l’historien Tunger-Zanetti (1996), rien n’est réellement nouveau : Istanbul comptait une active colonie de pâtissiers djerbiens sous le protectorat français. De fait, les Turcs d’origine ethnique arabe, particulièrement les originaires de Mardin, jouent un rôle éminent dans les relations commerciales avec le Moyen-Orient et le Maghreb8. Souvent commerçants du bazar, en particulier orfèvres et changeurs (sarraf), maintenant aussi hôteliers et commerçants dans la confection, généralement bilingues (turc, arabe), ils ont acquis une place d’intermédiaires dans les relations turco-arabes, tant vers le Machrek que vers le Maghreb.

Les Turkestanais : base de futurs flux migratoires ?

22Peu nombreux, discrets, parfois spatialement concentrés comme les Kazakhs, les Ouïgours et les Kirghizes ou au contraire disséminés comme les Ouzbeks, les Turkestanais sont eux aussi des réfugiés (ou leurs descendants) issus de divers épisodes de la progression russe vers l’Asie centrale ou la Haute Asie [Andrews, 1989 ; Svanberg, 1989a et 1989b]. Pour être limité, ce groupe n’en est pas moins dépositaire d’une histoire complexe. Les autorités turques les ont généralement assignés à des implantations rurales (Erciş sur la rive nord du lac de Van pour les Kirghizes du Pamir afghan, 1981, Altay, Develi et Salihli en Anatolie pour les Kazakhs, de 1954 à 1969, Bukharlyks tatars à Böğrüdelik, au nord de Konya, fin 19ème siècle), mais ceux-ci, pour des raisons principalement économiques (absence d’emploi hors agriculture), se sont souvent réinstallés à Istanbul-Zeytinburnu), plus rarement à Ankara ou Izmir et Kayseri [Svanberg, 1989a]. Des « renforts » sont par la suite venus du Pakistan (groupes de réfugiés du Turkestan afghan après 1981). La formation de la population ouzbèke d’Istanbul est différente : plus individuelle que familiale, plus ancienne aussi [Zarcone, 1991]. Originaires du Xinjiang (Kazakhs, Ouïgours), d’Asie centrale, de l’ « Idel-Ural », ces turcophones se sont généralement intégrés dans la société turque tout en étant conscients de leurs origines. Beaucoup militent dans les rangs nationalistes turquistes et panturquistes, mais préfèrent marier leurs enfants dans leur groupe d’origine. La question de la diaspora se pose dans les mêmes termes que pour les Tcherkesses : avec l’indépendance des nouveaux États (Kazakhstan, Ouzbékistan, Kirghizstan, Turkménistan, Azerbaïdjan) et la réouverture des frontières internationales, avec la multiplication des liaisons aériennes (d’Istanbul à Bakou, Almaty, Astana, Tachkent, Ashgabad, Bishkek, Kazan, Simféropol...), avec l’émergence de politiques de structuration des « diasporas » (terme mis en avant par les autorités azéries ou ouzbèkes), Istanbul tend à devenir un nouveau relais entre ces capitales et l’Occident.

Francs, Latins et multinationales

  • 9 Même chose en Iran où on parle de Farangi pour désigner les Européens.

23Bien que capitale d’un Empire musulman et qui plus est, depuis 1517, siège du Califat, Istanbul a malgré tout compté une forte population non musulmane, comme on l’a souligné supra, mais aussi étrangère. Italiens de diverses cités (Génois, Vénitiens surtout), Allemands, Autrichiens, Français, Britanniques, Russes... souvent regroupés sous le terme générique de Francs (Frenkler, Firengiler, car venus d’un indifférencié « Frengistan »)9. Le statut spécifique des étrangers, distinct de celui des Chrétiens locaux (dhimmi) entraîne pourtant celui des protégés chrétiens autochtones (Grecs et Arabes orthodoxes, Arméniens, Juifs, Libanais maronites), alliés par mariages ou associations commerciales. Cette population mixte est alors dite levantine. Les Capitulations signées avec les Français, puis étendues à d’autres nations (en quelque sorte : la clause de la nation la plus favorisée dans le commerce international) font naître une population véritablement cosmopolite, capable de parler plusieurs langues, fortement cultivée, enrichie, intermédiaire obligée entre la Porte et les États européens, véhicule de modes et de cultures étrangères, en particulier dans les grands ports ouverts sur la Méditerranée (Istanbul, Thessalonique, Izmir, Alexandrie, Beyrouth). Aujourd’hui, si les Levantins stricto sensu ont virtuellement disparu - quelques familles de grands commerçants ou de transporteurs comme les Giraud et les Caporal d’origine française ou les Merzario d’origine italienne, subsistent cependant à Istanbul, Izmir ou Mersin -, la population de hauts fonctionnaires des ambassades et consulats, des centres culturels, les cadres des multinationales, les enseignants des universités, instituts et écoles liées à des cultures étrangères (Boğa-ziçi anglophone, Galatasaray francophone, Goethe Institut, Saint Benoît, Saint Joseph...) forment de petites communautés très actives et souvent très attachées à la ville, à son environnement, son style de vie. Avec les récents développements de l’économie, ces colonies ont tendance à rapidement s’étoffer.

Istanbul, métropole européenne ou métropole eurasienne ?

24Ainsi, malgré une candidature malheureuse aux Jeux Olympiques, Istanbul multiplie les festivals, les expositions et les congrès, orientation clairement définie tant par la Municipalité que par le ministère du Tourisme. Dernier rejeton : la construction d’un circuit automobile « formule 1 » entré dans les grands prix internationaux. Très fière d’être « à cheval sur deux continents », Istanbul hésite toutefois entre l’intégration à l’Europe, premier fournisseur et premier client de l’économie turque (ici se trouve la base logistique de tout le système de transport) et une carte eurasienne, où elle serait la première étape, porte de la Route de la Soie reconstituée, de nouveaux axes routiers et ferroviaires trans-asiatiques, en liaison avec les « cousins » turcophones d’Asie centrale.

Le retour d’Istanbul sur la scène (1950-1990)

25S’il était déjà symptomatique qu’Atatürk, à la fin de sa vie, passe plus de temps à Istanbul qu’à Ankara, le retour de l’agglomération était prévisible du fait de sa grandeur passée, peut-être plus encore en raison de sa situation géographique. Malgré le départ de nombreux minoritaires, des ambassades, mais également de la plupart des sociétés étrangères pour une part notable nationalisées, la vie intellectuelle et universitaire reprend (sièges de journaux et maisons d’édition, conservatoire de musique, orchestre philharmonique, active école des Beaux-Arts, Université...). La convention de Montreux (1936) assoit la souveraineté turque sur les Détroits qui retrouvent leur importance avec le second conflit mondial. Mais ce sera surtout le passage au multipartisme, la libéralisation économique des années 1950 avec les premières entrées de capitaux américains et européens qui font reprendre la première place dans l’économie privée turque. Les banques privées, les entreprises textiles, agro-alimentaires, chimiques, pharmaceutiques, puis automobiles se multiplient, attirant un nombre croissant de migrants internes. Istanbul, premier port et premier aéroport international du pays (c’est aussi le siège social et le hub de Turkish Airlines, née en 1933 et installée là, alors qu’on aurait pu s’attendre à son implantation à Ankara), est aussi le relais de l’émigration des années 1960 et la principale porte du tourisme étranger.

La revanche d’Istanbul (1990-...) ?

26Avec les effets inattendus de la perestroïka (dislocation de l’URSS et émergence des Républiques turcophones), Istanbul devient une plaque tournante de nouveaux flux migratoires et de nouvelles mobilités (migrations irrégulières de transit, commerce à la valise, flux de réfugiés, trafics de main-d’œuvre, traite et prostitution...). Les effectifs de touristes étrangers explosent, comme ceux des visiteurs venus d’Asie centrale et orientale : l’aéroport voit affluer des charters en provenance des régions les plus lointaines de Russie et de Sibérie tandis que Turkish Airlines est l’une des premières compagnies occidentales à atterrir sur les pistes des aéroports des capitales azérie et centrasiatiques. Alors que les prostituées étrangères, blondes de préférence, prennent le nom générique de nataşalar (les Natacha), les femmes moldaves, ukrainiennes, russes, roumaines, suivies plus tard par des Tunisiennes ou des Algériennes, viennent commercer dans les quartiers comme Lâleli, où officient Mardin’li ou Azéris depuis des siècles. Istanbul devient ainsi haut-lieu du commerce à la valise, formel et informel : alors que des flots de touristes en mal de consommation et de revente de produits occidentaux à bas prix se précipitent des bateaux de Karaköy-Salıpazarı et des charters de Yeşilköy (Atatürk) et Çorlu, des firmes multinationales s’installent là dans l’espoir d’approcher plus facilement les marchés centrasiatiques potentiels et leurs 60 millions de consommateurs. Les plazas (groupes de gratte-ciel de verre et de béton, dont un nombre croissant d’hôtels internationaux) se multiplient vers Levent et Etiler, sur la crête au-dessus de la rive européenne du Bosphore. Signe des temps, la raison sociale Avrasya (Eurasie) fait son apparition (agences de voyage et de transport, assurances, ascenseurs, produits pharmaceutiques, chaîne de télévision, think tanks et revues de géostratégie...). En d’autres termes, avec les nouvelles présences arabes, slaves, balkaniques, iranienne, africaines, centrasiatiques (russe comme turcique), chinoise ou japonaise (cadres de l’industrie automobile), européennes ou américaines, Istanbul redevient cosmopolite !

Istanbul porte des Balkans et borne orientale de la Via Egnatia : la Turquie en Europe ?

27Le port historique (Corne d’Or et criques du Bosphore) est depuis longtemps dépassé, bien plus à l’heure de la conteneurisation et des techniques multimodales. Il a donc fallu trouver des sites pour établir ports pétrolier et méthanier (fond du golfe d’Izmit, Marmara Ereğlisi), rampes de transrouliers et traversiers (Derince, Haydarpaşa, Sirkeci), chantiers navals (Tuzla)... [Bazin & Pérouse, 2004]. Le port actuel est « multi-site », ce qui ne facilite pas toujours la tâche des transporteurs grands consommateurs d’espaces industriels (la majorité des armateurs, des compagnies aériennes, publique et privées, des transporteurs routiers, a son siège social et ses principaux entrepôts et centres logistiques dans l’agglomération). Au débouché des routes transbalkaniques (E80 / E84, corridor transeuropéen n° IV) et de la Via Egnatia supportée par l’Union européenne (autoroute E90 Igoumenitsa-Kipi), Istanbul devra rivaliser avec Thessalonique, Burgas et Varna pour s’affirmer « porte des Balkans ». L’axe Istanbul-Edirne-frontière bulgare, avec l’immense douane de Kapıkule, est depuis les années 1970 l’axe routier privilégié de communication vers l’Europe, un temps fermé ou gêné par les conflits de l’ex- Yougoslavie. C’est par définition l’axe de la circulation migratoire, même si les problèmes politiques l’ont détourné vers les ferries de l’Adriatique (Bari, Brindisi, Ancône, Venise) ou l’axe Constanta-Bucarest-Budapest-Vienne. Toujours est-il que sa taille, son site portuaire et aéroportuaire (deux aéroports modernes à Yeşilköy et Kurtköy, un éventuellement mobilisable à Çorlu), les nouvelles facilités de transport vers Damas, Bagdad et Téhéran (autoroutes partiellement réalisées) militent pour le rôle de pont entre Europe et Asie.

Istanbul, porte de l’Asie et borne occidentale de la Route de la Soie : la Turquie en Eurasie ?

28C’est la deuxième question posée, pas automatiquement sous une forme alternative : celle de la carte asiatique ou eurasiatique. L’UNESCO avait lancé une initiative culturelle, dite Route de la Soie, pour atténuer les tensions politiques. On assiste aujourd’hui à une réouverture de l’axe historique nommé Route de la Soie par le géographe allemand von Richtshoffen par le biais d’ouvertures nouvelles de postes frontaliers, de la construction de segments de voies ferrées transfrontalières (Xinlan prolongé jusqu’au Kazakhstan, Machhad-Ashgabad avec prolongation en cours vers Bender Abbas sur le golfe Persique) tandis que les améliorations sont sensibles en territoires turc, iranien, ouzbek, kazakh (autoroutes ou 2x2 voies entre Boukhara et Shymkent) et surtout chinois (développement accéléré du réseau routier avec autoroutes au Xinjiang - Xian-Lanzhou-Ürümçi-Korgash, avec branches vers Karamay, Dahuangshan et Korla - ou en Manchourie). Les transporteurs routiers turcs en sont bien conscients, suivant avec assiduité les travaux des commissions et les projets TRACECA de l’UE comme de l’IRU- International Road Union. Ces développements récents et rapides vont dans le sens d’une ouverture grandissante aux flux de marchandises qui, à leur tour, développeront relations touristiques et peut-être migratoires, sur la base du commerce à la valise cité précédemment [Aslan & Pérouse, 2003].

Conclusion

29Istanbul, aujourd’hui agglomération de plus de 12 millions d’habitants, est redevenue la capitale économique de la Turquie, sans toutefois remettre en cause la primauté politique d’Ankara, cité anatolienne de 3 millions d’habitants et greffe intéressante par sa capacité rapide de maturation. Porte d’entrée du commerce extérieur et du tourisme international, vieille capitale impériale cosmopolite déclassée mais restée ouverte sur le monde, Istanbul a connu des périodes de faste et de crise. Elle a reconquis la première place en Turquie, tout en se reconnectant sur toutes les régions avec lesquelles elle a été en contact, et plus encore, à la suite des bouleversements vécus par l’URSS. De ce fait, sa population a souvent connu des mutations profondes dans sa composition culturelle, linguistique et ethnique, mais son site géographique et sa situation géopolitique et géostratégique uniques assurent depuis des siècles un brassage extraordinaire, au sens propre du terme, des populations les plus diverses.

30La question initiale,Istanbul peut-elle être qualifiée de cosmopolite, de carrefour de diasporas, de métropole eurasienne ? , n’est pas toujours facile à trancher. Métropole turque aux confins de l’Europe, sans aucun doute : toutes les statistiques économiques disponibles le confirment. Métropole eurasienne, cela reste à prouver au-delà des affirmations des milieux politiques et économiques dirigeants : la place financière reste marginale face aux grandes bourses de valeurs européennes et asiatiques. Le qualificatif de cité cosmopolite est plus facile à appliquer, malgré l’éclipse des années 1920-1950 : les étrangers sont de retour en grand nombre et les populations présentes sont encore le reflet de la composition ethnique de l’Empire, même plus hétérogène encore si l’on se réfère à la présence récente ou nouvelle des ressortissants de l’ex-URSS. Par contre, la présence de diasporas est plus problématique : les archétypes grecs, arméniens, juifs sont encore là, mais très marginalisés ; de nombreuses populations semblent jouer assez systématiquement la carte diasporique : Assyro-Chaldéens, Kazakhs, Ouïgours, Albanais, Bosniaques, Tchétchènes, Tcherkesses... mais on manque singulièrement de recul à l’égard de ces populations souvent peu

31nombreuses, mal connues à l’extérieur, parfois apparues au grand jour à la suite de la dislocation de l’URSS. Istanbul n’a rien à envier à New York, Londres ou Paris, en ce qui concerne la diversité des populations présentes, mais son cas se rapproche peut-être plus de ceux de Beijing ou Moscou, anciennes capitales impériales, que des métropoles occidentales.

Haut de page

Bibliographie

ANASTASSIADOU Meropi & DUMONT Paul (2003), Une mémoire pour la Ville : la communauté grecque d’Istanbul en 2003, Les Dossiers de l’IFEA, Série la Turquie aujourd’hui, 16.

ANDREWS Peter A., assisté par Rüdiger BENNINHAUS (1989), Ethnic Groups in the Republic of Turkey, Wiesbaden, Dr. L. Reichert, Tübinger Atlas des Vorderen Orients, 60.

ANSIKLOPEDISI Yurt (1983), stanbul, Doğası, Tarihi, Ekonomisi, Kültürü [Istanbul, nature, histoire, économie, culture], Istanbul, Anadolu.

ANTEBY-YEMINI Lisa, BERTHOMIÈRE William & SHEFFER Gabriel (dir.), Les diasporas, 2000 ans d’histoire, Presses Universitaires de Rennes.

ASLAN Mustafa & PÉROUSE Jean-François (2003), Istanbul : le comptoir, le hub, le sas et l’impasse, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 19, n° 3, pp. 173-204.

BAZIN Marcel & PÉROUSE Jean-François (2004), Dardanelles et Bosphore. Les détroits turcs aujourd’hui, Cahiers de Géographie du Québec, vol. 48, n° 135, pp. 311-334.

BRAUDEL Fernand (1990, 9ème édition), La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Armand Colin, Livres de poche / Références.

BRUNEAU Michel (coord.) (1995), Diasporas, Paris, GIP RECLUS, La Documentation Française, Espaces, modes d’emploi.

BRUNEAU Michel (2004), Diasporas et espaces transnationaux, Paris, Anthropos, Villes – Géographie.

CHALIAND Gérard & RAGEAU Jean-Pierre (éds.) (1991), Atlas des diasporas, Paris, Odile Jacob.

DANIŞ Didem & KAYAALP Ebru (2004), Elmadağ : A Neighborhood in Flux, Les Dossiers de l’IFEA, Série la Turquie aujourd’hui, 18.

DELI Fadime & PÉROUSE Jean-François (2002), Migrations internes vers Istanbul : discours sources et quelques réalités, Les Dossiers de l’IFEA, Série la Turquie aujourd’hui, 9.

FAROGHI Suraiya (1994), Osman’lıda Kentler ve Kentliler [Villes et Citadins chez les Ottomans], Istanbul, Tarih Vakfı-Yurt (Türkiye Araştırmaları).

GANGLOFF Sylvie & PÉROUSE Jean-François (2001), La présence roumaine à Istanbul. Une chronique de l’éphémère et de l’invisible, Les Dossiers de l’IFEA, Série la Turquie aujourd’hui, 8.

HÜTERROTH Wolf-Dieter & HÖHFELD Völker (2002), Türkei. Geographie, Geschichte, Wirtschaft, Politik, Wissenschaftliche Bibliothek Darmstadt, Länderkunden.

Istanbul Büyükşehir Belediyesi, Sayılarla Istanbul (Statistics for Istanbul).

Istanbul Dergisi, revue trimestrielle éditée par le Tarih Vakfı (Fondation pour l’Histoire), Istanbul [revue culturelle portant sur des aspects divers : cosmopolitisme, transports urbains, ponts du Bosphore, environnement, expression artistique, culture populaire, activités informelles, identité stambouliote...].

MANTRAN Robert (1996), Histoire d’Istanbul, Paris, Fayard.

MANTRAN Robert (dir.) (1989), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard.

PERALDI Michel (dir.) (2002), La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris, Maisonneuve & Larose / MMSH.

PERALDI Michel (dir.) (2001), Cabas et containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris, Maisonneuve & Larose / MMSH.

PÉROUSE Jean-François (2000), la mégapole d’Istanbul 1960-2000. Guide bibliographique, Les Dossiers de l’IFEA (Série la Turquie aujourd’hui, 4).

PÉROUSE Jean-François (2002), « Migrations, circulations et mobilités internationales à Istanbul », in Migrations et mobilités internationales : la plate-forme turque, Les Dossiers de l’IFEA, Série la Turquie aujourd’hui, 13, pp. 10-29.

PÉROUSE Jean-François (2004), La Turquie en marche. Les grandes mutations depuis 1980, Paris, La Martinière.

PRÉVÉLAKIS Georges (1996), Les réseaux des diasporas, Paris, L’Harmattan, Géographie & Cultures & Nicosie, KYKEM.

DE RAPPER Gilles (2000), Les Albanais à Istanbul, Les Dossiers de l’IFEA, Série la Turquie aujourd’hui, 3.

SVANBERG Ingvar (1989a), Kazak Refugees in Turkey. A Study of Cultural Persistence and Social Change, Studia Multiethnica Upsaliensia, n° 8.

SVANBERG Ingvar (1989b), “Turkistan Refugees”, in Peter A. Andrews, assisté par Rüdiger Benninghaus, Ethnic Groups in the Republic of Turkey, Wiesbaden, Dr. L. Reichert, Tübinger Atlas des Vorderen Orients, 60, pp. 591-601.

TUNGER-ZANETTI Andreas (1996), La communication entre Tunis et Istanbul, 1860-1910. Province et métropole, Paris, L’Harmattan, Histoire et Perspectives méditerranéennes.

TÜMERTEKIN Erol (1997), stanbul, nsan ve Mekân [Istanbul, l’Homme et l’Espace], Istanbul, Tarih Vakfı-Yurt.

VANER Semih (éd.) (1988), Istanbul, gloires et dérives, Autrement, Hors Série 29.

YERASIMOS Stéphane (éd.) (1992), Istanbul 1914-1923. capitale d’un monde illusoire ou l’agonie des vieux empires, Autrement, Série Mémoires 14.

ZARCONE Thierry (1991), Derviches turkestanais et indiens à Istanbul, Anatolia Moderna, XXXIV, pp. 137-200.

ZARCONE Thierry & ZARINEBAF-SHAHR Fariba (dir.) (1993), Les Iraniens d’Istanbul, Téhéran-Istanbul, Institut Français de Recherches en Iran & Institut Français d’Études Anatoliennes, 42.

On se reportera également au site de l’Observatoire Urbain d’Istanbul dans le cadre de l’Institut Français d’Études Anatoliennes sous tutelle du ministère des Affaires Etrangères : http://www.ifea-istanbul.net (voir rubrique OUI).

Haut de page

Notes

1 Image classique mais évidemment fausse : bien d’autres villes russes ou kazakhes (dans l’Oural et sur le fleuve du même nom), sinon égyptiennes (Port Saïd, Suez), peuvent se targuer d’être à cheval sur deux continents.

2 Le gecekondu, littéralement construit la nuit, est la forme turque de l’habitat spontané, sous-intégré, illégal, de nombre de villes du Tiers Monde, à ceci près qu’il est construit le plus souvent en dur, avec des matériaux de qualité relative et qu’il est l’enjeu des politiques électorales des municipalités. Construit sur des terrains publics, réserves foncières de l’État très étendues en Turquie, ces quartiers ont de ce fait été légalisés dans leur immense majorité.

3 Nos invasions barbares ou Grandes Invasions sont plus sobrement nommées migrations des peuples (Völkerwanderungen) par les historiens allemands, kavimler muhacereti – même sens – par les premiers historiens turcs (Tarih en quatre volumes de 1931) qui insistent, eux, lourdement sur les éléments turcs ou considérés comme tels.

4 Ces chiffres ne correspondent pas avec ceux donnés par l’Administration turque aujourd’hui : avec 806 830 habitants en 1927, Istanbul en compte 991 237 en 1940. La croissance est faible à modérée entre les années 1920 et 1950 (de 11,36 ‰ à 22,99 ‰), elle explose dans la décennie 1950 (54,75 ‰).

5 Ils étaient environ 100 000 dans l’agglomération en 1924, après les échanges de la convention de Lausanne.

6 Encore que les influences respectives soient importantes : tsiftetelli, rebetiko, zeybetiko... sont des chants et danses traditionnels originaires d’Anatolie en Grèce, de Grèce à Istanbul.

7 Il existe de nombreuses références sur ce sujet que les normes de la revue ne permettent pas de développer.

8 Même remarque que précédemment, note 7.

9 Même chose en Iran où on parle de Farangi pour désigner les Européens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane de Tapia, « Entre Europe et Asie : Istanbul, cité cosmopolite, carrefour de diasporas ? », Espace populations sociétés, 2006/1 | 2006, 167-179.

Référence électronique

Stéphane de Tapia, « Entre Europe et Asie : Istanbul, cité cosmopolite, carrefour de diasporas ? », Espace populations sociétés [En ligne], 2006/1 | 2006, mis en ligne le 01 avril 2008, consulté le 30 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/1086 ; DOI : 10.4000/eps.1086

Haut de page

Auteur

Stéphane de Tapia

UMR 7043 – Cultures & Sociétés en Europe
Université Marc Bloch
22, rue Descartes
67084 STRASBOURG cedex
stephane.detapia@c-strasbourg.fr
stephane.detapia@umb.u-strasbg.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org